Commentaires en ligne 


2 évaluations
5 étoiles:    (0)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Hommage humoristique et sensible à la série Star Trek, ****-, 30 août 2012
Par 
Kallisthène (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Redshirts (Relié)
John Scalzi n'est pas un écrivain de SF « sérieux », du genre Frank Herbert, Isaac Asimov ou Dan Simmons, pleins d'idées sur le futur de l'humanité, côté technique ou social.

Non, John Scalzi est un bateleur moderne, un moqueur, un grand taquin qui prend plaisir à écrire avec dérision sur des sujets, des personnages ou des situations qui lui tiennent à cœur.

Ce que n'était pas sa série militariste du Le vieil homme et la guerre, il l'avoue lui-même volontiers ; ayant alors écrit Imprésario du 3e type pour lequel il ne trouvait pas d'éditeur il décida d'écrire dans un domaine toujours très populaire dans l'Amérique : la SF militariste.

Un auteur talentueux à contre-emploi ou sur figures imposées peut donner des résultats d'une qualité et d'une profondeur inattendue, c'est le cas de la série de John Perry.

Depuis, succès aidant, John Scalzi a les moyens de faire ce qu'il aime et d'ailleurs pourquoi s'en priverait-il ? Mais je regrette cet auteur lorsqu'il n'est pas à contre-emploi et n'apprécie pas outre-mesure ses productions en dehors de l'univers de Perry.

De plus son métier d'écrivain freelance, d'animateur de blog (whatever.scalzi.com) et de consultant (Stargate) lui prenant un temps considérable, je pense que le temps d'écriture de roman dont il disponible est très limité, à l'image de l'accélération que nous subissons tous à l'ère de la communication instantanée.

Résultat : si la prose de Scalzi est invariablement amusante, le moteur de ses récits est souvent anecdotique, l'extrême étant représenté par The Android's Dream basé sur une scène de meurtre grâce à des pets … si, si.

Il a également repris intégralement à sa sauce un roman secondaire de l'âge d'or de la SF (« Little Fuzzy,1962), sans apporter grand chose de plus que la qualité et l'humour de sa prose.

Alors pourquoi continuer à lire Scalzi ? Et bien on ne sait jamais, et d'ailleurs bien m'en a pris car Redshirts fut une bonne surprise même si ce roman est un cas à part.

En effet dans ce livre Scalzi fait du Scalzi, sauf que sur le thème qu'il a choisi, c'est très adapté. Alors oui les personnages ont tous la même « voix » (homme, femme, parfois je n'étais même pas sûr de leur genre), les descriptions sont quasi-inexistantes dans un futur tellement générique, tellement carton-pâte qu'on se dit que c'est pas possible, qu'il le fait exprès.

Et il le fait exprès !

Tous ces défauts sont parfaitement cohérents avec l'histoire qu'il veut vous raconter, il y a même beaucoup d'émotion à la fin du livre. Le problème est que je ne peux pas vous expliquer pourquoi, sinon ça va vous gâcher le livreeeeeeeeeeeeeeeeee !

Sachez simplement qu'il s'agit d'un livre qui rend hommage à Star Trek, en se moquant gentiment de ses travers. Le titre, Redshirts, fait ainsi allusion à tous ces personnages secondaires qui ne traversent la série que pour se faire tuer de façon horrible et transmettre ainsi au spectateur l'idée que les héros courent de très grands risques. Apparemment lors du show ils portaient souvent des Tee-shirts rouge, d'où ce titre.

Et c'est un peu la sensation qu'ont les nouveaux personnels affectés au Vaisseau-mère "Intrépide" de l'Union Universelle. Nous sommes en 2456 et le lecteur suit les nouveaux enseignes affectés à ce Vaisseau prestigieux. Sauf qu'ils se rendent compte rapidement qu'une atmosphère d'inquiétude extrême imprègne la bâtiment. Une inquiétude qui trouve son apogée au moment où le Capitaine décide de se rendre en mission d'exploration et où il choisit des "Extras", les fameux Tee-Shirts rouge.

L'enseigne Andrew Dahl ira jusqu'au fond des choses et c'est ... surprenant !

Un livre qui ne vous fera certes pas rire aux éclats mais qui fera naître souvent un sourire complice sur votre visage.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Pas exactement déçu, 14 mars 2013
Par 
F. Marcade (Dubai, U.A.E.) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Redshirts: A Novel with Three Codas (Format Kindle)
Le synopsis est intriguant, les premiers chapitres sont prenants. Mais à mon sens, la solution du mystère n'est pas suffisamment "exotique". C' est une satire de la télévision d' aujourd'hui déguisé en science fiction, plus qu'un vrai roman d' anticipation. Ceci dit c'est un livre plaisant a lire, les 3 codas ajoutent au plaisir, ce n' est juste pas un livre qui vous fait dire "J'aurais voulu trouver ça moi-même!".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Redshirts
Redshirts de John Scalzi (Broché - 9 mai 2013)
EUR 10,62
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit