Commentaires en ligne


1 Evaluation
5 étoiles:    (0)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Panthéon (visite guidée par le dernier dieu vivant), 21 mars 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Court traité d'ontologie transitoire (Broché)
La question de l'ontologie est remarquable par sa simplicité: qu'est-ce qui est? Cette vieille qquestion philosophique, traitée implicitement par Platon et explicitement par Aristote, est supposée n'avoir ressurgi qu'avec la problématique heideggérienne. Pas tout à fait exact, considére Badiou: l'apport de Spinoza et de Nietzsche ne saurait être escamoté, et moins encore celui des mathématiques ou de la poésie mallarméenne; mais pas tout à fait faux non plus: la renaissance des problématiques ontologiques marque l'esprit du temps. Et Badiou de faire défiler, avec un respect dénué de complaisance, ses pairs: Spinoza, Kant, Deleuze, les théoriciens de la logique mathématique, Mallarmé encore. Sa thèse, extrêmement originale et forte, est que les mathématiques - et elles seules - constituent la véritable ontologie, en tant que pensée (unifiée) du multiple. Thèse posée de façon "historiale", "maintenant que Dieu est mort."
Ce livre n'est certes pas un ouvrage d'initiation, et le jargon pas toujours nécessaire dont il est émaillé en découragera plus d'un. Mais je lui adresserai pour ma part une objection plus grave: pourquoi contourne-t-il comme il le fait la détermination de l'ontologie comme logique chez Hegel? Ne perpétue-t-il pas, ce faisant, le silence méfiant et sournoisement haineux dont la dialectique hégelienne continue à souffrir, tant en France que dans les pays anglo-saxons? Les acquis récents des sciences de la nature en matière de logique du vivant et plus généralement du développement ne valident-ils pas à beaucoup d'égards les intuitions hégeliennes et ne valent-ils pas, dans le domaine de l'ontologie elle-même, autant sinon beaucoup plus que l'ontologie vitaliste de Nietzsche actualisée par Deleuze? Pourquoi cet escamotége, au profit des seules mathématiques? Un certain classicisme bien de chez nous me semble imprégner la démarche pourtant énergique de ce révolutionnaire. Mais quoi! comme disait Nietzsche (à mon tour de le citer) "nul ne peut sauter par-dessus son ombre"... (par-dessus son nombre non plus, d'ailleurs, Badiou en conviendra).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Court traité d'ontologie transitoire
Court traité d'ontologie transitoire de Alain Badiou (Broché - 1 octobre 1998)
EUR 18,60
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit