Commentaires en ligne


1 Evaluation
5 étoiles:    (0)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Pour lecteurs réguliers de la série, 9 mars 2014
Par 
Présence - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : B.P.R.D. Hell on Earth Volume 7: A Cold Day in Hell (Broché)
Ce tome fait suite à The return of the Master. Il contient les épisodes 105 à 109 de la série BPRD, Mike Mignola et Dark Horse ayant décidé d'instaurer une numérotation continue, en lieu et place de du format de publication en une suite de miniséries, utilisé jusqu'alors. Les scénarios sont de Mike Mignola et John Arcudi. Le présent tome comprend 2 histoires. Ces épisodes sont initialement parus en 2013.

-
- Wasteland (dessins et encrage de Laurence Campbell, épisodes 107 à 109) - Une équipe du BPRD se rend en hélicoptère à Chicago pour enquêter sur la disparition d'une autre équipe menée par l'agent Howards (voir "The abyss of time" dans The Pickens County horror and others). Ils sont attaqués en route par un monstre, l'hélicoptère s'écrase. Johann Kraus prend la tête de la poignée d'agents encore vivants pour rallier à pied Chicago, malgré les créatures qui rôdent.

La méthode consistant à faire travailler plusieurs dessinateurs en parallèle sur la série BPRD (pour maintenir un niveau graphique de qualité) conduit Mike Mignola et John Arcudi à structurer leur récit en modules séparés, centrés sur des personnages différents, et poursuivant des intrigues différentes. Il y a toutefois des scènes de transition (1 ou 2 pages) qui permettent d'établir la cohérence temporelle avec les allées et venues des personnages principaux d'une histoire à l'autre (Kate Corrigan restant à la tête du BPRD).

Pour cette première histoire, le lecteur se raccroche donc à Johann Kraus, et établit la connexion avec l'histoire de l'agent Howards. Alors que l'équipe progresse dans un environnement désolé, privé de tout équipement électrique, soumis à des attaques imprévues de monstres, Mignola et Arcudi mettent sur le devant de la scène l'agent Nichols et Lucas (un jeune garçon), fournissant ainsi au lecteur des centres d'intérêt émotionnel générant une réelle empathie.

Avec leur inventivité coutumière, Mignola et Arcudi narrent une tranche de survie d'une équipe restreinte menacées par des monstres, des zombies, et des émanations gazeuses mortelles (avec d'atroces souffrances). Cela donne lieu à un récit tendu de survie post apocalyptique, avec un espoir assez mince de rallier un havre de sécurité. Le lien se fait naturellement avec l'agent Howards et son épée bifide.

Laurence Campbell (dessinateur également de Deadpool Pulp et d'un épisode de "Dark Tower" The Gunslinger: the way station) réalise des dessins dans une veine réaliste, pouvant évoquer le travail d'Alex Maleev sur Daredevil. Son encrage un peu appuyé et les teintes foncées choisies par Dave Stewart renforcent la sensation d'angoisse née de ces endroits désolés, privés de vie et d'habitants, et fait ressortir l'intensité des horreurs monstrueuses dans ce monde si proche du nôtre.

Cette première histoire promène le lecteur dans la désolation devenue familière de "Hell on eath", fournit 2 points d'accroche émotionnelle, et s'insère naturellement dans la tapisserie globale de la série. Les dessins réalistes permettent au lecteur de facilement se projeter dans ces environnements et de mettre en valeur les actions horrifiques et brutales des monstres. Sa brièveté et son objectif utilitaire évident (reconnecter l'agent Howards à la trame principale) diminue un peu l'impact de ce périple en territoire infernal sur Terre. 4 étoiles.

-
- Cold day in hell (dessins et encrage de Peter Snejbjerg, épisodes 105 et 106) - Cette histoire continue celle de The return of the master, en ce qui concerne les personnages de Carla Giarocco et du Directeur Iosif Nichayko. Ces derniers effectuent une mission de sauvetage des habitants de la ville de Doyonek en Russie, avec une équipe du SSS (Special Sciences Service, l'équivalent russe du BPRD). Mais à peine atterri, Nichayko fausse compagnie aux autres pour se rendre dans une maison isolée, pour une mission secrète en lien avec Varvara.

Mignola et Arcudi débutent avec une première page d'introduction établissant les manifestations de monstres dans différents endroits du globe, avec tout ce qu'elles ont de destructrices. Les 2 pages suivantes permettent de faire le lien avec les aventures d'Abe Sapien dans Dark and terrible and The new race of Man, tout en rappelant au bon souvenir du lecteur le comportement équivoque de Panya (mais sans développer cette intrigue secondaire qui dure depuis maintenant plusieurs années de parution). L'histoire peut alors se concentrer sur une nouvelle manifestation monstrueuse, Iosif Nichayko, et une autre intrigue secondaire liée à la captivité de Varvara.

Cette histoire est encore plus courte que la première, mais plus intense et plus intéressante dans la mesure où elle met en scène 2 personnages importants de la série BPRD (Isoif Nichayko et Carla Giarocco). Le récit repose plus sur l'intrigue que sur le développement des personnages. Pour cette intrigue, Mignola et Arcudi ont conçu un principe et un environnement plus originaux que ceux de la première partie. S'il est peu probable qu'un nouveau lecteur ou qu'un lecteur occasionnel de la série y trouve son compte, un lecteur régulier appréciera la saveur et la consistance des pièces qui viennent s'ajouter au développement de la série dans son ensemble.

Les dessins de Peter Snejbjerg s'inscrivent moins dans une veine réaliste que ceux de Campbell. Ils présentent un niveau de détails élevé, permettant de rendre chaque endroit spécifique et cohérent avec les particularités du récit, qu'il s'agisse d'une vieille maison dans un champ de neige (et de son ameublement), ou de l'avancée de chars de combat dans les rues de la ville. Snejbjerg a atténué sa propension à dessiner des visages aux expressions comiques, même s'il en subsiste une trace de ci de là, ce qui dénote un peu par rapport à la nature du récit.

Cette deuxième histoire est plus concise que la première, tout en étant plus original et mieux équilibrée, à condition d'être un lecteur régulier de la série BPRD.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

B.P.R.D. Hell on Earth Volume 7: A Cold Day in Hell
B.P.R.D. Hell on Earth Volume 7: A Cold Day in Hell de John Arcudi (Broché - 4 février 2014)
EUR 17,31
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit