Commentaires en ligne


32 évaluations
5 étoiles:
 (7)
4 étoiles:
 (8)
3 étoiles:
 (6)
2 étoiles:
 (5)
1 étoiles:
 (6)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Irving pur jus
Je lis Irving depuis ses premières traductions en français. J'avais beaucoup aimé "l'Oeuvre de Dieu , la part du diable" et sa profondeur, assez loin du caractère fantasque de Garp ou de l'Hotel New Hampshire.
Ici, nous voilà avec un John Irving survitaminé, décidé à en découdre avec tous les recteurs de...
Publié il y a 1 mois par Patrick Gdt

versus
7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un appel à la tolérance???
L'auteur a cette manie d'aborder des thèmes qui lui sont chers dans chacun de ses romans, comme s'il signait son oeuvre, imposait son cachet et celui-ci n'y fait pas exception! On retrouve la vie d'un homme qui devient écrivain, un père absent, la chronique d'une vie entière à la fin du XX siècle aux Etats Unis, un passage en...
Publié il y a 17 mois par San San


‹ Précédent | 1 2 3 4 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un appel à la tolérance???, 18 août 2013
Par 
San San - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : A moi seul bien des personnages (Format Kindle)
L'auteur a cette manie d'aborder des thèmes qui lui sont chers dans chacun de ses romans, comme s'il signait son oeuvre, imposait son cachet et celui-ci n'y fait pas exception! On retrouve la vie d'un homme qui devient écrivain, un père absent, la chronique d'une vie entière à la fin du XX siècle aux Etats Unis, un passage en Europe à Vienne, une étape universitaire basée surtout sur le sport, la lutte plus précisément, un peu de politique autour du Sida et la mort due à ce fléau.

Le personnage principal, William Marshall Abbot de First Sister du Vermont nous raconte sa vie dans toute sa splendeur, familiale, professionnelle et sexuelle, avec tout ce qu'elle comporte d'intérêt, de passions, d'interrogations, de doutes, d'émois, d'écoeurement et de révolte. Car Billy évolue au sein d'une Amérique puritaine qui pratique la politique de l'autruche dès que l'on parle ou vit sexe différemment, jusqu'au jour où le Sida pointe le bout de son nez...ce qui nous donne deux parties distinctes dans le ton de l'auteur, la première décrite avec humour et légèreté, la seconde plus sombre en corrélation avec le sujet évoqué.

Billy ne connait de son père que les mensonges que sa mère veut bien lui servir ainsi que les allusions à Flaubert aussi la prend il pour une folle jusqu'au jour où il comprendra qu'elle l'aimait à sa manière mais ne voulait pas qu'il suive les traces de son père. Son grand père aime se travestir, et lui aime le theatre puisque son beau-père aimant dirige la troupe de First Sister. Il se définit comme un suspect sexuel car il craque sur tout ce qui se présente à lui, à commencer par l'athlétique Miss Frost, la bibliothécaire qui lui donnera l'envie d'écrire. Il est attiré par son beau-père aussi, ainsi que le lutteur Kittredge qui lui, aime la mère de Billy. Il batifole avec Tom ou Elaine, mais aussi avec les transgenre opérés ou pas. Il est bi, il aime tous les corps et s'interroge beaucoup!

Cette période des années 60 à 80 est assez joyeuse et insouciante, entre sa ville, le pensionnat, Vienne, l'université jusqu'à ce que le Sida révèle au grand jour la sexualité de tout un chacun. Billy voit beaucoup trop de gens mourir et d'autres faire leur coming out, et décrit la lutte des homosexuels pour la reconnaissance de leurs droits, il a peur et se révolte, et nous le suivons avec passion.
Ce livre est un hymne à la différence et à la tolérance et ne dénote pas avec le contexte actuel dans lequel nous baignons chez nous avec "le mariage pour tous". Que l'on aime ou pas, connaisse ou pas l'auteur, on ne peut rester insensible face à une telle histoire.l
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Irving pur jus, 16 décembre 2014
Par 
Patrick Gdt "Patrick Gdt." (Paris France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : A moi seul bien des personnages (Broché)
Je lis Irving depuis ses premières traductions en français. J'avais beaucoup aimé "l'Oeuvre de Dieu , la part du diable" et sa profondeur, assez loin du caractère fantasque de Garp ou de l'Hotel New Hampshire.
Ici, nous voilà avec un John Irving survitaminé, décidé à en découdre avec tous les recteurs de morale, tous les censeurs et bien pensants, tous les racistes, homophobes, phobes en tous genres (au propre comme au figuré...) et autres esprits conventionnels.
Pour cela il nous embarque dans la peau d'un jeune américain, à l'identité sexuelle en construction, à la famille (comme souvent chez Irving) pour le moins folklorique (l'image du grand-père est à mourir de rire) et son parcours initiatique depuis les années 50 jusqu'à nos jours.
Evidemment tout cela n'est que prétexte pour passer en revue la libération des mœurs des années 70,le drame du Sida, et les possibilités ouvertes par la loi et la médecine à la fin du XXème siècle pour les personnes à la sexualité non pas déviante, mais différente, nous dit et répète Irving.
Ainsi ce livre voit mis en scène toutes ou presque, les formes de sexualités, les homosexuels, masculins et féminins, les trans genres, les travestis, les hétéros, les bi, les refoulés et assumés, les forçats du sexe et les abstinents, les doux et les violents, etc....
Evidemment c'est Irving, c'est du lourd, du caricatural, de l’exagéré, amplifié, déformé. Mais la leçon porte, le livre fermé, on se dit finalement que oui, il a raison de parler de ces sujets souvent tabous, qu'il s'agit d'êtres humains tout aussi respectables que les autres, et non pas de malades comme le pensait le médecin scolaire du collège dans les années 50 qu'il décrit dans le roman.
En dehors de ce "fond" qui est indiscutablement une leçon de liberté et de droits de l'homme, ce livre est comme toujours chez Irving un vrai chef d'oeuvre littéraire. La construction est très soignée, les personnages crédibles, leurs psychés bien analysés.Tout le passage sur le SIDA et ses ravages est d'une justesse rare. Il y a des accents de gravité émouvants, comme dans le fameux film "Philadelphia"
Enfin l'auteur convoque largement Shakespeare et son théâtre et le Flaubert de Mme Bovary pour illustrer de bien belle manière le propos.
Un roman que je recommande chaudement !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une odyssée sexuelle, 6 mai 2013
Par 
traversay (Orléans, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 50 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : A moi seul bien des personnages (Broché)
Passé 70 ans, les écrivains américains deviennent-ils tous des obsédés textuels, euh, sexuels ? La question ne se pose pas pour un Philip Roth ou un Tom Wolfe qui n'ont pas attendu un âge canonique pour s'intéresser à la chose. Le cas de John Irving est différent. Dans A moi seul bien des personnages, l'auteur se lâche totalement et balance un pavé très cru à la face de l'Amérique puritaine. Billy, narrateur et personnage principal, est à la recherche de son identité sexuelle, assumant difficilement son désir pour les femmes, les hommes et les transsexuels. Irving dépeint sa quête, certains diraient son errance, pendant près d'un demi-siècle, au sein d'un roman foisonnant au souffle certain qui ne tire que rarement à la ligne, mais ça lui arrive quand même. Une multitude de personnages, tous ambigus, objets le plus souvent de son désir, croisent la route d'un Billy qui se débat avec les affres de sa conscience dans l'environnement d'une petite ville du Vermont guère habituée aux frasques en tous genres, surtout dans les années 70. Si le livre est teinté d'humour dans sa plus grande partie, il change de ton lorsqu'il s'agit d'évoquer la décennie suivante pendant laquelle le sida fauche les vies en une moisson sanglante. Toutefois, il ne faut pas prendre le dernier livre d'Irving comme un roman d'aventures liées uniquement au sexe. L'amour de la littérature (Flaubert, Goethe, Dickens, Ibsen) y est omniprésent et celui du théâtre permet au romancier de citer abondamment Shakespeare dont il relie superbement l'oeuvre, avec son lyrisme et son inclination pour la tolérance et l'indépendance, au parcours chaotique de son héros. Pulsions, émotions, sensations, frustrations, A moi seul bien des personnages nous emporte dans l'ouragan d'une vie. Il faut bien attacher sa ceinture et garder les yeux ouverts, quitte à être déboussolé et (un peu) scandalisé, le voyage, l'odyssée serait-on tenté de dire, avec ses mille et un détours n'est pas de tout repos. Mais quel paysage, sur sa route !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Bof !, 30 juillet 2014
Par 
Cauvin (Vernou, Seine et Marne France) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : A moi seul bien des personnages (Broché)
D'accord John Irving est un grand écrivain. Le monde selon Garp et l'hôtel New Hampshire ont fait partie de mes grands bonheurs de lecture. Mais dans "À moi seul…" il reste surtout la technique de l'écrivain professionnel. Je n'ai pas réussi à vraiment m'intéresser à cette histoire un peu fourre-tout qui part de pas grand chose et n'aboutit nulle part. D'accord, il est bon de plaider pour la tolérance sexuelle. Mais je ne suis pas sûr que ces presque 600 pages y contribuent. Et le livre aurait été un brûlot s'il avait été écrit, disons à la fin des années 80. Dans la deuxième décennie du XXI° siècle, c'est plus faire oeuvre d'opportunisme que de courage.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


