undrgrnd Cliquez ici Baby RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

16
4,5 sur 5 étoiles
Batman: Arkham Asylum Anniversary Edition
Format: BrochéModifier
Prix:16,97 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

7 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
50 PREMIERS REVISEURSle 1 novembre 2009
Les aliénés d'Arkham Asylum ont été libérés de leur cellule et ils ont pris possession de l'asile. Ils ont également pris le personnel en otage et le Joker lance un ultimatum à James Gordon : la libération des otages contre Batman. Ce dernier accepte et le voilà prisonnier de l'asile de fous à la merci de ses plus redoutables ennemis. Il s'en suit une nuit de cauchemar pendant laquelle la psyché de Batman sera testée comme jamais avant.

Quand en 1989 parait cette histoire, ce n'est déjà plus une révolution, c'est un deuxième essai après Elektra: Assassin de Frank Miller et Bill Sienkiewicz. Mais la personnalité des créateurs et le thème de l'histoire en font tout autre chose. Arkham Asylum n'est pas une histoire de Batman comme les autres. Grant Morrison se sert de cet affrontement pour réinventer les ennemis de Batman et pour creuser sa psychologie en l'opposant aux maladies mentales des criminels. Le parcours du héros dans l'asile devient une allégorie de l'exploration de ses motivations. Chaque rencontre et chaque situation sont chargées de symboles plus ou moins faciles à décrypter. D'ailleurs en première lecture cette histoire génère un fort sentiment de frustration chez le lecteur qui ne peut que constater qu'il ne comprend pas tout.

De son coté Dave McKean semble hésiter entre 2 styles différents. Certaines pages évoquent plus qu'un simple hommage à Bill Sienkiewicz, comme si le jeune McKean avait du mal à trouver des solutions graphiques pour illustrer le scénario de Morrison. Au contraire, d'autres pages contiennent déjà toute la imagination créatrice qui se mettra au service des couvertures de la série Sandman de Neil Gaiman (Sandman: Dust Covers - The Collected Sandman Covers).

Heureusement cette édition anniversaire contient une version quasi définitive du scénario de Grant Morrison (sans cela, je n'aurai mis que 4 étoiles), soit 66 pages de texte. En lisant l'histoire illustrée, puis le script, le lecteur a enfin les éléments nécessaires pour identifier les symboles qui pullulent. La lecture du script est également fascinante à d'autres égards. Tout d'abord, il n'est pas écrit à la méthode Marvel ou en full script, mais dans un hybride des 2 combinés à un scénario de film. Ensuite, Grant Morrison conçoit ses scènes en ayant à l'esprit la manière dont il les aurait illustrées (il a été dessinateur au début de sa carrière et cette édition comprend la reproduction de 52 pages esquissées de sa main) et on est content que ce soit Dave McKean qui ait décroché le job (le résultat aurait été beaucoup plus plat s'il avait suivi les indications de Morrison à la lettre). Enfin, en comparant le script à l'histoire finale, on s'aperçoit que Dave McKean s'est complètement approprié le scénario jusqu'à modifier ou supprimer certaines scènes (ce qui rend le fil de l'histoire encore plus difficile à suivre sans explication).

Cette édition anniversaire rend enfin pleinement justice à ce comics en le complétant du script de Morrison ce qui permet de comprendre l'histoire.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 28 juin 2009
Woua!, voilà ce que j'ai fait quand j'ai fermé le livre.
L'histoire la plus noire que j'ai pus lire sur l'univers Batman.
Les personnages ont une profondeur et une âme si presente qu'on pourrait croire qu'ils jouent la scene devant nous.
Et que dire du scenario?? Une histoire qui tient la route, noire et glauque à souhait. Un Batman sur le fils, à limite de la folie, prés à sombrer dans le même état que sont ennemi le Joker.
Graphiquement, même si l'utilisation de la peinture ne fait pas resortir tout les détails, les dessins et la couleur rajoutent une couche dans cette dimension remplie de folie.
A lire et relire, attention livre en VO, mais trés accesible.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 27 octobre 2012
"Batman : Arkham Asylum" est un graphic novel réalisé en 1989 par le scénariste Grant Morrison et l'illustrateur Dave Mc Kean.
Deux histoires se superposent : La première raconte la vie tragique, au début du XXème siècle, d'Amadeus Arkham, le fondateur de l'asile du même nom, et sa longue plongée dans la folie. La seconde met en scène Batman face à ses ennemis dans les mêmes lieux, à l'époque présente. En effet, les pensionnaires de l'asile pour criminels d'Arkham, avec le "Joker" en tête, se sont échappés de leurs cellules et ont pris en otage le personnel médical. Leur chantage est le suivant : Ils libèreront les otages si Batman accepte de prendre leur place, afin qu'il affronte pour une fois sa propre folie...

"Arkham Asylum" a toujours été l'un de mes "Batman" préférés, avec The Killing Joke et les créations de Frank Miller. C'est un de ceux que j'ai lus le plus souvent. Heureusement d'ailleurs, tant la compréhension de l'histoire n'est pas évidente à la première lecture !
D'une noirceur abyssale, le début de l'album réussit de manière impressionnante à retrouver la même ambiance angoissante et malsaine que le prologue du film La Maison Du Diable, le chef d'œuvre de Robert Wise. Le manoir Arkham distille ainsi un malaise immédiat, comme s'il était habité par le mal. Non pas un "mal d'opérette", tel qu'il est de coutume de le représenter dans les habituelles histoires de super-héros, mais plutôt un mal vénéneux, dans ce qu'il possède de pire en matière d'indicible et de dérangeant. Il faut dire que les auteurs y vont franchement dans la violence et les ténèbres de l'âme humaine. Les méchants de l'histoire, entre les psychopathes internés du temps d'Amadeus Arkham et les ennemis récurrents de Batman, sont réellement terrifiants, et rarement ces derniers auront-ils autant suinté le mal. Ainsi, des personnages comme le "Joker" ou le "Chapelier fou", souvent amusants dans les histoires de Batman, dégagent ici une aura malsaine particulièrement palpable et nauséeuse. A ce titre, scénario, dialogues et illustrations se complètent pour offrir une atmosphère incroyablement claustrophobe et poisseuse, telle que l’on n’en avait jamais vu (ressentie ?) à l'époque dans n'importe quels comics de super-héros. Même s'il faut avouer que "Arkham Asylum" ne suit pas vraiment les sentiers battus des comics mainstream !

Tragédie, mythologie, symbolisme, ésotérisme, onirisme et psychanalyse se télescopent avec une rare osmose tout au long de ce récit assez court, qui se révèle malgré tout incroyablement long à déguster si l'on veut en apprécier à la fois toute la densité scénaristique et la richesse picturale.
Grant Morrison écrivait alors un des comics les plus adultes et les plus graves dédiés à un super-héros de toute l'histoire du medium. Et c'est probablement l'une des œuvres qui motiva l'éditeur DC Comics pour lancer la ligne Vertigo, réservée aux adultes et aux amateurs de créations au contenu artistique plus exigeant.
Dave Mc Kean, quant à lui, emboitait le pas de Bill Scienkievicz qui avait commencé avec Elektra : Assassin et Daredevil : Love and War (sur des scénarios de Frank Miller) à concevoir ses planches comme des tableaux et ses images comme des peintures expressionnistes. Le résultat est époustouflant et marquera durablement les rétines. Il faudra attendre longtemps, avec des illustrateurs comme David Mack (Daredevil / Echo : Vision Quest) ou J. H. Williams III (Batwoman : Elegy) pour retrouver ce type de comics à forte teneur picturale conceptuelle.

"Arkham Asylum" s'impose en définitive comme un des points de rupture les plus importants dans l'histoire des comics qui accédèrent alors à un stade nettement supérieur d'un point de vue artistique, où scénario et images se mariaient de manière conceptuelle, se destinant à un lectorat davantage mature, curieux et réfléchis. A ce titre, il n'a vraiment pas pris une ride, ce qui n'est pas le cas de la majorité des comics de la même époque.
Ça vaut ce que ça vaut, mais de mon point de vue, il achève la décennie des années 80 en s'imposant comme l'une des œuvres les plus abouties en matière de super-héros, à côté de Watchmen et Batman : The Dark Knight Returns, élevant Grant Morrison au rang de troisième auteur majeur de sa catégorie...
Chef d'œuvre absolu.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
50 PREMIERS REVISEURSle 23 septembre 2012
Plus qu'un simple "roman graphique", L'Asile d'Arkham s'impose dés les premières pages comme une véritable oeuvre d'art à part entière, à la fois fresque gothique et carnet de notes de peintre déséquilibré.
Repoussant très loin les limites de la bande dessinée traditionnelle, les auteurs nous offrent un livre cauchemardesque sur le thème de la folie.
Avec un parti-pris de base: placer le lecteur dans l'esprit d'un dément afin de lui faire vivre plus intensément l'aventure.
Le scénario, décousu comme une hallucination hystérique, est signé Grant Morrison.
La mise en peinture, aussi somptueuse que répugnante, est due à l'extraordinaire Dave McKean.
A noter que cette édition du 15ème anniversaire est accompagnée du scénario original, annoté par Morrison lui-même.
Une occasion unique de mieux appréhender toute la richesse d'un ouvrage bâti en grande partie sur des suggestions et des impressions subtiles.
On regrettera toutefois que cet album soit au format "comics" classique, qui rend certaines pages assez difficiles à lire.
Les tirades du Joker, par exemple, imprimées en rouge et blanc sur fond verdâtre, sont parfois quasi indéchiffrables.
Mais ce ne sont là que d'insignifiants griefs en regard d'une des réalisations les plus originales que la bande dessinée ait jamais proposées.
A lire, à contempler, à admirer.
A la folie.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 24 octobre 2011
Un graphisme envoûtant, une minutie dans l'écriture, un style général maîtrisé, ce n'est pas l'oeuvre que je conseillerais à un débutant car ce n'est pas vraiment un "comics" mais plutôt un roman graphique dans l'univers de Batman. C'est cauchemardesque, c'est mâture, mais ça ne plaira clairement pas à tout le monde. Ceux qui trouvent que le Dark Knight de Frank Miller est trop noir, morose et pessimiste, passez votre chemin. Cet ouvrage dépeint la folie comme aucun autre. On n'en ressort pas indemne.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 1 juillet 2009
C'est un incontournable de l'univers Batman... Le héros coincé dans l'asile d'Arkham avec ses pires ennemis, que demander de plus ?!?

Très beau et bien construit scénaristiquement, ce novel fait de l'asile un personnage à part entière dont on en apprend plus !?!

Un "MUST HAVE"
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 16 novembre 2013
les illustrations sont assez difficiles à discerner même si le style est appréciable.
niveau histoire, je n'ai pas trouvé ça très intéressant, qq bons dialogues
ce n'est pas un coup de coeur
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 14 mars 2013
For those who love Dave Mc Kean, this is a something to read and enjoy. I have read as an e-book on an iPad and the illustrations and the colors are marvellous.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 12 janvier 2013
Un arc de Batman passionnant. On avance dans les méandres de l'histoire d'un des batiments les plus glauques et dangereux de Gotham. Indispensable.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 5 février 2013
Cadeau d'anniversaire pour un ami fan de comics, il n'a pas regretter du tout son cadeau en VO, ce qui est rare et une livraison rapide
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Batman Arkham Asylum
Batman Arkham Asylum de Grant Morrison (Relié - 12 juin 2014)
EUR 19,00

Batman: The Killing Joke (deluxe edition)
Batman: The Killing Joke (deluxe edition) de Alan Moore (Relié - 19 mars 2008)

Batman : Killing Joke
Batman : Killing Joke de Alan Moore (Relié - 6 mars 2014)
EUR 13,00