undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

6
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
5
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Déportée en Sibérie : Prisonnière de Staline et d'Hitler
Prix:7,50 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

26 sur 26 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 janvier 2005
Dans cette première partie, Margarete Buber-Neumann revient sur la période 1936 jusqu'à 1940 de sa vie. Compagne d'un leader communiste lors de la prise du pouvoir par Hitler, ils furent tous deux obligés de quitter l'Allemagne et se réfugier en URSS.
Suite à une des nombreuses folies de Staline pendant son règne, les anciens amis communiste réfugiés furent soudainement déclarés ennemis de l'URSS, et furent condamnés pour diverses raisons, absurdes et inventés, à des peines de camps d'internement en Sibérie.
Son arrestation, puis son séjour au camps Sibérien de KARAGANDA (fontière de la Mongolie) jusqu'à sa remise aux autorités allemande, composent le premier tome de son histoire.
Ce témoignage sur sa période d'internement en URSS est trés précis, ponctués de nombreuses rencontres et d'évènements qui rendent le récit trés passionnant. On ne peut qu'étre étonnés à chaque découverte des faits et de se demander comment de telles choses à cette époque pouvaient étre possible.
Il est rare d'avoir un témoignage comme celui-ci, sur le coté soviétique des camps pendant cette période de guerre et en plus la mème épreuve lui arrive lorsqu'elle est rendue aux autorités allemande en 1940.
Je ne peut que conseiller les 2 tomes de son histoire et admirer la force et le courage de cette femme hors du commun.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 9 novembre 2010
c'est un livre auto-biographique de madame Buber .Il relate une tragique mésaventure située entre goulag et camp de concentration ;au départ elle croyait en son ideal mais les deux systèmes populistes véritables machines a broyer les consciences et les personnalités ont cherche a la réduire a néant .Il ne sont pas parvenus a leurs fins; mais combien d'individus n'ont pas eu la force et aussi cette chance qu'a eu Madame Buber (les victimes des deux systèmes nazi et communiste se comptent par millions).
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Ce livre qui retrace le terrible et indispensable témoignage de Margarete Buber-Neumann, est fondé sur l'incroyable et effroyable histoire qu'elle a vécu et subi, suite à son arrestation arbitraire lors de la Grande Terreur en U.R.S.S. de 1937-1938 (750 mille personnes exécutées en moins de 2 ans), ainsi que de la comparaison entre les deux grands régimes totalitaires du 20ème siècle : Communisme et Nazisme.

En effet, Mme. Buber-Neumann a été dans un premier temps arrêtée par la police politique soviétique (N.K.V.D.) en 1938, pour être déportée en Sibérie au camp de concentration Soviétique (Goulag) de Karaganda, puis ensuite être livrée dans le cadre du PACTE GERMANO-SOVIETIQUE à la Gestapo, et enfin, déportée à nouveau dans le camp nazi de Ravensbrück.

Margarete Buber-Neumann compare, dans ce livre, ses inhumaines et avilissantes conditions de détentions en tant que prisonnière et esclave dans les différents camps de concentration, aussi bien Staliniens que Nazis.

Ce témoignage fondamental de Mme. Buber-Neumann, devrait, comme celui de Mme. Evguénia S. Guinzbourg, et tant d'autres, servir d'ouvrage de référence et de réflexion à tous ceux qui se revendiquent d'une idéologie en tant que "vérité absolue" quelle qu'elle soit, conduisant à l'extermination d'environ 100 millions de civils innocents dans le cas du Communisme et d'environ 25 millions de civils innocents dans celui du Nazisme !

P.S. : Ce commentaire concerne les tomes 1 et 2.

Confer également les précieux témoignages sur le thème du Totalitarisme, de :
- Alexandre Soljénitsyne (L'archipel du Goulag) ;
- Alexandre Soljénitsyne (Une journée d'Ivan Denissovitch) ;
- Jacques Rossi (Qu'elle était belle cette utopie !) ;
- Jacques Rossi (Le manuel du Goulag) ;
- Evguénia S. Guinzbourg (Le vertige Tome 1 et Le ciel de la Kolyma Tome 2) ;
- Iouri Tchirkov (C'était ainsi... Un adolescent au Goulag) ;
- Boris Chiriaev (La veilleuse des Solovki) ;
- Malay Phcar (Une enfance en enfer : Cambodge, 17 avril 1975 - 8 mars 1980) ;
- Sergueï Melgounov (La Terreur rouge en Russie : 1918 - 1924) ;
- Zinaïda Hippius (Journal sous la Terreur) ;
- Jean Pasqualini (Prisonnier de Mao) ;
- Kang Chol-Hwan (Les aquariums de Pyongyang : dix ans au Goulag Nord-Coréen) ;
- Aron Gabor (Le cri de la Taïga) ;
- Varlam Chalamov (Récits de la Kolyma) ;
- Lev Razgon (La vie sans lendemains) ;
- Pin Yathay (Tu vivras, mon fils) ;
- Ante Ciliga (Dix ans au pays du mensonge déconcertant) ;
- Gustaw Herling (Un monde à part) ;
- David Rousset (L'Univers concentrationnaire) ;
- Joseph Czapski (Souvenirs de Starobielsk) ;
- Barbara Skarga (Une absurde cruauté) ;
- Claire Ly (Revenue de l'enfer) ;
- Primo Levi (Si c'est un homme) ;
- Primo Levi (Les naufragés et les rescapés : quarante ans après Auschwitz) ;
- Harry Wu (LAOGAI, le goulag chinois) ;
- Shlomo Venezia (Sonderkommando : Dans l'enfer des chambres à gaz) ;
- Anastassia Lyssyvets (Raconte la vie heureuse... : Souvenirs d'une survivante de la Grande Famine en Ukraine) ;
- François Ponchaud (Cambodge année zéro) ;
- Sozerko Malsagov et Nikolaï Kisselev-Gromov (Aux origines du Goulag, récits des îles solovki : L'île de l'enfer, suivi de : Les camps de la mort en URSS) ;
- François Bizot (Le Portail) ;
- Marine Buissonnière et Sophie Delaunay (Je regrette d'être né là-bas : Corée du Nord : l'enfer et l'exil) ;
- Juliette Morillot et Dorian Malovic (Evadés de Corée du Nord : Témoignages) ;
- Barbara Demick (Vies ordinaires en Corée du Nord) ;
- Vladimir Zazoubrine (Le Tchékiste. Récit sur Elle et toujours sur Elle).
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 6 avril 2011
Un livre extraordinaire pour une destinée extraordinaire. Un livre qui se lit d'une traite tant il est captivant. Une autre façon d'appréhender les divers évènements du milieu du siècle dernier à travers l'expérience personnelle d'une femme d'une grand finesse psychologique et d'une grande capacité d'analyse. De plus ce témoignage me semble vraiment utile en france où malheureusement le stalinisme bénéficie encore de certains égards alors que la réalité sur place a été tout autre.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 26 avril 2014
L'histoire de cette militante est exemplaire : "hôtesse" de Staline et de Hitler , elle a pu évaluer le totalitarisme dans toute son horreur.
Merci
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Mon commentaire concerne le tome 1 déportée en Sibérie.

Voilà un livre, un témoignage JUSTE : c'est à dire sans pathos, sans exaltation, sans apitoiement ... JUSTE LA RÉALITÉ DES FAITS... QUI SE SUFFIT à elle même tant l'horreur décrite toute en sobriété est DÉJÀ INSOUTENABLE!

La préface est intéressante, elle nous pose le contexte, et finalement les raisons pour lesquelles ce livre-témoignage n'a pas eu en 1948 lors de sa première parution, et dans les années qui suivirent le succès qu'il aurait dû LÉGITIMEMENT OBTENIR.

Extrait : " ... Ces informations, ces expériences vécues avaient bannies des mémoires, ou du moins occultées..... Cela n'autorisait pas des hommes politiques et intellectuels occidentaux de gauche, adultes et bien informés, à affirmer, avec bonne conscience, tout ignorer de l'existence de camps de concentration en Union Soviétique.... Les intellectuels, savants et parlementaires déclarèrent pourtant qu'il n'y avait pas le moindre camp de concentration et que ceux qui affirmaient le contraire (dont Magarete Buber-Neumann mentaient sciemment...)"

ALORS RENDONS HOMMAGE A CETTE FEMME AINSI QU'A TOUT CEUX QUI FURENT MUSELÉS, LISONS CE LIVRE ET FAISONS Le LIRE!

Ce livre est la démonstration de l'absurdité, qui enfante la barbarie du régime communiste.

Absurdité paranoïaque, qui transforme tout individu (homme, femme, enfants) du jour au lendemain en "ennemi du pouvoir", sans la moindre preuve... qu'importe les preuves... Le N.K.V.D les crées de toutes pièces. Ainsi des dizaines de milliers (très certainement beaucoup plus) d'êtres humains ont été déportés en Sibérie, à la frontière du cercle polaire...Pour y être avilis... Jusqu'à la mort.

Au nom de la "Tchistka" (épuration du Parti) qui avait lieu tous les 2 ans, des milliers de communistes qui "osaient" exprimer des idées différentes de la ligne, même une seule phrase suffisait à être condamné à 10 ans de camps. " la Tchistka était devenue une mesure politique destinée à maintenir les membres du Parti dans la terreur et à leur briser les reins" P 39

Extrait : " La N.K.V.D tenait beaucoup à formuler une accusation pour chaque personne arrêtée, aussi parfaitement innocente qu'elle fût, afin de justifier après coup l'arrestation. Les arrestations contre ceux qu'on appelait les criminels politiques variaient entre " Agitation contre la révolution", "organisation contre révolutionnaire", parfois " Préparatifs de révolte armée", "préparatifs de terreur" et "Espionnage""

Beaucoup d'enseignants de langues étrangères sont partis pour les camps ... Simplement parce qu'ils faisaient leur métier... Traduit par le Parti comme de l'espionnage

Une fois une personne arrétée, souvent l'homme... Tous les autres membres de la famille y passent, femme, mère, père, frères et soeurs. Le N.K.V.D arrache au milieu de la nuit des mères à leur enfants (même si ces chers anges ont 1 ans , 2 ans....) laissant ces enfants seuls, dans la nuit sans secours.

L'auteure tout au long de son livre nous livre des noms de femmes qui furent ses compagnes dans l'horreur qui avaient été arrachées à leurs enfants, sans savoir ce qu'ils étaient devenus. Un bruit courrait qu'ils étaient recueillis dans des "homes d'enfants"... On apprend plus tard que souvent ces homes... sont eux aussi des camps.

Les enfants plus grands étaient considérés comme responsables de "la trahison" de leur parents.... Donc pour eux aussi des dossiers montés de toutes pièces... 5, 10 ans de camps. Plus grand, cela veut dire... un peu plus de 10/ 12 ans!!!

Margarete, nous raconte :

1) les "interrogatoires préliminaires " du N.K.V.D... Ils sont reflets exacts de ceux qui sont écrits dans l'incontournable livre Le Zéro et l'infini... Que je vous conseille vivement de lire.

2) la prison préventive : des cellules prévues pour 20/ 25 femmes où ont y entassait 100/110 femmes ! pas de lit: des planches, sans matelas,draps... Deux trous au milieu de la pièces qui servaient de fausse d'aisance. INTERDICTION DE MARCHER DEBOUT...CES FEMMES DEVAIENT RAMPER...Bon nombre d'entre elles étaient nues... sans vêtement.... AVILISSEMENT COMMENCE. Les fouilles corporelles... Je vous laisse découvrir les MOTS DE L'AUTEURE SUR CES MAUX

3) Les interrogatoires en prison " A Bourtiki les interrogatoires avaient lieu surtout la nuit. Cela commençait généralement vers 10 heures, quand nous étions dans notre premier sommeil. "

4) Les camps (je ne peux pas écrire la vie dans les camps..; On ne vit pas dans un camps de concentration !!!) . L'auteure nous raconte, avec simplicité, clarté, et c'est cela qui bouleverse le lecteur, comment des milliers d'êtres humains sont déportés à la limite du cercle polaire comme des bestiaux. Comment ils sont parqués dans des huttes de glaise à demi enterrées ... avec des planches comme lit... comment ces êtres humains sont littéralement "bouffés" toutes les nuits par les punaises, les poux.... comment par manque de place ils ne peuvent que dormir sur le coté après une journée de travail d'esclave (par moins 40 comme par plus 40 degrés)... Comment la sous alimentation cumulée aux conditions ... viennent à bout de nombreuses vies...

5) Le Block disciplinaire.... L'enfer au coeur de l'enfer !

6) Le PACTE GERMANO-SOVIETIQUE : ce qui m'a surprise, c'est que dès la fin 39 début 40 les prisonniers de ces camps connaissaient ce pacte... Et s'inquiétaient des conséquences

Extraits : "... Et maintenant que Staline a fait un pacte d'amitié avec HITLER? Nous autres communistes anti-hitlérien, nous sommes juste en travers de son chemin!"

ET C'EST A CAUSE DE CE PACTE MORTIFÈRE ENTRE DEUX TYRANS QUE MARGERETE ainsi que beaucoup d'autres, tous ayant une relation avec l'Allemagne...FURENT "OFFERTS" A HITLER!!!

Dans ce livre vous trouverez une explication courte, simple et efficace de ce pacte.

Après le N.K.V.D... Ils furent livrés à la Gestapo.

Extrait " De toutes façons mon sort était arrêté : prison ou camp de concentration. Mais qu'allait-il advenir de l'Europe? Hitler allait-il vraiment réussir à envahir et à dominer l'occident grâce à la sécurité que Staline lui garantissait à l'est?"

Ce TÉMOIGNAGE bouleversant parce que sobre, m'a rappelée un phrase que mon grand-père (prisonnier, qui s'est évadé lors d'un transfert... Puis résistant) me disait :" les deux extrêmes le nazisme et le communisme se rejoignent dans l'horreur, et se confondent" ...Puis il prenait un petit bout de ficelle et formait un cercle... puis se taisait. Je Pense à toi.

En tant qu'enseignante et maman, je m'étonne que cet ouvrage ne soit jamais apparu sur la liste des oeuvres à lire, à coté du journal d'Anne Franck ? Mes 2 aînés ont 16 et 14 ans ...

On va dire un OUBLI RÉPÉTÉ PAR TACITE RECONDUCTION... Comme nos contrats d'assurance...

L'ignorance doit-elle perdurer par tacite reconduction???
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Déportée à Ravensbruck : Prisonnière de Staline et d'Hitler
Déportée à Ravensbruck : Prisonnière de Staline et d'Hitler de Margarete Buber-Neumann (Poche - 1 janvier 1997)
EUR 7,40

Vivre
Vivre de Anise Postel-Vinay (Broché - 29 avril 2015)
EUR 12,90

Milena...
Milena... de Margarete Buber-Neumann (Poche - 21 novembre 1997)
EUR 7,20