undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4
4,3 sur 5 étoiles
The Ambassadors
Format: BrochéModifier
Prix:3,31 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
I'll be honest: this book does not ''flow''. Many years ago I read James' short stories, ''The Portrait of a Lady'' and ''The Wings of the Dove'', and carried with me the memory of a fabulous word-smith with a knack for making the inconceivable gradually become the inevitable. I was fascinated by his sardonic and non-judgemental insight into human behaviour as shaped by the stony rules of society. These qualities are still present in ''The Ambassadors'' but their immediate impact is nearly submerged in a narrative style so full of incidental and parenthetic sentences that I had to read each paragraph several times to fully comprehend it. As James excelled at social satire, I am tempted to conclude that this late work (which he apparently declared to be his best) is in fact a huge joke to see just how much he could get away with in over-bloated prose before any of his admirers called his bluff.

Back to the novel: the premise is that a wealthy young American, who has been living in splendid idleness in Paris, must now return to his provincial home town to assume control of the family business. Strether, who is engaged to the young man's widowed mother, is dispatched with strict instructions to detach Chad from the unsuitable French lady he is suspected of being entangled with, and to bring him back to face his responsibilities, upon penalty of losing a fortune. Character development is interesting but superficial. Most of the characters are pretentious stereotypes and, on closer acquaintance, hold no surprises and, since morals and socially correct behaviour have changed so much, it requires a huge amount of imagination to understand the motivation that moved these people to act the way they did. Consequently I did not develop any great interest in their doings or their fate. The story meanders aimlessly for far too long without any redeeming twists and, as a final slap of the glove on the face of the hapless reader, James has the perverseness to let it fizzle out into a really disappointing end after building up what little suspense there was towards a very logical and satisfactory conclusion, which he utterly rejects. Thus any emotional involvement the reader struggled to conjure up for such shallow, vapid characters ends up being completely wasted, just as the narrator seems bent on wasting every last chance he gets to improve his life.

For those who read James with expectations of a Eureka moment, I did actually have one. It came very late in the narrative, when Strether boards a train to the countryside in pursuit of the ambiance suggested to him by a little Lambinet painting which he was too poor to acquire. Suddenly a flood of sunshine breaks through the dull, airless atmosphere of the previous 400 plus pages and I forgave Henry James for putting me through all that work. Unfortunately, I cannot be sure that skipping to that bit, without the build-up that precedes it, is going to be at all satisfactory, but one can always try it. Clearly there are people who enjoyed this book, but I cannot think of anyone I know who would bother to make the effort.
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 20 juin 2010
C'est un des chefs d'œuvre de Henry James. Ce roman vous tient en haleine du début jusqu'à la fin.
Le sujet est simple : l'héritier d'une grande famille d'industriels américains de la fin du 19ème siècle est parti à Paris pour un voyage d'agrément. Mais il est retenu par le charme de la vie parisienne bourgeoise de l'époque et aussi semble-t-il par une femme mystérieuse. Sa mère a besoin de lui pour mener les affaires en Amérique. Lassée de ne pas recevoir de réponse elle envoie un ami, un "ambassadeur", avec mission d' aller le chercher. Mais la situation se complique car l'Ambassadeur est lui aussi pris au piège du charme parisien. Il s'ensuit une étude fouillée des personnages et des mœurs de cette époque. On pense à Proust, avec un style et une présentation différente. On aime aussi les descriptions de Paris.

C'est un roman à lire absolument si on aime la belle littérature..
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Un des meilleurs romans de Henry James, probablement, tout en subtilité et en non-dits, c'est le seul roman qui a réussi à m'accrocher dans une période de grande fatigue et de désintérêt pour la lecture, c'est dire !
Lambert Strether, un Américain du Massachussetts arrive à Paris en mission pour essayer de ramener un fils de famille, Chad Newsome, à la raison. Il est envoyé tel un ambassadeur par Mrs Newsome, la mère du jeune homme qu'il doit épouser une fois sa mission menée à bon terme. Celle-ci soupçonne Chad de s'être amouraché d'une femme peu en rapport avec son rang social et souhaite qu'il rentre à Woollett pour prendre la tête de l'affaire familiale. Mais voilà que Strether trouve la vie parisienne douce, épanouissante et riche de rencontres, si bien qu'au fil du temps sa détermination faiblit. Il s'interroge alors sur cette mission et sur sa propre vie. Mme de Vionnet, une `amie' très proche de Chad, n'est pas étrangère à ce questionnement et à la complexité des sentiments qui émergent dans l'esprit de Strether. Mais voilà que Mrs Newsome s'impatiente et envoie un second ambassadeur en la personne de sa très convenable fille, Sarah....

James a modelé d'étonnants personnages dans ce roman, étonnants par leur complexité, leur dérive progressive et assumée par rapport aux conventions, celles qui sont propres aux lieux, à l'époque, mais aussi celles plus normatives encore d'une logique de vie. Car c'est de cela qu'il s'agit, au fond, vivre pleinement hors des normes ou subir un schéma de vie convenu. Ce choix qui leur apparait peu à peu fait émerger des personnalités complexes et des rapports entre eux qui sont à la fois empreints d'une grande honnêteté mais aussi d'allusions parfois trompeuses sur leurs liens qui finalement ne sont jamais ce qu'ils semblent être. Et c'est bien ce qui nous tient en haleine dans ce livre, une traversée incessante des apparences.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 5 mars 2011
Le livre est un classique. Le style est très détaillé et touffu, un peu à la manière de Proust: il devient passionnant après le premier effort de lecture, et la compréhension de l'anglais de James, qui parait suranné et précieux pour un francophone, mais charmant.

Bien évidemment, à recommander.

Y.Beigbeder
Thonon
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
The Ambassadors
The Ambassadors de Henry James (Broché - 10 janvier 2012)
EUR 10,51