undrgrnd Cliquez ici Toys KDP nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles11
4,5 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:18,79 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 25 janvier 2001
Le premier volume de cette fabuleuse série n'est pas le meilleur, notamment parce que le titre, pas encore connu à ce moment là, ne bénéficiait pas de beaucoup de moyens, et Sam Kieth au dessin ne s'en tire que médiocrement. Mais Gaiman est vraiment un virtuose. Tout son univers merveilleux se met en place dans ce premier tome. Découvrez la famille des Endless, la Mort telle que vous ne l'aviez jamais vu. Un monde d'horreur poétique qui est une des plus belles réalisations de la bande dessinée moderne.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
À ne pas confondre avec le Sandman de Kirby Sandman by Kirby and Simon, ni avec Wesley Dods (Sandman Mystery Theatre: The Tarantula, ni avec Sandy Hawkins qui apparaît dans The Next Age.

Ce tome est le premier dans la série écrite par Neil Gaiman qui gagna avec elle ses galons de scénariste extraordinaire (il avait juste réalisé avant Violent Cases et Black Orchid). Il reprend le nom de Sandman (ayant un lourd passif avec plusieurs incarnations plus ou moins obscures) et réinvente tout, tout en restant cohérent avec les autres incarnations. Morpheus est détenu prisonnier par un occultiste du nom de Roderick Burgess depuis 70 ans. Il a enfin l'occasion de se libérer et va se lancer dans une quête pour récupérer ses objets de pouvoir.

Ce tome fait déjà ressortir un ton original assez poétique, même s'il fait une part belle à l'horreur (la scène du restaurant est assez éprouvante) et également à l'univers DC avec des apparitions de personnages plus moins connus (John Constantine, Scott Free, J'onn J'onzz, Scarecrow, Etrigan le Demon, le premier Sandman, et Doctor Destiny). Dès ce premier tome, Neil Gaiman joue dans une catégorie à part. Les illustrations sont déjà assez éloignés des dessins traditionnels des comics, même s'ils semblent parfois un peu inaboutis ou si le dessinateur et l'encreur semblent avoir manqué de temps. À noter également que ce tome comprend la première apparition du Lucifer et de la grande soeur Death. L'histoire continue, se développe, prend de l'ampleur et de la profondeur dans The Sandman: Doll's House.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 novembre 2002
Mon fournisseur officiel de rêves, c'est Niel Gaiman et sa série de graphic novels "The Sandman". Tout un monde fantastique mais si logique qu'il en est normal prend naissance sous vos yeux ébahis, des personnages surréalistes mais qui sont tellement liés à ce que l'on a tous expérimenté qu'on les veut vrais vous expliquent pourquoi le monde est ainsi fait et finalement, on comprend tout : Ce sont les fous, les lunatiques et les rêveurs qui touchent du doigt la vérité... Je ne remercierai jamais assez le rêveur qui m'a présenté Morpheus King of the realm of Dream. Sandman est un bien que je souhaite à tous et Préludes and Nocturnes en et la porte... Beaux rêves lecteurs.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 octobre 2003
Si Neil Gaiman n'existait pas il faudrait l'inventer.
Ceci est le premier tome d'une série de 10 de Sandman. On y fait la connaissance du Roi des Rêves capturé par un magicien qui cherchait à emprisonner la Mort (Death la soeur de Morpheus le roi des rêves).
Morpheus prisonnier, son royaume tombe en ruine et le sommeil des mortels s'en trouve perturbé.
Après 70 ans d'absence, Morpheus doit tout reconstruire et réparer les dégats faient en son absence par divers personnes.
Ce comics est un petit bijou par son scénario inventif et ses dessins torturés qui collent à l'ambiance noir et onirique de l'ouvrage de Neil Gaiman.
Si vous aimez les comics, en particulier les publications DC/Vertigo, ceci est un must qu'il faut lire de toute urgence.
Si vous en avez marre des super héros... idem.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 février 2012
Les premiers nouveaux pas de Sandman. On n'est encore loin de la profondeur de ton que la série prendrait pas la suite. Plus sombre, et comme un premier galop d'essai, encore pris dans la chrysalide des morceaux obligés (gothique, horreur, superhéros). Mais certains éléments important, dont les tomes futurs parleront souvent, font ici leurs premières apparitions.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 avril 2009
Magnifique! Je n'avais jamais pensé qu'un comics puisse être de la sorte. L'univers est à l'image du héros: adulte et simple, sombre et psychédélique, amusant et bouleversant. On est introduit dans ce monde de rêves par un premier tome, où l'émotion que nous procure l'avènement d'un héros mystérieux nous transporte. Merci Gaiman...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 avril 2015
A vry well written story, rich with imagination, fantasy and humanity. I am eager to buy and read the next volumes. My old B&W Kindle displays the drawings perfectly, I am absolutely satisfied with it.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 août 2015
Sympathique ce premier tome. Pas encore un chef d'œuvre, mais suffisamment bon pour qu'on ait encore envie de le lire plus de 25 ans après sa sortie.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 juin 2015
Un roman graphique magnifique, histoire très bien construite.
Un peu violent par contre, à ne pas mettre entre toutes les mains.
Culte.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 octobre 2013
Du pur bonheur.
Même en anglais reste accessible aux non anglophone.
La suite n'en est que mieux.
A mettre entre toutes les mains
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles