undrgrnd Cliquez ici nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles6
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
5
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: PocheModifier
Prix:8,72 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 23 août 2002
D'habitude je n'apprécie pas les vieilles légendes revisitées, je trouve qu'elles y perdent quelque chose de leur âme. Ce n'est pas du tout le cas ici : Juliet Marillier tisse sa tapisserie de main de maître et il est impossible de reposer ce livre une fois commencé ! Juste ce qu'il faut de magie, de romance et de mystère dans la fascinante Irlande d'avant la Chrétienté... Que demander de plus ?
0Commentaire4 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J'ai été captivée dès le premier paragraphe par ce premier tome. C'est très rare, mais dès ces quelques lignes j'ai senti que j'allais adorer ce livre. Il s'agit de la relecture d'un conte des frères Grimm, celui où des frères se font transformer en cygnes. Malgré d'excellentes et insistentes recommandations, j'avais des réticences. Je pense que je craignais que ce tome ne soit très romantique (à la XIXème siècle, type Les souffrances du jeune Werther ou Mémoires d'outre-tombe, tome 1 : Livres I à XII) et plutôt déprimant. Pas du tout... bien qu'au bout de trois tomes je puisse dire que l'histoire de la famille résidant à Sevenwaters est une histoire bien tragique.

L'histoire
------------

L'histoire est racontée à la première personne par Sorcha, la fille cadette, vivant avec ses six frères. Sorcha a été élevée par son père, un seigneur de guerre irlandais luttant contre les anglais, dans une propriété protégée du monde par une forêt impénétrable. Un jour, alors que l'ensemble des frères et soeur ont atteint leur adolescence, leur père se remarie brutalement, à une dame mystérieuse, Lady Oonagh. Lady Oonagh va devenir une marâtre menaçant la famille habitant Sevenwaters. Finalement, Lady Oonagh va transformer les six frères en cygnes. La soeur, pour les libérer du sortilège, devra leur tisser à chacun une chemise dans une matière bien particulière, impliquant une souffrance physique extrême.

La soeur trouvera d'abord refuge dans la forêt puis fera connaissance avec l'ennemi juré, le peuple anglais.

Le style
-------------

C'est le style qui m'a happé dès le premier paragraphe, à la fois simple et très élégant. On m'a dit que la traduction française était aussi excellente. Voici le premier paragraphe en anglais, à la fois plein de douceur et de mélancolie:
"Three children lay on the rocks at the water's edge. A dark-haired little girl. Two boys, slightly older.This image is caught forever in my memory, like some fragile creature preserved in amber. Myself, my brothers. I remember the way the water rippled as I trailed my fingers across the shining surface."

Ce que j'en pense
-------------

Ce roman est un petit prodige, qui réussit paradoxalement à marier l'aspect conte et l'aspect réaliste. Certes on a une méchante marâtre, certes les frères se transforment en cygnes, certes cela se termine plutôt en happy end, mais finalement la magie se fait très discrète. On parle beaucoup plus des conflits familiaux, des a priori culturels, des meurtrissures psychologiques amenées par des petites méchancetés du quotidien...

L'auteur développe aussi dans ce tome une histoire d'amour pleine de romantisme et réussit l'exploit (second paradoxe) de faire du héros un être très à l'écoute et très patient. Ce sont des qualités recherchées dans la vie réelle, mais hélas souvent oubliées dans les romans au profil du machisme/de muscles développés/d'un gros tas d'argent/d'un pouvoir écrasant... Tous les personnages sont à l'avenant, dotés d'une grande profondeur psychologique. Que les amateurs d'action ne prennent pas peur, il y a beaucoup d'action. Mais c'est vrai que, je pense, ce roman est plutôt à destination d'un public féminin.
66 commentaires2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Et pourtant je ne supporte pas les n-ème interprétation du mythe Arthuriano-Celtique. Il faut dire que l'épisode évoqué ici n'a rien à voir avec Merlin et que l'auteur semble connaitre la période qui a vu la disparition des anciennes croyances chassées par le Christianisme. C'est d'ailleurs le thème de base sur lequel s'inscrit l'histoire que tout le monde connait de la méchante marâtre qui transforme ses beaux-fils en cygnes. Mais la connaissance préalable de l'histoire ne gêne en rien, tellement l'histoire que l'auteur raconte est riche, c'est une narration qui repose essentiellement sur les personnages et les liens d'amitié et d'amour qui les unissent. Il faut signaler d'ailleurs qu'il ne se passe factuellement que peu de chose, l'action est dans la tête et les coeurs de ces magnifiques personnages. Par ailleurs le traitement des différentes créatures mystiques est remarquable, ni toutes puissantes, ni impuissantes et surtout ... autre.
Une Fantasy sur l'ancienne Irlande pleine de cœur.
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 novembre 2014
Voilà un livre bien étrange ! Bien écrit, prenant, et pourtant.
Juliet Marillier est-elle elle-même une fille du Petit Peuple ? Dès les premiers paragraphes, j'ai été envoûtée par son écriture, impossible de poser le livre.
Et soudain, vers les 30% du récit, arrive une stupide histoire de cygnes. J'en ai été tellement désarçonnée que mon Kindle m'a glissé des mains. Cette histoire était si absurde que j'ai failli ne pas continuer la lecture. Furieuse après l'auteur, j'ai décidé de poursuivre : Il suffisait de lire en diagonale le chapitre des cygnes et tout rentrerait dans l'ordre.
Mais voilà, impossible de se soustraire plus de quelques lignes au sortilège de l'auteure.
Tenue en haleine jusqu'à la dernière ligne, j'ai été !
Il y a pourtant pas mal d'erreurs historiques, mais on s'en fiche : il s'agit d'un conte, non ?

D'ailleurs, comme dans la plupart des contes, il y a un fort contenu sexiste dont une partie est liée au contexte historique, mais pas que : L'Irlande a été l'un des seuls pays d'Europe a voir une presque égalité des droits entre femmes et hommes, surtout dans l'ancienne culture. Cela n'a changé qu'avec l’avènement du christianisme. Dommage que l'auteure n'ait pas restitué cela.

Pour celles que ça intéresse, voici le résultat du test de Bechdel sur le livre :
1) l’œuvre a au moins deux femmes identifiables (elles portent un nom) : Oui
2) elles parlent ensemble : Oui
3) elles parlent d'autre chose que d'un homme : Pas beaucoup
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 avril 2015
Bonne histoire même si un peu long à se mettre en place au début. A voir ce que la suite va donner sachant que l' aventure se termine dès la fin du 1er tome
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Une forêt mystérieuse abrite le domaine de Sevenwaters où règne Colum, dur et intransigeant. Ses fils et sa fille, au nombre de sept, sont unis par un lien très fort.
Le jour où arrive une marâtre digne de La Belle au Bois dormant, l'équilibre est rompu et Sorcha, unique fille de la fratrie, loyale et pure, va devoir se battre pour aider sa famille.

Ce livre est prenant dès les premières pages: c'est d'abord la qualité de l'écriture qui a retenu mon attention avec des très jolies tournures de phrase. Ensuite, c'est le monde moyen-âgeux, la communion avec la forêt, le côté surnaturel qui n'est toutefois pas prépondérant.

Ce livre a une trame de conte mais il est clairement destiné à un public adulte et les épreuves auxquelles font face les héros sont dures. Sorcha est une très jolie héroïne et elle est entourée d'autres personnages tout aussi intéressants.

Le livre est rédigé à la première personne du singulier et nous n'avons donc que le point de vue de Sorcha- ce qui me prive toujours un peu même si cela a son utilité compte tenu des évènements qui se produisent.

Une lecture que je recommande; le livre réunit histoires d'amour, d'amitiés, un monde à la limite du surnaturel et des évènements à foison. La suite, Son of the Shadows, n'est pas obligatoire puisque l'histoire de Daughter of the forest se termine sur un épilogue bien ficelé.
11 commentaire1 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,38 €