Commentaires en ligne


2 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Hors du commun, 19 septembre 2012
Par 
Présence - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Manhattan Projects Volume 1: Science Bad TP (Broché)
Ce tome contient les épisodes 1 à 5 d'une série débutée en 2012. Il s'agit du début de cette série ; il n'y a pas besoin de lecture préalable. Le scénario est de Jonathan Hickman, les illustrations de Nick Pitarra ; ils avaient déjà réalisé The Red Wing ensemble.

En 1942, au Ministère de la Guerre, le général Leslie Groves reçoit Joseph Oppenheimer dans son bureau. Ce général est un peu déconcertant : il est bien évidemment en uniforme militaire, mais en plus il a une grenade accrochée au revers de sa veste. À l'issue de l'entretien, il souhaite la bienvenue à Oppenheimer dans leS projetS Manhattan. C'est ainsi qu'il se retrouve dans la base zéro. Si l'équipe en place travaille bien pour concevoir et développer une bombe atomique, leurs recherches ne se limitent pas à ce domaine. Lors de la visite guidée effectuée par le général Groves, Oppenheimer peut voir Albrecht Einstein à l'oeuvre, mais cantonné dans une spacieuse cellule. Il assiste également à une tentative de destruction de la base menée par une équipe japonaise. Il rencontre les autres chercheurs : Richard Feynman, Enrico Fermi, Harry Daghlian, Wernher von Braun et le président des États-Unis. Et le lecteur apprend que Joseph Oppenheimer avait un jumeau prénommé Robert.

En 2012, Jonathan Hickman achève son édifice narratif sur la série "Fantastic Four" (commencé en 2009, avec Dark Reign - Fantastic Four) et il s'apprête à prendre en charge les séries des Avengers. Il dispose d'assez de créativité pour lancer 2 séries supplémentaires chez Image : "Manhattan Projects" et Secret.

La découverte de ce premier tome constitue une expérience hors du commun. Hickman met en scène l'arrivée d'Oppenheimer dans le projet Manhattan pour que le lecteur découvre avec lui les éléments de l'histoire. La première scène (3 pages) donne le ton du récit. Le véritable projet Manhattan était bien sous la responsabilité du général Leslie Groves. Cette histoire inclut donc des éléments historiques réels. Par contre l'image qui est donné du général le montre comme une armoire à glace, bardé d'armes en toutes circonstances, avec un regard un peu allumé. De nombreuses armes sont accrochées aux murs de son bureau. Il y a donc également dans la narration une composante ironique basée sur l'exagération de quelques éléments.

La deuxième scène permet de découvrir que Jospeh et Robert Oppenheimer sont jumeaux, mais avec des caractères et des domaines de spécialisation très différents. Hickman entraîne donc le lecteur dans une variation uchronique basée sur la concentration incroyable de génies scientifiques dans un même projet. Afin de distinguer l'histoire de ces jumeaux, Pitarra découpe ses planches en 2 : la moitié supérieure est consacrée à Robert, avec des teintes bleues, la moitié inférieure à Joseph avec des teintes rouges.

La scène suivante (l'attaque japonaise) intègre une nouvelle composante : les technologies d'anticipation (et même de science-fiction), avec une touche de surnaturel. Hickman lâche ses savants (plus une somme d'individualités, qu'une équipe) dans un monde aux règles physiques fantasmées, où tout devient possible. Dans ce premier affrontement, les illustrations de Pitarra prennent une autre dimension. Tout commence par un cercle blanc comprenant un cercle rouge avec des coulées de peinture s'écrasant sur un des bâtiments du ministère de la Guerre, en provenance du ciel. Pitarra juxtapose une représentation réaliste du bâtiment avec un objet visuel plutôt abstrait (les 2 cercles). Le résultat de cet impact est montré dans une grande case (2 tiers de la page) où l'absurdité de la forme de l'objet contraste avec les morceaux de maçonnerie, la fuite de quelques soldats et le général Groves, pistolet à la main, évaluant la situation pour déterminer la nature du risque. 2 pages plus loin, les soldats japonais sortent de ce vaisseau et commencent à tirer copieusement sur les soldats américains. Pitarra fait preuve d'une belle inventivité dans l'apparence des soldats nippons, ainsi que dans la fuite éperdue du personnel de la base. Il rend compte avec facilité de la pagaille semée par l'envahisseur, parmi le personnel non armée, et il rajoute un ou 2 gags visuels sous la forme d'exagération des expressions des tués.

Le style de Pitarra déconcerte un peu de prime abord. Il s'agit en particulier de son encrage qui donne l'impression qu'il a repassé à plusieurs reprises certains traits, pour aboutir à une ligne tremblée surprenante. Il est très doué pour créer des morphologies et des langages corporels différents pour les personnages. Oppenheimer est un monsieur aux cheveux blancs coupés courts, avec une silhouette effilée, et un superbe noeud papillon rouge. Einstein a sa coupe de cheveux en bataille, son nez charnu et un regard perdu dans ses pensées insondables. Feynman est un jeune homme élancé et élégant, curieux et plein de vie. Pitarra sait faire prendre vie à ses personnages. Il est également attaché aux détails des tenues vestimentaires (Einstein en caleçon et en marcel au lever) et des décors. Son style n'a pas de points communs avec celui des dessinateurs de superhéros.

Au bout de 5 épisodes, il n'est pas possible de savoir de quoi sera fait la suite car tout est possible. Par contre, en seulement 5 épisodes, Hickman et Pitarra ont développé un monde très riche, très original, peuplé par des personnages singuliers et inoubliables (uniquement des hommes, les femmes semblent absentes de cette aventure), vaquant à des occupations où la science permet de découvrir des mystères et des merveilles. Cette lecture hors du commun s'apprécie d'autant mieux que l'on connaît vaguement le projet Manhattan, pour pouvoir percevoir le décalage entre la réalité historique et cette étrange variation. La suite de la série promet de la destruction massive car ces savants sont regroupés au sein d'un même projet dont l'objectif est la concption d'une nouvelle génération d'armes.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Attention, 1 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Manhattan Projects Volume 1: Science Bad TP (Broché)
Delcourt a perdu les droits pour cette série et elle sera dorénavant édité chez Urban Comics a partir de Janvier 2015.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

The Manhattan Projects Volume 1: Science Bad TP
The Manhattan Projects Volume 1: Science Bad TP de Jonathan Hickman (Broché - 18 septembre 2012)
EUR 12,34
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit