Commentaires en ligne 


24 évaluations
5 étoiles:
 (11)
4 étoiles:
 (7)
3 étoiles:
 (3)
2 étoiles:
 (3)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


14 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Je suis sans voix...
Ce livre est le plus extraordinaire qu'il m'ait été donné de lire cette année. Le style déroute tout d'abord, la 4ème de couv' fait hésiter : ça va être dur... Et puis, petit à petit, on accroche, et on ne peut plus quitter ce drôle de petit bonhomme qui nous raconte les pires atrocités sur le ton que l'on...
Publié le 5 mai 2004 par Léocardia

versus
18 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Un clône d'enfant-soldat mal construit !
Birahima, enfant-soldat au Libéria et en Sierra Leone, raconte son histoire... mais très vite cette histoire semble peu réaliste... ça "coince", et on y croit de moins en moins. De plus le fait de connaître un peu l'environnement socio-ethnique du personnage renforce encore cette impression que l'on se trouve en fait devant une fiction totale. Non, ce...
Publié le 17 novembre 2011 par Papasam


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

18 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Un clône d'enfant-soldat mal construit !, 17 novembre 2011
Par 
Papasam "papasam" (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Allah n'est pas obligé - Prix Renaudot et Prix Goncourt des Lycéens 2000 (Poche)
Birahima, enfant-soldat au Libéria et en Sierra Leone, raconte son histoire... mais très vite cette histoire semble peu réaliste... ça "coince", et on y croit de moins en moins. De plus le fait de connaître un peu l'environnement socio-ethnique du personnage renforce encore cette impression que l'on se trouve en fait devant une fiction totale. Non, ce n'est pas un enfant, de 10 ou 12 ans et de niveau CM2, qui s'exprime ici, et encore moins un "enfant-soldat", mais l'auteur, intellectuel et opposant politique et loin du terrain, qui écrase le petit bonhomme malingre de son ombre massive. L'auteur est même allé encore plus loin avec ce processus dans son dernier livre inachevé "Quand on refuse on dit non". Dans ce dernier il nous raconte "son" histoire bien partisane de la pauvre Côte d'Ivoire par le biais cette fois-ci d'une jeune fille qui, elle au moins, est "bachelière" !

A la fin de son périple Birahima "hérite" de 4 dictionnaires, dont un "Inventaire des particularités lexicales du français d'Afrique noire". Ce subterfuge simpliste et bien rapide, puisque l'enfant peu éduqué est ainsi promu "lettré", est essentiel pour l'auteur car il lui permet de justifier la tenue et le style du récit. Celui-ci est en effet truffé de traductions ou d'explications, plus ou moins utiles -on apprend ainsi ce qu'est un "puceau"-, qui l'alourdissent alors qu'elles n'étaient certainement destinées qu'à apporter des touches d'humour pour prendre de temps en temps un peu de recul et pour pouvoir "respirer". Le procédé, comme tout procédé répétitif, ne réussit malheureusement qu'à fatiguer le lecteur... On n'échappe pas non plus à la répétition gratuite de quelques jurons comme "faforo" ou "gnamokodé" qui finissent, bien exténués, par ne plus jouer qu'un rôle de ponctuation.

Et pourquoi ce titre bien troublant pour un tel sujet ? Pour expliquer pourquoi le Mal existe et pourquoi il ne faut pas pour cela perdre la foi ? C'est bien naïf ! On appréciera comme il se doit le message de l'auteur dans la bouche de la mère de Birahima : "Allah ne donne pas de fatigues sans raison. Il te fait souffrir sur terre pour te purifier et t'accorder demain le paradis, le bonheur éternel". Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes, les massacres peuvent continuer... Allah reconnaîtra les siens !

Ce livre sera certainement choisi par tous ceux qui sont sensibles à l'attribution de prix littéraires. Dans ce cas-ci ils seront rassurés par le "Renaudot". Par contre, si on recherche un peu plus de naturel et de vérisme on pourra trouver beaucoup mieux selon moi dans d'autres livres certainement plus consistants et plus crédibles. On peut citer deux romans :
-"Bêtes sans patrie" de Uzodinma Iweala, avec une traduction de A. Mabanckou qui semble avoir réussi à ne pas atténuer le ton du récit original, mais qui est difficile à lire.
-"Johnny mad dog" de Emmanuel Dongala
Et aussi deux documents :
-"J'étais enfant-soldat" de Lucien Badjoko (avec Katia Clarens)
-"Le chemin parcouru" d'Ishmael Beah

Quand je lis des critiques de ce livre, parues ici ou là, je les trouve souvent trop bienveillantes et je me demande si j'ai bien lu le même livre... La littérature africaine ne devrait pas être évaluée différemment de toute autre littérature et la bonne littérature africaine n'a vraiment pas besoin d'a priori favorable ! Cette dernière attitude, que l'on pourrait qualifier de "paternaliste", est en fait assez méprisante et ne peut aboutir, petit à petit, qu'à une baisse du niveau moyen de la production littéraire africaine. Faites-vous donc votre propre opinion !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


14 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Je suis sans voix..., 5 mai 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Allah n'est pas obligé - Prix Renaudot et Prix Goncourt des Lycéens 2000 (Poche)
Ce livre est le plus extraordinaire qu'il m'ait été donné de lire cette année. Le style déroute tout d'abord, la 4ème de couv' fait hésiter : ça va être dur... Et puis, petit à petit, on accroche, et on ne peut plus quitter ce drôle de petit bonhomme qui nous raconte les pires atrocités sur le ton que l'on utiliserait pour raconter les plus grandes banalités du quotidien. Mais justement, il s'agit là de son quotidien ! Son approche des grandes personnes, ses réflexions sur le rôle de l'ONU également ont un petit air de Candide, qui en font la puissance. Mon Dieu, pourquoi tant d'horreurs et de souffrance ?
Parce qu'Allah n'est pas obligé...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


15 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La Contemporainéité de la violence en Afrique, 4 novembre 2002
Le roman de Kourouma est une véritable peinture de la réalité socio-politique que vit l'Afrique contemporaine.C'est vrai qu'il s'agit là d'une fiction,d'un grossissement,d'un ajout au fait historique réel.Il ne saurait en être autrement.
une fois encore,Kourouma a réussi à écrire un chef-d'oeuvre fait d'un mélange des Africanismes et du français de France.C'est cela la caractéristique d'un véritable roman africain de nos jours.Le small soldier:Birahima est d'un point de vue omniscient de l'auteur :le Porte-parole de nombreux enfants-soldats enrôlés de gré ou de force dans les rangs de toutes les rébellions connnues par l'Afrique aucours de la décennie passée et même maintenant.l'on voit que le style d'écriture adopté dans le roman est une véritable innovation.Tout y est élucidé.Bravo à Kourouma et à tous ceux qui comme moi comprendont la souffrance actuelle de l'Afrique et le profond message que veut véhiculer ce roman.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 absorbant, 10 mai 2001
Par 
Comment ne pas se faire absorber par ce livre? Sa richesse vient d'un regard sans complaisance mais aussi sans jugement del'auteur sur ses rencontres. Autant il est judicieux que l'auteur prenne de la distance vis-à-vis des évènements, autant j'ai eu du mal à accepter qu'il ne se décrive jamais en train de se battre. Ce refus difficilement compréhensible aux vues des situations auxquelles il est confronté, nous empêche de croire que l'auteur se livre totalement. Excepté ce point, j'ai adoré ce livre et le recommande à qui veut avoir une vision de l'afrique, mais de l'intérieur.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Kourouma, fidèle au rendez-vous, 29 janvier 2001
Après "en attendant le vote des bêtes sauvages", Kourouma nous propose un roman avec une plume assez particulière. Elle correspond a ce que l'on doit vraisemblablement s'attendre du jeune héros qu'est Birama. Kourouma utilise un humour assez glacial pour faire passer le message sur une réalité africaine encore trop méconnue de ce coté-ci du globe: les enfants soldats. Au dela d'une histoire prenante, le roman nous fait découvrir avec horreur cet aspect des guerres qui ont marqué ce continent, du Mozambique à la Guinée. A lire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 L'Afrique vu par un Africain, 28 octobre 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Allah n'est pas obligé - Prix Renaudot et Prix Goncourt des Lycéens 2000 (Poche)
Les malheurs de l'Afrique vu par un Africain, c'est rare, et sous forme de roman, ca l'est encore plus ! Le style est troublant, pour le moins inhabituel, mais lorsqu'on s'y habitue on tombe dans l'histoire facinante des enfants soldats et des drames politiques du Liberia et du Sierra Leone. Une vision d'un enfant soldat sur ces periodes troubles et ses pérégrinations.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une écriture délirante, 12 octobre 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Allah n'est pas obligé - Prix Renaudot et Prix Goncourt des Lycéens 2000 (Poche)
Au delà de l'histoire des enfants-soldats,de cette Afrique ravagée par les guerres tribales,c'est une autre page dans l'histoire de l'écriture romanesque d'Afrique noire francophone que Kourouma nous écrit. C'est un livre exceptionnel dans la mesure où il a pu réussir un bon accouplement de l'Ecrit et de l'Oral. La langue française est merveilleusement nourrie par le malinké. C'est un livre à lire à toute urgence. Il est drôle et serieux.Il est simple et inventif. Encore une fois Kourouma a su se distinguer. Bravo Kourouma et bon courage à tous les Birahima du monde entier.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Allah n'est pas obligé, 5 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Allah n'est pas obligé - Prix Renaudot et Prix Goncourt des Lycéens 2000 (Poche)
une surprenante présentation de la vie africaine expliquant la difficulté du continent subsaharien pour sortir de la corruption et de difficultés économiques toujours imputées à la seule colonisation
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Très bon livre, 17 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Allah n'est pas obligé - Prix Renaudot et Prix Goncourt des Lycéens 2000 (Poche)
J'ai acheté ce livre pour un exposé à la fac et je ne pensais pas tombé sur un livre aussi poignant sur l'histoire des enfants soldats. Mais surtout, autant rire devant un livre qui enfin de compte nous raconte l'horreur de la guerre tribale. Bref, je recommande.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2.0 étoiles sur 5 Confusion africaine, 14 février 2014
Par 
D. Cohen - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
J'avoue avoir eu du mal à terminer ce roman. L'histoire se passe en Afrique entre Guinée, Libéria et Sierra Leone à la fin des années 90 en pleine guerre tribale. Un enfant se confie et nous raconte comment il se retrouve enfant soldat. Le style est censé donner au texte une couleur africaine (avec notamment les mots français aux définitions données un peu trop souvent dans le texte) mais c'est surtout une impression de confusion qui se dégage de ce roman. On n'entre pas vraiment dans la tête des personnages assez caricaturaux. Le conte tourne en eau de boudin et même le contexte politique tourne au récit chaotique.

Prix Renaudot 2000... Je suis dubitatif....
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Allah n'est pas obligé - Prix Renaudot et Prix Goncourt des Lycéens 2000
EUR 6,30
Habituellement expédié sous 11 à 13 jours
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit