Commentaires en ligne


2 évaluations
5 étoiles:    (0)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Scénario dense avec beaucoup de personnages, illustrations pleines de personnalité
Ce commentaire révèle quelques événements clés des épisodes précédents.

Ce tome fait suite à Revolution (épisodes 1 à 5). Il contient les épisodes 6 à 11, initialement parus en 2013, écrits par Brian Michael Bendis, dessinés, encrés et mis en couleurs...
Publié il y a 16 mois par Présence

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Coup de grâce !
Ce commentaire portera sur les trois premiers arcs de la série soit Révolution, Broken et The good, the bad and the inhumans.

Lorsque j’ai commencé l’année, jamais je n’aurai pensé devoir détruire Bendis pour chaque article le concernant.En ce qui me concerne l’homme est artistiquement perdu...
Publié il y a 8 mois par Bruce Tringale


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Coup de grâce !, 17 août 2014
Par 
Bruce Tringale (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Uncanny X-Men Volume 2: Broken (Marvel Now) (Broché)
Ce commentaire portera sur les trois premiers arcs de la série soit Révolution, Broken et The good, the bad and the inhumans.

Lorsque j’ai commencé l’année, jamais je n’aurai pensé devoir détruire Bendis pour chaque article le concernant.En ce qui me concerne l’homme est artistiquement perdu depuis sa fin du run de Daredevil où pointait déjà son goût pour les partouzes marveliennes.

Entendons par là détruire les familles des héros Marvel pour créer des équipes qui ne font rien, balancent des blagues et s’en vont.Jusque là rien de grave… Bendis n’est rien d’autre qu’un tâcheron spécialisé dans événementiel comme l’histoire des Comics en est parsemé.

Tout ceci serait bien anodin, si ce type ne détruisait pas égoïstement le travail des autres plus talentueux que lui pour livrer des histoires insipides.Les habitués de la maison se rappelleront tout le mal que l’on pense de ses nouveaux Xmen. On ne rentrera pas dans les détails d’arguments développés ici et là.

Comme Chris Claremont et Scott Lobdell avant lui, Brian Bendis a donc l’honneur de superviser les deux séries principales des mutants.All New Xmen est censé suivre le destin des anciens Xmen tandis qu’ Uncanny Xmen porterait sur la fuite et les projets révolutionnaire de Scott Summers et ses potes Magnéto, Emma Frost et Illyana Raspoutine.

Sauf que comme d’habitude Bendis est incapable de respecter son cahier des charges et recommence son échangisme éreintant. Lorsque la série commence, le jeune Angel rejoint l’équipe, tout le monde est ravi de le voir et il prononce à peine 10 mots en 10 épisodes. Puis plus aucun pour les épisodes restants.

Après le crossover Battle of Atom Bendis rapatrie ses nouveaux Xmen pique l’adorable Kitty Pryde à Jason Aaron et brise par là même l’adorable idylle avec Bobby Drake, sûrement la plus joliment écrite depuis les amours contrariées de Rogue et Gambit. Pour quoi ? Encore une fois pour rien…

On apprend que pour échapper au SHIELD et et à Wolverine, Cyclops se planque dans le laboratoire de Weapon X.
Encore un tour de passe-passe dont Bendis a le secret. Se cacher dans un lieu classé Top Secret et au passé si chargé c’est un peu comme si après la guerre des nazis s’étaient planqués à Auschwitz…

Bendis multiplie les pistes qu’il n’arrive pas à exploiter : Magnéto, agent double avec le Shield, vraiment ? Maria Hill est elle si stupide qu’elle oublie que Magnus déteste les humains ? Et de croire qu’il serait prêt à trahir Scott Summers qui a accompli ce qu’il a toujours rêvé sous prétexte qu’il a tué Charles Xavier son vieil ami qu’il a souvent essayé de trucider ?

Bendis écrit plutôt bien Cyclope : malin, charismatique, capable de soulever les foules lors de manifestation politique. Encore faudrait il qu’il rouvre son dictionnaire à la page Révolution et applique à son leader un projet politique défini. Cette révolution Cyclope la prône à longueur d’épisodes, les gens le suivent ou le détestent sans qu’il explique une seconde en quoi consiste sa vision politique.

Illyana Raspoutine est peut être la plus gâtée dans tout ce foutoir. Deux épisodes lui sont consacrés au début du run.

Emma Frost sert définitivement de potiche, son rôle consistant à rappeler à Scott Summers qu’elle reste son ex dévouée, à des années lumières de la femme excentrique que sa personnalité suppose. Tout comme les Cuckoos Sisters dont la grande évolution est qu’une des trois choque ses frangines en se teignant en brune…

Bendis, avec l’aide de Bachalo ne se contente pas de massacrer ses personnages sur le papier. Son dessinateur se fait une joie de les affubler de look improbable. Magneto se rase la tête façon Charles Xavier tout ça pour maintenir le suspense durant le premier épisode : qui est ce chauve vu de dos qui veut trahir les Xmen ?

Son costume blanc (qu’il a déjà porté chez Claremont il y a 30 ans ) va totalement à l’encontre de la mouvance révolutionnaire de Scott Summers. Le rouge du costume de Magnus a toujours symbolisé le sang des victimes de la guerre raciale et la colère de l’ancien Sonderkommando. Que fait il fringué en blanc à l’aube d’une nouvelle guerre idéologique. Peut-être a t’il perdu un pari avec la reine blanche habillée en…noir…

Et Cyclope ? Le malheureux est affublé d’un costume grotesque où ses yeux ne sont pas alignés sur son costume et sans visière de quartz rubis apparente…Ses rafales semblent être situées…près de son nez…

Enfin carton rouge pour le créateur de Generation X. Sans la frange sur les yeux, il n’y a aucun moyen de différencier l’Emma Frost de Bachalo d’Illyana Raspoutine. Les deux semblent avoir une vingtaine d’année et être des sœurs jumelles.

En guise d’armée révolutionnaire Bendis nous offre des mutants aux pouvoirs les plus absurdes les uns que les autres, le pompon revenant bien évidement à celui qui balance des boulets en or dont Bendis ne nous fait même l’honneur de nous expliquer la provenance.

Alors que Scott Summers a vécu, combattu et couché avec des mutants alpha, il doit vraiment ne pas y voir clair pour penser accomplir une révolution avec des tocards pareils…Et les vilains ? Ils ne servent à rien !

Bendis ne prend même pas la peine de se centrer sur un vilain qui viendrait contrer les projets de Scott. Il essaie sporadiquement avec Mystique et des machinations gouvernementales qui doivent être aussi opaques pour son créateur que son lecteur.
Lorsque Mystique et Sabretooth serrent la paluche de Magneto en tentant de le recruter dans la confrérie, on croit rêver…

Comment Erik Leinsherr, un vilain aux principes moraux si forts pourrait il se compromettre avec une barbouze comme Raven qui représente tout ce qu’il déteste ?

Comment lui qui condamna Gambit pour son implication dans le mutant massacre pourrait il pactiser avec Sabretooth ? Bendis s’en fout et écrit cette scène comme si le trio se connaissait de longue date.

Uncanny Xmen paradoxalement se lit agréablement et s’oublie tout aussi vite. Alors que je pourrai vous réciter par coeur des histoires lues il y a 30 ans, je serai bien incapable de vous résumer les Xmen de Bendis lus il y a 40 minutes. Un run qui se veut politique sans jamais insinuation à la dimension raciale de la série,sans aucune métaphore ou double lecture.

Une série appelé Xmen alors qu’il s’agit d’avantage d’un quatuor. En héritant de la série historique des mutants sans en maîtriser la mythologie, Bendis confirme une fois de plus qu’il est le Mc Donald de Marvel, expert en fast writing, fast reading et dieu merci en fast forgetting…

Ce commentaire en images et bien d'autres sur Bruce Lit le blog comics-mangas-bd (brucetringale.com )
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Scénario dense avec beaucoup de personnages, illustrations pleines de personnalité, 22 décembre 2013
Par 
Présence - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Uncanny X-Men Volume 2: Broken (Marvel Now) (Relié)
Ce commentaire révèle quelques événements clés des épisodes précédents.

Ce tome fait suite à Revolution (épisodes 1 à 5). Il contient les épisodes 6 à 11, initialement parus en 2013, écrits par Brian Michael Bendis, dessinés, encrés et mis en couleurs par Frazer Irving (épisodes 6, 7, 10 et 11), dessinés et mis en couleurs par Chris Bachalo (épisodes 8 et 9) avec un encrage de Tim Townsend (aidé par Mark Irwin, Al Vey et Jaime Mendoza pour l'épisode 9).

Épisodes 6 & 7 - Dormammu a décidé d'envahir la dimension des Limbes sur laquelle règne Magik (Illyana Rasputin) et qui lui fournit une partie de ses superpouvoirs. L'équipe des Uncanny X-Men se retrouve dans les limbes en plein cœur du conflit. Elle se compose de Celeste, Irma et Phoebe Cuckoo, Angel (Warren Worthington), Tempus (Eva Bell), Goldballs (Fabio Medina), Triage (Christopher Muse), Benjamin Deeds (pas de nom de code), Cyclops (Scott Summers), Emma Frost, Magneto et Magik. Épisodes 8 & 9 - Fabio Medina a décidé qu'il n'était pas fait pour une vie de X-Men et il rentre chez lui. Non seulement ses parents acceptent mal sa condition de mutant, mais en plus un agent spécial du SHIELD (Alison Blaire) vient pour l'interroger. Cyclops et Magneto ont une discussion à cœur ouvert. Épisode 10 & 11 - Contre toute attente, un groupe de citoyens a organisé une manifestation en faveur des positions politiques de Cyclops. Ce dernier décide de se rendre sur place avec quelques membres de son équipe pour les remercier de leur soutien. Il n'aurait pas dû. Magneto est convoqué par Maria Hill (directrice du SHIELD) pour lui indiquer le nom de son nouveau contact.

Décidément, Brian Michael Bendis (en abrégé BMB) n'a pas choisi la facilité avec cette série. Il met en scène une équipe de personnages brisés, au sens propre comme au figuré. Le plus traumatisé de tous est bien sûr Scott Summers, à la fois meurtrier involontaire, responsable d'un nouveau groupe de mutants, pourchassé comme un criminel, incapable de maîtriser l'usage de ses pouvoirs. Les 2 premiers épisodes permettent également de prendre conscience de l'ampleur des dérèglements des pouvoirs d'Illyana, Magneto n'est pas beaucoup mieux loti, ni Emma Frost. Il en découle un ton relativement pessimiste de voir ces individus à la fois hors la loi, mais aussi souffrant d'une forme d'infirmité diminuant leurs capacités.

Cyclops a donc recruté plusieurs adolescents dont les pouvoirs se sont manifestés pour la première fois (Eva Bell, Fabio Medina, Chistopher Muse, Bejamin Deeds), et encore un nouveau dans ces épisodes (David Bond, surnommé Hijack). Comme dans le tome précédent, ces personnages ne disposent pas de beaucoup de cases pour exister et s'étoffer, sauf Goldballs. Bendis en profite d'ailleurs pour se moquer de sa propre créativité puisque Jennifer (sa propre sœur) suggère qu'il est capable de faire apparaître des boules dorées y compris avec ses fesses. Bendis insère une forme de dérision plus ou moins marquée quant aux pouvoirs des jeunes mutants, pour renforcer le contraste dès qu'ils sont utilisés avec force ou puissance. Cet aspect joue parfois contre l'immersion en introduisant un second degré autoréflexif à la fois en opposition avec le sérieux de la situation des X-Men, à la fois trop conscient d'être dans une narration.

A force de vouloir mettre beaucoup d'éléments dans chaque épisode pour pouvoir avancer de manière significative, Bendis finit par jouer contre lui-même. D'un côté, la multiplication des personnages principaux et secondaires offre de nombreux points de vue et une vraie richesse narrative. De l'autre chaque fois que Bendis passe d'un personnage à l'autre, le lecteur a presque l'impression de changer d'histoire, tellement chaque point de vue se focalise sur des enjeux différents. Bendis arrive à transcrire les intérêts et préoccupations de Scott Summers, comme celle de Fabio Medina, ce qui correspond quasiment à un grand écart tellement elles sont éloignées. À force de papillonner rapidement d'un personnage à l'autre, le scénariste donne parfois l'impression de ne jamais avoir le temps de développer pleinement une idée. Par exemple, le fait qu'Irma change de couleur de cheveux ne donne lieu qu'à des réactions superficielles de la part de ses sœurs, sans que le lecteur puisse se faire une idée des conséquences psychologiques. Comme de nombreux scénaristes avant lui, Bendis ne voit en elles qu'un artifice narratif décoratif.

À leur manière, les dessinateurs participent également à cette impression de tiraillement dans des directions très différentes. Pour commencer, Frazer Irving et Chris Bachalo œuvrent dans des registres graphiques fort éloignés. Les dessins de Bachalo ont un rendu similaire à un dessin traditionnel, crayonné + encrage, et une mise en couleurs assez réaliste, uniquement travaillée pour créer une ambiance spécifique à chaque scène. Il apporte un grand soin aux vêtements pour leur donner une allure jeune et sportive. Il dessine les yeux un peu plus grands que la normale pour accentuer leur expressivité. Il joue de temps à autre sur les proportions morphologiques pour renforcer une impression, par exemple la tête de Magneto un peu trop petite pour qu'elle soit masquée par son col très impressionnant. Et il affectionne les silhouettes élancées, voire filiformes pour les personnages féminins. Il ne s'attarde pas avec maniaquerie sur les détails, donnant parfois une apparence de jouet à certains éléments (l'helicarrier du SHIELD par exemple). Cette approche visuelle est bien appropriée aux jeunes recrues de Cyclops. Par contre, elle ne rend pas compte de l'âge des adultes, les transformant parfois en adolescents, en décalage avec leurs émotions ou leurs déclarations.

Chaque page de Frazer Irving est un choc visuel fort, vraisemblablement réalisée à l'infographie depuis le contour de chaque élément jusqu'à la mise en couleurs. Dans la première page, les 2 personnages sont représentés de manière réaliste, presque photoréaliste mais sans un niveau de détails important. Il s'agit de dessins très sophistiqués dans lesquels la couleur apporte des informations supplémentaires par rapport aux contours, tels que la luminosité, les ombres portées, les motifs sur les étoffes, etc. Dans cette première scène, une jeune femme conduit un véhicule de type "Smart", immédiatement identifiable par sa forme, tout en étant épuré de tout détail superflu. Le lecteur est ainsi dans une banlieue américaine, sur la voie publique, tout en ayant la sensation de voir la voiture telle qu'elle existe, une immersion complète, baignant dans des couleurs décalées vers l'orange et le vert. Il utilise cette méthode d'épuration pour les pins en arrière plan de la base de Cyclops, tirant ce qui semble être une photographie de pin vers l'abstraction pour une image à la frontière de la représentation et de la sensation. Là encore immersion totale garantie.

La deuxième séquence illustrée par Irving est encore plus intense : elle se passe dans le domaine des Limbes de Magik. Traditionnellement, les dessinateurs précédents représentent ce lieu sous la forme d'une terre désolé, sur laquelle pèse un couvercle nuageux indiscernable ayant pour conséquence des ténèbres éternelles. Irving choisit, pour les arrières plans, des camaïeux sombres et indistincts rendant compte de l'état d'esprit du personnage en train de parler ou d'agir. Dans cet affrontement entre les X-Men et Dormammu (qui relève effectivement plus de la sphère psychique que physique), ce choix de représentation est à nouveau des plus pertinents et autrement plus évocateur que des paysages désolés. Frazer Irving arrive même à combiner approche descriptive et approche symbolique, dans la base aérienne du SHIELD (helicarrier) lors des scènes impliquant Maria Hill. Il renforce chaque ambiance par des choix de couleurs audacieux (parfois presque une inversion négative), couleurs réalisées à l'infographie avec des textures et des dégradés complexes.

Ce deuxième tome de la série "Uncanny X-Men" de Brian Michael Bendis constitue une évolution positive par rapport au premier, tout en comprenant des hiatus narratifs dérangeants. Bendis continue à s'écarter de sa tendance narrative de décompression, en remplissant chaque épisode d'événements et d'échanges entre les personnages. Mais au fil des pages, le lecteur constate que la multiplication des personnages finit par transformer chacune de leur mise en avant en une intervention très dense qui n'a pas le temps de déboucher sur un élément concret. Ces épisodes sont l'occasion pour Bendis d'avancer l'intrigue principale en ce qui concerne la maîtrise des pouvoirs de Magik, la surveillance du groupe de Cyclops par le SHIELD, le recrutement d'un nouveau mutant, le raccord avec le crossover du tome suivant Battle of the atom. Côté visuel, Bachalo propose des images très personnelles et vivantes, mais souffrant toujours de représenter des adultes comme des adolescents, et d'insuffler un côté comique dans des moments tragiques. Frazer Irving réussit un tour de force peu commun dans ses images en immergeant totalement le lecteur dans l'instant présent, et dans les émotions des personnages. Par contre le coté radical de ses illustrations pourra en rebuter certains.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Uncanny X-Men Volume 2: Broken (Marvel Now)
Uncanny X-Men Volume 2: Broken (Marvel Now) de Brian Michael Bendis (Relié - 26 novembre 2013)
EUR 24,86
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit