undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Les manuels de littérature parlent souvent de Jules Verne (quand ils en parlent!) avec une certaine condescendance. S'ils lui reconnaissent d'avoir inventé la science-fiction, il n'en reste pas moins à leurs yeux un amuseur dont les récits colorés s'adresseraient essentiellement aux adolescents, un auteur non dénué de talent, certes, mais qu'on ne saurait mettre sur le même plan que Stendhal ou Maupassant. Personnellement, je trouve ce snobisme intellectuel insupportable. Comme tous les snobismes, d'ailleurs! Jules Verne, à mes yeux, est une merveille absolue. Ne me demandez pas de lui trouver un défaut ou d'émettre à son égard l'ombre d'une réserve, j'en serais parfaitement incapable! J'aime sa prose claire, précise, lyrique. J'aime ses personnages pittoresques. J'aime l'évasion que me procurent ses romans, l'énergie qui les habite et la philosophie qui s'en dégage. C'est bien simple! Chez Jules Verne, j'aime tout! Il est un remède à l'ennui, à la morosité, une déclaration de guerre à la routine, et surtout un formidable antidote à la mauvaise littérature, celle qui se croit profonde parce qu'elle est obscure ou subtile parce qu'elle est amphigourique. Si l'on me forçait, le couteau sur la gorge, à préférer un livre dans son oeuvre volumineuse, j'opterais sans doute pour Vingt mille lieues sous les mers car l'océan me fascine et j'aime la manière dont Verne en parle, mais en vérité je voue une égale admiration à ce "Voyage au centre de la Terre" que j'avais lu enfant dans la bibliothèque verte et que je viens de relire quinze ans plus tard d'un oeil plus mûr mais tout aussi émerveillé.

Linéaire, l'intrigue du roman est d'une grande simplicité. Un certain professeur Lidenbrock, de Hambourg, découvre par hasard un mystérieux parchemin runique dans lequel un alchimiste islandais révèle l'existence d'un passage menant au centre de la Terre. Vérité ou fable? Un seul moyen de le savoir! Accompagné de son neveu Axel, Lidenbrock prend le chemin de l'Islande où se trouverait le susdit passage, enfoui au coeur d'un volcan... et la folle aventure commence! Ce qu'un tel "pitch" ne peut pas rendre, évidemment, c'est la poésie qui se dégage de ce récit, car même si les progrès de la science et l'avancée des connaissances ont invalidé certaines des théories qu'il expose, il continue malgré tout d'exhaler un charme irrésistible, le charme éternel de l'imprévu, de la découverte, du merveilleux. Quelle superbe idée, tout de même, que d'aller chercher le mystère et l'inconnu non pas sur une planète improbable, au fin fond d'une lointaine galaxie, mais ici-même, sous nos pieds, dans les entrailles de cette bonne vieille Terre! Faut-il être féru de géologie ou de spéléologie pour goûter ces pages? Bien sûr que non! Il suffit d'aimer les belles histoires racontées dans une prose élégante et dynamique. Comme Dumas, comme Wells, comme Stevenson, ses frères en littérature et en imagination, Jules Verne est d'abord et surtout un conteur magnifique qui croit au pouvoir des mots, à leur magie, à leur faculté d'enchantement. Le lire, c'est entrer dans cette magie, c'est se laisser envoûter par ces sortilèges, c'est abdiquer son incrédulité pendant une heure ou deux. Bref, c'est dire oui au rêve et à la fantaisie. Moi, personnellement, je ne demande pas mieux!
33 commentaires39 sur 41 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Comme c'est plaisant de retrouver ses lectures d'adolescent ! Voici donc ma première trilogie sur les Voyages Extraordinaires de Jules Verne. Et on poursuit bien plus tôt que prévu, avec le premier titre typé science-fiction de l'auteur « Voyage au centre de la Terre ». Une nouvelle fois, tout un pan de l'imaginaire collectif accompagne l'annonce de ce titre. Que ce soient les moyens par lesquels nos héros atteindront le centre, ce qu'ils y découvriront, comment ils rentreront chez eux... Cette aventure est donc le second roman de Jules Verne et le premier consacré à des évènements inconcevables scientifiquement. Ce titre se distingue d'ailleurs de la précédente oeuvre de l'auteur ayant fait l'objet d'un article dans un journal. En effet « Cinq semaines en ballon » proposaient un récit énoncé par un narrateur omniscient « Voyage au centre de la Terre » est écrit à la première personne et se présente comme un journal réalisé au retour de l'expédition. Une indication déjà sur l'issue de l'entreprise. A noter également que contrairement à l'autre roman cité précédemment, les chapitres de cet ouvrage ne sont pas suivis d'une indication de leur contenu. Pas forcément une mauvaise chose puisque cela renforce l'incertitude du lecteur. Le scénario de ce roman commence ainsi : Le professeur Lidenbrock géologue et minéralogiste rentre chez lui après s'être procuré un ancien ouvrage islandais. Lors de son examen de l'objet, une feuille s'en échappe contenant des runes semblant cacher un mystérieux secret. Son neveu et assistant Axel trouvera la clé permettant de résoudre le « code secret » utilisé par un certain Arne Saknussemm, révélant une découverte aussi incroyable que fantaisiste. Ce grand savant islandais du XVIème siècle dit avoir atteint le centre de la Terre en passant via le cratère d'un volcan de son île ! Loin d'être incrédule, le professeur Lidenbrock voit sa curiosité l'emporter et décide de partir sur le champ pour le mont Sneffels.

Si l'on omet le fait que le récit soit prononcé à la première personne par Axel, le neveu du professeur Lidenbrock « Voyage au centre de la Terre » contient les éléments habituels des romans de Jules Verne. En effet, le groupe de héros est une nouvelle fois constitué exclusivement d'hommes avec pour accompagner Lidenbrock et Axel dans les profondeurs du volcan, l'imposant Hans chasseur d'eider de son état et guide de l'expédition. Les rôles féminins sont une nouvelle fois restreint à une portion congrue avec la servante Marthe et la jeune Graüben, fiancée d'Axel et pupille du professeur. Cette fois-ci, le personnage au caractère flegmatique et au calme absolu n'est pas l'un des héros mais le principal personnage secondaire, Hans. Peu causant, droit dans ses bottes, il ne fait que suivre les indications du professeur et réalise son rôle de guide à merveille, n'hésitant pas à venir en aide à ses compagnons au besoin. Dans « Cinq semaines en ballon » le personnage de Dick faisait office de contrepoids à celui de Fergusson. l'on considérait l'expédition de son ami impossible et le lui faisait savoir clairement. Ici, c'est Axel qui joue ce rôle auprès de son oncle alternant les moments de profond désaccord et ceux de parfaite adéquation. Contrairement à ce que l'on aurait pu attendre, l'expédition de nos héros ne se fera pas en majorité dans le « nouveau monde » loin de là. Il faut en effet attendre le tiers du livre (Le livre de poche) soit après une bonne centaine de pages pour voir la fine équipe parvenir au cratère recherché. Il faudra bien 100 pages de plus pour sortir des grottes, galeries et autres réseaux souterrains, avant que la découverte du monde intérieur et le retour n'occupent le dernier tiers du roman. Première oeuvre « fantastique » de Jules Verne « Voyage au centre de la Terre » a tout du chef-d'oeuvre du genre. Passionnant de bout en bout, incertain sur son dénouement (ou plutôt le lieu de ce dénouement) toujours aussi bien documenté et donc totalement immersif, voilà un roman de plus de l'auteur à classer dans la catégorie classique de littérature. Et après avoir tenté de visiter le centre du globe terrestre, Jules Verne va nous envoyer bien plus loin dans son roman suivant « De la Terre à la Lune ». Tout un programme !

La suite:
Cinq semaines en ballon
De la Terre à la Lune
review image review image
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 mars 2014
Les fins de Jules Verne sont abruptes, rapides, presque bâclées. C'est toujours une frustration de fermer l'un de ses livres. Non seulement, pour cette raison, mais aussi parce que cela signifie tourner le dos à ces péripéties phénoménales, à ces personnages forts de caractère, à ces explorations inenvisageables. L'effet produit par ces fins montre combien le lecteur est séduit par la plume des Jules Verne et par son imagination débordante !

Ici, le contenu est déjà célèbre, inutile de résumer. Constatons combien l'auteur se veut scientifique. Sa vocation était de vulgariser la science. Il a choisi la géologie et la paléontologie pour cet ouvrage. Des pages sembleront parfois arides, mais il ne faut pas abandonner nos personnages en route ! Ce que vous découvrirez en voyageant vers le centre de la Terre vous séduira, vous surprendra, vous fera rêver. Oubliez les différentes adaptations télévisées, et venez faire la connaissance du récit d'origine qui fait tant rêver depuis un siècle.

Bonne lecture !
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
100 PREMIERS RÉVISEURSle 15 novembre 2012
Après un voyage en Afrique ("5 semaines en ballon"), un voyage au pôle nord ("les aventures du capitaine Hatteras"), Jules Verne nous embarque cette fois ci pour un périple encore plus extraordinaire : un voyage au centre de la Terre...

Mai 1863, le professeur Lidenbrock de Hambourg découvre dans un vieux grimoire le message codé d'un savant islandais du XVIème siècle, indiquant, rien moins, que le chemin conduisant au centre de la Terre ! Débute alors une aventure aussi improbable que palpitante qui conduira nos étranges globe-trotters souterrains des pentes d'un volcan islandais jusqu'à celles d'un volcan italien...

"Voyage au centre de la terre" demeure l'un des romans les plus celèbres de Jules Verne, pourtant il est sans conteste l'un des moins "scientifiques". Passés les quelques développements sur la géologie et la paléontologie, le reste n'est que pure invention de l'esprit, ce qui vaudra au livre le titre mérité d'oeuvre pionnière de la science fiction naissante. Mais, même lorsque l'écrivain navigue dans l'imaginaire, on ne peut qu'être frappé par son don de prescience et ses intuitions qui renvoient encore à des préoccupations actuelles. Ainsi, alors que l'équipée traverse sous terre une houillère, Jules Verne commente :

"Ainsi se formèrent ces immenses couches de charbon qu'une consommation excessive doit pourtant épuiser en moins de trois siècles si les peuples industriels n'y prennent garde".

On aurait aimé aujourd'hui disposer de son avis éclairé sur le pétrole, le nucléaire et le gaz de schiste...

L'ouvrage apparait aussi remarquablement écrit. Souvent célébré comme un auteur pour la jeunesse et un vulgarisateur scientifique, on oublie que Jules Verne était également un grand écrivain au style fluide, rendant certes la lecture aisée, mais sans que cette circonstance puisse être interprétée comme un manque de qualité. Plus discutables, en revanche, s'avèrent les procédés narratifs utilisés et qui se retrouvent de livre en livre. C'est ainsi que le trio, composé d'un savant tyrannique et enthousiaste, d'un second amical mais sceptique et d'un serviteur naïf et dévoué, du "voyage au centre de la terre" avait déjà servi à l'identique pour l'équipage de l'aérostat de "cinq semaines en ballon". On peut enfin regretter le manque de profondeur des personnages dont les caractères apparaissent souvent empreints d'une psychologie enfantine et c'est surtout à ce titre que l'oeuvre de Jules Verne demeure avant tout une oeuvre destinée à la jeunesse.

Dans l'adaptation cinématographique de roman de 1959 (avec James Mason), le réalisateur n'hésita pas à inventer une second équipe de "méchants", essayant de ravir le succès de son expédition au professeur Lidenbrock, pour rendre le scénario un peu plus haletant; preuve qu'il manquait peut être un léger soupçon de suspense à l'oeuvre originale...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce n’est pas seulement une aventure imaginaire que nous livre Jules Verne dans ce récit, mais bien l’occasion d’argumenter au bénéfice de ses croyances en la théorie de la terre creuse. Théorie farfelue mais qui pourtant retrouve des partisans dans des civilisations très disparates à telle enseigne que sans y croire béatement on reste attentif à découvrir les sens voilés aux yeux profanes. Mais soyons plus terre à terre – pas creuse cette fois- et retournons au récit. On constate qu’en dehors des habituelles louanges adressés au Maître de l’imaginaire, les personnages de Verne sont représentatifs d’une époque terriblement conservatrice. L’auteur loin de se soucier d’approfondir les caractères en fait de simples hommes -sandwich chargés de porter et colporter les qualités de son statut social sans jamais s’en écarter. Ainsi c’est toujours au noble, au grand savant, au grand maître qu’échoit la découverte. Quant aux sous-fifres ils se contentent bien souvent du rôle du candide ou du faire valoir, validant ainsi l’immuabilité de l’ordre social. Au final, et que le Grand Maître pardonne mon ignorante audace, mais un récit ennuyeux et sans doute démodé. Par contre chapeau pour les piles, plus loin que Dura...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 février 2014
A Hambourg, le professeur Otto Lidenbrock, minéralogiste, fait l’acquisition du manuscrit d’une saga islandaise dans lequel il trouve un cryptogramme composé de runes. A l’aide de son neveu Axel, il parvient à le déchiffrer : il s’agit des révélations d’un obscur alchimiste qui prétend avoir trouvé un passage menant au centre de la terre. Liddenbrock et Axel se rendent immédiatement en Islande où avec l’aide d’un guide, Hans Bjelke, ils gravissent le volcan éteint indiqué par le cryptogramme, et trouvent à son sommet le passage vers le centre de la Terre. Ainsi commence leur aventure, qui les mènera jusqu’à une caverne aux dimensions inimaginables, un monde souterrain éclairé par le gaz chargé d’électricité qui s’est accumulé au ciel de cette incroyable grotte. Ils sont confrontés à des formes de vie que l’on croyait éteintes depuis la préhistoire, et ressortent indemnes par le Stromboli pour recevoir la rançon de la gloire.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 décembre 2012
J'ai stoppé ma lecture pour cause de multiples erreurs de grammaire et d'orthographe associées à une mise en page médiocre.
Il est assez honteux de diffuser ce genre de chose.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 juin 2006
Hambourg 1863. Le professeur Otto Lidenbrock fait part à son neveu Axel de l'achat tout récent d'un nouveau livre dans la boutique du Juif Hevelius, qu'il considère comme un trésor inestimable. Il s'agit de l'« Heims-Kringla » de Snorre Turleson, auteur islandais du XIIème siècle. Mais au cours de leur conversation portant sur le contenu de l'ouvrage, un incident survient et détourne leurs propos : l'apparition d'un parchemin qui glisse du livre et tombe à terre. Le professeur Lidenbrock et Axel ne savent encore pas qu'il s'agit d'un cryptogramme dont l'énigme va être le point de départ d'une aventure extraordinaire...
0Commentaire3 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 décembre 2015
C'est toujours aussi bon avec mes yeux d'adulte.
Quelques mots et tournures de phrases compliqués pour des enfants de 11 ans mais c'est du Jules Verne !
Un grand classique à lire et à relire.
A faire lire
C'est un grand classique !
Bon pour la culture générale de nos petites tête "blondes" (ou pas)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 décembre 2015
Cette édition correspond parfaitement aux directives données par le professeur de langue française pour les élèves de 4ème.

Je recommande cette édition aux parents d'élèves de 4ème, de plus, le livre est arrivé très rapidement et était dans un très bon état.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus