Commentaires en ligne


42 évaluations
5 étoiles:
 (33)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:
 (3)
2 étoiles:
 (2)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une satire tout en élégance de l'Angleterre de la fin du 18° siècle, une auteure féministe raffinée...UNTRESOR
J'écris ce commentaire après avoir lu pour la 3° fois ce trésor de la littérature anglaise et plus généralement de la littérature mondiale.

L'intrigue fut dévoilée par d'autres commentateurs, MAIS ce qui fait de ce livre un VÉRITABLE CHEF D'OEUVRE c'est :

- Le style...
Publié le 3 février 2012 par roseB (France)

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 impression
quelques petits problèmes sur la decoupe des mots surrement du à la mise en page pour l'impression mais c'est bien
Publié il y a 17 mois par guillaume


‹ Précédent | 1 25 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une satire tout en élégance de l'Angleterre de la fin du 18° siècle, une auteure féministe raffinée...UNTRESOR, 3 février 2012
Par 
roseB (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pride and Prejudice (Broché)
J'écris ce commentaire après avoir lu pour la 3° fois ce trésor de la littérature anglaise et plus généralement de la littérature mondiale.

L'intrigue fut dévoilée par d'autres commentateurs, MAIS ce qui fait de ce livre un VÉRITABLE CHEF D'OEUVRE c'est :

- Le style littéraire de Jane Austen, quel délice de se plonger littéralement dans le raffinement de son écriture! Une écriture irréprochable, dans un anglais élégant, riche, structuré et néanmoins direct dans les propos et les idées développées. Comment ne pas tomber sous le charme des dialogues ciselés, humoristiques, crus et durs dans leurs contenus enveloppés dans un style travaillé. Jane Austen a travaillé sans relâche sur toutes ses oeuvres qu'elle a écrit et réécrit, elle y a consacré l'essentiel de son temps, de sa vie jusqu'à sa mort précoce à 41 ans.

- La satyre de cette Angleterre de cet fin du 18° siècle, où un système de "castes" prévalait, empêchant les hommes et les femmes de vivre leurs vies, leurs amours, leurs mariages selon leurs goûts, leurs aspirations personnelles pour se plier aux diktats des conventions. D'où ce titre tellement vrai qui en 3 mots contient toutes ces contraintes, ces peurs, ces lois : PRIDE AND PREJUDICE...

Obéir à ce système pour respect "l'honneur" de ses parents, de la caste au sein laquelle on est né en s'enveloppant d'un drap d'orgueil pour cacher des blessures intimes plus profondes au risque d'attirer l'opprobre sur sa famille, ses relations... préjudices irréparables qui mettent celles et ceux qui osent s'affranchir de cet "enfermement" social aux bans de toute la société.

- Le féminisme de Jane Austen, qui de façon récurrente dans toutes ses oeuvres, expose la condition des femmes, citoyennes de seconde zone. Elles n'ont aucun droit, elles n'ont pas le droit d'hériter de leur père, elles n'ont pas le droit d'aimer ou de se laisser aimer par un homme qui n'appartient pas à leur caste. Elles n'ont pas accès à une éducation qui leur permettrait d'égaler les hommes dans leur savoir. Elles doivent se contenter d'apprendre à lire ( mais pas tout !!!) à coudre, gérer une maison.... Pour les plus nanties elles doivent maîtriser des connaissances artistiques, la maîtrise du piano forte, le dessin parfois, le chant, pour devenir de "jolis" oiseaux éphémères pour attirer un mari... Puis servir le statut de ce mari avec intelligence et beaucoup de modestie afin animer les soirées, les dîners, les bals... BREF DES FAIRE VALOIR!!!

- Le sort des femmes : la seule issue pour une femme de cette époque et de se marier.... Et ce le plus tôt possible... Dès 16 ans ces femmes sont mises sur le "marché" et doivent avant leur 23 ou 24 ans être mariées. Un point c'est tout !!!

COMMENT Jane Austen parvient-elle à nous décrire toutes ces contradictions, ses souffrances, ces résignations?

A travers le parcours de 5 SOEURS , les FILLES de MR BENNET.

- L'aînée Jane : toute en réserve, en intériorité, sa façon à elle de se protéger de toutes désillusions est de considérer l'autre comme faisant les choses qu'il doit faire, elle attribue à l'autre (même à l'homme qu'elle aime et qui semble se détourner d'elle) des raisons motivées par la noblesse inspirée par le soucis qu'il a de ne pas porter préjudice à sa famille par une mésalliance...

- La seconde Elisabeth , celle que l'on considère comme l'héroïne principale, plus affranchie, plus indépendante dans sa façon de penser et de s'exprimer.... Qui osera l'inimaginable... Refuser un mariage alors qu'elle a 21 ans !!! Cette femme est proche de ce que l'on connaît de Jane Austen, qui fut encouragée par son père dès le départ, dans sa vocation d'écrivain. Comme Elisabeth dans ce livre, Jane entretenait une relation de confiance avec son père... Peut être même était-elle comme Elisabeth la "préférée" de son Père.
A noter que les deux soeurs aînées de ce roman portent les prénoms de Jane Austen et de sa soeur Elisabeth !!! Clin d'oeil à cette soeur qui fut sa confidente, son amie lorsqu'elle écrivait ses romans.

- La troisième Mary, qui semble lors d'une première lecture, être un personnage plus "délaissé" par l'auteure... Ce n'est pas mon avis. Mary est une représentation d'un type de femme qui choisit le savoir, la science,l'autonomie de pensée par une lecture assidue, constante, un vrai travail intime de recherche ... Qui contrairement à ce que l'on peut croire, au premier abord lui permet d'éviter le mariage. Cette attitude constante dans l'acquisition du Savoir, et nos l'apprentissage des connaissances "d'ornements" que l'on impose aux femmes, lui permet discrètement mais néanmoins ostensiblement de se mettre hors course pour la vie maritale

- La quatrième Catherine (souvent nommée Kitty) 16 ans au début du roman , est une jeune femme en devenir, influençable qui doit trouver sa place dans cette fratrie uniquement constituée de jeunes femmes à marier... D'autant que selon les usages, Kitty doit attendre "son tour" on commence par marier l'aînée, puis la seconde....D'autant que Catherine est suivie de près en âge par une soeur complètement incontrôlable !

-La cinquième soeur Lydia, 15 ans au début du mariage, femme irresponsable, qui se fout de toutes les règles, de la politesse, de la convenance, .... Jeune femme extrêmement égocentrique, le sang en ébullition ; elle laisse ses sens diriger sa vie, ses flirts, sans jamais se remettre en cause ni se préoccuper des conséquences désastreuses que ses attitudes peuvent avoir sur l'avenir de ses soeurs...

Jane Austen AVEC TALENT ET BRIO NOUS DÉCRIT LES 5 ISSUES POSSIBLES,LES 5 VOIES ENVISAGEABLES POUR LA FEMME DE CET FIN DU 18° SIÈCLE ANGLAIS.... Un tour de force réalisé avec délicatesse, raffinement, et HUMOUR.

Pour conclure je terminerai ce commentaire en citant 3 hommes fondamentaux, et eux aussi des portraits psychologiques profonds de la condition de hommes, qui bien sûr est socialement, financièrement légalement hautement plus favorable que la condition des femmes.... Mais pour certains à quel prix !!!

- MR DARCY, je ne veux rien révéler sur cet homme mais il semble être sculpté dans un bois proche de celui de MR ROCHESTER dans Jane Eyre. Que dissimule cette attitude de prime abord, froide, hautaine, PRIDE ? A vous de le découvrir !

- Mr BINGLEY , l'élu du coeur de Jane...Serait-il dans son intimité, l'un des seuls personnage "pré-romantique" de Jane Austen. PARCE QUE JANE AUSTEN n'EST PAS UNE AUTEURE ROMANTIQUE!!

- Mr BENNET, ce père attentif, parfois trop laxiste avec les 2 dernières,cet homme "affublé" d'une épouse "fatigante", instable, mal élevée, souvent déplacée . Qu'est-ce que cet homme cache derrière son humour souvent sarcastique, son retrait dans "sa bibliothèque"? Quelle désillusion? Là aussi à vous de le découvrir.

Je sais que ce livre m'accompagnera encore longtemps, que je relirai à voix haute quelques extraits (surtout les dialogue) pour le plaisir d'entendre les mots de Jane Austen, son humour, sa grande élégance...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le meilleur d'Austen!, 9 juin 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pride and Prejudice (Broché)
Voilà un livre qui vous fera découvrir la campagne anglaise, les intrigues qui se nouent dans la petite bourgeoisie, la bienséance et parfois l'hypocrisie qui y règnent... Comment, cela se passe au XIXè siècle? Pourtant, le charme agit encore de nos jours tant les sentiments sont actuels et l'écriture intemporelle. Un grand classique tout à fait abordable en anglais à la fin du lycée.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellent !, 27 septembre 2003
Par Un client
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pride and Prejudice (Broché)
Ce roman datant du tout début du XIXè siècle est non seulement un élément incontournable de la littérature anglaise, il est aussi un véritable régal à lire.
Au centre de l'histoire, la famille Bennet : un père rendu philosophe, pour notre plus grand plaisir, par son marriage avec une femme hyponchondriaque nettement moins intelligente que lui ; l'adorable fille aînée Jane (24 ans), qui tombe immédiatement amoureuse de Mr. Bingley ; l'héroïne Elizabeth (20/21 ans), intelligente, observatrice et critique des gens et de leurs manies et autres caprices ; et trois jeunes soeurs particulièrement idiotes, notamment la jeune dernière, Lydia (16 ans), parfaitement insupportable.
L'histoire commence lorsque s'installe dans le voisinage de la famille Bennet un jeune homme, beau, riche, intelligent et très sympathique. Mais sont venus avec lui deux de ses soeurs, de véritables garces, snobs alors qu'elles oublient au passage que l'origine de leur fortune est due au commerce (et non à la terre), et surtout, Mr.Darcy, fier, hautain, intelligent, beau, à la fortune colossale (fortune provenant de la terre, elle).
Lors d'un bal où la famille Bennet rencontre ces nouveaux venus, Mr. Bingley semble s'éprendre de Jane, alors que Mr.Darcy se comporte grossièrement, notamment envers Elizabeth, qu'il dédaigne ouvertement. Celle-ci, joueuse, préfère en rire plus tard avec sa famille, et dédaignera à son tour Mr.Darcy lors d'une autre rencontre, alors que l'attitude de celui-ci envers elle semble se modifiée. En cela, elle est d'ailleurs aidé par le séduisant Mr.Wickham, un officier qui raconte a Elizabeth comment Darcy à manquer à sa promesse en donnant un "prieuré" qui lui était destiné à un autre.
Alors que Mrs.Bennet affiche ouvertement sa satisfaction concernant les fiançailles de sa fille aînée et de Bingley, envers lesquelles elle n'a aucun doute, la nouvelle arrive que celui-ci vient de quitter la région, et il n'y a aucun signe qu'il y reviendra jamais.
Les coups de griffes et le regard moqueur de Jane Austen sur les gens et la société, à travers Elizabeth ou envers elle d'ailleurs, sont fantastiques, et les situations sont souvent comiques.
Une perle à ne pas manquer.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellent!, 30 avril 2003
Par Un client
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pride and Prejudice (Broché)
Ce n'est pas que pour ceux qui aiment Jane Austen que ce livre est un must. C'est aussi un livre incontournable dans la littérature anglaise.
"Pride and Prejudice" ou "Orgueil et Préjugés" est le livre de Jane Austen le plus connu et souvent aussi le plus apprécié.
Pour décrire l'histoire qui se déroule au début du XIXe, je dirais qu'il s'agit de la vie d'une famille, les Bennet, qui ont cinq filles qui ont entre 15 et 22 ans. Une jour deux riches et beaux jeunes hommes, Bingley et Darcy, viennent s'installer dans le quartier, mais la famille est bientôt décue par l'orgueil et la vanité de Mr.Darcy. Bien qu'il se tienne à l'écart, Darcy va commencer à s'intéresser de plus en plus à Elizabeth Bennet. Celle ci est convaincue du fait qu'il la déteste tout autant qu'elle. Elle est donc très choquée lorsqu'un jour il la demande en mariage. Après son refus, Elizabeth va apprendre des choses sur Darcy et ainsi découvrir qu'il n'est pas du tout ce qu'elle pensait.
Mais ce livre ne raconte pas seulement cette histoire d'amour. Il illustre aussi bien la vie en famille, la vie en société, les principales occupations des différentes classes sociales, et les places de l'argent et du mariage.
Les personnages de Mr. Collins et Mr. Wickham rendent l'histoire plus compliquée et développée qu'on ne le penserait.
Pour conclure, je dirais simplement: lisez-le!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Chef d'oeuvre de Jane Austen, 14 avril 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pride and Prejudice (Broché)
Elizabeth Bennett n'a pas de chance. Dès qu'il y a un homme désagréable dans le coin il ne peut s'empêcher de la demander en mariage. M. Collins d'abord, médiocre et servile, propose le mariage à tout ce qui bouge. Après tout le mariage est socialement obligatoire mais peu importe qui on épouse. M. Darcy en revanche choisit qui il désire épouser et s'y tient. Cependant les flèches de Cupidon se heurtent à la cuirasse d'amour propre d'Elizabeth, M. Darcy est certes riche et titré mais Elizabeth ne supporte pas son air hautain.

Jane Bennett est éprise de M. Bingley alors que sa sœur Elizabeth méprise M. Darcy. Mais il y a méprise. Et dans cette méprise réside la force du livre (et sa supériorité par rapport à d'autres œuvres de Jane Austen). Jane et Bingley ne contrôlent pas leurs amours et leur mariage n'aura lieu que si leur entourage le décide. La question de la nature de la relation entre Lydia et Wickham est une affaire éminemment sociale. Elizabeth et Darcy en revanche ont du caractère (jusqu'à l'orgueil) et nul tiers ne sera autorisé à interférer. Tout se passe dans la perception qu'ils ont l'un de l'autre : seuls leur orgueil et leurs préjugés peuvent se dresser entre eux.

Jane Austen n'est pas romantique. Les romantiques remettent en cause une société très policée et rigide. C'est dans cette société qu'évoluent les héroïnes de Jane Austen et elles ne veulent aucunement la chambouler, juste se ménager un petit espace de liberté et de libre choix quand elles se sentent étouffer. Elizabeth Bennett n'est pas romantique, elle est indépendante. Elle ne remet pas en cause le mariage lui-même mais elle tient à choisir son époux sans tenir compte des détails économiques. Jane Austen tourne en ridicule Collins qui obéit servilement aux convenances et Lydia qui n'y comprend rien et veut se marier par jeu, pour narguer ses sœurs. Une héroïne de Jane Austen doit avoir un cœur mais aussi une cervelle. Si on ne peut pas dire qu'Elizabeth est une femme émancipée (ça serait aussi exagéré qu'anachronique) elle est néanmoins la seule femme du livre à faire des choix personnels opposés à ce que le sens commun voudrait lui imposer. Pour elle le mariage est autant une affaire personnelle que sociale et ne se limite pas à l'alliance de deux familles ou de deux fortunes. En ceci elle est en avance sur son temps.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


17 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un livre qu'on peut lire plusieurs fois, 3 novembre 2003
Par Un client
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pride and Prejudice (Broché)
Pride and Prejudice de Jane Austen est un vrai tresor. On peut le lire plusieurs fois et trouver toujours quelque chose de nouveau. Pride and Prejudice est un roman des moeurs satirique et hilarant. Austen sait plonger son lecteur dans le monde clos des gentilshommes et femmes dans l'Angleterre rurale d'antan. Elle nous revele un monde où la politesse fais la loi, où les gens sont jugés par le comportement de leurs relations, où vouloir sortir de son probre rang est inpensable. Pride and Prejudice est un livre qu'on doit lire!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 on veut toutes un Mr Darcy..., 30 novembre 2006
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pride and Prejudice (Broché)
Lire "pride and prejudice" a pendant très longtemps été ma pire hantise en tant qu'angliciste (le fait qu'il soit qualifié de "grand classique" y étant pour quelque chose).Je me suis donc lancée dans sa lecture, contrainte et forcée. Mais dès le deuxième chapitre on se laisse prendre par le récit de Jane Austen. L'héroïne et les personnages qui gravitent autour d'elle ne laissent jamais le lecteur indifférent: ils provoquent de telles réactions passionnelles qu'on les adore ou on les déteste!Bien qu'en soi l'histoire soit assez banale (comment une jeune fille anglaise bien élevée ne peut s'accomplir et être reconnue par la société qu'en se mariant, l'intelligente héroïne s'opposant évidemment à cette conception!), l'écriture empreinte d'ironie transforme la lecture de ce roman en un pur moment de plaisir.On se demnde tous si la maquerelle Mrs Bennett va caser toutes ses filles, pourquoi Mr Darcy est si méchant et surtout si Elizabeth va trouver chaussure à son pied...Rassurez-vous: tout est bien qui finit bien!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


25 internautes sur 29 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Chef d'œuvre de Jane Austen, 14 avril 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pride and Prejudice (Broché)
Elizabeth Bennett n'a pas de chance. Dès qu'il y a un homme désagréable dans le coin il ne peut s'empêcher de la demander en mariage. M. Collins d'abord, médiocre et servile, propose le mariage à tout ce qui bouge. Après tout le mariage est socialement obligatoire mais peu importe qui on épouse. M. Darcy en revanche choisit qui il désire épouser et s'y tient. Cependant les flèches de Cupidon se heurtent à la cuirasse d'amour propre d'Elizabeth, M. Darcy est certes riche et titré mais Elizabeth ne supporte pas son air hautain.

Jane Bennett est éprise de M. Bingley alors que sa sœur Elizabeth méprise M. Darcy. Mais il y a méprise. Et dans cette méprise réside la force du livre (et sa supériorité par rapport à d'autres œuvres de Jane Austen). Jane et Bingley ne contrôlent pas leurs amours et leur mariage n'aura lieu que si leur entourage le décide. La question de la nature de la relation entre Lydia et Wickham est une affaire éminemment sociale. Elizabeth et Darcy en revanche ont du caractère (jusqu'à l'orgueil) et nul tiers ne sera autorisé à interférer. Tout se passe dans la perception qu'ils ont l'un de l'autre : seuls leur orgueil et leurs préjugés peuvent se dresser entre eux.

Jane Austen n'est pas romantique. Les romantiques remettent en cause une société très policée et rigide. C'est dans cette société qu'évoluent les héroïnes de Jane Austen et elles ne veulent aucunement la chambouler, juste se ménager un petit espace de liberté et de libre choix quand elles se sentent étouffer. Elizabeth Bennett n'est pas romantique, elle est indépendante. Elle ne remet pas en cause le mariage lui-même mais elle tient à choisir son époux sans tenir compte des détails économiques. Jane Austen tourne en ridicule Collins qui obéit servilement aux convenances et Lydia qui n'y comprend rien et veut se marier par jeu, pour narguer ses sœurs. Une héroïne de Jane Austen doit avoir un cœur mais aussi une cervelle. Si on ne peut pas dire qu'Elizabeth est une femme émancipée (ça serait aussi exagéré qu'anachronique) elle est néanmoins la seule femme du livre à faire des choix personnels opposés à ce que le sens commun voudrait lui imposer. Pour elle le mariage est autant une affaire personnelle que sociale et ne se limite pas à l'alliance de deux familles ou de deux fortunes. En ceci elle est en avance sur son temps.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Chef d'oeuvre de Jane Austen, 20 février 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pride And Prejudice (CD)
Elizabeth Bennett n'a pas de chance. Dès qu'il y a un homme désagréable dans le coin il ne peut s'empêcher de la demander en mariage. M. Collins d'abord, médiocre et servile, propose le mariage à tout ce qui bouge. Après tout le mariage est socialement obligatoire mais peu importe qui on épouse. M. Darcy en revanche choisit qui il désire épouser et s'y tient. Cependant les flèches de Cupidon se heurtent à la cuirasse d'amour propre d'Elizabeth, M. Darcy est certes riche et titré mais Elizabeth ne supporte pas son air hautain.

Jane Bennett est éprise de M. Bingley alors que sa sœur Elizabeth méprise M. Darcy. Mais il y a méprise. Et dans cette méprise réside la force du livre (et sa supériorité par rapport à d'autres œuvres de Jane Austen). Jane et Bingley ne contrôlent pas leurs amours et leur mariage n'aura lieu que si leur entourage le décide. La question de la nature de la relation entre Lydia et Wickham est une affaire éminemment sociale. Elizabeth et Darcy en revanche ont du caractère (jusqu'à l'orgueil) et nul tiers ne sera autorisé à interférer. Tout se passe dans la perception qu'ils ont l'un de l'autre : seuls leur orgueil et leurs préjugés peuvent se dresser entre eux.

Jane Austen n'est pas romantique. Les romantiques remettent en cause une société très policée et rigide. C'est dans cette société qu'évoluent les héroïnes de Jane Austen et elles ne veulent aucunement la chambouler, juste se ménager un petit espace de liberté et de libre choix quand elles se sentent étouffer. Elizabeth Bennett n'est pas romantique, elle est indépendante. Elle ne remet pas en cause le mariage lui-même mais elle tient à choisir son époux sans tenir compte des détails économiques. Jane Austen tourne en ridicule Collins qui obéit servilement aux convenances et Lydia qui n'y comprend rien et veut se marier par jeu, pour narguer ses sœurs. Une héroïne de Jane Austen doit avoir un cœur mais aussi une cervelle. Si on ne peut pas dire qu'Elizabeth est une femme émancipée (ça serait aussi exagéré qu'anachronique) elle est néanmoins la seule femme du livre à faire des choix personnels opposés à ce que le sens commun voudrait lui imposer. Pour elle le mariage est autant une affaire personnelle que sociale et ne se limite pas à l'alliance de deux familles ou de deux fortunes. En ceci elle est en avance sur son temps.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Délicieux, pardon delicious, 15 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pride and Prejudice (Broché)
"Quand tout va mal essayez Jane Austen" - R Kipling - encore plus agréable qu'en français, anglais classique mais très abordable.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 25 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Pride and Prejudice
Pride and Prejudice de Jane Austen (Relié - 15 septembre 2003)
EUR 8,88
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit