undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles25
4,4 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:8,80 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 10 juin 2002
Cervantès nous raconte les péripéties d'un homme (Don Quichotte) qui veut être un valeureux et noble chevalier. Très influencé par ses lectures, Don Quichotte ne vit que pour son idéal... Mais la réalité le rattrape à tous les chapitres. Loin de se décourager, aveuglé pas son désir d'être un "grand homme", il interpréte le monde à sa convenance... Cervantès a mis le doigt sur un fait psychologique : nos désirs déforment notre vision de la réalité, et bien souvent nos raisonnements sur cette réalité déformée réalimente notre désir... (on pense à l'illusion amoureuse : on veut tellement que X nous aime, que l'on ne voit de lui que ce qui nous plaît, et lorsque X est prit en défaut, on invente des raisons pour l'excuser...)
Bref, ce livre est un chef-d'oeuvre dans le genre des contes de Voltaire : intelligent, comique, bien écrit (style de la traduction très fluide et moderne). A conseiller à tous ceux qui veulent allier culture et plaisir.
0Commentaire|41 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 octobre 2011
Nul besoin d'épiloguer sur le rôle majeur de ce roman dans l'histoire de la littérature (voir ce qu'en dit Kundera par exemple). La traduction proposée par Aline Schulman permet un accès facile et fait de ce Don Quichotte une lecture incroyablement agréable et drôle. A recommander.
44 commentaires|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 septembre 2011
Je suis en train de le lire, déjà 300 pages, j'ai envie d'avancer parce que je sais qu'il y a un 2ème tome, mais en même temps je n'ai pas envie de le quitter. Comme l'explique la traductrice; pas de NB, pas de renvoi à de multiples explications de mots ou de texte. Une lecture fluide, moderne, passionnante, un roman dont tout le monde parle mais qui mérite d'être lu, comparez si vous le pouvez différente traduction, par exemple à le F**C et vous achèterez celui-ci sans hésiter.
Un grand roman d'aventures à lire , à faire lire et à garder dans sa bibliothèque.
Vous verrez qu'il y bien d'autres choses que l'épisode des moulins, qui n'est qu'une petite anecdote au début du livre.
Je le conseille très fortement.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le gentilhomme espagnol dont la cervelle à fondue dans ses lectures chevaleresques, flanqué de son fidèle écuyer, auteur de proverbes alambiqués, sont entrés dans la légende. Cette excellente traduction d'Aline Schulman est l'occasion de redécouvrir, dans une langue limpide et vivante, l'interminable feuilleton picaresque... Les pérégrinations manchesques, cruelles et tordantes, les fameux dialogues du maître et du valet, aux confins de l'absurde, sont autant de raisons de lire aujourd'hui ce chef-d'aeuvre, dont les figures burlesques sont autant de jeux sur les apparences...
33 commentaires|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 février 2010
Don Quichotte est souvent considéré comme le plus beau récit jamais écrit. Par le contenu et par la forme. Lire Cervantes c'est plonger au fond de nos rêves, de nos chimères et de nos désillusions. C'est croire que nous pouvons sauver le monde, que quelque part quelqu'un nous aime, et que cet idéal nous donne la force de lutter et de vaincre. Lutter contre quoi? Vaincre quel ennemi? Tout est bon à la folie de Don Quichotte : les ailes des moulins comme autant de bras armés, une armée de brebis que sa lance étripe, une reine servante d'auberge qu'il croit soumise à son rang de chevalier et qu'il écarte avec pudeur en rendant hommage à son illustre beauté. Car les rêves de Don Quichotte lui embrument les yeux et l'esprit. Tous ses actes le glorifient, et s'ils sont sans effet, voire destructeurs, au moins a t'il livré bataille au nom de son idéal de chevalerie. Des siècles plus tard nous livrons les mêmes combats pour donner un sens à notre vie...
Et puis il y a la langue de Cervantes... Incomparable, jamais égalée. Roulez tous les matins une phrase de Cervantes dans votre bouche, et le monde autour de vous sera plus grand, votre patron vous paraîtra un cuistre, et votre dulcinée la plus belle du monde.
La nouvelle version d'Aline Schulman est extraordinaire. Elle rend cette oeuvre majeure abordable et "lisible", avec la même modernité que les contemporains de Cervantes ont découvert en leur temps.
Pour finir voici juste une phrase du récit, dans laquelle Don Quichotte est approché par une servante qu'il prend pour la fille du châtelain dans le grenier d'une auberge miteuse qu'il prend pour un chateau:
- "Belle et noble dame, j'aimerais pouvoir payer de retour l'insigne faveur que vous me faites en dévoilant à mes yeux votre beauté sans égale. Mais la Fortune, qui jamais ne se lasse de persécuter les gens de bien, m'a jeté dans ce lit, moulu et brisé, de sorte qu'il me sera impossible, malgré tout le désir que j'en ai, de satisfaire le vôtre. A cette impossibilité s'en ajoute une autre plus grande encore: c'est la fidélité que j'ai promise et jurée à l'incomparable Dulcinée du Toboso, unique dame de mes plus secrètes pensées. Sans cet obstacle majeur, je ne serais pas assez sot pour laisser passer cette heureuse occasion, que dans votre immense bonté vous avez daigné m'offrir".

Difficile de mieux manier la langue, non? Ah, si on se parlait comme çà, on ferait des mots de plus de trois lettres et des phrases de plus de trois mots. J'espère en tout cas que vous lirez Don Quichotte et que vous y prendrez le même plaisir que moi.
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mai 2013
Un aspect peut être secondaire mais néanmoins génial passe totalement inaperçu chez Cervantès: il invente, au début du 17ème siècle, rien de moins que la guérison de la folie par la psychologie !
Don Quichotte se croit héritier des chevaliers du Moyen-âge parcourant le monde en quête d’aventures. Ses contemporains le jugent « fou à lier », en rient (le duc et la duchesse), ou essaient de le raisonner. Le curé et le barbier gentiment : « tout cela n’est que fiction, fable, rêves », le chanoine plus durement « vous avez perdu la tête… qui vous a fourré cela dans la cervelle ?». Loin de se laisser convaincre, le héros les rabroue vertement « c’est vous qui avez perdu la tête » et son délire n’en est que plus renforcé.
De nos jours, on ne fait pas mieux. Ce délire serait considéré interprétatif, systématisé, mégalomaniaque, chronique, paranoïaque, potentiellement dangereux pour lui et autrui. Il amènerait une hospitalisation sous contrainte et sans doute longue car les neuroleptiques n'affaiblissent pas une telle conviction. En l'absence d’autocritique, la psychothérapie serait impraticable voire contre indiquée.
Pourtant, un simple bachelier la réalise. « Compatissant », persuadé que « la guérison de Don Quichotte dépend de son repos et qu’il ne bouge plus de sa maison», il rentre dans son jeu au lieu d’argumenter. Déguisé en chevalier, il défie Don Quichotte en combat singulier, exige qu'il abandonne la chevalerie s'il perd. Notre héros perd, tient parole « en chevalier loyal » et, délaissant sa quête extravagante, ne « pratiquant » plus sa lubie, il guérit : « vaincu, il discourait sur toutes choses avec un jugement plus sain ». Il meurt en se désolant d’avoir « été fou » !
Cervantès révèle donc il y a 400 ans comment soigner la folie par la « prescription de symptôme », remarquable méthode de soin que le célèbre hypnothérapeute Milton Erickson et ses élèves reprennent depuis un demi-siècle. Mais la psychiatrie continue à raisonner vainement ses "malades", à les traiter de fous et à les gaver de psychotropes !
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 mai 2015
Il est évident que la seule note possible est le maximum. Qui oserait un autre jugement sur un des plus grands trésors de la littérature mondiale ?
Il n'en reste pas moins qu'il faut ne bonne dose d'imagination pour se libérer du contexte de notre vie sociale moderne pour arriver à estimer cette satyre à sa juste valeur. Cet effort en vaut la peine. Donc à lire mais bien s'y préparer en lisant (ou relisant ) des critiques littéraires du livre , de son époque, etc.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 mars 2014
L'extrait proposé au feuilletage est tiré de l'édition abrégée de l'École des Loisirs, 1981.
Difficile de goûter la saveur de la nouvelle traduction:(
Désolé de l'indiquer ici, je n'ai pas trouvé de lien de signalement sur la page.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 août 2014
La traduction en langue dite moderne ne rend pas la richesse de l'original. Lui préférer nettement celle de Jean Canavaggio dans la Pléiade reprise en Folio ou celle de Jean-Raymond Fanlo dans le livre de poche.
11 commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 juin 2014
Cela faisait longtemps que je voulais lire ce livre mais la taille est assez conséquente. Cependant je l'ai fait et je suis ravie de compter parmi les milliers de personnes qui en ont fait autant.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,10 €
8,10 €
4,95 €