undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles5
4,4 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Poche|Modifier
Prix:5,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 3 avril 2014
L'homme réfléchit en permanence. Arrivé à un âge avancé de sa vie, des questions se posent : Où terminer ses jours ? Avec qui ? De quelle manière ?

Sa vie, sa jeunesse intense notamment, passe dans ses souvenirs, et l'homme ressasse des moments passionnés et enchantés ; vécus ou imaginés... Le souvenir s'est construit avec la couleur que veut lui donner l'auteur.

Cette sirène, éternellement belle et charnelle, n'arrive malheureusement pas à entrainer aucun homme dans ses bras, et à le garder dans son logis qu'est la mer. Il lui manque La chose qui fait qu'un homme s'engage à vie auprès d'elle, mais elle a tellement d'atouts enchanteurs qu'ils ne l'oublient jamais.

Un Grand Amour de souvenirs intenses, enseveli.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 septembre 2012
"Le Professeur et la Sirène" est une nouvelle du livre, mais le contenu le plus intéressant est sûrement celui des souvenirs d'enfance de l'auteur, souvenirs aristocratiques du prince Giuseppe Tomasi de Lampedusa, auteur par ailleurs du Guépard, roman qui fut mis à l'écran par Luchino Visconti en 1963. Parmi ses souvenirs, ceux de ses vacances d'été au début de XXème siècle, à Santa Margherita di Belice, maison de 100 pièces (quand même !), avec son église particulière et son théâtre privé montrant tous les signes de puissance d'une aristocratie sicilienne dans un univers très pauvre. Le théâtre accueillait des troupes itinérantes dont les spectacles étaient ouverts vers l'extérieur. Cette maison, ce château devrait-on dire, a disparu avant la 2ème guerre mondiale, faute d'entretien et de moyens financiers, comme a disparu l'aristocratie sicilienne, et ce que raconte par ailleurs Le Guépard. Si aujourd'hui la vieille aristocratie est morte ou presque, une nouvelle avec moins de classe (en tout cas que celle de Tomasi de Lampedusa) augmente régulièrement l'écart entre riches et pauvres. La dessus rien de changé.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 avril 2013
La nouvelle "le professeur et la sirene" n'est pas des moindre, en dépit de sa brieveté. Le Professeur La Ciura ressasse dans sa solitude et sa vieillesse des histoires d'amour magiques et culturelles. Des amours mythologiques inondées de soleil et d'insouciance. La réalité, la vie moderne, les amours profanes, la vieillesse, ne passent pas sa porte. Il est une variante mystique du "Guépard", cinglante, névrosée, aigrie. Dans le Guépard, Salina regarde les étoiles et veut s'évader d'un monde matériel qui ne lui plait pas du tout, et dont il ne veut pas etre, il pardonne à la jeunesse ce qu'il ressent comme des égarements. Le Professeur remonte le temps et retourne chez Homère. Retourner chez sa mère est inutile dans son cas, il n'en n'est jamais parti. Il ne pardonne rien à personne, ne se pardonne pas à lui meme de vieillir et de ne pas etre un dieu immortel.
Le Professeur a sans doute raison, les dieux de l'Olympe et leur petit monde, reste encore ce qu'on a fait de mieux en matière de religion, selon mon gout. Apres tout, la religion est une sorte de méthode de pensée à usage personnel, chacun peut choisir son camp ou ne pas choisir. Ceux qui ne choisissent pas pourront profiter de temps de cerveau disponible dont il useront à leur gré.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 août 2008
Le premier texte de ce recueil s'intitule "les lieux de ma première enfance" et tout est dit. L'auteur note des impressions et des sensations associées aux lieux exceptionnels (hôtel particulier, villas, voyages en calèche) où s'est déroulée son enfance d'héritier d'une grande famille princière. Ces lieux ont, pour certains, été détruits par les bombardements de la 2e guerre mondiale et, dans l'ensemble, il ne reste plus grand-chose de la Sicile de son enfance. Un texte qui distille une incroyable nostalgie et qui donne à la Sicile les dimensions d'une contrée perdue. L'écriture est fine, précise, sans épanchements et le lecteur a le sentiment, en refermant le livre, d'avoir touché les meubles et senti les odeurs.
C'est une forme de voyage.
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 juin 2014
Quel style! quelle élégance! Un plaisir rare.Je recommande vivement ce livre mince par le nombre de pages mais immense cependant.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,70 €
6,50 €
19,30 €