Commentaires en ligne


3 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une lecture inattendue et étonnante, 13 mai 2011
Par 
Lady Lama (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Cast In Shadow (Broché)
Une incongruité
----

La couverture de « Cast in Shadow » est particulièrement trompeuse. Elle fait penser à de l'urban fantasy. Comme la maison d'édition (« Luna Press ») fait parti des Editions Harlequin, on peut même penser que c'est de l'urban fantasy extrêmement formatée. Et bien, pas du tout !

Je ne qualifierais pas le premier tome d'urban fantasy, mais de fantasy classique et assez déconcertante pour surprendre les lecteurs non aguerris. Franchement j'ai du mal à comprendre ce que ce titre fait chez Harlequin, c'est même presque un exploit qu'il ait réussi à trouver son public, ou plutôt à conquérir un public qui ne lui était sûrement pas acquis d'avance !

Les tomes existants
----

« Les Chroniques d'Elantra » sont une série comportant actuellement six titres, et un septième est prévu bientôt:
1- Cast in Shadow (2005)
2- Cast in Courtlight (2006)
3- Cast in Secret (2007)
4- Cast in Fury (2008)
5- Cast in Silence (2009)
6- Cast in Chaos (2010)
7- Cast in Ruin (prévu pour octobre 2011)

Ce qui étonne au début
----

La narration est à la troisième personne, mais par un narrateur qui ne semble pas omniscient. On a une vague description des environs et des personnages, mais pas toujours d'explications sur les sentiments des personnages. Quant à la compréhension du monde décrit, c'est à nous de nous la forger, au fil des pages. C'est comme regarder un film sans bande sonore, c'est très déconcertant mais j'ai beaucoup aimé l'exercice (après avoir lutté pendant près de 100 pages quand même !).

L'histoire (ce que j'en ai compris, à la fin de l'histoire je me suis qu'il fallait peut-être que je relise le début du tome pour être sûre d'avoir tout bien compris)
----

Nous sommes quelque part. Est-ce la Terre ? Je n'en suis même pas sûre. Est-on dans un pays froid ou chaud ? Je ne sais pas. Nous n'avons pas de descriptions de la nature environnante et les bâtiments sont sommairement décrits.

Nous sommes dans un Empire. Et dans une ville, Elantra. Cet empire est gouverné par un empereur, qui est un dragon (comme tous les dragons, il peut alterner entre l'apparence humaine et dragonesque). Ce dragon s'appuie sur les Seigneurs de la Loi (« Lords of the Law »). Il y en a trois : le Seigneur des Faucons (qui a une apparence mi-homme, mi-faucon, et qui est beaucoup plus grand et imposant qu'un homme normal), le Seigneur des Loups (qui je pense doit avoir une apparence similaire, mais côté loup) et le Seigneur des Epées (qu'on ne verra ni n'évoquera pas dans ce tome). Le rôle des Faucons est d'espionner. Le rôle des Loups est de patrouiller et d'attaquer. On ne parle pas du rôle des Epees (force défensive si les Loups sont une force offensive ?). Il y a aussi les humains, pour l'essentiel vivotants dans les Fiefs, dont l'un des plus célèbres est gouverné officieusement par le Seigneur de Nightshade. Le Seigneur de Nightshade est un Barrani, une race avec des pouvoirs magiques, quasi immortelle, ayant une apparence semble-t-il plutôt angélique et dont les individus sont difficiles à distinguer physiquement les uns des autres.

L'héroïne, Kaylin, a 17 ans. Mais dans ce monde c'est comme si elle avait au moins 25 ans. C'est une humaine issue des Fiefs et qui fait partie des forces des Faucons. Elle est plutôt une exception, la plupart des Faucons sont des Leonides (qui sont mi-homme mi-félin, avec notamment des pattes plutôt que de mains).

Dans cette société avec tant de races et dans laquelle le système de caste prévaut (au sein de chaque race), elle est tout en bas de la chaîne alimentaire, une sorte d'intouchable. Mais elle a de la volonté, du caractère et quelque chose d'unique. Suite à des événements inexpliqués, elle a été à 10 ans couverte d'écritures étranges sur les avant-bras et les cuisses. Et semble disposer d'un énorme potentiel pouvoir magique, dont elle ne sait que faire.

Ce premier tome raconte comment Kaylin, alliée à un dragon et à un autre humain, va tenter d'arrêter une série de meurtres d'enfants atroces, dont les cadavres sont recouverts d'une écriture similaire à celle qui recouvre le corps de Kaylin, mais avec des motifs différents.

Ce que j'en pense
----

L'histoire est complexe, avec une société difficile à comprendre et l'auteur ne fait pas d'efforts particuliers pour aider le lecteur. Personnellement j'ai beaucoup aimé tenter de résoudre ce puzzle. Il y a de l'action, mais finalement pas tant que cela. Il y a surtout de nombreuses scènes de dialogue nous permettant de faire connaissance avec la société décrite.

J'ai aussi beaucoup aimé le monde décrit, peuplé d'étranges créatures mi-hommes mi-bêtes , vêtues d'armures et circulant dans des Halls de pierre immenses qui semblent faire des kilomètres de long.

Kaylin est un personnage avec qui on de l'empathie, ce n'est qu'une humaine qui ne comprend pas très ce qui lui arrive (comme nous, lecteurs) et qui ne montre pas de pouvoir démesuré (quand elle fait quelque chose d'incroyable, c'est plutôt de manière involontaire, ou du moins non maîtrisée). Les personnages sont nombreux mais on a vite fait le tour des plus importants, qui gardent tous assez de mystère pour que j'ai envie de lire un autre tome pour en savoir plus.

Quant à la romance, elle est pour le moment quasi inexistante. Kaylin a deux soupirants, mais cela se fait discrètement et finalement l'aspect « avec qui serait-elle le mieux à même de nouer une relation » n'était pour moi qu'un aspect très secondaire de mes exigences de lectrice.

Je ne conseille pas ce tome aux lectrices d'urban fantasy, plutôt à ceux et celles qui veulent découvrir un monde fantastique où les miroirs font office d'ordinateur (c'est un peu facile, mais après tout pourquoi pas). Je pense lire la suite de ses aventures, même si les critiques concernant les tomes suivants sont plus mitigées.

Note : ce tome a été traduit en français dans les éditions Luna.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Bonne urban fantasy, qui nous fait grâce des stéréotypes habituels et des épanchements hormonaux cousus de fil blanc du genre..., 22 juin 2011
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Cast in Shadow (Poche)
Devenue à force de lectures fantastiques variées plutôt (trop ?) exigeante, j'ai trouvé quelques maladresses au cours de ma lecture, et pour cette raison ne gratifie pas ce premier livre de la série "Cast" de plus de 4*.
D'un autre côté, l'impression d'honnêteté que laisse ce livre (impression de plus en plus inhabituelle dans cette gamme de fantasy) compense largement la gaucherie parfois ressentie (surtout au démarrage de l'histoire).

L'héroïne, Kaylin, est une jeune orpheline, qui a été incorporée une demi-douzaine d'années plus tôt à l'une des gardes de la ville, les Hawks, qui l'ont accueillie à bras ouverts, et au sein de laquelle elle joue le rôle de la mascotte parfois sévèrement secouée, mais aussi très chérie.

Le contexte est urban, puisque l'histoire se passe dans une ville, Elantra, mais le monde semble être différent du nôtre, comme dans une fantasy classique.
L'ambiance est également très urban fantasy : Kaylin va travailler au "bureau", et les échanges entre les protagonistes, particulièrement entre elle et ses supérieurs ou collègues, est assez moderne - mais sans faute de ton.
L'auteur sait manier les détails et aussi se servir parfois d'idées associées habituellement à d'autres concepts pour les réintégrer habilement dans son récit, et arrive ainsi à créer une ambiance pleine de vie et de personnalité.

Plusieurs races intelligentes vivent ensemble... en bonne intelligence, malgré des différences d'aptitudes, de tempérament, de longévité et d'organisation sociale très marquées.
Si les Barranis (immortels, très beaux, interchangeables, inexpressifs et excessivement rapides) ne forment pas une espèce très originale, les Aerians (corps humains dotés d'ailes - sans aucune connotation angélique) et les Leontines (mi-homme mi-lion, au caractère très volatil associé à de grandes qualités de coeur) sont très bien campés. Les deux figures paternelles du récit, qui appartiennent chacun à l'une de ces deux populations non humaines, sont d'ailleurs très réussies.
De même les dragons (principalement en la personne de Tiamaris), bien que présentés sans réelles surprises, offrent une dimension "romantique" intéressante.

Les personnages sont d'une façon générale très réussis, particulièrement l'héroïne, qui n'est jamais plus mature que son âge, plus douée que possible, plus exaspérante que supportable et dont la personnalité est bien révélée progressivement par l'action et les révélations.
Si les personnages féminins hyper sexués et stéréotypés vous agacent, mais que vous aimez malgré tout que vos héroïnes présentent de petits travers, Kaylin a de bonnes chances de vous plaire. Attention, elle est très jeune et très préoccupée, et ne se soucie pas de séduire ! Les relations avec le sexe opposé sont riches, mais plus fréquemment marquées par l'image du père ou simplement teintées de séduction instinctive.

L'intrigue de ce premier tome s'axe autour de la magie, noire, inexpliquée et montante, de phénomènes inquiétants centrés sur l'héroïne, du poids du passé révélé couche par couche et du Mal qui s'acharne sur l'innocence.

La trame globale, bien que correcte, ne m'a pas paru très originale. En revanche, la fin du récit montre des personnages ayant gagné en personnalité et en consistance - ce qui est plus inhabituel et très satisfaisant.
En conclusion, un auteur prometteur, même si elle parait avoir cédé pour "Cast" à l'attrait des séries à rallonges, toujours exposées à la dilution et à l'étiolement.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Review, 5 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Cast in Shadow (Poche)
I first read this book in French and because of the horrible job the translator had done, I found it interesting but extremely confusing and not exceptional (whole passages were suppressed in addition to a lot of adjectives and adverbs all along the book, they apparently found that it was too long ...). Yet, some things really intrigued me and I still bought the second book and switched to English from the third one. Her writing style is particular and people will love it or hate it; personally, I loved it.

The world building was really interesting. I loved to learn about all the different races that composed Elantra, their particularities, their customs and their tense relationships. Yet, because we only discover this world through Kaylin's eyes and because she is not a great learner, the details we know are rather sparse and let us constantly hungry for more. Kaylin's limited vision is probably what I regret the most about this series.

I liked that the eye color of all the people (except the humans) change with their mood, I think that it is an interesting details and it certainly helps to better understand and eventually sympathize with people like the Barrani who are always expressionless and aloof.

I really loved the way Michelle Sagara handles her immortals, both in this series and her other ones. They really seem to be another race, different from us in the way they think and feel; it is not just an artifact to render them more interesting like with many other authors whose immortals always seem too human despite all their efforts.

As for the characters, I was often annoyed by Kaylin's behavior or opinions as she seems to be too immature despite all she has had to go through. Those who really interested me are the Barrani; they are always intriguing as they are always plotting something or other and we don't understand their motivations. Among them, Nightshade and Evarim are of course the firsts. Both are extremely dangerous and determine to interfere into Kaylin's life. (Nightshade's behavior and his mysterious motivations are of course the biggest reason I choose to follow this series). The dragons are also interesting but not as much are they will be in the next book.

The plot of this book was a good way to familiarize us with Kaylin and a part of her past. It was a good way to show us the importance she attached to children, the foundling hall and her healing. The mystery was completed by the end and the enemies defeated which allow us to have a satisfying story despite the threads left hanging for other books.

This book was an interesting beginning to the Chronicles of Elantra series, but it is not the best in the series. Michelle Sagara never explained too much what exactly happen and things are often implied. For those reasons, some people may be let confused. While her writing style is not as complicated as in the novels she writes under the name Michelle West, it is certainly something a reader will love or hate, that's why I would advice new reader to read first the novella Cast in Moonlight which constitute a good introduction to the series.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Cast In Shadow
Cast In Shadow de Michelle Sagara West (Broché - août 2005)
D'occasion et Neuf à partir de : EUR 1,09
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit