Commentaires en ligne 


3 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Midnight Owl
Cette évaluation porte effectivement sur un achat via amazon.fr, réalisé... le 14 octobre 2013. J'ai donc mis un certain temps à le lire avant de me mettre à rédiger ce texte. Un effet de la gestion de la file d'attente...

Dans le cadre de la relance de toutes les séries de comic books de la maison DC Comics en...
Publié il y a 10 jours par Stan FREDO

versus
2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 De l'excellent et du moins bon
Ce tome fait suite à The Court of Owls (épisodes 1 à 7). Il contient les épisodes 8 à 12, et le numéro annuel 1, parus en 2012, majoritairement écrits par Scott Snyder, avec l'aide de James Tynion IV pour la deuxième partie de l'épisode 8, le numéro annuel 1, la deuxième partie de...
Publié il y a 17 mois par Présence


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Midnight Owl, 12 septembre 2014
Par 
Stan FREDO (BORDEAUX, Aquitaine, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Batman Vol. 2: The City of Owls (The New 52) (Broché)
Cette évaluation porte effectivement sur un achat via amazon.fr, réalisé... le 14 octobre 2013. J'ai donc mis un certain temps à le lire avant de me mettre à rédiger ce texte. Un effet de la gestion de la file d'attente...

Dans le cadre de la relance de toutes les séries de comic books de la maison DC Comics en 2011, sous l'appellation "The New 52!", la série mensuelle 'Batman' a été confiée au jeune scénariste Scott Snyder - déjà célèbre pour des histoires de vampires étatsuniens - et au dessinateur Greg Capullo - à la renommée principalement associée à Todd McFarlane et à la maison Image comics.

Le "pitch" de "The New 52!" était "Comme d'habitude, plus rien n'est comme avant", en particulier pour un personnage tel que Batman qui avait plus de 70 ans d'histoire et un important succès commercial en l'état. Ou plus exactement, "Faites du neuf qui soit accueillant pour les néophytes sans nous aliéner les fidèles lecteurs".

En bon collaborateur, Snyder maintient l'essentiel de l'univers de l'Homme Chauve-Souris mais propose une ancienne et gigantesque conspiration sous-tendant toute l'histoire de la ville de Gotham et orchestrée par les Hibous (Owls), des animaux qui ne dédaignent pas de mettre des chauve-souris au menu de leur casse-dalle nocturne. Cette conspiration est une "première nouvelle" pour le Batman, et a fortiori pour ses lecteurs, même les plus anciens. C'est un peu énorme pour le meilleur détective du monde d'être passé à côté d'une organisation secrète de cette importance, mais c'est bien mené et cela fonctionne ! Pour preuve, des ventes en comic shop aux USA (réseau Diamond) de nettement plus de 100 000 exemplaires chaque mois et un classement dans le Top 5 des ventes de comic books au cours de l'année 2012.

On arrive à lire cette suite sans se souvenir très précisément du premier tome. Dans le premier chapitre, les tueurs des Chouettes (on les appelle les "Talons", rien à voir avec les personnages de Greg..., Michel Greg...) donnent l'assaut du Wayne Manor. Alfred et Bruce se réfugient dans une sorte de "panic room" dont Bruce ressort revêtu d'une armure de "Talon-Buster" (comme chez Marvel on a pu découvrir il y a quelques années des armures de "Hulk Busters"). Capullo est aidé par Rafael Albuquerque (complice en vampires de Snyder) pour la seconde partie de l'épisode.

Dans le chapitre suivant, Batman mobilise l'aide massive de colocataires pour combattre les Talons qui ont envahi sa grotte, mais il actionne aussi la Bat Family pour empêcher les Talons de dézinguer tout ce que Gotham compte de sommités. Cela marche plus ou moins bien...

Au chapitre 3, Batman est désormais vraiment fâché et se met sur la trace des commanditaires de tout ce bazar. Il trouve les Hibous dans un drôle d'état, mais surtout il tombe sur un drôle de gars qui va le mettre au défi de deviner son identité.

La bagarre avec ce type se poursuit dans le chapitre 4 et Batman échappe de peu à un méga hâchoir motorisé. Une autre histoire nous permet de faire connaissance du papa d'Alfred, qui était déjà au service des Wayne et qui s'appelait... Jarvis. Un prénom connu chez Pulp, le groupe pop-rock anglais, pas le magasin de comic books, mais aussi chez les Avengers, pour un personnage qui remplit pour eux les mêmes fonctions que les Pennyworth chez les Wayne...

Suit un épisode en dehors de l'arc des Hibous, mais néanmoins plutôt chouette, dans lequel une jeune agent de maintenance du réseau électrique de la ville de Gotham se met en tête de venir à l'aide du Batman... A noter des dessins de Becky Cloonan qui évoquent presque ceux de Cliff Chiang.

Pour terminer, le 6è chapitre nous donne les origines de Mr. Freeze, un super-villain pensionnaire de l'asile d'Arkham, mais dont une des technologies développées pour une des entreprises de Bruce Wayne est utilisée pour tenir les Talons à carreau. Les dessins, un peu raides, sont de Jason Fabok. On ne sait pas pourquoi, Mr. Freeze a la tête du mutant nommé Guido "Strong Man" Carosella de la Maison des Idées...

Les "extras" se composent des couvertures alternatives des comic books.

L'arc des Hibous s'inscrit parmi les classiques modernes du Batman, et à ce titre, a été retenu parmi ceux retravaillés en version noir et blanc au printemps dernier.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 De l'excellent et du moins bon, 25 avril 2013
Par 
Présence - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Batman Vol. 2: The City of Owls (The New 52) (Relié)
Ce tome fait suite à The Court of Owls (épisodes 1 à 7). Il contient les épisodes 8 à 12, et le numéro annuel 1, parus en 2012, majoritairement écrits par Scott Snyder, avec l'aide de James Tynion IV pour la deuxième partie de l'épisode 8, le numéro annuel 1, la deuxième partie de l'épisode 11 et l'épisode 12. La majeure partie des illustrations sont réalisées par Greg Capullo (dessins) et John Glapion (encrage), sauf pour la deuxième partie de l'épisode 8 (Rafael Albuquerque), la deuxième partie de l'épisode 11 (Albuquerque), et le numéro annuel (dessiné et encré par Jason Fabok). La première partie de l'épisode 12 est dessinée par Becky Cloonan, la deuxième par Andy Clarke. Parallèlement au présent tome, il est possible de lire l'intégralité du crossover dans Night of the Owls. Il contient "All star western" 9, "Batman" 8 & 9 et le numéro annuel 1 (contenus dans le présent tome), "Batman the dark knight" 9, "Batgirl" 9, "Batwing" 9, "Birds of prey" 9, "Detective comics" 9, "Nightwing" 8 & 9, "Batman & Robin" 9, "Catwoman" 9 et "Red Hood and the Outlaws" 9.

Alors que Bruce Wayne se repose un peu dans sa bibliothèque, la Cour des Hiboux a décidé de passer à l'offensive en lâchant ses agents (Talons, en français les Ergots) dans Gotham pour en assassiner les principaux édiles. Une bonne dizaine d'entre eux sont arrivés au manoir des Wayne pour assassiner Bruce Wayne. Le numéro annuel développe l'origine de Mister Freeze (Victor Fries) : son lien avec Bruce Wayne, la mystérieuse Nora, etc. Par la suite, Batman obtient enfin un indice qui lui permet de remonter jusqu'à l'instigateur principal de cet assaut contre les principaux citoyens de Gotham, ou peut-être pas, avec une incroyable révélation à la clef (ou peut-être pas).

Ce tome s'ouvre avec un zoom arrière partant d'un tampon de regard d'égout pour finir au dessus des toits de Gotham, alors que Wayne se fait la réflexion qu'il ne connaît finalement pas sa ville. Après son passage entre les mains de la Cour des Hiboux, il a pris conscience qu'une société secrète a manipulé dans l'ombre la croissance de Gotham à son insu. Le travelling traduit visuellement l'idée que Wayne prend du recul (sous-entendu il ne l'a jamais fait auparavant). L'image d'après se situe dans la bibliothèque du manoir des Wayne plongée dans le noir, où Bruce contemple une maquette de Gotham. À nouveau il y a une métaphore visuelle sur l'image erronée que Bruce s'est forgé dans sa tête et cette réplique factice, tout aussi approximative. Tout d'un coup Wayne détecte la présence des Ergots et il s'en suit une dizaine de pages d'action, très vivantes dans lesquelles les phylactères se font discrets pour privilégier le mouvement. La deuxième partie de l'épisode prise en charge par Albuquerque développe l'aspect de coordination avec les autres titres gravitant dans la sphère d'influence de Batman (ceux cités pour le crossover "Night of the Owls"). Ce tome comprend plusieurs moments aussi impressionnant que la première partie de cet épisode où le lecteur est aux cotés de Batman, observant son intelligence au travail, épaté par ses prouesses physiques, et sa capacité d'anticipation. Tout au long du tome, le lecteur va ainsi se trouver face à des séquences d'une grande intelligence narrative, à la fois sur le plan de l'intrigue et sur le plan visuel. Dans la séquence d'ouverture de l'épisode 10, Batman a enfin trouvé une piste à remonter et il interroge une femme dont la main se crispe ressemblant alors à une serre. La page d'après, Batman écrase un masque de hibou contre des barreaux, et il éclate comme un oeuf. Quelques pages plus loin, Jonathan Glapion effectue un travail d'encrage exceptionnel pour rendre compte de la décrépitude des pièces désaffectées traversées par Batman.

Mais à coté de ces passages époustouflants, le lecteur est confondu par d'autres éléments d'une rare maladresse, à la fois dans l'intrigue, mais aussi dans les choix visuels. Ça commence avec Snyder qui ne peut pas s'empêcher de parsemer son récit de référence à The Dark Knight returns, que ce soit Batman endossant une armure, ou la commande "Activate Fido" qui évoque Carrie Kelley prenant les commandes de la batmobile tank, même l'utilisation des trophées de la batcave est dérivative et manque d'imagination, comme si Snyder était obligé de faire référence à l'histoire ultime de Batman (ultime en termes de ventes). Toutefois ces séquences pourront réjouir les lecteurs récents de la série. Mais, même eux devraient être déconcertés par cette référence gratuite à Henri Ducard, compréhensible uniquement par les connaisseurs experts en Batman. Le summum est atteint par l'énorme révélation de la fin de l'épisode 10, aussitôt désamorcée dès l'épisode suivant, comme si Snyder s'excusait de l'énormité qu'il avait proférée. Snyder s'enfonce encore avec la séquence consacrée à Jarvis Pennyworth qui permet de mettre en scène un autre Pennyworth, mais dépourvue de tout autre intérêt. Greg Capulo n'est pas en reste de séquences en toc avec Batman en train de voler : étrange choix de le dessiner comme possédant un superpouvoir alors que l'un des principaux attraits du personnage est qu'il pourrait à la rigueur être un humain normal. La scène dans laquelle Batman s'agrippe au réacteur d'un avion en plein vol met en surcharge le niveau d'exigence de suspension consentie d'incrédulité du lecteur.

Enfin le lecteur pourra éventuellement souffrir lors du passage d'un dessinateur à un autre. Albuquerque est très convaincant et intéressant, mais son style ne se marie pas bien avec celui de Capullo. Il en va de même de celui de Fabok pour l'épisode annuel inséré au milieu du tome, plus réaliste ce qui fait ressortir par contraste les scènes traitées de manière plus exagérée par Capullo. Placé en fin de tome, l'épisode consacré à l'influence de Batman sur 2 individus ordinaires jure moins, malgré le style très différent de Becky Cloonan. Par contre le lecteur a du mal à comprendre pourquoi elle n'a pas dessiné toutes les pages de l'épisode, et pourquoi le final est dessiné à nouveau dans un style réaliste par Andy Clarke.

À l'issue de la lecture de ce tome, le lecteur a l'impression d'avoir lu un patchwork de pièces disparates du fait de l'hétérogénéité des styles graphiques, et du retour en arrière sur le passé de Mister Freeze en beau milieu de tome. Le travail des 2 créateurs principaux (Scott Snyder et Greg Capullo) oscille entre des séquences époustouflantes, et des séquences enfantines.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Génial, 19 février 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Batman Vol. 2: The City of Owls (The New 52) (Relié)
Un titre vraiment excellent que je recommande à tous les fans de la série Batman, le duo Snyder/Capullo est parfait.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Batman Vol. 2: The City of Owls (The New 52)
Batman Vol. 2: The City of Owls (The New 52) de Scott Snyder (Broché - 15 octobre 2013)
EUR 13,87
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit