Commentaires en ligne


3 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 éros et thanatos, 16 août 2011
Par 
Gwen - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (COMMENTATEUR N° 1)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Postman Always Rings Twice (Broché)
Californie, années 30.

Frank Chambers, 24 ans, sans profession, s'arrête dans un restaurant pour y casser la croûte et s'y voit offrir un boulot par son propriétaire, le vieux Nick. Il accepte et s'éprend très vite de la jeune et ravissante épouse de ce dernier, Cora. Commence aussitôt entre eux une liaison brûlante, mais qui ne tarde pas à prendre un tour dangereux. Enflammés par leur passion, Frank et Cora échafaudent en effet un plan diabolique pour assassiner Nick et maquiller sa mort en accident...

Classique absolu du roman noir, ce bref chef-d'oeuvre de James Cain n'a pas pris une ride, comme on dit. Auréolé à sa parution, en 1934, d'un parfum de scandale, il brille encore aujourd'hui par la qualité de son style tendu comme une corde à piano. Cain s'inscrit ici dans la veine "béhavioriste" inventée par Dashiell Hammett quelques années plus tôt dans Red Harvest et surtout The Maltese Falcon. Narré à la première personne, son récit refuse toute psychologie, toute introspection. Les personnages se définissent uniquement par leurs actes, leur comportement.

Le plus curieux, c'est que ce roman qui passa longtemps pour immoral, au point d'être interdit dans certaines librairies, me paraît en réalité éminemment moral, ou du moins éminemment objectif dans sa description des travers humains. Prône-t-il l'adultère? Bien sûr que non! Le meurtre? Encore moins! Il se contente de mettre en scène des êtres animés de pulsions sauvages, presque animales, qui se laissent entraîner dans une "folie à deux" sans souci des conséquences auxquelles ils s'exposent.

Mais ce que Frank et Cora oublient, bien sûr, dans la fougue de leur jeunesse et l'aveuglement de leur passion, c'est que le Destin n'aime pas qu'on lui force la main et a une fâcheuse tendance à se venger de ceux qui le défient. Comme le mystérieux facteur du titre, lui aussi sonne deux fois. Quitte à devoir s'y reprendre, il finit toujours par vous rattraper, d'une manière ou d'une autre, et souvent quand on s'y attend le moins.

James Cain n'est pas seulement un grand écrivain. Mine de rien, c'est aussi un grand moraliste!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Raw, fast, furious, 22 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Postman Always Rings Twice (Broché)
Two famous Hollywood films were made with this title, in 1946 with Ava Gardner as Cora and another in 1981 with Jack Nicholson as Frank, neither of which this reader ever saw. After this literary debut in 1934 at the age of 42, James M. Cain produced some 20 less successful books whilst working on numerous Hollywood screenplays. This book, once banned in Boston for its mix of sex and violence, is today considered an American noir classic and his best. The meaning of the book’s title remains a mystery and adds to its aura of brilliance.
The novel is about penniless drifter Frank (24) meeting cook and waitress Cora (20?) in a roadside diner/gas station owned by her despised Greek husband Nick. They fall for each other instantly and soon decide to kill Nick. Much of author Cain’s brilliance is to write, from start to finish, purely from the perspective of his impulsive, somewhat dim-witted but passionate character Frank, and to gradually expose his past and character, strengths and weaknesses in his own words to us, readers to mull over and judge…
This Cain technique gave readers the chance to judge Frank’s choices for themselves by what at every twist and turn of the tale. Cain always refused to be categorized: hard-boiled crime stories were about catching criminals. His book explored the mind of one (or two) of them. In the 1930s, this was a novelty.
Full of deliberate grammar errors and quasi-clumsy writing, this book is authentic because of the powerful prose and wild passion and poorly defined hopes it exudes. It is written in a raw, fast and furious manner James M. Cain never managed to replicate. Great stylistic writing experiment. Captivating reading.
But what is the drink Frank called "coke and ammonia"?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 The Postman Always Rings Twice (version anglaise), 4 octobre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Lecture passionnante de la première à la dernière ligne. Livre à recommander pour les gens qui aiment comparer le film avec le livre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

The Postman Always Rings Twice
The Postman Always Rings Twice de James M. Cain (Broché - 24 mars 2005)
EUR 11,58
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit