undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles4
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Prix:7,60 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 22 novembre 2005
Padmasambhava est le grand maître indien qui a introduit au 8ème siècle les enseignements du Vajrayana ou enseignement des tantras au Tibet, permettant par là-même leurs transmissions jusqu'à nous, après qu'ils aient disparu de l'Inde. Il s'agit donc d'un ouvrage destiné aux personnes s'intéressant au troisième véhicule du bouddhisme, en découvrant l'histoire haute en couleur de celui que les tibétains appellent Gourou Rimpoché (le précieux maître).

Son action s'inscrit dans ce que l'on appelle la première diffusion du bouddhisme au Tibet (puisqu'après une période de déclin, le bouddhisme connaîtra une seconde diffusion à partir du 11ème siècle).

Padmasambhava (le « né du lotus ») est dit avoir contribué à construire le monastère de Samyé, en concours avec Shantarakshita, celui-là même qui avait demandé à son collègue yogi de venir l'aider à promouvoir le bouddhisme au Tibet (et ce, alors que Shantarakshita représentait le bouddhisme dans son approche philosophique (unifiant les enseignements de Nagarjuna, Asanga et Dharmakirti), tandis que Padmasambhava représentait l'approche yogique et magico-mystique du bouddhisme).

Pour paraphraser Philippe Cornu, Padmasambhva est important plus pour sa place dans l'imaginaire collectif du bouddhisme himalayen que pour son rôle historique réel, celui-ci semblant avoir été en réalité très modeste, à tel point qu'il n'est pas établi qu'il aurait personnellement assisté à la construction du monastère de Samyé.

Son influence spirituelle est en revanche considérable, puisque, considéré comme ayant caché des trésors spirituels, il est indirectement à l'origine des terteun, les chercheurs de ces trésors (termä). On peut citer comme exemple de terteun comtemporain Dilgo Kyentsé Rinpoché, qui est dit avoir révélé certains des textes cachés par Padmasambhava.

Il est vrai et je le corrige, que les tantras n'avaient pas disparu de l'Inde lorsque Padmasambhava les a introduits au Tibet.

Cet homme, semi-historique et semi-légendaire, était né au Cachemire (ou au Pakistan actuel), à une époque où le bouddhisme s'était fortement imprégné du shivaïsme de cette région, et avait donc largement assimilé les enseignements ésotériques de cette religion (visualiation de divinités notamment). C'est donc un maître bouddhiste très inspiré de ces enseignements qui s'est rendu au Tibet et qui contribué à y imposer une voie mystique, quelque soit le nom qu'on lui donne (vajrayana, tantrayana, mantrayana...). Il est supposer que ce type d'enseignement, mélange de sutras et de tantras, était adapté au Tibet et à la région himalayenne, compte tenu du terreau de croyances animistes locales.

C'était, en tous les cas, le bouddhisme tel qu'il était pratiqué dans les régions de l'Inde voisines du Tibet et celui qui avait donc toutes les chances de s'y introduire et de s'y développer.
La propagation du bouddhisme a toujours suivi les chemins dédiés au commerce entre les régions, les pélerins se joignant aux caravanes marchandes, et c'est logiquement le bouddhisme matiné de shivaïsme du Cachemire qui pouvait parvenir jusqu'au Tibet, plus que celui des théravadins, qui s'était déjà déplacé au Sud de l'Inde (encore qu'il doit être souligné que le Chan chinois s'était lui aussi développé au Tibet, ce qui donna lieu un peu plus tard à un conflit et au concile de Lhassa qui vit, pour l'essentiel, triompher le bouddhisme mahayana indien au détriment du Chan).

Cet enseignement faisait référence à des divinités indiennes, qui ont été adoptées par le panthéon bouddhique, notamment comme protecteurs. Ainsi le terrifiant Mahakala (protecteur des quatre écoles tibétaines) trouve ses origines en Inde. Son aspect farouche s'explique par son rôle, celui de protéger la doctrine de ses ennemis, et de même qu'un garde du corps devant un grand magasin ne doit pas avoir l'air gentil, le gardien de l'enseignement doit par son seul aspect repousser les hérétiques.

Padmasambhava est particulièrement vénéré par l'école tibétaine des anciens (Nyingmapa) qui en a fait son principal maître. Pour autant, les autres écoles le tiennent aussi en grande estime, et on peut visiter au Tibet, au Bhoutan, au Ladakh entre autres des grottes dans lesquelles le maître est supposé avoir séjourné et médité.

C'est à lui également que l'on doit l'adoption par le panthéon bouddhique himalayen de déités tibétaines locales, qu'il est dit avoir domptées pour en faire d'autres gardiens de la doctrine.

S'agissant plus précisément du livre de Philippe Cornu, il convient de préciser que celui-ci s'attache d'une part à l'histoire légendaire de Padmasambhava, qui a sans doute encore moins à voir avec la réalité que celle concernant le Buddha historique. On peut ainsi regretter qu'il ne consacre pas plus de développements aux recherches sur le Padmasambhava historique, qui il est vrai contredisent notablement la légende ou s'en éloignent beaucoup.

Il évoque d'autre part l'histoire de l'école tibétaine Nyingmapa, celle qui considère Padmasambhava comme son créateur, cette école étant la seule qui se réfère directement à la première diffusion du bouddhisme au Tibet. Il est ainsi question des différents maîtres de cette école, avec là encore le regret que la place la plus importante soit faite à la légende plutôt qu'à l'histoire.

Le livre constitue cependant une intéressante introduction tant à l'histoire de la diffusion du bouddhisme au Tibet qu'au personnage de Padmasambhava. Mon regret est que Philippe Cornu ne soit pas plus référé aux passionnantes études réalisées sur ce sujet par Anne-Marie Blondeau, dont il fut pourtant l'élève.

Pour approfondir le sujet, un ouvrage (hélas épuisé) qui traite avec grande précision et de multiples références historique de l'histoire du bouddhisme tibétain :

LES RELIGIONS DU TIBET ET DE LA MONGOLIE.

Et un second, récemment réédité, écrit par un grand spécialisté du sujet et qui contient de longs développements sur la diffusion du bouddhisme au Tibet :

La Civilisation tibétaine
0Commentaire35 sur 39 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 décembre 2013
livre tout à fait conforme a la description faite de ce produit. d'un accès très facile à la compréhension d'un thème à la fois si complexe et en même temps si simple à mettre en application, mais c'est un trop bien autre débat.
0Commentaire6 sur 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 juillet 2011
Merci encore une fois à P.Cornu de nous donner tant de belles traductions ......
Je suis désolé mais quand Padmasambhava (ou Padmakara), est arrivé au Tibet les tantras n'avaient pas disparus en Inde , deuxièmement ne confondons pas les trois Véhicules du Bouddhisme , c'est à dire Theravada , Mahayana et Vajrayana avec l'enseignement tantrique introduit au Tibet par Padmasambhava ( Guru Rinpoché) ! Au Tibet nous trouvons selon certaines écoles neufs véhicules tantriques , le neuvième étant le Dzogchen enseigné par les Nyimas (et les böns). Le Dzogchen n'est pas un véhicule faisant partie des tantras à proprement parler, il est inclus dans les tantras , mais il n'en fait pas vraiment partie....
Alors oui Padmasambhava à introduit les tantras , mais aussi des enseignements secrets ne faisant pas partie des tantras réellement
0Commentaire12 sur 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 août 2010
Pour tous ceux qui veulent en savoir plus sur la vie de Guru Rimpotché ou qui sont tout simplement perdus dans la foule des noms donnés à Padmasambhava...
0Commentaire8 sur 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus