undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo nav_TPL0516 soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
275
4,3 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 2 décembre 2011
j'ai reçu la trilogie le vendredi. il ne m'a "fallu" que 9 jours pour lire les trois tomes. l'histoire est très bien racontée. le style est fluide.
le niveau d'anglais demandé n'est pas particulièrement difficile, à peu près le même niveau qu'Harry Potter.
l'histoire vous emporte et vous n'arrivez pas à poser le livre (même à 3 h du matin ^^). on s'attache très vite aux personnages et Collins vous tient en allène tout au long du livre.
je conseille volontiers cette lecture à tous ceux qui aiment la fantasy.
11 commentaire| 32 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 mai 2012
Alors que cet article est intitulé "Box Set" et montre une photo de livres dans une boite il n'en est rien ! Il s'agit simplement des 3 livres entourés d'une simple feuille de papier collé au dernier d'entre eux. De plus tout le vernis du livre auquel la feuille était collé est resté collé dessus lorsque j'ai voulu la décoller. Résultat : Pas de boite, une feuille inutile et un livre abîmé. Si vous avez un tant soit peu l'esprit collectionneur je vous déconseille fortement cet article.
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 juin 2010
Nous sommes dans un monde chamboulé, divisé en plusieurs districts, les richesses sont elles-mêmes disséminées et les derniers districts (le douze étant le dernier) sont accablés par la pauvreté, la faim, la dureté du travail et la privation de liberté.
Il existe un Capitole tout puissant qui édicte des règles de cinglé, chaque district est tenu de manger dans leur main, d'ailleurs le produit de leur boulot est dédié à ce grand gouvernement.
Dans le district douze, Katniss se bat pour faire vivre sa famille, sa mère rendue léthargique depuis la mort de son époux (mineur dans les fosses à charbon) et sa petite soeur de douze ans, Prim. Katniss et son meilleur ami Gale font du braconnage, troquent leur chasse et se débrouillent ainsi pour ne pas mourir de faim.
Chaque année, tombe cependant la Moisson. C'est encore une lubie du Capitole, une épreuve redoutable établie pour mieux asservir tous les districts. Un tirage au sort détermine un garçon et une fille d'au moins douze ans pour représenter son district et se rendre dans une arène où se déroule un jeu filmé en direct pour être retransmis sur toutes les télévisions, avec obligation de la regarder. Ce jeu est un combat à la vie et à la mort. Les vingt-quatre candidats doivent s'affronter, en étant lâchés dans un environnement inconnu, et survivre en s'entre-tuant les uns après les autres.
Ce sont les Hunger Games. Les jeux de la faim.
La Moisson est un grand événement, avec tout le tralala d'une cérémonie organisée en grandes pompes, les caméras sont partout, l'avidité du Capitole donne des frissons.
Alors l'histoire de ce roman veut que la petite soeur de Katniss soit désignée pour représenter le District Douze, ce n'est qu'une gamine de douze ans et son aînée (qui a seize ans) décide d'accomplir un premier acte de rébellion.

Je n'en dévoile pas davantage, juste qu'il s'agit d'un roman bluffant, qu'il est impossible de reposer. L'histoire peut paraître dure, et pourtant ce sacrifice mis en scène dénonce aussi un voyeurisme déplacé en plus du totalitarisme qui écrase un peuple. L'intrigue, donc, est riche et palpitante, en plus d'être complexe, bouleversante, vibrante et sexy (entre Gale et Peeta, mon coeur balance). Je suis totalement fan de ce genre de lecture ! Les personnages sont tous très beaux et attachants, leur histoire belle et terrible, le symbole du courage, du dévouement et de l'absolutisme.
0Commentaire| 27 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 juin 2012
Les livres sont tout simplement géniaux, mais je laisse à chacun le soin d'en décider. Quelques remarques :
- aucun problème pour la livraison, correct pour un colis venant d'Angleterre (1 semaine), les livres sont protégés par un carton à la bonne taille même s'il n'y a pas de papier amortissant (bulle, polystyrène...)
- les livres correspondent bien à l'image
- sur certaines photos on pourrait croire qu'ils sont dans un coffret noir, en fait c'est juste un papier qui les entoure sur 3 côtés, je n'ai pas eu le problème du papier collé que certains disent avoir rencontré, il était juste posé autour des livres

Voilà, je vous conseille l'article si c'est avant tout l'histoire qui vous intéresse, personnellement j'aurais préféré les couvertures noires, je trouve les dessins du geai moqueur sublimes.
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 novembre 2010
De prim abord, le résumé peut ne pas sembler interessant, mais il ne faut pas s'arrêter à ça ! L'histoire ne m'emballait pas, en effet, j'avais l'impression d'avoir un livre reprenant Battle Royale, donc très peu pour moi... mais plusieures personnes me l'ont vivement recommandé, me précisant que c'était bien plus qu'un canarge de la première à la dernière page, donc je me suis laissée tentée et je l'ai commandé... et franchement, que du bonheur à lire !

L'histoire est très vite prenante et les personnages très attachants, on se retrouve à vivre les choses avec eux et à espérer que ça se passe le moins mal possible. On a du mal à reposer ce livre une fois dépassées les 100 premières pages !

Bref, un très bon livre, à peine fini, je me suis empressée de commander le 2e et 3e volet de cette trilogie.

Par contre, je pense qu'il faut quand même une bonne base d'anglais ou au moins déjà lire des livres en VO de temps en temps car ce n'est pas un livre que je recommanderais en première lecture VO au risque d'en avoir marre de ne pas tout comprendre et de le reposer, ce qui serait une erreur, par contre pour les autres, foncez !
0Commentaire| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 août 2010
Je sors à peine de ma lecture et honnêtement j'ai du mal à afficher un plein enthousiasme.
Pourtant j'aime cette série d'amour, j'ai dévoré les deux premiers livres avec impatience et passion, totalement convaincue que cette série se vivait avec intensité. Donc, j'attendais beaucoup du dernier tome, trop peut-être, car j'en sors avec des sentiments divers : soulagement, incompréhension, frustration, amertume, déception. Oui, un peu.

J'étais préparée à recevoir une claque. Je savais que Mockingjay allait être sans concession. Que les personnages seraient malmenés, différents. Alors, oui, c'est sûr, je m'en suis prise plein la figure. Et j'ai tout encaissé, de manière admirable, car proprement stoïque. Après tout, la guerre est déclarée. Il va y avoir des pertes, des sacrifices, de la manipulation et de l'ambition éhontée. Des révélations toutes plus horribles les unes que les autres. Le pouvoir des images, la surenchère dans la violence, la folie de la médiatisation. C'est du lourd, à bien des égards.

Et pourtant, au fil des pages, je me suis sentie étourdie, amère et un peu trahie. Collins a transformé ses personnages, elle a été sans pité, à tel point que le lecteur se sentira déboussolée. Katniss se montre ici une héroïne forte et fragile, mais davantage sur la corde raide, avec des états d'âme et un ras-le-bol qu'on partage bien volontiers. Elle a conscience d'être un pion entre les mains du District 13, elle est mise en scène, joue son rôle mais on la sent si lasse, si peu elle-même. Plus trop the Girl on Fire, sauf à un moment, lors d'une scène assez pénible, et qu'on vit comme un alibi.

Gale, enfin, se révèle et semble fidèle à lui-même : une personnalité loyale, un vrai rebelle qui n'accepte plus la dictature et est prêt à prendre les armes. C'est aussi un ami exemplaire, une valeur sûre et réconfortante. Il va s'afficher, jouer des coudes, se battre aussi pour prouver sa légitimité, se résigner mais faire front. Toujours. Franchement j'ai été touchée par lui. Néanmoins, toute mon attention était tournée vers Peeta. Connaissant son sort à la fin de Catching Fire, les expectatives étaient nombreuses. Soit, je n'en dirai pas plus, mais je me suis sentie trompée.

Bien évidemment, je ne cherchais pas de la guimauve. Simplement, l'amour de Peeta était beau, tendre et pur. C'était trop, peut-être. Car Collins s'en est servi contre lui. La guerre a bon dos, j'ai trouvé que ce retournement au sujet de Peeta a été un peu trop rude.

En fait, tout s'explique dans ce livre. Tout est parfaitement logique, même si ça fait mal, même si au final tout paraît long, languissant et assez funèbre. C'est d'ailleurs la petite musique du livre, qu'on retrouve dans ces quelques mots, employés par Katniss pour parler d'elle-même : "Trapped for days, years, centuries maybe. Dead, but not allowed to die. Alive, but as good as dead. So alone that anyone, anything no matter how loathsome would be welcome."

Non, ce n'est pas gai ! J'avais entamé une série qui se voulait sensationnelle, inattendue, bouleversante, riche et captivante. Elle se termine sur une note de tristesse et de lucidité douce-amère. Collins accable les meneurs de guerre, mais souligne que les leçons enseignés par l'Histoire sont trop vite oubliées. "Now we're in that sweet period where everyone agrees that our recent horrors should never be repeated. But collective thinking is usually short-lived. We're fickle, stupid beings with poor memories and a great gift for self-destruction." Elle n'avait pas pour ambition d'écrire une bluette sentimentale, prévisible et bien propre. On l'avait bien compris ! (Si vous en doutiez, passez votre chemin.)

Beaucoup de tristesse, donc, et d'amertume, mais cette série restera à jamais l'une des plus belles révélations littéraires. Elle a su me procurer du bonheur et de la souffrance, j'ai été bluffée et abasourdie plus d'une fois, aujourd'hui elle se boucle de façon abrupte et douloureuse. On n'en sort pas indemne, mais ça fait partie du jeu.

May the odds be ever in your favor !
11 commentaire| 25 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
100 PREMIERS RÉVISEURSle 10 septembre 2012
Voulant le faire lire en VO à mes enfants, j'ai lu moi-même cette trilogie renouant avec mes anciens goûts d'ado.

Pas mal ! Vif et alerte, un anglais assez simple et une vision d'un monde bien triste d'où l'espoir n'a pas disparu. Les personnages principaux fonctionnent à peu près mais ce n'est pas le fort de ce roman.

J'ignore s'il y aura une suite mais on se demande ce qu'il reste sur terre en dehors du pays considéré (un bout des USA).

L'intérêt que j'y ai vu est une sorte de d'extrapolation de la TV-réalité poussée à l'extrême. D'autres romans de SF avaient déjà creusé le sillon de l'hyper-communication qui surveille et punit. Ici, on redécouvre tout à la fois les jeux du cirque, Survivor et le Panoptique du philosophe Jérémy Bentham.

Et gagné, mes enfants ont lu les trois tomes en VO. Finalement un divertissement d'été "utile".
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mai 2012
Les trois volumes de la trilogie ne sont pas insérés dans un coffret mais simplement recouvert d'une feuille et sous blister ce qui ne correspond pas à la photo.
0Commentaire| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
-
Je n'attendais pas d'être complètement enthousiasmée par cette lecture, le thème ne me tentant guère a priori. Mais la notoriété grandissante de cette histoire, ainsi que mon attrait pour les dystopies m'ont poussée à me montrer curieuse et à lire ce livre
Le style est très agréable et rend la lecture aisée, les personnages, s'ils ne sont pas très subtils, sont tout de même très réussis et fonctionnent bien. Le cadre, s'il n'est pas justifié de façon très crédible (élément quasi systématique des dystopies, je ne l'aurais pas retenu) est bien imaginé et les deux parties de l'humanité, les "riches" et les "pauvres" s'imbriquent bien l'une dans l'autre.
Le récit, s'il est dépourvu de surprises dans les grandes lignes, est soigné dans les détails, donnant beaucoup d'étoffe à l'histoire. Son articulation est très bonne, les temps forts surviennent au bon moment, tout comme les réminiscences du passé et les temps d'introspection.

Dès les premiers chapitres un défaut classique m'a sauté aux yeux, un défaut sans gravité et subjectif, donc peu susceptible d'affecter la majorité des lecteurs, en particulier le public cible : tout est très formaté. Habilement certes, et maquillé de façon à donner une illusion de personnalité, mais tout de même très attendu.
Les personnages du District 12, où vit l'héroïne, ont une vie "Zolaïenne" à souhait. Misère, maladie, pauvreté, horizon bouché, menace permanente de la famine et des exécutions. Rajoutez là-dessus une héroïne très héroïque, au passé et au présent douloureux, aux aptitudes pratiques à la fois utiles à sa vie jusqu'ici et à l'intrigue qui va suivre, une mère faible mais talentueuse, un vieil ami fidèle, une petite soeur angélique et le spectre des Hunger Games et vous avez la recette. Une bonne recette, qui fait de l'effet, beaucoup d'effet, voilà où le bât blesse à mon sens...

Les bonnes idées ne viennent pas de loin mais s'assemblent élégamment : le village miséreux mais fier, l'héroïne garçon manqué maussade mais au grand coeur, une "malédiction" type Minotaure, où une paire de jeunes gens sont sacrifiés au monstre chaque année, des arènes type "jeux du cirque", l'injustice insupportable d'une population de protégés qui se servent des pauvres comme des coqs de combat, des personnages hauts en couleur et sympathiques du côté des méchants (on note une très grande inspiration d'Harry Potter et la Coupe de Feu pour ces personnages et pour les préparatifs de la "compétition"), un jeune homme qui sort de l'ombre, de l'héroïsme, beaucoup d'héroïsme, mais pas de la plus belle eau, une fin prévisible mais pas dans les détails et enfin une belle histoire d'amour contrariée (très bonne utilisation du thème de la télé-réalité).

Dans un autre contexte, j'aurais sans doute adjugé 4* étoiles, ou peut-être 3* et demie la partie "combat", malgré son rythme parfait, étant trop longue et monotone à mon goût. Mais il m'est impossible d'ignorer ici la notation proposée par le site : j'ai détesté les messages permanents de "Hunger Games", des messages odieux et choquants.
Un livre n'est pas qu'une suite de mots, de phrases pour raconter quelque chose, un livre fabrique une histoire. Une histoire qui n'a pas uniquement un thème, des idées de départ, un style et une technique, mais aussi une âme. Et l'âme de ce livre, écrit manifestement pour des adolescents, est d'une noirceur absolue, pourrie jusqu'à la moëlle, malgré l'épaisse couche de bons sentiments.
Le thème des Hunger Games est la torture d'une vingtaine d'adolescents tirés au sort, âgés de 12 à 18 ans, sous les yeux permanents des caméras, et avec une aide uniquement accordé si le "joueur" a suffisamment excité l'intérêt des téléspectateurs. Si l'action est insuffisante, les autorités ont moyen d'accélérer les choses, jouant sur le climat, les dangers du cadre de survie, les réactions des autres protagonistes, engendrant des souffrances intolérables. Sur les vingt-quatre participants, un seul a le droit de survivre ; les autres sont sommés de mourir de la façon la plus lente et la plus raffinée qui soit.

Jamais au cours de mes très nombreuses lectures ai-je jamais rencontré un auteur "jeunesse" avec cette volonté malsaine de tourmenter son lecteur, avec autant de verve sadique et benoite sous les fausses bonnes intentions du départ. Je n'arrive même pas à imaginer comment cette femme a pu imaginer et concrétiser quelque chose d'aussi immonde, ni comment elle a pu emporter l'adhésion et le soutien de professionnels pour éditer un livre et donner lieu à la création d'un film (même si je vois fort bien comme ce livre, riche de qualités techniques et romanesques, a pu emballer les foules).

Bon, c'est pour du faux, j'ai bien compris. Pour de faux, on vous montre pendant les trois-quarts du livre des enfants en train de s'entre-tuer, sans trop d'états d'âmes (malgré de très habiles et sournoises touches de moralisation plus que tardives - et faux-jetonnes), avec beaucoup de ressources et de créativité. Oh bien sûr, il n'ont pas le choix et bien entendu vous aurez l'occasion de verser une larme ou deux, c'est très habile, très manipulateur, l'honneur fait semblant d'être sauf à intervalles réguliers.
OK, OK, c'est de la fiction, l'auteur ne prétend pas que c'est bien de tuer son prochain, c'est juste qu'elle met en scène un monde futuriste où l'humanité est devenue cruelle et sauvage sous un vernis de civilisation et malgré des avancées scientifiques manifestement notables, il ne faut pas le prendre au premier degré...
D'accord, je me demande alors comment le film, qui sort très bientôt, va s'en sortir pour nous montrer la mort d'enfants, tués par d'autres enfants, avec le second degré adéquat.
Avec beaucoup de ketchup sans doute.

Mais quand bien même j'admettrais qu'il est possible, sous le confortable couvert d'une fiction, de cautionner le meurtre d'enfants dans un cadre répugnant de voyeurisme sadique - non seulement des privilégiés du monde imaginé par l'auteur, mais du même coup des lecteurs - le message métaphorique ne peut être interprété différemment qu'ainsi :
"Tu dois gagner mon enfant, tous les coups sont permis, l'important n'est pas seulement de tirer ton épingle du jeu, mais d'être le meilleur, et pour cela tu devras écraser et anéantir tout les autres, contractant éventuellement des alliances quitte à les bafouer ensuite, rien de tout cela n'a d'importance, la fin justifie les moyens, taille ta place dans le monde sans remord ni regret et tu seras quelqu'un".
Et tu seras un homme mon fils ?!

Je ne juge pas ce livre en tant que lectrice adulte, je le juge pour ce qu'il est, une distraction offerte à de jeunes personnes, qui n'ont pas atteint leur pleine maturité : comment accepter une chose pareille ?...

Sans même nourrir de solides ou même timides convictions religieuses, je pense que la plupart des parents d'adolescents, comme moi-même, essaient encore d'inculquer à leurs enfants des notions d'honneur, d'entraide et de compassion, et ne seraient ainsi pas enchantés de voir leur travail d'éducation et leurs efforts affectifs piétinés par un livre, quelque soit le divertissement qu'il promet et dont il se justifie sournoisement d'exister.
Je n'interdirai pas formellement à mes enfants de lire "Hunger Games", mais si ce livre leur tombe par malheur entre les mains, je veillerais alors à avoir une petite discussion sur le sujet (je vais tout de même faire en sorte que ce livre ne les tente pas, a priori je n'aurais pas trop de mal, en particulier avec mes filles, grâce au ciel dotées de sensibilité).
Mais je mettrais le holà sur le film, qui ne peut être autre chose qu'un show racoleur et sordide !
2727 commentaires| 45 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 janvier 2016
Une fois commencée la lecture, il est difficile de lâcher le morceau. Le style est très agréable et le suspens est entier jusqu'à la dernière page.
Le vocabulaire est riche mais pas pompeux. C'est un excellent livre pour les français souhaitant enrichir leur lexique anglais en passant un très bon moment. Pourquoi pas 5 étoiles? Mon seul gros reproche à cette série: son caractère résoluement pessimiste. Personnellement, je me fais une autre idée de l'humanité. Les recherches récentes en psychologie montrent à quel point le comportement de l'être humain est le fruit de son éducation et que la violence est apprise et non pas innée. Ceci dit, cela ne gênera sans doute pas la plupart de lecteurs. J'en déconseillerai la lecture avant de dormir cependant, sinon cauchemars garantis...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,84 €