undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

3
4,0 sur 5 étoiles
Fables vol. 5: The Mean Seasons
Format: BrochéModifier
Prix:12,08 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
La composition de ce tome est semblable à celle des précédents : l'histoire principale qui suit Blanche Neige et le Grand Méchant Loup et des histoires complémentaires sur l'un ou l'autre des personnages de la série. Ce recueil regroupe les épisodes 22 et 28 à 33 de la série mensuelle.

L'épisode 22 est illustré par Tony Akins et encré par Jimmy Palmiotti. Il livre les secrets de la vie de Cendrillon dans notre monde. Le style de ce dessinateur n'est pas très affirmé et les rebondissements du scénario sont prévisibles plusieurs pages à l'avance. De ce fait cet épisode tombe à plat : il n'est pas désagréable mais il n'arrive pas à transporter le lecteur dans le monde des Fables.

Les épisodes 28 et 29 s'attachent à narrer une mission secrète effectuée par le Grand Méchant Loup (Bigby Wolf) en territoire allemand pendant la seconde guerre mondiale. Là encore, il est facile de voir à quel genre de cinéma Bill Willingham souhaitait rendre hommage. Mais le comics de guerre est un genre très balisé et maintes fois abordé. Autant Garth Ennis a su faire la preuve qu'il est encore possible d'innover et de captiver dans ce genre (par exemple War Stories ou Battlefields 1: the Night Witches), autant l'histoire de Bill Willingham est plate, insipide et soporifique. Les dessins sont également de Tony Akins qui fait dans le fonctionnel, là où ces histoires ont besoin d'un choix esthétique affirmé pour prendre de la saveur et sortir d'un ordinaire rabâché.

C'est donc avec plaisir que l'on retrouve l'intrigue principale pour 4 épisodes illustrés par l'équipe habituelle : Mark Buckingham et Steve Leialoha. Il est évident qu'ils ont mis à profit le délai écoulé entre les précédents épisodes qu'ils ont dessinés et ceux là pour peaufiner leurs cases. Buckingham continue d'adorner les pages par des marges supplémentaires ou des hauts et des bas de page thématiques qui renforcent l'identité visuelle de la série. Leurs personnages ont tous une morphologie spécifique et des traits de visage différents. Comme d'habitude, ils réussissent le tour de force de rendre crédible et familier les protagonistes les plus loufoques : un tournesol qui parle, la tête de mannequin qui subit un interrogatoire, Bufkin le singe ailé, l'agneau de Mary... L'une de leurs grandes réussites est d'avoir réussi à rendre familier et plausible tout cet aréopage de créatures plus fantastiques les unes que les autres.

Coté scénario, Blanche Neige accouche, King Cole perd les élections et le nouveau maire choisit une nouvelle administratrice et un nouveau responsable de la sécurité qui a sur les bras une série de meurtres à élucider et beaucoup de choses à apprendre et à découvrir. La finesse et la justesse des comportements des personnages permettent au lecteur de les percevoir comme des êtres à part entière. Et les dessins capturent avec subtilité les expressions faciales des moments les plus émouvants (le désarroi de Flycatcher se retrouvant au chômage) comme les plus coquasses (Blanche Neige craignant de mettre bas une portée).

Ce tome ne gagne donc pas sa cinquième étoile du fait des 2 premières histoires anecdotiques et desservies par des illustrations trop fonctionnelles. L'un des regrets que l'on peut également avoir est que tous les tomes sont reproduits sur du papier journal (non glacé) et du coup la reprographie des couvertures de James Jean perd en netteté, ce qui est vraiment dommageable au vu de la délicatesse de ses nuances.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 11 octobre 2005
Blanche Neige accouche enfin, mais ses enfants qui sont mi humains, mi loups comme leur Père Big Wolf, doivent aller vivre à la ferme, comme le prévoit la loi des Fables. Blanche Neige laisse donc sa place de conseillère. Au même moment le Prince Charmant, devient maire des fables, il nomme la Belle pour remplacer Blanche, et la Bête en lieu et place de Big Wolf, qui désire partir, il ne peut rester avec ses enfants à la ferme, car celle ci lui est interdite. L'histoire est sombre, l'Enemi qui a chassé les Fables dans notre monde semble être proche, Big Wolg part enquêter.
Pendant ce temps des meurtres sont commis sur les Fables, par un tueur invisible qui vide de leur sang ses victimes...
Rien ne va plus, et la catastrophe semble proche....
Bill Willingham parvient à maintenir la tension, dans ce volume, tout en ne se départissant pas de son humour noir ravageur, un vrai plaisir, qui nous fait attendre le prochain volume, à parâitre en janvier 2006, avec impatience.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Les personnages de contes de fée ont été chassés de leurs terres et ont trouvé refuge en un lieu imaginaire appelé New York. Des personnages de toutes sortes de contes doivent désormais vivre ensemble (ceux qui n'ont pas forme humaine vivent à l'écart de la ville et des regards, dans une ferme). Mais certains personnages (prince charmant, grand méchant loup) font partie de plusieurs contes. Alors existe-t-il toute une fratrie de grands méchants loups leur autorisant cette ubiquité à la Droopy ? Non c'est le même grand méchant loup qui s'en est pris aux trois petits cochons et au petit chaperon rouge. C'est le même prince charmant inconstant et volage qui épousa Blanche Neige, la Belle au bois dormant et Cendrillon. Apparemment ces personnages n'étaient pas tout noir ou tout blanc. Le couple de la Belle et de la Bête bat de l'aile (mais qui n'a pas été marié pendant mille sans connaître des hauts et des bas ?) Pinocchio a des pensées d'adulte (adulte comme dans "film pour adulte") enfermées dans un corps d'enfant. Malheureusement ceci reste un peu superficiel, truculent certes mais guère plus. La psychologie des relations entre personnages est sommaire malgré cet important passé commun. Dommage. Ça ne serait pas mal de ne pas changer de dessinateur toutes les cinq minutes. On ne reconnaît plus les personnages, vu qu'ils changent de visage toutes les cinq minutes.

Ce tome 5 contient deux courtes histoires en plus du récit principal. Dans celui-ci Blanche Neige accouche enfin et sa progéniture réserve quelques surprises. D'autre part le prince charmant est élu maire grâce à son sourire et à son programme démagogique. Malheureusement cette affaire d'élection n'est guère intéressante et sert surtout à se débarrasser de Blanche Neige et du grand méchant loup. Vu que leurs enfants ne sont pas tout à fait humains, ils doivent vivre à la ferme avec leur mère. Le père lui n'a pas le droit de mettre les pieds à la ferme (pourquoi d'ailleurs ? Le petit chaperon rouge est resté au pays et les trois petits cochons sont morts. Alors qui craint le grand méchant loup ?) Plutôt que de faire face à cette situation compliquée (donc intéressante) le scénariste décide que Blanche Neige ne sera pas mère et dirigeante de Fabletown. Dommage que l'auteur soit si rétrograde et ne veuille pas que Blanche Neige puisse concilier famille et travail (déjà que la peine de mort lui semble chose naturelle). Pourquoi Blanche Neige accepte-t-elle aussi facilement de quitter ces fonctions qu'elle occupait depuis des siècles ? Pourquoi le grand méchant loup accepte-t-il aussi facilement d'abandonner sa progéniture ? Parce que ça arrange l'auteur.

Note : Il est conseillé de commencer par le commencement, c'est-à-dire par le tome 1.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Fables Vol. 1: Legends in Exile (New Edition)
Fables Vol. 1: Legends in Exile (New Edition) de Bill Willingham (Broché - 22 mai 2012)
EUR 12,49

Fables vol. 2: Animal Farm
Fables vol. 2: Animal Farm de Bill Willingham (Broché - 1 août 2003)
EUR 8,85

Fables vol. 7: Arabian Nights (and Days)
Fables vol. 7: Arabian Nights (and Days) de Bill Willingham (Broché - 28 juin 2006)
EUR 11,19