15 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Quelle déception, 29 juin 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : A moi seul bien des personnages (Format Kindle)
Ou est passé le John Irving que je connaissais et que j'appréciais tellement? J'ai lu la majorité de ces livres et je ne retrouve rien dans celui-ci, ni son humour, ni ce côté décalé et attachant des personnages, ni ces histoires complétement dingues. Rien que du sexe et une étude de pièces de théatre, entre homosexualité, bisexualité et transexualité cela ne mène à rien, j'abandonne avant la moitié du bouquin.... Quelle déception.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Moi seul devant mes obsessions ,, 23 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : A moi seul bien des personnages (Broché)
Je pense avoir lu tous les livres de John Irving. J'avais raté celui ci. Je l'ai acheté par hasard. Et quelle chute ! Bon on y retrouve les thèmes habituels de John Irving : le père absent, la lutte (le sport), l'écriture, Vienne en Autriche, il y a même une allusion comique aux ours, etc. Mais qu'est ce qu'il lui a pris de raconter cette histoire de bisexuel ? De transsexuels ? D'homos ? De travestis ? Je veux bien admettre qu'un écrivain puisse entrer dans la peau des personnages mais là ça coince. Le personnage principal reste un hétérosexuel qui joue un rôle, il ne passe jamais ni dans un camp ni dans l'autre, faut il y voir un blocage de l'auteur sur le sujet de la sodomie ? C'est n'importe quoi. Les errements du personnage sont matérialisés par des errements géographiques. Le narrateur n'est entouré que de gens torturés, à la sexualité compliquée ou erratique, on ne s'attache à personne, sauf peut être au transsexuel avec qui le narrateur à une histoire assez longue et qui est poignant dans sa vie jusqu'à la fin. C'aurait été drôle si ça avait été porno, même pas! On n'échappe même pas au scabreux avec la "puanteur" de l'amour. On nage dans le flou, rien n'est crédible. Bref relisez le monde selon Garp ou l'hôtel New Hampshire !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2.0 étoiles sur 5 Ne commencez pas par celui-ci !, 6 octobre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : A moi seul bien des personnages (Broché)
J'ai lu tous les livres de John Irving. C'est même le seul écrivain dont j'ai lu tous les livres. Lisez les commentaires faits par ceux qui sont critiques envers ce livre: vous pourrez presque sentir qu'ils sont critiques, certes, mais à contrecoeur. J'ai lu ce livre voilà, quelques mois, et je ne saurais en parler dans ces détails mais l'impression demeure : ce livre n'est pas, et de loin, son meilleur opus. Si j'étais sévère, je dirais que j'espère qu'il n'a pas dépassé le sommet de son art de conteur, tel qu'il m'a semblé l'avoir atteint dans "Je te retrouverai", "Dernière nuit à Twisted River", sans oublier un petit bijou comme "Une veuve de papier".
Cela dit, je vais donner une deuxième chance à ce livre..
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Pas le meilleur, 26 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : A moi seul bien des personnages (Broché)
On retrouve dans ce livre le style 'Irving" ainsi que les obsessions de l'auteur , l'Autriche et la lutte ( on n'a pas droit aux ours cette fois-ci .. ) . C'est le récit d'une vie avec toute une galerie de personnages dont aucun n'est "ordinaire " ... travestis , transexuel-les , bisexuels... c'est une ode à la tolérance , la description de l'épidémie de SIDA avec des détails assez éprouvants mais on ne referme pas le livre à regret car on ne s'attache à aucun de ces personnages . Ce n'est pas le meilleur d'Irving ;; j'ai mille fois préféré "Garp" , "NewHampshire" , " Owen " ou "L'oeuvre de Dieu .... "
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2.0 étoiles sur 5 Beaucoup de difficultés à le lire..., 17 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : A moi seul bien des personnages (Broché)
Ceci reste un avis totalement subjectif. Je ne parviens pas à entrer dans cette histoire, et je ne retrouve pas ces situations rocambolesques et ces variations de rythme que je peux aimer chez Irving. De prime abord, c'est particulièrement lent et confus. Je vais encore faire des efforts, car je sais qu'il faut parfois une bonne centaine de pages avant que l'on ne soit réellement happé par les récits de Irving. J'ai peu de sympathie pour le narrateur et me sens peu concerné par ces soucis d'adolescence du début de l'ouvrage. Impossible de m'identifier un tant soit peu au personnage, malheureusement. A chacun de se faire un avis.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Où est passé J Irving ?, 12 juillet 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : A moi seul bien des personnages (Format Kindle)
Tout J IRVING est dans ce roman , ses angoisses ,ses questionnements,notre société de fin de 20 éme siècle et du 21ème siècle mais où est la magie de l'écriture qu'on lui connait: Il manque ce petit quelque chose auquel il nous avait habitué ,
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 4 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

A moi seul bien des personnages
A moi seul bien des personnages de John Irving (Broché - 18 avril 2013)
EUR 21,80
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit