undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles4
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
4
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Poche|Modifier
Prix:8,10 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 3 mars 2003
Dans son livre Fascisme, Nazisme, Autoritarisme, Philippe Burrin tente de nous décrire la nature et les causes du fascisme et du nazisme, leurs succès, leurs défaites, la fascination que le fascisme a pu engendrer, ses rapports avec l’autoritarisme, sa dualité presque fratricide avec le communisme. L’auteur, qui analyse brillamment et très finement tous les aspects de ces idéologies, reste très rigoureux et néanmoins très ‘’scolaire’’ dans sa narration des tenants et des aboutissants de cette période troublée. Son récit, très détaillé, et très technique, s’adresse à un lectorat avertit, déjà avisé du thème de l’essai. Il est vrai que cela est bien écrit, jamais partial, explorant toutes les hypothèses, mais ce n’est pas un ouvrage de vulgarisation. C’est une approche réaliste et très technique que furent ces deux idéologies.
0Commentaire|14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
L'ouvrage de Philippe Burrin a l'immense mérite de poser clairement les différences entre fascisme, nazisme et autoritarisme. Une fois ce travail fait, on voit nettement ce qui rassemble et ce qui sépare ces phénomènes historiques. On comprend, par exemple, pourquoi l'Espagne Franquiste a combattu, avec succès, le fascisme Phalangiste tout en privant l'intégralité des Espagnols des libertés fondamentales qui définissent la Démocratie et rendent ce régime incontournable. On discerne les spécificités propres au Nazsme.

En ces temps confus où, sous l'empire de l'immédiateté émotionnelle, on est prompt à qualifier de fasciste ce qui est contraire à sa propre opinion, une bonne dose de lucidité et de rigueur est la bienvenue. C'est ce qu'apporte l'ouvrage de Philippe Burrin.
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Philippe Burrin est réputé être l'un des meilleurs spécialistes, de langue française, de la seconde guerre mondiale et tout particulièrement du fascisme et du nazisme qui ont marqué, comme on le sait, prémices et déroulement de ce terrible conflit. Dans ce livre, il traite justement de ces deux systèmes politiques dans une approche comparative à laquelle il soumet également la notion d'autoritarisme. Vis-à-vis de catégories très « piégeantes », qui mènent trop souvent aux considérations faciles, fondées en l'occurrence sur des confusions sans nuances (de même qu'avec d'autres concepts comme l'extrême droite ou le totalitarisme en général), Burrin fournit, au contraire, une analyse très fine, précise et extrêmement documentée des voisinages et différences entre ces notions. L'ouvrage articule en fait plusieurs essais examinant divers aspects des problématiques conjuguées du fascisme et du nazisme : l'imaginaire politique du fascisme, les bases sociales du nazisme, la position des Allemands face au génocide juif... La dernière partie du livre porte sur le régime de Vichy et réexamine la thèse (notamment de Zeev Sternhell) d'un « fascisme à la française ». Nuancé, Burrin développe plutôt la conception en France, d'un « fascisme faible et incomplet » (p. 246). La phrase suivante est bien représentative de sa réflexion : « Le compagnonnage du fascisme et de la droite conservatrice est un fait avéré, mais on ne saurait identifier l'un et l'autre sans y perdre en finesse d'analyse et en acuité de jugement. Sinon, autant placer dans la même galerie Hitler, Mussolini, Franco, Pétain et Salazar » (p. 259). Dans la même veine que ses autres ouvrages - je pense notamment au très remarquable La dérive fasciste : Doriot, Déat, Bergery 1933-1945 -, Burrin nous montre avec constance que la malignité politique n'empêche pas la complexité et que, par voie de conséquence, une défense sans concession de nos valeurs démocratiques ne saurait justifier une pensée critique caricaturale.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 mars 2003
Dans son livre Fascisme, Nazisme, Autoritarisme, Philippe Burrin tente de nous décrire la nature et les causes du fascisme et du nazisme, leurs succès, leurs défaites, la fascination que le fascisme a pu engendrer, ses rapports avec l’autoritarisme, sa dualité presque fratricide avec le communisme. L’auteur, qui analyse brillamment et très finement tous les aspects de ces idéologies, reste très rigoureux et néanmoins très ‘’scolaire’’ dans sa narration des tenants et des aboutissants de cette période troublée. Son récit, très détaillé, et très technique, s’adresse à un lectorat avertit, déjà avisé du thème de l’essai. Il est vrai que cela est bien écrit, jamais partial, explorant toutes les hypothèses, mais ce n’est pas un ouvrage de vulgarisation. C’est une approche réaliste et très technique que furent ces deux idéologies.
11 commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)