undrgrnd Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Cliquez ici Acheter Fire nav_GWeek16Q2 Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles12
4,0 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:17,20 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 7 février 2012
l'actualité reserve des surprises terrifiantes.Ce recit romancé est bien ecrit, bien mené sur des personnages à vous figer le sang.Le film d' horreur est une aimable plaisanterie en regard de ce recit glacé
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 janvier 2011
Ceux qui cherchent à retrouver le voyeurisme sensationnaliste qui a entouré l'affaire à laquelle il fait référence vont être déçus. Ce roman tout en subtilité décrypte de façon pénétrante la relation d'emprise mutuelle qui lie un homme et une femme. Plus vrai que vrai. C'est tout l'intérêt du genre romanesque. Comme le souligne la préface.
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 juin 2011
Le roman s'inspire d'un fait divers qui a défrayé la chronique en 2005 : Edouard Stern richissime banquier suisse se faisait assassiner dans une combinaison en latex par sa maîtresse Cécile Brossard (qui était aussi prostituée de luxe).
L'écriture de Régis Jauffret est incisive, il dissèque les faits au scalpel en prenant le parti de restituer l'état d'esprit et les pensées de la meurtrière. C'est en effet elle qui narre le récit. Les rapports de domination (économique, sociale, culturelle et sexuelle) entre les deux amants sont complexes à l'image des pratiques sadomasochistes qu'ils expérimentent (décrites avec pudeur). Régis Jauffret s'est principalement appuyé sur les témoignages et les réquisitoires du procès pour construire ce récit. Ceci explique sans doute que certains aspects de la vie d'Edouard Stern qui auraient mérité d'être développés soient rapidement survolés (comme par exemple les menaces d'assassinat par les services secrets russes qui auraient pesé sur lui).

Une certaine mansuètude (voir empathie) envers Cécile Brossard marque les limites de ce livre; limites dont a tout à fait conscience Régis Jauffret puisqu'il les explicite dans un remarquable préambule. Le livre (160 pages) se lit très rapidement et malgré les réserves exprimées précédemment ne manque pas d'intérêt. Il s'inscrit dans la tradition des romans qui ont froidement décrit de terribles affaires criminelles et dont les auteurs avaient assisté aux procès: je pense entre autre à "Crime" (Meyer Levin), "De sang froid" (Truman Capote) et "L'adversaire" (Emmanuel Carrere)...trois lectures recommandables.
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 mai 2013
Récit tiré du "fait-divers" du meurtre du banquier Stern par sa maîtresse, écrit dans un style sobre, clinique et efficace propre aux écrivains qui veulent tirer la quintessence de ces évènements qui dépassent quelque peu l'entendement: je décris minutieusement mais je ne juge pas. Cela a pour effet de mettre en valeur une histoire atypique, celle d'une relation amoureuse sado-maso entre un des banquiers les plus puissants de l'époque et une femme qui deviendra sa secrétaire sexuelle. L'écrivain détaché est comme un ethnologue observant un phénomène tribal intime: il décrit à distance sans voyeurisme.

C'est écrit comme une confession de la criminelle, de manière non linéaire avec force flash-backs, on avance ainsi pas à pas dans cette relation complexe qui culminera dans le meurtre. Forcément. Et qui donnera sans surprise quelques éclaircissements sur les inévitables blessures secrètes originelles de ces protagonistes.

En avant-propos Régis Jauffret insiste, un peu lourdement, sur la nature fictionnelle du récit dont le but est de nous fournir un outil d'accès à la compréhension d'un fait-divers en tant que phénomène expliquant la nature humaine, les rapports de pouvoirs. On demeure quand même un peu sur sa fin tant le drame semble s'enraciner dans une spirale infernale qui tire elle-même ses origines dans des traumatismes lointains mal cicatrisés. A moins que cela ne soit que "cela" que Régis Jauffret ait voulu nous narrer tout simplement. Un objet littéraire intéressant, bien maîtrisé, mais sans génie particulier.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Elle tue son amant d'une balle dans la tête. Il est retrouvé mort vêtu d'une combinaison en latex dans son appartement.
L'histoire est largement inspirée de l'affaire Stern mais pourrait ne pas l'être.
En 2005 à Genève, Cécile Brossard assassine le richissime banquier Edouard Stern avec qui elle entretenait une liaison sado-maso depuis déjà quelques années.
Sévère est un petit bijou. D'une part, le livre est extrêmement bien écrit et on prend conscience de l'intelligence de Régis Jauffret dès le préambule qui donne le ton. L'auteur nous livre une définition du roman et de la fiction - pour ceux qui trouveraient à redire à ce qu'il se soit inspiré de l'affaire pour écrire son... roman. "Personne n'est jamais mort dans un roman. Car personne n'existe dedans". Voilà, c'est dit.
D'autre part, Jauffret écrit à la première personne et au nom de la maîtresse qui nous raconte combien elle l'aimait et combien elle souffrait de l'aimer, le tout avec une retenue et un style qui étonnent tant c'est bien fait.
Un très beau roman qui pourrait être d'amour...
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 juillet 2014
Ce livre est remarquable. Sur la base d'un fait divers, l'auteur parvient à rendre touchants des personnages qui, en d'autres temps, sous d'autres angles, apparaîtraient comme des épaves dépravées, des monstres incompréhensibles, tout juste bons à faire l'objet d'expertises scientifiques sans intérêt et de procès en assises destructeurs. Au lieu de cela les amants de cette histoire nous parlent de nous et nous aident à nous découvrir, sans voyeurisme, sans excès et sans précipiter le lecteur dans le trou noir du désespoir. Chapeau ! C'est pourquoi je n'aime pas la présentation faite en quatrième de couverture, dont la chute, trop marquée du coin d'un sens commun hors de propos, me semble trahir l'esprit du roman. Je dirais plutôt à la place que mourir de la main de la femme qu'il aimait a pu être pour celui qui a servi de modèle au récit son plus cher désir, celui qui le comblerait au-delà de toute entreprise, de toute intention et de toute moralité. L'histoire se termine en laissant ouverte cette question, qui pourra accompagner longtemps le lecteur. Ainsi se verra honorée la mémoire de l'homme hors du commun, héros de ces pages.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 juillet 2011
Et de la fascination pour les délires de la victime, voilà ce dont fait preuve l'auteur au cour de ce petit roman, bien construit, qui se lit d'une traite, et qui s'écarte finalement très fort de l'enquête ou du fait réel en ne laissant parler que la relation sado-masochiste qui unit jusqu'à la mort un héritier de la haute finance et une prostituée de luxe.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 septembre 2012
On pourrait reprocher au livre d'être un peu court...car il l'est, mais pour une bonne raison, Régis Jauffret va à l'essentiel, donnant au livre un rythme haletant. Il est difficile d'en décrocher un fois celui ci commencé. La description psychologique de la folie des personnages principaux est très fine et développée.
A lire.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 décembre 2012
C'est en romancier que Régis Jauffret s'empare d'un fait divers (l'affaire Stern, dont il a suivi le procès pour un hebdomadaire), et c'est bien un roman qu'il nous livre : Court et ambitieux, au style sec (pour ne pas dire tranchant), minimaliste meme, quasi décharné -- à l'image, en somme, de la narratrice, perdue dans ses tourments sadomasochistes.
Et l'on suit les affres de cette passion destructrice, ou le sadisme ne se niche pas toujours ou on pourrait le croire...
Pourtant, à mes yeux, ce n'est pas tant les ressorts narratifs qui portent l'intérêt du lecteur, mais bien plus encore la manière, subtile, employée par l'écrivain pour nous rendre compte du réel, tout en le transformant en un roman, totalement ancré dans notre temps. Frappant !
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 février 2013
une petite heure de lecture, clinique, froid, se laisse lire sans émotion mais se lit sans regret cependant. Pourquoi pas?
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,30 €
8,40 €
11,90 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)