undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 23 juin 2011
Hervé Kempf jette ici les bases d'une critique écologique du capitalisme. Non seulement la critique porte sur les modes de production mais également sur la force du capitalisme pour faire adhérer mêmes ses victimes à ses principes. en effet l'ouvrage décrit comment la seule loi du profit nous même au chaos, aux guerres et à la famine. ce n'est pas réjouissant mais c'est salvateur.
Dors et deja ce sont les plus pauvres qui font les frais de la destruction de l'environnent: déchet abandonné en somalie pas de norme écologique dans les pays à bas cout de main d'ouevre.
Après avoir lu ce court essai on repères ce type d'exemple tout autour de nous et on comprends pour quoi le capital à besoin que nous désirions aussi un bon gros 4*4 pour faire comme les riches et dire moi aussi j'ai réussi. Mais réussi à quoi? (à nuire à notre avenir sans doute)
0Commentaire18 sur 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 janvier 2007
Contrairement au premier commentaire "un cri d'alarme de plus" , j'ai trouvé une originalité majeure à ce livre, non pas tant dans la description des périls écologiques qui guettent notre planète, que dans l'analyse politique et sociale que construit l'auteur. Il y pointe parfaitement la responsabilité majeure de la classe planétaire la plus riche dans l'épuisement des ressources et la mise en cause des grands équilibresde la planète. L' analyse est d'autant plus convaincante que l'auteur, ne nous a pas habitué, en tant que journaliste au Monde, à des commentaires et des analyses de parti pris des grandes questions écologiques de l'actualité mais bien plutôt à des analyses sérieuses et équlibrées, trop parfois, diront certains. La radicalité de son constat et de sa démonstration en est d'autant plus intéressante. Elle met en évidence l'urgence majeure d'un rapprochement du mouvement sociale t du mouvement écologique. Il faut lire ce livre!
0Commentaire111 sur 129 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 août 2012
Un livre intéressant et facile à lire, plein d'exemples concrets, qui présente à merveille la situation sociale actuelle, que ce soit à l'échelle des pays développés, ou à l'échelle mondiale. Un constat intéressant sur l'incapacité depuis 30 ans de la croissance à résoudre les problèmes sociaux, tout en aggravant à l'extrème les problèmes environnementaux. Il rappelle notamment à quel point il est primordial de résoudre de pair ces deux problèmes.
0Commentaire3 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 mars 2009
très vite lu et à la portée de tout le monde. L'auteur nous invite à réfléchir avec lui aux nouveaux défis qui se posent au XXIe siècle à l'espèce humaine tant sur le plan économique que social ou environnemental. Très intéressant et très pertinent.
0Commentaire20 sur 23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 février 2013
Les thèses sont justes, pour la plupart, mais l'argumentation est quelquefois superficielle, à force d'esprit militant. Par ailleurs, l'ouvrage est assez disparate, l'auteur mêlant parfois de manière artificielle des notions relevant de registres différents (écologie, sociologie, économie, philosophie politique) pour servir son propos. Enfin, le livre aurait été plus judicieusement intitulé "Comment la course à la richesse détruit la planète" puisque, l'auteur l'admet, ce sont bien plutôt les classes moyennes des pays développés que les 0,1 % de super-riches qui sont responsables du saccage de la planète (ce qui, évidemment, ne diminue en rien la responsabilité des super-riches, autant par les incidences directes de leurs comportements que par l'exemple qu'ils donnent et l'envie qu'ils suscitent chez les couches sociales inférieures).
0Commentaire6 sur 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 mai 2014
Un journaliste engagé nous fait part de son point de vue sur le monde.
Il expose ses idées avec du recul et toujours avec le pragmatisme suffisant pour ne pas entrer dans le catastrophisme.

Je ne regrette pas la lecture de cet essai, qui m'a permis de conforter et d'étayer mes propres idées.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 novembre 2014
Excellent livre.
Après avoir fait le point sur la situation actuelle en termes d'écologie (ce qui fait froid dans le dos), l'auteur décortique la course au toujours plus, à la consommation déchaînée, en fondant son analyse sur la thèse de Thorstein Veblen, un penseur nord-américain du 19ème siècle (que Raymond Aron mettait au niveau de Tocqueville). Veblen expliquait déjà comment la tendance à rivaliser domine l'économie : Kempf applique son raisonnement à l'époque actuelle et en tire les conséquences. Angoissant mais passionnant et surtout, criant de vérité.
Il analyse aussi les conséquences du creusement des inégalités immenses que nous voyons depuis quelques décennies. Il propose, bien sûr, des solutions.
Ce livre court est exceptionnel.
A lire de toute urgence.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 mars 2014
ce livre très facile à lire devrait être un livre de chevet pour tout être humain.
l'inconscience de beaucoup croyant dur comme fer que la croissance est la route vers le bonheur fait froid dans le dos.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 26 novembre 2014
Ce qui est décrit pendant les 2/3 du livre est une évidence, à savoir que la terre ne peut supporter ce qui lui est fait, mais quelques chiffres sont donnés. L'avant dernier chapitre est particulièrement intéressant puisqu'il dénonce oligarchie comme nouvelle monarchie et amène quelques réflexions intéressantes quand à l'intérêt pour la machine capitaliste que ses sujets consomment en masse. Bon petit livre qui peut éventuellement, par ce chapitre en particulier, en déconnecter certains.
Pour approfondir, :
- La guerre secrète contre les peuples, Claire séverac
- Tout peut changer, Naomi Klein
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 janvier 2007
Je viens de finir ce livre, et je crois qu'il est vraiment indispensable.

Je trouve que le précédent commentaire est tout à fait hors sujet! Ce livre a justement pour but de convaincre ou d'alerter ceux qui ne se sentent pas concernés par la question écologique.

Je dois avouer que ce livre m'a beaucoup intéressé, et il apporte beaucoup sur un plan théorique, notamment avec l'économiste torstein veblen qui disait qu'on consommait plus uniquement pour frimer et faire comme ceux qui sont plus riches que nous' ce qui agrave la crise environnementale en raison de l'augmentation globale de la consommation.

En plus, sur la crise ecologique, ce livre est parfait. On comprend tout d'un coup, et surtout les liens entre les diverses crises ecologiques.

Bref, je conseille a tout le monde de lire ce livre
0Commentaire38 sur 50 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus