undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,4 sur 5 étoiles
7
3,4 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 14 mai 2012
La lecture de ce livre m'a fascinée.
D'abord parce que c'est un roman historique réussi, en ce sens qu'il ne presente pas un personnage et son histoire personnelle plaqués sur de événements ou, pire, prétexte à raconter des événements auxquels ils seraient artificiellement associés
Ici le destin et le vécu intime du héros se construisent,se mettent en place , et prennent tout leur sens à partir de l'univers social et politique dans lequel il est engagé , et à partir des déchirements que connaît son monde en ce début de guerre civile
Ensuite parce que ces terribles journées de l'eté sanglant espagnol sont évoquées avec une force rare ,qui donne des pages d'une puissance litteraire dignes d'un rapprochement avec l'Education sentimentale.
Enfin parce que ce roman s'organise selon une construction romanesque, on pourrait dire hélicoïdale, qui joue sur l'imbrication des événements et des souvenirs, sur leur réfraction par bribes dans la conscience actuelle du heros, selon une technique excessivement complexe et admirablement maîtrisée .
Jusqu'a présent de cet ecrivain j'admirais surtout ses sortes d'essais/nouvelles, dans lesquelles il excelle,et dont la perfection culmine dans Sefarade ;et j'etais plus reservée sur les romans .
Mais ce roman me semble depasser en richesse toute son oeuvre antérieure
22 commentaires| 26 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 septembre 2012
Ce roman est remarquable. j'en ressors abasourdie, sonnée. L'écriture est éblouissante. Je me suis attaquée à ce pavé de 750 pages avec réticence mais j' ai adoré la manière dont l'histoire romanesque est complètement fondue dans l'histoire de l'Espagne de 1936, sans manichéisme mais avec une vue très lucide des évènements.
Une fois de plus la manière dont les démocraties européennes ont abandonné l'Espagne à Franco, aidé par Hitler et Mussolini, fait froid dans le dos. Des combattants pour la liberté, attendant l'aide des peuples libres, eux, massacrés pendant que l'Europe et l'Amérique regardent ailleurs... (comme en ce moment ailleurs).
J'ajouterai que les personnages sont également extraordinairement dépeints, jusqu'au plus insignifiant d'entre eux: c'est aussi ce qui donne la force au roman. Chacun de ces êtres humains reste présent dans ma mémoire.
11 commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mai 2016
New-York, 1936. Après des jours d'attente et d'incertitude, Ignacio Abel prend un train qui va le conduire à Rhineberg où un poste l'attend à l'université. Il a fui l'Espagne en guerre pour trouver refuge aux Etats-Unis où il espère bien retrouver la trace de Judith Biely, la femme qu'il aime et qui a été sa maîtresse à Madrid avant de disparaître.
Mais Ignacio n'est plus le même homme. L'architecte reconnu qui portait beau a cédé la place à un exilé aux chaussures élimées. L'époux respectable a laissé la place à un homme adultérin éperdu d'amour. le père de famille a abandonné ses enfants dans un pays en guerre. le démocrate, socialiste modéré a laissé tomber la guerre, les idéaux, ses amis, sa patrie pour chercher la sécurité des Etats-Unis.

Ignacio Abel, personnage central du roman, est un homme qui n'est jamais tout à fait à sa place. Enfant déjà, il était trop frêle physiquement et trop brillant intellectuellement pour suivre les traces de son père maçon. Plus tard, il se marie au-dessus de sa condition et doit composer avec une belle-famille dont il n'aime ni les idées ni les valeurs. Brillant architecte, il mène une vie bourgeoise en contradiction totale avec ses idées politiques et son milieu d'origine. Mais au-delà de cela, ce qui le caractérise vraiment, c'est son égoïsme abyssal et son aveuglement à tout ce qui l'entoure. Peu lui importent le désespoir d'une épouse folle d'amour, l'inquiétude d'un beau-père confiant, les craintes d'un fils bouleversé, peu lui importe même le chaos dans lequel son pays plonge peu à peu, Ignacio est tout à sa passion pour une jeune et belle américaine et sa seule obsession est de la voir encore et encore dans la miteuse maison de rendez-vous qui abrite leurs amours clandestines. Cette passion peut-elle excuser ses lâchetés, ses trahisons?
Quoi qu'il en soit, il est soit pathétique, soit énervant mais jamais attachant et j'ai vraiment eu du mal à suivre ses pensées tout au long du livre. J'ai peiné à le terminer, tant les 400 premières pages m'ont ennuyée. L'écriture d'Antonio MUÑOZ MOLINA n'y est pas étrangère d'ailleurs. Son souci du détail, même le plus infime, ses phrases longues comme un jour sans pain, ses descriptions cliniques de la passion amoureuse, ne facilitent pas la lecture. L'abandon rôdait mais j'ai bien fait de m'accrocher, les 350 dernières pages valent le détour. Et si Ignacio Abel reste un personnage peu sympathique, j'ai ressenti beaucoup d'empathie pour sa femme Adela et pour ses jeunes espagnols qui partent au front, idéalistes inconscients du danger, mal équipés et mal préparés face à l'armée de Franco prête à les décimer.
Bref, un avis en demi-teinte pour un livre assez difficile d'accès.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 janvier 2014
C'est un livre magnifique, d'une très grande qualité litteraire. Je le recommande à tous ceux qui s'intéressent à l'Espagne, à son histoire, à sa littérature.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 janvier 2013
En premier lieu, il n’y a vraiment pas lieu de crier au chef d’œuvre, comme j’ai pu le lire…ou alors ceux-là qui le disent n’en n’ont vraiment jamais lus !
Très attirée par les thèmes abordés par ce roman ainsi que par les critiques, j’ai abordé ce livre avec confiance songeant avec délectation au plaisir qu’il allait me procurer.
Mais dès le premier quart du livre, mon enthousiasme est assez vite retombé et je suis restée dubitative. Néanmoins, j’ai poursuivi ma lecture, mais plus j’avançais, plus j’étais envahie par l’ennui… Livre à l’écriture serrée, sans pratiquement aucun dialogue, au rythme lent, très lent… Des phrases longues, très longues, des états d’âme à n’en plus finir. Bref un sentiment de lourdeur assez indigeste dû à ce texte dense et peu aéré, aucune éclaircie à l’horizon… Quant à l’histoire, à ce fond de guerre d’Espagne qui est sensé porter le roman, elle ne commence vraiment qu’à la 2ème moitié du livre, et il faut donc ingurgiter au préalable 300 pages, où de plus ne transpire pas d’émotion particulière, alors qu’on parle de passion amoureuse…
Le dernier quart du livre relève un peu le tout, mais dans sa globalité, c’est un livre plutôt laborieux et fastidieux que seuls les intellos élitistes peuvent éventuellement porter au pinacle. C’est la seule explication que je trouve, quand on peut lire au sujet de ce roman : « près de mille pages somptueuses, pleines de bruit et de fureur »… De quoi rester perplexe…
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 novembre 2013
C'est mon premier roman de cet écrivain. Je suis d'emblée intéressée car concernée par la guerre d'Espagne. Mais malgré cela, j'ai trouvé le rythme de ce roman véritablement lent avec des descriptions qui se répètent et j'ai fait un effort pour ne pas décrocher avant la fin. J'ai d'ailleurs lu d'autres livres en même temps. Il est à l'image de son personnage ... Je trouve intéressante la description de l'état de déception, de confusion, de désordre et de cruauté partagée dans lequel la guerre civile s'installe.
Malgré cette pesante lenteur, j'ai apprécié le style d'écriture et les sujets qu'aborde cet auteur dont je vais essayer de lire un autre roman en espérant que les faits se dérouleront avec un rythme plus soutenu.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 avril 2013
Un calvaire, le mot est fort mais c'est reellement le sentiment que j'eprouve après avoir lu 20 pages de ce livre. Repetitions et descriptif d'une meme scene sur 5 pages c'est insupportable . Pourtant l'histoire promettait d'etre interressante.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,00 €
8,30 €
7,90 €
7,40 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)