Commentaires en ligne


14 évaluations
5 étoiles:
 (7)
4 étoiles:
 (5)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (2)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Driepoot !
le " Bancal " ; du nom du chien dont s'est pris d'affection David Lurie à la fin de ce magnifique roman .
Bancale comme sa vie , la mutation de la société sud-africaine .

Je ne reviendrai pas l'histoire et vous invite à vous reporter aux superbes critiques déjà écrites (résumé + analyse)...
Publié le 27 juillet 2011 par FINET Franck

versus
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Pas touchée
Auteur récompensé par le Prix Nobel de littérature, roman gratifié du Booker Prize, succès littéraire (et bonne adaptation cinématographique) et pourtant... J'ai presque honte d'avouer que je m'y suis ennuyée: les personnages sont trop antipathiques (la lâcheté du père n'a d'égale que la mollesse...
Publié il y a 18 mois par Ripley


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Driepoot !, 27 juillet 2011
Par 
FINET Franck (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Disgrâce (Poche)
le " Bancal " ; du nom du chien dont s'est pris d'affection David Lurie à la fin de ce magnifique roman .
Bancale comme sa vie , la mutation de la société sud-africaine .

Je ne reviendrai pas l'histoire et vous invite à vous reporter aux superbes critiques déjà écrites (résumé + analyse)
JM Coetzee dresse un portrait sombre ,réaliste et sans concession des conséquences de l'Apartheid sur la population blanche des fermiers ( en majorité hollandaise ) .
Un récit bouleversant dans un pays en pleine mutation ou la violence sonne comme une revanche des populations pauvres.
La vieillesse , le temps qui passe et les difficultés à accepter les vérités d'une société qui se cherche.
L'attachement viscérale à la terre ( leur ferme ) des fermiers blancs .
L'auteur use de symboles forts.
On ne sait comment interpréter le rapport aux chiens ( les hordes , l'urine , la semence , ... )
L'atmosphère y est souvent lourde , malsaine , remplie de non-dits.
Coetzee livre un éclairage inhabituel sur l'Afrique du Sud ; qui lui a valu des critiques acerbes ( une forme de racisme ? )

L'histoire m'a fait penser au film " Mad Max " , ou les fermiers blancs vivent dans des fermes isolées , encerclés par une population noire récemment " affranchie ", désireuse de réécrire l'Histoire .

L'histoire d'une triple incompréhension :
--> celle des noirs et des blancs.
--> celle d'un père et d'une fille .
--> celle de la ville ( le Cap ) et la campagne .

Quoiqu'on puisse penser de ce qu'il se passe en Afrique du Sud, en cette période post-Apartheid , cette oeuvre est puissante , limpide et livre des vérités crues .

Je partage l'avis de la très grande majorité des critiques ; c'est un petit bijou !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Pas touchée, 18 avril 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Disgrâce (Poche)
Auteur récompensé par le Prix Nobel de littérature, roman gratifié du Booker Prize, succès littéraire (et bonne adaptation cinématographique) et pourtant... J'ai presque honte d'avouer que je m'y suis ennuyée: les personnages sont trop antipathiques (la lâcheté du père n'a d'égale que la mollesse de la fille), pour qu'on s'y attache un tant soit peu. Leur soumission aux conséquences du drame qui leur est arrivé ne me paraît pas crédible tant elle est grande. Certains chapitres se traînent (la réunion de la commission disciplinaire, la description de la vie du poète Byron). Certes, l'auteur a voulu marquer son oeuvre par des parallélismes subtils (l'affection grandissante du père pour les chiens jusqu'à vouloir en inclure un dans l'opéra qu'il compose), destinés à rendre compte intelligemment de la complexité et des mutations de la société sud-africaine actuelle. Mais il le fait de manière trop pompeuse (certains diront philosophique : je n'ai jamais su bien faire la distinction entre les 2). S'il a eu raison de choisir le présent de narration pour faire entrer plus facilement le lecteur dans la vie disgracieuse de ses personnages, il aurait pu éviter les tirades emphatiques sans que celui nuise à l'atmosphère pesante du roman.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une étude psychologique déconcertante, inoubliable, 22 mars 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Disgrâce (Poche)
Qui tombe en disgrâce dans cette Afrique du Sud que nous connaissons si mal? Le personnage principal, anti-héros obsédé par la fuite du temps et de sa séduction, incapable d'exprimer ses sentiments, pathétique, lâche, finalement révélé à lui même après avoir traversé toutes ses plus profondes contradictions? Ou bien sa propre fille, subissant le pire et incapable de révolte, opaque à toute compréhension? Ou encore le rapport entre Noirs et Blancs, si étrangement décrit, insinuant un malaise indescriptible à chaque page? Sans aucun parti pris, l'auteur nous laisse face à notre propre jugement, ce qui est du grand art.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 sans titre, 26 mai 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Disgrâce (Poche)
Je remercie le film de m'avoir fait connaître le livre. L'un et l'autre sont bouleversants au sens propre. La question de l'Afrique du Sud y est montrée sous un éclairage inhabituel, saisissant. La situation évoquée ne vous est plus tout à fait étrangère; on croit commencer à percevoir un peu des ses spécificités et de ses mystères. On est, malheureusement aussi, accablé par son caractère inextricable. C'est un livre écrit de l'intérieur, par un africain du Sud, comme "La Prisonnière des Sargasses" l'avait été par Jean Rhys, native des Caraïbes, qui faisait dire à son héroïne qu'elle se sentait plus éloignée de ses compatriotes d'Europe que de la population, pourtant hostile souvent, qui l'avait vu naître.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


15 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Chiens perdus, 7 septembre 2003
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Disgrâce (Poche)
C'est un livre de chiens, êtres errants à la recherche d'un os pour leur permettre d'exister. Pas de règles, pas d'éthique, pas de remords, mais des pulsions et de l'instinct comme guide de vie.
Le chien pensant, totalement incapable d'imaginer que ses règles de plaisir puissent violer; les chiens du terroir, hordes revanchardes marquant la reprise de leurs territoires à coups d'urine et de semence; les chiennes étrangères, obligées de ramper sous les mâles pour gagner un sursis temporaire d'existence.
Ce pourrait être une fable nous démontrant la société future, asservie par la violence des clans, vouée aux lois des plus forts. Un passage de l'Antiquité au Moyen âge, observé avec lucidité et résignation.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 MAGNIFIQUE, 12 février 2008
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Disgrâce (Poche)
C'est un récit rapide, poignant, très bien écrit, tout au présent, ce qui rend l'intrigue encore plus prenante. Je l'ai lu en deux après-midi, sans pouvoir m'arrêter. Une histoire de déchéance, du temps qui passe, du malheur de vieillir, mais aussi d'un changement de société dans l'Afrique du Sud d'après l'apartheid. J'ai adoré ce bouquin, que je recommande chaleureusement.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 tourbillon, 21 avril 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Disgrâce (Poche)
ce livre est un tourbillon. Au début, on a du mal à "accrocher" comme le personnage principal a du mal à "accrocher" à sa propre vie. mais au fur et à mesure que l'histoire progresse, on commence à s'attacher à cet homme perdu au fond de lui-même et on a envie de l'aider. dans cet ouvrage, les relations entre êtres humains et aussi entre animaux sont passées à la loupe pour donner un résultat époustouflant. bonne lecture.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Fabulous!, 21 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Disgrâce (Poche)
Love JM Coetzee's work and this translation does the book justice - well done! Recommend to all who want to know more about South Africa after Apartheid
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 profond et vrai, 13 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Disgrâce (Poche)
Ce roman nous entraîne dans les méandres de la culpabilité d'un homme et de sa fille : l'un coupable d'avoir voulu jouir de jeunes femmes alors qu'il est d'âge mûr, l'autre coupable d'être blanche dans un pays où les noirs ont payé un lourd tribut aux blancs . Chacun à sa façon va affronter ses démons personnels. Un livre sans naïveté, sur la rédemption.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 (mas)sacre du printemps, 21 octobre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Disgrâce (Poche)
Un livre magnifique, rare, d'une qualité d'écriture exceptionnelle. Une histoire à la fois sans concession et sans solution, qui met le lecteur dans une position qui l'oblige à se questionner et réfléchir, une façon de mettre en scène l'inacceptable qui nous oblige à nous prononcer sur des sujets brûlants (dans le désordre, racisme et sécurité, paternité et séduction, liberté et sincérité…) le tout baignant dans une espèce de charme poético-exotique pour adoucir l'âpreté des situations.
C'est un formidable talent que de savoir trouver d'aussi justes équilibres entre action et introspection, d'exacte distance entre les personnages et le lecteur, pour lui laisser intactes le plaisir de la découverte, celui de la réflexion et celui de l'imaginaire. Très très fort !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Disgrâce
Disgrâce de John Maxwell Coetzee (Poche - 1 octobre 2002)
D'occasion et Neuf à partir de : EUR 0,01
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit