Commentaires en ligne 


44 évaluations
5 étoiles:
 (15)
4 étoiles:
 (9)
3 étoiles:
 (6)
2 étoiles:
 (10)
1 étoiles:
 (4)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 roman mémorable et juste
Pourquoi Rowling n'a pas commencé sa carrière avec ce genre de roman ? Les moeurs d'une petite ville anglaise et des personnages décrits avec justesse qui font penser aussi bien à des personnages de Dickens (Howard) qu'à quelques-uns de "Little
Britain" (Krystal et Maureen) fascinent.Il est intéressant de noter que les...
Publié il y a 22 mois par mazetta

versus
45 internautes sur 57 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Ses semblables vus par JKR ? Une monochromie de profils psychologiques négatifs pour un récit ultra réaliste sans charme
-
Ayant adoré lire et relire les six premiers tomes des Harry Potter (une découverte fracassante en ce qui me concerne, une lecture éblouissante) j'étais parfaitement réconciliée avec l'idée que l'auteur laisse de côté pour le moment la littérature jeunesse pour écrire un livre pour adultes...
Publié il y a 23 mois par Guinea Pig


‹ Précédent | 1 25 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 roman mémorable et juste, 20 octobre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Casual Vacancy (English Edition) (Format Kindle)
Pourquoi Rowling n'a pas commencé sa carrière avec ce genre de roman ? Les moeurs d'une petite ville anglaise et des personnages décrits avec justesse qui font penser aussi bien à des personnages de Dickens (Howard) qu'à quelques-uns de "Little
Britain" (Krystal et Maureen) fascinent.Il est intéressant de noter que les lecteurs anglain semblent apprécier un peu plus que nous autres. Bravo
J.KRowling ! Et à quand la suite?The Casual Vacancy
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


13 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un drame poignant, raconté avec tendresse, 13 octobre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Casual Vacancy (Relié)
J'ai terminé le nouveau roman de J. K. Rowling ce matin, après près de 2 semaines de lecture (et je suis une bonne lectrice). En effet, à la différence de la saga Harry Potter, romans merveilleux destinés aux enfants (ou aux âmes d'enfant des grands ^^), ce roman assez long (une 500aine de pages, 7 parties) ne se lit pas d'une traite : sa densité et sa structure compliquée, ainsi que les thèmes durs qu'il aborde requièrent du temps hors-lecture pour penser aux personnages et aux événements, se laisser apprivoiser par cette petite ville britannique intrigante en son dedans, recevoir la sagesse mais aussi la tendresse de l'auteure. Les thèmes principaux concernent l'adolescence, les relations ados-parents/ados-adultes, les adultes, qui continuent à se chercher et à se construire. Il y a de la violence, de la souffrance, mais aussi de l'humour grinçant, de l'humour tendre.
J'ai l'immense chance d'être la génération qui était en 6e à la sortie d'Harry Potter 3, et qui a 25 ans environ maintenant, à la parution de ce tout autre type de roman. L'impression de grandir aux côtés des personnages et des histoires de J. K. Rowling ! :)
J'ai adoré, je me suis laissée apprivoiser, toucher, et emporter. C'était avec une très grande émotion que j'ai atteint les dernières pages ce matin, et je continuerai à penser à ces personnages longtemps, à leurs secrets, à leurs espoirs, à leurs regrets. Very beautiful !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un roman agréable...loin d'Harry Potter, 7 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Casual Vacancy (Relié)
Ecrit dans un anglais très fluide, le livre est très agréable à lire et alterne plusieurs histoires personnelles qui s'entrecroisent dans le petit monde d'un village dans la cambrousse anglaise. C'est une tranche de vie en somme.
J'ai été plutôt content de lire ce roman simple, sans grosses ambitions, me disant bien (ayant lu les commentaires précédents) que cela n'aurait rien à voir avec le monde d'Harry Potter.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Etonnant, 30 octobre 2012
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Casual Vacancy (English Edition) (Format Kindle)
Pour être une inconditionnelle de Harry Potter et de son univers onirique et tellement humain dans la description des sentiments et des peurs de chacun j'avais quelque crainte d'être déçue par ce livre.
Et bien non.
Dans un univers de vie totalement différent le monde des sentiments reste toujours aussi fouillé et vrai. On se sent concerné par les personnages, on ressent leurs émotions. Bref une oeuvre réussie pour moi, même si certains font a fine bouche.
La seule chose qui me gêne est le battage médiatique autour de sa sortie.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un très britannique et très bouleversant roman actuel !!, 23 octobre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Casual Vacancy (English Edition) (Format Kindle)
Il faut d'abord mettre en garde tous ceux qui attendent trouver un univers de consolation dans la lecture de ce roman, présenté à raison à sa sortie comme le "premier roman pour adultes" de Joanne Rowling. Tout ce qui y est décrit tend d'autant plus désagréablement qu'inévitablement à nous rapprocher de la banalité cinglante et de la mesquinerie ordinaire qui composent le plus souvent nos vies quotidiennes.
Il faut ensuite entamer la lecture d'"Une place à prendre" sans vouloir rien y trouver a priori. C'est un préalable à l'émergence de toute émotion véritable, qui ne peut naître que de l'effort sincère d'une confrontation avec le texte brut. Cette lecture réclame du temps, beaucoup plus qu'elle ne le suggère, ne serait-ce que pour mûrir les propos et mesurer les passages de l'intrigue qui s'échafaude lentement, par constructions successives. Il faut s'intercaler entre ces tournants, faire pause entre les petits chapitres pour pouvoir réellement éprouver les plaisirs et les déplaisirs qui émaillent le récit. Si l'auteure ne nous épargne aucune violence ni aucune vulgarité, elle n'en réussit pas moins à nous faire rire et sourire au détour de remarquables inventivités verbales. L'écriture alterne le registre le plus soutenu au style direct le plus familier. Tout est finalement dit et exploité pour révéler l'essence de cette micro-humanité cantonnée dans le périmètre de Pagford, petite bourgade anglaise emblématique du territoire de proximité à l'heure de la mondialisation.
Il faut enfin l'avouer, c'est un roman actuel. L'auteure met le doigt sur des problématiques contemporaines fortes sur fond de conflits intestins et larvés qui vont finir par éclater. Elle parvient à donner vie à chacun de ses personnages avec un talent inégalé. A chaque fois ou presque, les introspections sont menées avec justesse. Cela est particulièrement vrai pour les personnages adolescents dont la réalisation des potentialités s'avèreront capitales dans l'avènement de la réalité. Aucune pathologie psychologique ne semble échapper à la plume acérée de la créatrice d'Harry Potter qui se renouvelle dans un style moins fantastique pour l'attribution de patronymes idoines. Au final, chacun incarne quelque chose de véritable après avoir été totalement mis à nu. Il y a quelque chose de profondément humain qui se dégage au fur et à mesure de l'avancée du récit. La conclusion, pour la moins brutale, est lourde de sens et comble magistralement la vacance ouverte au début du roman. Vue de l'extérieur, la vie à Pagford se poursuivra à l'identique dans un quasi statu quo ante alors que tout a changé. Chacun trouvera la place qui est la sienne après une période de grand bouleversement. C'est une puissante métaphore de nos vies modernes, si difficiles à décrypter au moyen des marqueurs usuels et de la morale, ce qui ne peut laisser insensible. On sort donc dérangé et bouleversé de la lecture de ce roman que je ne saurais trop vous recommander.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Défi relevé, 14 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Casual Vacancy (Relié)
Quel incroyable défi cela a-t-il dû être pour la maman du célèbre magicien que de se lancer dans l'écriture d'un nouveau roman.Il faut bien reconnaître qu'elle a gagné son pari. The Casual Vacancy, avec sa galerie de personnages viles, lâches, égocentriques nous emmène indéniablement en voyage. Très vite on visualise mentalement les personnages, on a impression de les connaître, on les trouve pour certains pathétiques, pour d'autres détestables, on les aime ou on les déteste mais ils ne laissent en aucun cas indifférent.Toutes les catégories sociales se trouvent représentées, toutes dépeintes à la plume vitriolée et le divertissement est assurément au rendez-vous. Certains trouveront peut-être quelques longueurs au livre, d'autres reprocheront l'intrigue un peu fade.L'intérêt du livre réside principalement dans la qualité de l'écriture, dans la peinture peu reluisante des portraits humains. L'écueil dans lequel il faut éviter de tomber également est de chercher à retrouver du Harry Potter dans ce roman. The Casual Vacancy se retrouve aux antipodes de Harry Potter. C'est très différent mais c'est très plaisant à lire aussi.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 A good read, 7 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Casual Vacancy (Relié)
I would like to say that I enjoyed the book and having never read any of the Harry Potter books, I can't compare it to them. I thought it was very much like the books of Johanna Trollope but more gritty. It was, however, a bit depressing as it is very realistic to the way life has become in England with drugs, poverty and racism. I think she has been very brave to write something so different from Harry Potter.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 JK Rowling's first novel for adults, 23 octobre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Casual Vacancy (Relié)
Just a short warning: people who expect a magical world evolve around them while reading this new novel, will be disappointed. JK Rowling's book is not about anything magical or fiction. The setting is grounded in a harsh reality: drug addiction, domestic violence, bullying, adultery, deceit and racism. But Rowling manages to create memorable and moving characters living in a superficially idyllic little village. The inhabitants are at war with the nearby council estate, where people use drugs and live of the state, the novel describes the struggle between "old" respectable England and the "new" underclass of the estate. The characters made me laugh, made me angry and moved me to tears. Writing anything after the Harry Potter series must be a risk and a tough act to follow. But it is a wonderful novel, no doubt.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


45 internautes sur 57 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Ses semblables vus par JKR ? Une monochromie de profils psychologiques négatifs pour un récit ultra réaliste sans charme, 29 septembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Casual Vacancy (English Edition) (Format Kindle)
-
Ayant adoré lire et relire les six premiers tomes des Harry Potter (une découverte fracassante en ce qui me concerne, une lecture éblouissante) j'étais parfaitement réconciliée avec l'idée que l'auteur laisse de côté pour le moment la littérature jeunesse pour écrire un livre pour adultes.
Après avoir lu la présentation de l'éditeur, je m'attendais à un récit enlevé, drôle et satirique, dans un style peut-être un peu de ceux des livres d'Agatha Christie, ou des téléfilms de la série des Inspecteur Barnaby – les meurtres en moins. Ou alors, avec un grand coup de chance, à une histoire aussi chaleureuse, fine et amusante que dans les romans de Victoria Clayton.

Le début répondit à peu près mes attentes : un style fluide, des personnages bien campés, aux personnalités bien marquées. J'ai apprécié quelques passages très pertinents. Mais très vite j'ai commencé à ciller, tout d'abord face à la multitude des points de vue : ce n'est qu'à la moitié du livre (qui est très long) que j'ai réussi à savoir exactement qui était qui. Il m'aurait fallu, pour m'y retrouver, une liste des personnages et de leurs interactions, comme dans une pièce de théâtre. Cette faiblesse est d'ordre structurel, mais je crois qu'elle aurait dû être évitée dans le contexte (un auteur aguerri, un éditeur très présent, une distribution massive).
Ensuite, au tiers du livre, mon opinion a commencé à prendre forme, alors que la pertinence laissait place aux répétitions ; à la moitié j'ai failli abandonner cette lecture, persévérant finalement dans l'espoir d'une volte-face, d'une justification des choix de l'auteur... mais mes attentes n'ont pas été récompensées.

Dans le microcosme imaginé par JK Rowling dans ce livre, ce "roman psychologique", il n'y a que la misère du monde. Aucune des faiblesses humaines ne nous est épargnée, tourbillonnant sans relâche sur le plateau de sa brassée de personnages. Chacun d'entre eux sonne juste, il faut l'avouer – presque terrifiant de réalisme, même. Les mises en scène sont brillantes (du moins dans le premier tiers, ensuite le récit ressasse beaucoup) rien ne pêche de ce côté-là. Cependant, cette galerie de personnages offre une tonalité très monochrome : celle de la laideur humaine. Toutes les bassesses, faiblesses, médiocrités, mesquineries, violences, manquements de notre race sont ici mis en avant, sans concessions et avec beaucoup de crudité à l’occasion. Curieusement, l’impression d’ensemble n’est pas déprimante : au début de ma lecture j'ai surtout été perplexe, me demandant où l'auteur voulait en venir, pourquoi tardait-elle tant à introduire les éléments destinés à mettre en relief toute cette noirceur monochrome. Cette perplexité s'est mué en agacement, puis en ébahissement à la lecture de la chute.

Aucune lueur de bonté, de malice, d’espoir ne vient jamais vraiment éclairer ce microcosme des vanités et mesquineries humaines. Ce réalisme extrême, ponctué de vulgarité, de sordide et de crudité, est dénué du charme sulfureux du cynisme tout comme du charme tellement humain de l’espoir. Aucun humour, de quelque sorte qu'il soit, ne vient alléger ces très longues pages.
Le but unique de ce livre semble être de nous présenter, en détail, avec une minutie obsessionnelle, une galerie de personnages antipathiques et/ ou pathétiques. Tout est passé en revue : la lâcheté, l'égoïsme, la perversité, la cruauté, l'addiction, la violence, la sexualité dans ses formes les plus sordides, l'injustice, l'absence de soins aux personnes faibles, la persécution des faibles par les forts, etc.
Jamais ou presque les qualités humaines opposées ne sont mises en avant sans pointer du doigt la nature égoïste de ce prétendu altruiste. Noir sur noir, du début à la fin, si tant est que les squelettiques touches positives tombent comme des cheveux sur la soupe, comme des clichés ahurissants.

L’artifice choisi par l’auteur pour rassembler ses personnages autour d’un même intérêt (la mort d’un notable de leur petite ville, qui laisse une place politique à prendre) est finalement très artificiel. Aucune histoire bien tournée ne vient sauver ce marasme, l'intrigue tiendrait en quelques chapitres. L'affaire aurait peut-être été sauvée par un récit trois fois moins long, qui aurait donné un rythme, une nervosité qui aurait pu servir cette vision purement négative de l'humain.

Bien avant la fin de ma lecture, ce détachement clinique, cet acharnement à dénoncer méticuleusement les travers de ses personnages, sans leur accorder une once de qualité, m’a rendu ce livre très antipathique. Je suis attristée à l’idée qu’une personne capable de créer un monde aussi fascinant et enchanteur que celui des HP puisse avoir éprouvé le besoin d’utiliser son art (car elle montre un talent d'écriture malgré tout) à dérouler minutieusement une société méprisable à travers une histoire trop faible et fade pour supporter le poids de cette chape de misères humaines.
La fin est ridicule. L'auteur y châtie cruellement chacun de ses personnages, à une ou deux exceptions près. Chacun d'entre eux est puni, humilié, exposé, anéanti. Elle utilise même une technique cliché que je lui avais déjà trouvé (* voir plus bas pour ceux que ça intéressent, et qui n'ont pas l'intention de lire ce livre : attention je dévoile la fin) dans le dernier livre des Harry Potter.

Que JKR a-t-elle voulu nous prouver là ? Qu'elle était capable d'écrire quelque chose de très différent des Harry Potter ? Et bien qu'elle se rassure, c'est fait ! Aucun charme, aucun humour, aucune élévation de l'âme, aucune chaleur humaine, rien de distrayant, aucun intérêt.
Un livre froidement informatif, sur des choses que nous connaissons tous, qui nous entourent, qui sont notre quotidien, de plus ou moins près bien sûr, mais dont nous nous informons et qui ne nous laissent jamais indifférents.

Pour ma part, j'attends d'un livre qu'il me distraie, m'amuse, me fasse réfléchir, voire même tout ça à la fois.
"The Casual Vacancy" y a lamentablement échoué...

(* ATTENTION "spoilers" !
J'avais noté, dans le tome 7 des HP, une tendance déplaisante, à vouloir faire sérieux, en sacrifiant un nombre conséquent des personnages secondaires très attachants. Cette volonté de montrer que "c'est du sérieux, la vie c'est pas marrant, mon livre est crédible, non tous les gentils ne s'en sortent pas à la fin" m'avait beaucoup agacée – et déçue. Dans "The casual Vacancy" JKR utilise le même artifice en sacrifiant l'enfant innocent, puis du même geste, la grande sœur attachante, qui se suicide de désespoir : beuh, franchement, quel mélodrame éculé !).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 VW, 4 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Casual Vacancy (English Edition) (Format Kindle)
By today's standards this is well written and makes good light reading but it is not difficult to put down.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 25 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

The Casual Vacancy
The Casual Vacancy de J. K. Rowling (Broché - 18 juillet 2013)
EUR 9,84
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit