Commentaires en ligne 


2 évaluations
5 étoiles:    (0)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Qui a bu,boira!, 11 février 2014
Par 
Bruce Tringale (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Iron Man Epic Collection: The Enemy Within (Broché)
Tous les lecteurs de Strange s'en rappellent:après avoir plongé dans l'alcool,Tony Stark est tellement bourré qu'il n'arrive plus à voler droit et se prend une raclée par un vilain de troisième zone ("Magma!).Il fuit et se démasque devant son pote,James Rhodes,qui face à la cuite de son patron, n'a pas d'autre choix que d'endosser l'armure d'Iron Man.

Malgré la vogue des Trade Paperback et le succès des films,il est quand même étonnant que Marvel ne réédite QUE maintenant la descente aux enfers de Tony Stark. Il s'agit pourtant d'une étape charnière de la vie du héros. Une série d’événements qui amène le playboy à ressentir un épuisement,combat après combat, à être victime des machinations d'Obadiah Stane et finit le coeur en lambeaux après avoir été éconduit par Indries Moomji.

Le playboy va s'autodétruire,s’humilier devant ses amis,ses employés et finir à la rue! Nous sommes en 1982 et les pauvres Editions Lug vont vite être débordés par l'entrée des Super Héros dans leur période sombre et violente. Captain Marvel meurt la même année,Jean Grey,Elektra aussi. Denny O Neil qui a lancé la carrière d'un certain Frank Miller se pose ici en précurseur de la chute d'un héros.

En un sens la dépression de Tony Stark annonce celle de Peter Parker,de Batman et surtout de Matt Murdock qui finira lui aussi à la rue.Il est d'ailleurs troublant de croiser des similitudes entre les deux séries:deux héros clochards;Heather Glenn, la fiancée de Matt qui allume Tony Stark ( et qui finira par se suicider!!), l'intervention de Captain America qui tente de sauver les meubles et un vilain chauve machiavélique qui entame une partie d'echecs psychologique avec le héros; Stane avec Stark,Fisk ,trois ans plus tard avec Murdock.

Ce volume présente ce qu'il y a de pire et de meilleur dans les Comics Books: Iron Man n'est certainement pas le héros le plus intéressant du Marvel Universe. Il est difficile pour un scénariste de mettre en scène un véritable génie n'ayant pas grand chose à craindre. Tony Stark est riche,brillant et passe son temps à déjouer des attaques terroristes contre lui. Il règle des conseils d’administration en deux minutes et passe le reste du temps à repeindre ses armures... Les combats se passent souvent contre des vilains plus idiots les uns que les autres,Iron Man évite des missiles, des rayons laser et déambule dans des châteaux où il met sa technologie à contribution pour trouver la sortie de labyrinthes truffés de pièges.

Cet Arc ne déroge pas à la règle: les vilains d'Iron Man constituent une belle brochette de losers: un geek obèse qui tente de le noyer,"le Fondeur","le Boulet"(oui...),"Magma" et "Firebrand"...
Contre de tels crétins,les combats deviennent vite ennuyeux,d'autant plus que Tony Stark commente souvent à voix haute ce qu'il accomplit à l'image et que le déploiement de technologie de l'époque est complètement has been.

Lorsque James Rhodes remplace Stark, l'excitation de la nouveauté s'étiole assez vite: non seulement tête de fer est toujours aussi ennuyeux mais son amateurisme est vite gonflant. A chaque épisode,Rhodes passe par un topo des geeks de l'époque affublés de noeuds papillons de clowns et de fringues aussi horribles que leurs noms: Morley et Clytemnestra (!) Erwin.

Pourtant,la chute d'un héros qui ne brille ni par son altruisme,ni par son intérêt pour l'homme de la rue est remarquablement contée par O'Neil. Stark devient ainsi un héros faillible qui subit un retour de bâton:le Reaganisme des années 80 flingue petits et grands de ce monde, les faibles étant immédiatement éradiqués par le Libéralisme. Pris en plein abus de faiblesse, Tony Stark est éjecté de la société qu'il a fondé.

Face à cette jungle qui va précipiter les Etats Unis dans les années Fric,les amis de notre héros défendent des valeurs de"Gauche":solidarité,empathie,fraternité. A bien des égards la chute de Stark est pathétique: notre ami caché dans son armure est protégé de tout et de tout le monde sauf de lui-même.Il sera l'acteur de sa chute et réussira à se détruire, là où une kyrielle d'abrutis auront échoué.

Les dessins de Luke Mc Donnell immortalise cette saga.Son style est un bon compromis entre JrJr,David Mazuchelli et les cadrages à la Frank Miller donnant un dynamisme formidable aux combats soporifiques du vengeur.Paul Smith et Ditko font aussi une apparition pas au meilleur de leur forme tandis que Carmine Infantino fournit des planches parfois inspirées notamment celle où Tony se déshabille sous l'eau pour échapper à la noyade; il survit en s'échappant d'une grotte qui a la forme d'un magnifique vagin...Une belle métaphore de la renaissance !

Cette Edition epic Collection regroupe 500 pages en couleur d'une saga essentielle de l'univers Marvel ainsi que dans la compréhension des histoires de Super Héros. Pour peu que le lecteur fasse l'impasse sur de nombreux artifices de narration,le plaisir de lecture des malheurs de Tony est resté intact.Quelques crayonnés servent de bonus à une édition qui parait de manière anachronique et sans respecter de chronologies ( on en est au volume 10...sans que les premiers volumes ne soient parus...).

Maintenant qui pourra m'expliquer pourquoi à chaque fois que Iron Man,Daredevil ou Spider Man raccrochent les gants, ce sont des noirs qui assurent l'intérim?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un jalon de l'histoire d'Iron Man, 15 décembre 2013
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Iron Man Epic Collection: The Enemy Within (Broché)
Dennis O'Neil s'est fait une spécialité, dans les années 70-80, de la remise au gout du jour de vieux personnages, en en dépoussiérant les thématiques. Wonder Woman, Superman, Batman et Green/Lantern Green Arrow lui étaient déjà passés avec succès entre les mains quand, changeant d'éditeur, il s'attaque à Iron Man.
Et comme il l'avait fait pour Wonder Woman ou Green Lantern, il entreprend de "déconstruire" le personnage pour mieux le reconstruire après.
Tony Stark perd tout : son entreprise, le respect de soi-même, la tête et même son armure. C'est une véritable descente aux enfers pour celui qui avait été le playboy de ces dames et un des moteurs des Avengers.
C'est donc l'occasion pour les auteurs de donner une nouvelle direction à la série, avec des épisodes qui feront date (le récent Iron Man : Industrial Revolution y fait d'ailleurs encore référence).
Un album très épais, bien écrit, avec un Luke McDonnell en pleine possession de ses moyens, graphiquement. ça vaut vraiment le coup.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Iron Man Epic Collection: The Enemy Within
Iron Man Epic Collection: The Enemy Within de Ralph Macchio (Broché - 8 octobre 2013)
EUR 32,79
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit