undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
1
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Relié|Modifier
Prix:32,62 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Voici le 6è et dernier volume de l'édition de référence, sous "couverture dure", de la série de comic books "Powers". Il regroupe les tomes 13 ('Z') et 14 ('Gods') de la première édition en trade paperbacks de la 3è époque de la série "Powers", soit les magazines #1-11, publiés entre l'automne 2009 et l'été 2012.

Cet ouvrage inclut en "extras" la reproduction de toutes les couvertures, de diverses études ("sketches & layouts") ainsi que de scènes coupées au montage.

Les co-créateurs Brian Michael Bendis (BMB) et Michael Avon Oeming (MAO !) sont, d'expérience, à la fois dessinateurs et scénaristes, mais pour "Powers", BMB propose les textes et MAO les dessins.

Ni l'un ni l'autre ne manquent d'occupations. Ils ont animé ensemble la série "Powers" pendant 12 ans (1) avant de lui donner une suite dans "Powers: Bureau" (2), mais aussi de lancer la série "Takio" (3) et, tout récemment, la série "The United States of Murder Inc." (4) qui connaît un démarrage "canon". Le tout dans la collection "Icon" de la Maison Marvel, qui leur donne une "carte blanche" relative, résultant en premier lieu dans l'emploi de force gros mots en quatre lettres that amazon.fr frowns upon quand on les écrit dans son commentaire. Les situations sont aussi plus adultes et, s'agissant essentiellement d'une série policière, les meurtres sont franchement "gore".

De son côté, BMB a travaillé ou travaille encore avec des dessinateurs de la trempe de Stuart Immonen, Alex Maleev, Mike Deodato, Sara Pichelli, Chris Bachalo, David Marquez... Je ne cite que mes préférés.

Mais l'association Bendis-Oeming pour "Powers" donne des résultats artistiques véritablement uniques.

Héros principal de la série, Christian Walker est détective dans un service de police criminelle. C'est une reconversion. Son "emploi" précédent, c'était... super-héros (un "Powers", donc). Son nom de cape était "Diamond" et son pouvoir avait quelque chose à voir avec l'histoire du monde. Mais c'est du passé. D'ailleurs, la loi ne permet pas le cumul du statut de super-héros enregistré avec celui de policier. Alors il faut bien que Walker cache le fait qu'il a secrètement récupéré d'autres super-pouvoirs, après avoir été "choisi" (un peu comme un Green Lantern de chez DC ?) et doté de pouvoirs étalonnés à la mesure d'une protection de la Terre contre des invasions extra-terrestres.

Walker est en binôme depuis peu avec Enki Sunrise, policière Aricaine-Américaine à qui il a été demandé de surveiller particulièrement son collègue soupçonné d'activités super-héroïques.

Ce "hard cover" regroupe, en deux "arcs", deux affaires criminelles particulières. La première replonge Walker dans un de ses passés qui nous est révélé à cette occasion : celui d'un super-héros de la Seconde Guerre Mondiale, membre sous le nom de "Blue Streak" d'un quatuor super-héroïque dénommé les "Daring Eagles". Des flash-backs nous en apprennent plus, sur un passé que Walker a apparemment quasiment oublié. Mais "Z", un des gars des "Daring Eagles", vient d'être tué, et l'affaire est confiée à Walker et Sunrise. Il y a de très beaux dessins, de très belles couleurs et un récit très bien mené. Je suis un peu fatigué des relectures étatsuniennes de la Seconde Guerre Mondiale sur le mode super-héroïque mais ce point n'est pas l'essentiel de ce premier "arc". La dynamique des quatre super-héros façon "Rat Pack" est bien menée, ainsi que celle de la famille des victimes ou encore du couple Walker/ Heather.

L'arc suivant nous plonge dans le monde des dieux de l'Olympe, et notamment de ceux qui appartiennent à l'équipe des "Golden Ones". Un tueur en série les dézingue en utilisant une puissance inouïe. Ceci ramène dans le jeu Deena Pilgrim, un petit bout de femme-flic teigneux qui faisait jadis équipe dans la police avec Walker mais qui a été "draftée" par le FBI pour s'occuper des crimes super-héroïques. Là, ce qui bloque un peu, c'est de concevoir que les dieux de la Grèce antique ont élu domicile à Chicago. Même si on n'est pas feue Jacqueline de Romilly, on peut tout de même trouver que 50 ans après l'Hercules de Stan Lee (5), il faudrait passer à autre chose... En même temps, dans le récit, il n'est pas tout à fait clair qu'il s'agit vraiment vraiment des dieux de l'Olympe...

Toujours est-il que cela finit très mal, un choc encore plus retentissant que la mort de "Rétro-Girl", une catastrophe du gabarit de celle de l'événement "Ultimatum" qui a agité l'univers "ultimate" de Marvel Comics il y a quelques années... Il y a comme dans l'arc précédent des histoires annexes intéressantes voire très importantes avec notamment la jeune Calista et la réalisation tragique d'une prévision d'Heather...

Globalement efficace et divertissant, ce nouvel opus ravira les fans (qui ont toutefois lu mieux dans la série) et fournira amplement de quoi accrocher le néophyte.

(1) cf. les volumes précédents de la "Definitive Collection" : '1', '2', '3', '4' et '5'.
(2) cf. 'Undercover' et 'Icons').
(3) cf. les tomes '1' et '2'.
(4) cf. 'The United States of Murder Inc. Volume 1: Truth'.
(5) Sans oublier le remarquable "Hercules", plus récent, de Greg Pak et Fred Van Lente, et l'excellente et actuelle "Wonder Woman" de Brian Azzarello et Cliff Chiang.
22 commentaires| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

16,00 €
119,51 €
23,93 €