Commentaires en ligne 


10 évaluations
5 étoiles:
 (6)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


13 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une Fantasy Noire haut de gamme
Ce bouquin est un pont entre la Fantasy haut de gamme, pleine de nuances mais dure à lire et la Fantasy bourrin, excitante mais peu satisfaisante. On a bien les personnages dirait-on « classiques » du domaine : le barbare invincible à la Conan (Logen neuf doigts) mais avec des états d'âme, le Roi-dictateur qui veut envahir le monde (avec une dent...
Publié le 14 janvier 2008 par Kallisthène

versus
3.0 étoiles sur 5 Sympa mais un peu lent à se mettre en place
Je découvre la trilogie, les personnages sont fouillés et on sent monter la pression. Fait penser aux classiques du genre (Tolkien, Eddings...) par le côté "découverte du monde au travers du voyage quasi-initiatique des personnages".
Chaque chapitre met en scène un ou plusieurs personnages qui ne commencent à se...
Publié il y a 2 mois par fenchurch


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

13 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une Fantasy Noire haut de gamme, 14 janvier 2008
Par 
Kallisthène (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Blade Itself (Broché)
Ce bouquin est un pont entre la Fantasy haut de gamme, pleine de nuances mais dure à lire et la Fantasy bourrin, excitante mais peu satisfaisante. On a bien les personnages dirait-on « classiques » du domaine : le barbare invincible à la Conan (Logen neuf doigts) mais avec des états d'âme, le Roi-dictateur qui veut envahir le monde (avec une dent contre le barbare d'ailleurs), un magicien à l'attitude désinvolte (Bayaz), un inquisiteur-tortionnaire ex-belle gueule d'amour ayant gouté trop longtemps à sa propre médecine, une belle esclave en fuite, des sorciers hérétiques et un mignon capitaine des gardes avec le crâne plein de toiles d'araignée ... La galerie de personnages est fort garnie ma foi, de quoi générer de la confusion dans la lecture ? Et bien non, la « voix » de chaque personnage est tellement claire qu'on identifie instantanément le locuteur (important au début tant qu'on ne maitrise pas les noms). L'auteur a choisi une narration proche de celle utilisée par Glen Cook dans la Compagnie Noire, le réalisme cynique, qui fait merveille depuis qu'on ne croit plus aux contes de fées. Dans ce premier volume il nous régale surtout et d'abord d'une introduction de chaque personnages dont les destinées convergent au cœur de l'Union menacée par la guerre. En plus de cet enjeu on a le sentiment que l'origine de ce Monde n'est pas très naturelle ... liée en cela au Premier Magicien, à suivre aux prochains numéros ...
Un Chef d'œuvre, tout simplement.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 "*ouillu" (désolée pour mon langage, mais je trouve que cela résume bien l'état d'esprit de la série), 13 février 2011
Par 
Lady Lama (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Blade Itself (Broché)
"The First Law" est une série de 3 tomes:
- "The Blade Itself"
- "Before They are Hanged"
- "Last Argument of the Kings"

A chaque tome, je me demandais quelle note mettre, et je changeais plusieurs fois d'avis. Finalement, 4 étoiles et demi. C'est une série courageuse (l'auteur ose certains dénouements dans les 2ème et 3ème tomes assez "*ouillus" si je puis dire), avec des personnages mémorables (Glokta est un des meilleurs personnages que j'ai rencontrés) mais... l'intrigue, si elle ne tient pas sur un timbre-poste, tient sans doute sur une boîte d'allumettes. Et je trouve que plus les tomes passent, plus l'intrigue (ou plutôt son absence) devient parfois lassante (surtout dans le dernier tome). Il m'a manqué l'émerveillement me permettant de tourner chaque page fièvreusement.

C'est une série pour les amateurs de dark fantasy (de la torture bien détaillée, une bonne dose de cynisme, et pas mal de batailles surtout dans le dernier tome). C'est aussi une série pour les amoureux de bons personnages. Le côté innovant ici est que, dans un laps de temps finalement court (un an ou deux) les personnages n'évoluent pas seulement psychologiquement (subtilement), mais aussi physiquement. L'auteur utilise la chair pour exprimer avec beaucoup de réalisme (donc avec cruauté) ce que les ravages du temps et du sort causent à des personnages qui ne sont finalement pas grand chose. Je n'avais encore jamais trouvé cela aussi finement exploité dans un roman. Et finalement, même si l'intrigue est très légère, l'auteur a réussi à m'asséner quelques claques bien senties.

1- The Bade Itself

Dans ce premier tome l'intrigue est réduite au strict minimum. On fait juste la connaissance des personnages avec qui on partagera plus de 1000 pages de lecture. C'est aussi le tome le plus léger, avec le plus de scènes comiques.

A tout seigneur tout honneur, d'abord celui qui pour moi est le "héros" si je puis dire de la série, l'abominable Glokta. Glokta, quand il était beau et jeune faisait fantasmer toutes les jeunes filles du royaume, ou plutôt de l'Union. Il était destiné à un futur brillant. Il est parti à la guerre la fleur au fusil, comme certains soldats français durant la guerre de 14. Puis il a compris que la réalité n'était pas celle espérée. Torturé pendant 2 ans dans les geôles de l'ennemi, il ressort cassé psychologiquement et physiquement. Ce n'est plus qu'un grabataire hideux, souffrant continuellement. De soldat héroïque il se transforme en ... bourreau. Après tout, qui mieux que celui qui a connu la torture peut mieux l'infliger? Ce qui fait le délice de ce personnage, ce sont ses monologues intérieurs plein d'un humour très noir.

On fait aussi la connaissance de Neuf Doigts, un guerrier venant des contrées inhospitalières du Nord. Neuf Doigts est beaucoup plus classique. Si vous connaissez Waylander, vous trouverez en Neuf Doigts un lointain cousin.

On découvre aussi Jezal, une sorte de bimbo masculine si je puis dire. Probablement pas si éloigné de Glokta dans sa jeunesse. Jezal est superficiel (il vit dans un monde de noblesse où la superficialité reigne en maître), est vaniteux (il croule sous les compliments depuis tout petit) et est très beau gosse. Il prend d'ailleurs soin de s'en assurer dès qu'il en a l'occasion. Cela en fait un crétin et chaque scène où il apparaît est très réjouissante (notamment dans ses dialogues avec la flamboyante et délurée Ardee).

Enfin (il y en a bien d'autres...), il y a le Premier Magicien, Bayaz. Dans le premier tome il apparait plutôt humble et inoffensif. On le verra très rarement réaliser de la magie. Si vous êtes amateur (trice) de magie, ce n'est pas ici que vous trouverez votre bonheur.

2 - "Before They are Hanged"

Les personnages précédemment décrits, plus quelques autres, se lancent, sous la houlette du Magicien, dans la quête d'un truc. Cette quête prend tout le bouquin et là on a envie de dire qu'on a vu cela 1000 fois en fantasy. Mais la fin est vraiment étonnante. On peut hésiter entre dire que c'est nul ou que c'est exceptionnel. Après beaucoup d'hésitations, je dirais encore une fois que c'est "*ouillu". Les personnages évoluent, surtout Jezal, le beau gosse crétin. Perdant de sa crétinerie, cela devient moins drôle. Mais c'est aussi dans ce tome qu'il y a une des scènes de sexe les plus drôles que j'ai lues en fantasy.

Dommage, l'auteur ne fait guère dans la subtilité avec le rappel des discours assénés par le magicien durant leur quête, donc je me doutais très tôt de ce que le crétin allait devenir dans le dernier tome. Heureusement, je n'avais pas prévu la plupart des autres rebondissements.

3- "Last Argument of the Kings"

C'est le tome que j'ai lu avec le plus de peine, surtout les aventures avec les hommes du Nord et avec West (que j'ai lu finalement un peu en diagonale je dois l'avouer). En fait, seul le mémorable Glokta me faisait tenir. Et puis finalement la conclusion est enfin arrivée (soulagement pour moi), conclusion que s'étire sur de nombreux chapitres. J'ai bien apprécié cet aspect, quand j'ai des personnages qui souffrent le martyr pendant 1000 pages, je me dis qu'on a bien droit de passer un long moment calme avec eux. Et la conclusion a racheté tout l'ennui que j'avais à lire ce dernier tome. Les rebondissements sont nombreux et certains personnages se dévoilent sous un jour totalement nouveau. J'ai particulièrement apprécié ce qui est fait de chaque personnage à la fin (y compris ceux pour lequels rien n'est dit à la fin). Cela reste toujours dans l'esprit de la série, "*ouillu".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Incroyablement Noir et Intense, 15 août 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Blade Itself (Broché)
Au commencement, il y'avait Logen Ninefingers, the BLOODY NINE, double personnalité: brute au grand coeur (bien qu'un peu désabusé) ou guerrier assoiffé de sang n'épargnant ni amis, ni femme, ni enfant...
Puis il y'a eu l'inquisiteur Glokta, ex élément le plus prometteur, brillant et séduisant de l'armée aujourd'hui infirme et bourreau, odieux, cynique et curieusement attachant...
Enfin, il y'a Luthar, bel aristocrate, brillant épeiste, fierté de son marshall mais crétin, prétentieux et poltron...
3 personnages hauts en couleurs que rien ne destinait à évoluer ensemble mais qui vous entraineront chacun dans leur propre monde magique sans concession, noir et intense...
A lire ABSOLUMENT!!!!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Super !, 17 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Blade Itself (Broché)
Ce roman est l'un des meilleurs ouvrages de fantasy que j'ai lu, tant sur le fond que sur la forme. L'univers est original mais pas trop dépaysant non plus, les personnages sont bien pensés et bien construits, et évitent les clichés de la fantasy. Un livre à lirepour tous les fans du genre, mais aussi pour ceux qui souhaitent découvrir la fantasy.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pour tous les amateurs de second degré, 18 mars 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Blade Itself (Broché)
L'histoire générale, qui se déroule lentement en arrière plan, par touches parfois nébuleuses, n'est pas la raison principale pour laquelle j'ai apprécié ce livre.
L'intrigue parait intéressante, certes, mais sans rien de particulièrement original. Très vite le lecteur comprend qu'il lui faudra patienter, et lire les livres suivants, pour découvrir toute la trame. Cela n'a rien de lassant, car le livre est volontairement traité ainsi.
L'auteur nous présente dans ce livre son acte 1, où évoluent de nombreux personnages, mais où trois d'entre eux tiennent la vedette. Le style de J.A est très visuel ; il y a de multiples scènes d'action, bagarres en tous genres, sportives, sanglantes ou cruelles (pas tout à fait ma tasse de thé mais qui feront le bonheur de certain(e?)s), ainsi que de nombreuses descriptions, suffisamment courtes pour ne pas être ennuyeuses. Il y a également de fascinantes scènes de société (tout à fait ma tasse de thé !) où les personnages principaux évoluent de manière souvent désopilante.
En effet le point fort de J.A est certainement l'humour ; il est le plus souvent horriblement, atrocement, abominablement drôle, mais aussi parfois simplement drôle, avec malice.
L'acte 1 nous présente ainsi ses trois personnages principaux, fort occupés à tourner en rond dans leurs cages tels de pathétiques hamsters, bien incapables d'expliquer pourquoi ils continuent à faire tourner leur roue. Il se posent pourtant souvent la question, chacun leur tour, mais sans trouver de réponse satisfaisante...
Un autre point fort de l'auteur (il a peut-être aussi quelques points faibles, sans doute...comme l'abus du verbe "to peer", peut-être ?) est de réussir à nous faire apprécier ses personnages, contre toute attente.
Il y a Logen, un mercenaire sanglant et sans-pitié, que l'on découvre humain, compatissant et d'une grande finesse sous son emballage de brute épaisse.
Il y a aussi Jezal, jeune noble incroyablement centré sur sa personne, tel une héroïne de Jane Austen qui n'aurait pas encore repris le droit chemin, mâtiné d'un peu du Prince Charmant de Shrek 2, qui nous serait insupportable s'il n'était pas si régulièrement châtié par les circonstances, et s'il n'était pas parfois capable d'une étincelle de lucidité
(avant de replonger rapidement dans une bienheureuse auto-satisfaction ou dans un pathétique apitoiement sur sa personne).
Il y a enfin Glokta, héros déchu, transformé en une sorte de monstre par la torture, amer et aigri, dont les monologues intérieurs, où il vitupère contre son entourage et contre les escaliers, oscillant entre auto-dérision et élans de haine soigneusement dissimulés, valent à eux seuls la peine de lire ce livre !

Ce style conviendra à un certain style de lecteurs, mais pas forcément à tous les lecteurs de fantasy classique. Mais ceux qui aimeront l'aimeront certainement beaucoup !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Sympa mais un peu lent à se mettre en place, 16 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Blade Itself (Broché)
Je découvre la trilogie, les personnages sont fouillés et on sent monter la pression. Fait penser aux classiques du genre (Tolkien, Eddings...) par le côté "découverte du monde au travers du voyage quasi-initiatique des personnages".
Chaque chapitre met en scène un ou plusieurs personnages qui ne commencent à se rencontrer que vers la fin du livre : la mise en place est donc un peu longue, l'action met du temps à démarrer.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Début de trilogie: prenant!, 10 juillet 2009
Par 
Phil-Don "phil-don" - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Blade Itself (Broché)
Dans ce premier volet de la trilogie, le lecteur suit le parcours de plusieurs personnages: un guerrier, un mage, un jeune noble narcissique, une sauvageonne en fuite et un inquisiteur infirme. Le chemin des uns croise le chemin des autres, et tous convergent vers la cité d'Alua, capitale de l'Union. L'Union est actuellemnt menacée par le royaume du Nord et l'empire du Sud.
Les personnages sont intéressants et attachants (en dépit de leurs défauts) et le livre comporte son lot d'aventures, de complots, de noirceur, le tout relevé d'une dose d'humour et d'une pincée de magie. Bref, une lecture prenante qui met en place les personnages et la situation et qui donne envie de découvrir la suite.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 L'histoire qui ne commence jamais..., 2 mars 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Blade Itself (Broché)
Abercrombie nous propose de suivre l'histoire de trois personnages principaux, évoluant dans des milieux différents. Quant à l'histoire générale, c'est justement là que j'ai un problème.

En effet, même si de petites intrigues se développent par ci par là, j'ai l'impression que l'histoire ne commence jamais. Il est vrai que les personnages sont sympa', le roman agréable à lire, mais il manque ce petit élément perturbateur qui fait que l'on passe la deuxième pour atteindre une vitesse de croisière dans sa lecture.

Je n'ai pas tout lu, je me suis arrêté aux environs de la page 170, ce qui correspond au tiers du livre. J'estime qu'à ce moment là du récit, j'aurai du rencontrer cette petite étincelle qui nous fait monter notre adrénaline et nous donne l'envie et la volonté de finir l'histoire sans attendre. Mais je ne l'ai pas croisée...

Il est fort possible que le récit contenu dans l'entièreté de la trilogie est beaucoup mieux que ces 170 premières pages. Néanmoins, avec le nombre de livres accessible aujourd'hui, je n'ai ni l'envie ni le temps d'attendre 340 pages pour être transporté par l'histoire.

Bref, si vous êtes patient, vous pouvez toujours essayer ce roman. Mais sinon, il y en a d'autres qui méritent plus votre attention.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 simple et savoureux, 6 février 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Blade Itself (Broché)
C'est bien grâce aux personnages hauts en couleur que l'on plonge avec délices dans cette histoire. On s'attache à tous (si, si!) et on veut en savoir plus. Pourquoi faire compliqué quand on peut faire un livre aussi digeste et sympa?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Excellent bouquin, 16 mai 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Blade Itself (Broché)
Je ne connaissais pas cet auteur mais j'ai eu une très bonne surprise avec ce premier livre d'une série de trois.

Abercrombie a un style agréable, direct et il parvient à nous faire aimer des personnages pas vraiment sympathiques. J'ai en particulier apprécié l'humour plein d'ironie de certains personnages.

Il y a quelques scènes qui sont tout de même un peu difficiles ou qui pourraient eventuellement ne pas convenir à un jeune public. Je situerais la moyenne d'âge à 14 ans comme étant le meilleur âge pour commencer, suivant la tolérance des enfants ou des parents (bien entendu).

Bref, un auteur à 'surveiller' je dirais parce que si la suite est aussi prometteuse alors il doit totalement figurer dans votre liste à lire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

The Blade Itself
The Blade Itself de Joe Abercrombie (Broché - 8 mars 2007)
EUR 11,83
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit