undrgrnd Cliquez ici Toys Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Broché|Modifier
Prix:15,12 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Ce recueil comprend les numéros 34 à 41 de la série mensuelle et se décompose en 2 parties.

La première partie s'étend sur 2 numéros et conte les aventures de Jack Horner à Hollywood. Suite au tome précédent, Jack a décidé de quitter Fabletown à tout jamais et il met en aeuvre un nouveau plan génial qui repose sur une trilogie cinématographique de ses propres aventures à travers les âges. Il en sera le producteur. Pour la plus grande surprise des lecteurs, chacun des films est un blockbuster et tout semble se passer comme prévu. Les dessins simplistes des premières pages m'ont vraiment fait craindre une intrigue juste là pour meubler et lancer la série dérivée Jack of Fables vol. 1 : the (nearly) great escape. Au fur et à mesure que les fils de l'histoire se nouent, le plan de Jack Horner révèle des subtilités insoupçonnées. Et les dessins simplistes de David Hahn servent à nimber d'une aura de fragilité une histoire émouvante beaucoup plus inattendue qu'escomptée. Encore une fois, Bill Willingham réussit à surprendre là où on ne l'attendait pas.

On passe ensuite à l'histoire qui donne son titre à ce volume (5 épisodes). Quelle surprise ! Boy Blue réussit à s'infiltrer dans les territoires de l'Adversaire et il se taille un chemin à coups d'épée jusqu'à atteindre l'Adversaire. On découvre enfin son identité, comment et pourquoi il a conquis les territoires des fables européennes, vers quelles contrées il souhaite étendre son empire (celles de fables orientales) et son lien avec les soldats de bois du tome 4. Durant les 2 premiers épisodes Bill Willingham et ses illustrateurs (Mark Buckingham et Steve Leialoha) s'en donnent à caeur joie pour mêler héroïc fantasy et sword & sorcery dans un mode narratif à la "il était une fois" avec un charmant décalage dans les situations. C'est un régal rare, ça marche parfaitement et une fois de plus le lecteur reste confondu devant des péripéties déroulées sur un ton aussi sophistiqué sans être pédant ou "m'as-tu-vu".

Au milieu de ces 5 épisodes s'intercale un numéro évoquant ce qui se passe pendant ce temps là à Fabletown (dessiné correctement par Lan Medina mais sans atteindre le degré de précision du premier tome). La Bête se révèle être un shérif d'un niveau tout à fait acceptable et il réussit à démasquer un espion de l'Adversaire. Un autre des agents spéciaux fait son retour à Fabletown et le Prince Charmant lui confie une mission inattendue : retrouver le Grand Méchant Loup (Bigby).

Après la petite baisse de régime du tome précédent, ce recueil retrouve un excellent niveau et réunit tous les ingrédients qui font la saveur de cette série : aventure aux pays des contes, personnages attachants (en particulier Boy Blue), décors exotiques, pouvoir de la magie, relations élaborées entre les personnages (le retour du Petit Chaperon Rouge), illustrations finement ouvragées, humour délicat...
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 avril 2006
Les personnages de contes de fée ont été chassés de leurs terres et ont trouvé refuge en un lieu imaginaire appelé New York. Des personnages de toutes sortes de contes doivent désormais vivre ensemble (ceux qui n'ont pas forme humaine vivent à l'écart de la ville et des regards, dans une ferme). Mais certains personnages (prince charmant, grand méchant loup) font partie de plusieurs contes. Alors existe-t-il toute une fratrie de grands méchants loups leur autorisant cette ubiquité à la Droopy ? Non c'est le même grand méchant loup qui s'en est pris aux trois petits cochons et au petit chaperon rouge. C'est le même prince charmant inconstant et volage qui épousa Blanche Neige, la Belle au bois dormant et Cendrillon. Apparemment ces personnages n'étaient pas tout noir ou tout blanc. Le couple de la Belle et de la Bête bat de l'aile (mais qui n'a pas été marié pendant mille sans connaître des hauts et des bas ?) Pinocchio a des pensées d'adulte (adulte comme dans « film pour adulte ») enfermées dans un corps d'enfant. Malheureusement ceci reste un peu superficiel, truculent certes mais guère plus. La psychologie des relations entre personnages est sommaire malgré cet important passé commun. Dommage. Ça ne serait pas mal de ne pas changer de dessinateur toutes les cinq minutes. On ne reconnaît plus les personnages, vu qu'ils changent de visage toutes les cinq minutes.
Ce tome 6 se passe quasi uniquement dans les « homelands ». On y suit Boy Blue dans une histoire de cape (de sorcière) et d'épée (vorpale) où il rencontre finalement l'adversaire. On en apprend enfin plus sur ce fameux mais néanmoins mystérieux « adversaire » et sur l'histoire de ses conquêtes qui ont poussé à l'exil les personnages principaux de l'histoire. L'histoire est dans la continuité du tome 4. Apparemment les tomes pairs sont les meilleurs. Vivement le tome 8.
Note : Il est conseillé de commencer par le commencement, c'est-à-dire par le tome 1.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

15,00 €