Commentaires en ligne


19 évaluations
5 étoiles:
 (16)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


14 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Sublime (brasse du vent, d'accord, mais de manière sublime)
The Wise Man's Fear est le deuxième tome de la série "The Kingkiller's Chronicle".
Le premier tome, "The Name of the Wind: Day One", sorti en 2007, avait déjà fait une sortie remarquée. Autant dire que ce deuxième tome, si long à paraître, était très attendu. Aucune date de sortie n'est encore...
Publié le 2 avril 2011 par Lady Lama

versus
8 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Trois étoiles et demie de perplexité...
Dans le précédent et exceptionnel livre de la trilogie de "The kingkiller Chronicle", "The name of the wind", P. Rothfuss nous avait prouvé son talent de conteur né. Ce second livre n'a pas démenti mes attentes. J'ai retrouvé avec bonheur un style incomparable, de la sagesse, de l'humour, de l'inventivité, un sens de la...
Publié le 7 avril 2011 par Guinea Pig


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

14 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Sublime (brasse du vent, d'accord, mais de manière sublime), 2 avril 2011
Par 
Lady Lama (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wise Man's Fear (Relié)
The Wise Man's Fear est le deuxième tome de la série "The Kingkiller's Chronicle".
Le premier tome, "The Name of the Wind: Day One", sorti en 2007, avait déjà fait une sortie remarquée. Autant dire que ce deuxième tome, si long à paraître, était très attendu. Aucune date de sortie n'est encore indiquée pour le dernier tome, pour le moment nommé "The Doors of Stone".

Le premier tome méritait sans aucun doute 5 étoiles, et le deuxième le mérite sans doute encore plus. J'ai dévoré avec bonheur les plus de 1000 du roman (ouiii, c'est très long, mais on ne voit pas le temps passer).

L'histoire:
-----------
L'histoire reprend à la minute même où on a arrêté le premier tome. Kote l'aubergiste, un peu éprouvé par les évènements de la nuit, continue de raconter ses aventures passées en tant que Kvothe au Chroniqueur et à son élève, le coureur de jupons Bast. Pendant près d'un tiers de livre, Kvothe va continuer à étudier à l'Université des magiciens. Il ne se passe rien, mais j'ai dévoré ces pages. Ensuite il va se frotter à la politique en allant à la Cour d'un personnage important, en quête d'un patron pour soutenir ses vélléités artistiques. Puis il va aller chasser des bandits de grands chemins. Il va aussi faire une rencontre improbable. Puis il va essayer de s'intégrer dans une nouvelle civilisation. Tout çà pour retourner à l'Université, plus ouvert d'esprit, plus posé et déniaisé ("I continued my usual classes in sympathy, medicine, and artificing, then added chemistry, herbology, and comparative female anatomy").

Est-ce qu'il était nécessaire de passer plus de 1000 pages pour cela? Oh oui.

L'intérêt du livre
------------------
Le livre comporte plusieurs niveaux de lecture.

Vous avez envie de vous divertir? Ce livre est fait pour vous. On retrouve les étapes classiques des livres de fantasy, presque trop attendues (l'école de magie, la Cour et ses intrigues, le test des oiseaux déjà vu à plusieurs reprises dans d'autres livres/films même si je ne me souviens plus où, ou encore le moment qui n'est pas sans rapeller le choix d'Harry Potter quand il va acheter sa baguette magique). On sait ce qui va se passer, et on se repaît de chaque mot, de chaque scène, tellement justes.

Vous aimez les jeux d'esprit? Ici avec toutes les mises en abyme (vous lecteur lisant l'histoire de l'aubergiste racontant sa propre histoire qu'il commente lui-même, et dans laquelle on lui raconte d'autres histoires qu'il commente aussi...) vous ne serez pas déçu. Vous aimez une écriture élégante et efficace? Vous avez trouvé le bon livre, avec plus de 150 chapitres parfaitement équilibrés et fluides.

Vous avez envie de vous creuser les neurones? Vous ne serez pas déçu. Enfin, personnellement, je n'ai trouvé qu'un premier niveau de lecture aux phases "université" et "Cour", donc j'ai peut-être (sans doute) passé à côté de quelque chose. Mais sur le chemin avec les mercenaires et ensuite, on va devoir réfléchir avec Kvothe à la conceptualisation (possible ou non) de ce qu'on peut ressentir, au langage...

L'auteur s'amuse avec nous. Kvothe se fait attaquer par des pirates, son bateau coule? Il l'inclut dans un chapitre avec le titre taquin de "All Wise Men Fear" Et bien il n'écrira pas plus que quelques lignes sur le sujet, pour dire que cela n'a rien à voir avec le sujet traité, et donc que ces moments ne méritent pas qu'on s'y attarde. Alors que dans le même temps, l'auteur peut passer des pages à des pages à nous parler de la lune (qui est là, qui n'est pas là, qui est capturée, qui est libre, enfin pas tout à fait...). Je me suis pas mal trituré les méninges à ce sujet("a wise man views a moonless night with fear").

Un regret?
----------
Pas qu'il y ait tant de pages pour pas grand chose, comme certains lecteurs semblent le regretter. L'histoire a un tel charme et est tellement bien contée que j'aurais pu passer 1000 pages de plus à l'université avec Kvothe.

Peut-être le fait que les aventures de Kvothe apparaissent plus comme des "tableaux" qu'une histoire vraiment fluide. J'avais l'impression d'avoir "Kvothe à l'école", "Kvothe à la Cour", "Kvothe sur la route" etc... L'unité est bien là en y réfléchissant (Kvothe reste un enfant traumatisé par la perte de ses parents, son but dans la vie est d'apprendre et comme une éponge il absorbe tout ce qu'il peut). Mais chaque étape est un peu abrupte.

Sûrement l'histoire d'amour que l'auteur tente de faire naître entre Kvothe et cette manipulatrice de Denna. Elle se bouge plus que la Molly de L'Assassin royal, mais elle n'est pas plus sympathique, au contraire même (enfin, à mes yeux, et malgré tous les efforts que l'auteur aura déployé dans ce tome pour prouver le contraire!).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Des heures de lecture distrayante !, 13 avril 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wise Man's Fear (Relié)
1000 pages et 150 chapitres... on a de quoi s'occuper! "The Wise Man's Fear" continue dans le même esprit que le premier tome, et on retrouve le même plaisir de lecture, la même fraîcheur. Les aventures de Kvothe à l'Université continuent dans le premier tiers du roman. On retrouve Auri, les cours loufoques d'Elodin, les soirées musicales à l'Eolian, l'abominable Ambrose... Rien de bien neuf, me direz-vous. Eh bien non, mais c'est adorable quand même!

Certes, tout n'est pas parfait. On est frustré d'en apprendre si peu sur les Chandrians. Certaines scènes sont un peu répétitives (comme les rencontres du héros avec Denna), d'autres auraient pu être raccourcies (comme la longue recherche des bandits en forêt). Mais juste quand on commence à se dire qu'il ne se passe pas grand-chose et qu'un peu d'action ne ferait pas de mal, l'auteur nous livre des passages mémorables, de toute beauté. L'un de mes préférés est la rencontre de Kvothe avec Felurian: c'est léger, aérien, poétique... malicieux et coquin, aussi. Du pur Patrick Rothfuss. Et la période de formation de Kvothe chez les Adem est passionnante. A noter aussi que les "interludes", où nous retrouvons Kote dans son auberge, sont superbement écrits. L'histoire actuelle de Kote devient aussi intéressante que celle du jeune Kvothe. Je suppose (j'espère!) que Bast sera un personnage-clé du tome 3.
J'ai hésité pour évaluer ce roman. Mais finalement, pour toutes ces heures de lecture distrayante, et malgré les petites imperfections, les 5 étoiles me semblent méritées.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un univers toujours aussi riche !, 22 octobre 2011
Par 
Piment coloré - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Wise Man's Fear (Broché)
J'avais lu "The Name of The Wind" avec délice, et me suis logiquement porté sur sa suite. On retrouve Kvothe, au deuxième jour avec Chronicler et Bast, il continue de leur raconter l'histoire de sa vie, qui continue, pendant presque 500 pages, à l'université, avec, comme dans le précédent, des moments forts et passionnants. Mais Kvothe est obligé de quitter l'université en milieu de livre, et l'histoire devient plus ennuyeuse, plus lente, et si l'on s'y amuse un peu, c'est tout de même moins prenant que la première partie. MAIS, plus tard, Kvothe va rencontrer les Adem, et apprendre la voie du Lethani, et l'on retrouve enfin le rytme riche et intéressant, la souffrance n'aura été que de courte durée :
Je suis curieux et impatient de lire le tome 3 tout de même, on termine le livre sans savoir encore vraiment ce qui fait que Kvothe se cache en jouant l'aubergiste.
L'écriture reste intelligente, littéraire, poétique, et même philosophique souvent, c'est un délice de ces livres, l'écriture est musicale, et la réflexion sur le monde profonde. Je recommande donc encore une fois Patrick Rothfuss si vous n'avez pas encore sauté le pas !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Passionnant mais peu d'évolution, 11 décembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Wise Man's Fear (Broché)
Livre très intéressant. Comme The Name Of The Wind, je l'ai lu d'une traite. Cependant, je reste un peu sur ma faim. Le livre est prenant mais il ne se passe pas grand chose comparativement au nombre de pages et je ne sais pas comment l'auteur va pouvoir tout terminer en un seul dernier tome en continuant à ce rythme.
Excellent livre néanmoins.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un univers toujours aussi riche, 22 octobre 2011
Par 
Piment coloré - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Wise Man's Fear (Broché)
J'avais lu "The Name of The Wind" avec délices, et me suis logiquement porté sur sa suite. On retrouve Kvothe, au deuxième jour avec Chronicler et Bast, il continue de leur raconter l'histoire de sa vie, qui continue, pendant presque 500 pages, à l'université, avec, comme dans le précédent, des moments forts et passionnants. Mais Kvothe est obligé de quitter l'université en milieu de livre, et l'histoire devient plus ennuyeuse, plus lente, et si l'on s'y amuse un peu, c'est tout de même moins prenant que la première partie. Je suis curieux et impatient de lire le tome 3 tout de même, on termine le livre sans savoir encore vraiment ce qui fait que Kvothe se cache en jouant l'aubergiste.
L'écriture reste intelligente, littéraire, poétique, et même philosophique souvent, c'est un délice de ces livres, l'écriture est musicale, et la réflexion sur le monde profonde. Je recommande donc encore une fois Patrick Rothfuss si vous n'avez pas encore sauté le pas !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Amazing book, 24 janvier 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Wise Man's Fear (The Kingkiller Chronicle, Book 2) (Format Kindle)
I just finished reading both books, one after the other. I can honestly say that the KingKiller Chronicle is among the best books I have read for a very long time. I find Patrick Rothfuss' writing flawless. It is entertaining yet richly detailed. The characters are all very touching and personally I cannot wait to read more about "Bast".

As other readers have said here, a very very nice thing is that the story is told by the hero himself in chronological order. Patrick Ruthfuss has not embraced the silly fashion of modern writers of inserting flashbacks or telling the story from multiple angles. It is actually quite nice to carry along until the next chapter. I must also say that it will shorten your nights as you're caught always wanting for more.

If you like Robin Hobb, Brandon Sanderson or Brent Weeks then you have to read these 2 books and start praying that the wait for the 3rd one won't be too long.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Longue lecture, 12 décembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wise Man's Fear (Relié)
Tome 2 des aventures de Kvothe, qui reste étudiant pendant toute la durée du livre, mais qui sort cette fois de l'université pour retourner se frotter au monde réel, après avoir eu encore des mésaventures avec son meilleur ennemi Ambrose.
La lecture reste celle d'un conte poétique, avec une langue fleurie et toujours bien tournée, les quelques 1000 pages vous emmènent dans un long voyage dont on n'aura pas le fin mot avant le prochain tome: à la fin de ce livre, on ne sait rien des différents surnoms de Kvothe (sauf "Bloodless"), ni pourquoi il s'accuse d'avoir provoqué la guerre qui agite le pays.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Une suite à la hauteur, 24 mai 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Wise Man's Fear: The Kingkiller Chronicle: Day Two (Poche)
On m'avait conseillé le 1er tome que j'ai dévoré, et le deuxième s'est révélé tout aussi passionnant. Impossible de le lâcher, une histoire qui se tient et qui sait se renouveller. L'histoire ne va pas où on l'attend et ne tombe pas dans la facilité. J'attends la suite avec impatience.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Excellent livre, très rafraîchissant et merveilleusement écrit, 25 mai 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Wise Man's Fear (Broché)
En lui-même moins formidable que le premier tome, car il n'innove pas particulièrement sur celui-ci; problème classique des 2èmes tomes de trilogies. Se dévore cependant comme le premier, et on est tristes d'être aux 2/3 de la série quand on tourne la dernière page. On en veut plus !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Trois étoiles et demie de perplexité..., 7 avril 2011
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wise Man's Fear (Relié)
Dans le précédent et exceptionnel livre de la trilogie de "The kingkiller Chronicle", "The name of the wind", P. Rothfuss nous avait prouvé son talent de conteur né. Ce second livre n'a pas démenti mes attentes. J'ai retrouvé avec bonheur un style incomparable, de la sagesse, de l'humour, de l'inventivité, un sens de la mise en scène - admirables.
L'enthousiasme et le plaisir d'écrire de P.R, de faire vivre ses personnages, de nous faire ressentir leur émotions, affleurent à chaque page. Le plaisir de lecture est intense (malgré quelques longueurs que j'ai ressenti à deux moments, liées, selon moi, à un peu trop d'abandon de l'auteur).
J'ai éprouvé beaucoup de plaisir à retrouver les personnages clés de cette trilogie, Kove l'aubergiste, sombre et mystérieux, Kvothe le génie arrogant et sympathique, ses amis et ennemis de l'université, Denna, l'énigmatique beauté tourmentée, ainsi qu'à découvrir tous les nouveaux protagonistes de ce livre.
P.R nous prouve encore son extraordinaire capacité à créer des personnages subtils, qui n'évoluent pas toujours comment on pourrait s'y attendre. Alveron (The Maer) est particulièrement réussi, avec ses excès d'homme riche et puissant.

Cependant, et hélas, ce livre présente un énorme défaut : il tient fort mal sa place au sein de cette trilogie. Toute l'intensité dramatique du livre précédent reposait sur l'extraordinaire distorsion existant entre Kote, l'aubergiste au passé mystérieux, noyé sous les chagrins, les remords et les regrets, et le jeune prodige Kvothe, destiné à devenir immensément célèbre, figure légendaire traînant dans son sillage des myriades de rumeurs et une très sombre réputation.
"The name of the wind" nous permet d'accéder à une partie du mystère, de comprendre comment les agissement du jeune garçon, mélange de génie, d'arrogance, de malchance, de circonstances, d'art de la comédie, de talent, de brillance étaient à l'origine de la Légende. On s'attache également à cet enfant au destin tragique, qui arrive à se relever et à accomplir des prodiges, avec panache et sans complexes.
Dans le livre suivant, je m'attendais à progresser à pas de géants, à voir le jeune Kvothe grandir, mûrir, tendre de plus en plus vers le sombre Kote...

Hélas, je n'ai rien ressenti de tel. Les aventures de Kvothe sont plaisantes, riches en rebondissements, mais le Kvothe de la fin n'est guère différent de celui du début. Il a environ un an de plus, a quitté son statut de jouvenceau rougissant pour celui de Superamant, et revient victorieux, après quelques tribulations, au sein de l'université, un peu plus riche, très content de lui, pas beaucoup plus avancé dans ses recherches sur les Chandrians (ce n'est pas faute d'essayer, remarquez) et portant à la ceinture l'Excalibur de Supercombattant.
Je n'arrive pas à imaginer comment P.R va se débrouiller pour faire évoluer les choses, jusqu'à l'apothéose, dans le tome suivant - sensément le dernier...

J'ai noté le même penchant un peu agaçant à l'immobilisme dans sa relation avec Denna : les deux jeunes gens se croisent et se recroisent, semblent sans cesse à deux doigts de tomber dans les bras l'un de l'autre, puis repartent chacun de leur côté, pour revenir un peu plus tard. Il y a une certaine grâce dans ce ballet, et peut-être aussi une bonne dose de malice de la part de l'auteur, mais c'est un peu trop exagéré. (Une satisfaction tout de même, j'ai enfin compris à qui me faisait penser Denna : à Mary Crawford dans "Mansfield Park" de Jane Austen. Si, si, tout y est : le charme, la grâce, le physique - et même la harpe ! Et sans doute aussi la nature profonde...).

Le premier tiers du livre est un bonheur à lire : on retrouve Kvothe faisant les quatre cent coups à l'université. Il y a plein d'anecdotes, d'échauffourées, de problèmes avec les professeurs et l'abominable Ambrose, des conversations poétiques et touchantes avec l'adorable Auri. J'ai adoré. Mais, pour être honnête, ces 350 premières pages ressemblent fort à de délicieux bonus du livre précédent. Il n'y aucune progression, là encore, expliquant la transformation de Kvothe en Kote.

Trois ou quatre parties s'enchaînent ensuite. Chacune est agréable à lire, avec des variantes selon mon goût : j'ai beaucoup aimé les deux passages à la Cour du Maer, l'épisode sur les routes m'a semblé plutôt longuet, la "lune de miel" est peu trop... trop, et la très longue partie à Haert bien trop détaillée. Pour celle-ci, j'estime que l'auteur s'est un trop trop laissé aller, explorant avec minutie tous les aspects de ce peuple né de son imagination. Sans doute aurais-je été plus tolérante si l'idée de départ de la communication sociale de ce peuple ne m'avait pas semblé bâtie sur un précepte complètement bancal (c'est flou, je sais, mais je tiens à rester discrète et à ne pas gâcher l'effet de surprise). Du coup j'ai subi avec quelques grincements de dents les incessantes expressions en italique ou en majuscules. Ce qui ne séduit pas entièrement agace, dans ce genre de développement.

Un dernier point m'a beaucoup gêné ; il rejoint mes réticences du départ : la construction de ce livre me parait très maladroite. Les parties sont très hétérogènes, de part leur volume et leur thème, et surtout sont reliées par des fils conducteurs grossiers, incohérents, trop légers pour être crédibles. Le tout me semble assez mal coordonné.

Le pire est peut-être qu'à la fin de ce gros livre, Kvothe m'agaçait presque. Je n'ai pas compris que le Kvote de la dernière page, psychologiquement, soit en tous points semblable à celui de la première.
L'auteur n'a pas saisi les perches qu'il s'était lui-même tendu : l'expérience avec Felurian aurait dû le marquer profondément, cette expérience hors du temps des mortels ne peut qu'être que profondément bouleversante. Mais, visiblement, il n'en tire qu'une très utile expérience pratique, qu'il s'empresse de mettre énergiquement à profit, avec une profusion qui, je trouve, ne colle pas à la réserve du personnage. Cet aspect à un côté un peu trop fantasmé à mon goût.
De même, son séjour d'immersion totale parmi les Adems aurait dû le marquer plus que ça, au moins dans les premiers temps, où il aurait dû montrer des signes de réflexion et une expression corporelle très différente. Je l'aurais aimé plus silencieux, plus sombre, plus introspectif ; mais non, dès son retour parmi les barbares, tout redevient comme avant, retour au point de départ !

En conclusion, les lecteurs qui ont adoré "The name of the wind" aimeront certainement "The wise man fear", mais je le déconseillerais peut-être à ceux qui avaient déjà des réserves, et qui ont seulement hâte de connaître "la suite".

J'ai eu l'impression (pardonnez-moi ma présomption) que P.R avait un peu trop la tête dans les nuages en écrivant ce livre, qui respire le bonheur d'écrire, dans l'abandon le plus total, et le talent de faire partager son monde et ses personnages, mais qui semble régulièrement oublier la place de ce tome dans le trilogie de "The kingkiller Chronicle". La lecture est certes très agréable, mais manque de cohésion, de fil directeur crédible, et surtout d'aboutissement.
Si cette série est bien, comme présenté jusque là, une trilogie, je suis bien curieuse de savoir comment l'auteur pourra redresser la barre, et faire évoluer le jeune Kvothe de seize ans, arrogant, insouciant, généreux et sans complexes, en Kote l'aubergiste...

Ma notation de 3* (malgré mon agrément de lecture qui oscilla entre 3 et 5*) est très sévère, je sais. Mais je suis attristée de voir tant de talent oublieux de la rigueur nécessaire à l'exercice délicat et périlleux qu'est la fantasy haut de gamme.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

The Wise Man's Fear: The Kingkiller Chronicle: Day Two
The Wise Man's Fear: The Kingkiller Chronicle: Day Two de Patrick Rothfuss (Poche - 2 avril 2013)
EUR 9,42
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit