undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

3,4 sur 5 étoiles8
3,4 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:16,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

500 PREMIERS RÉVISEURSle 2 décembre 2015
Au départ, dans les premières pages, c’est un vibrato, un long cri d’amour d’un fils pour sa « mère ».
Grandi trop vite, trop douloureusement , il a mal, mais il l’aime comme elle est, parce qu’il essaie de la comprendre, de l’aider. Les mots se bousculent, se heurtent, il a tant à dire…
.
Puis viennent les autres voix, celles des femmes d’abord. Ces femmes, laissées pour compte, qui veulent exister et qui ne savent pas comment s’y prendre. Se donner aux hommes, se prostituer, est-ce une façon de se démarquer ? Là, le ton monte, la vague devient houle et l’écriture est crue, violente comme les actes qu’elle décrit. La voix de ces femmes vous déchire les tympans, vous envahit jusqu’à ce qu’elles retombent, non pas dans l’oubli mais pour redonner la parole au fils….

Le style et l’écriture de l’auteur, au phrasé poétique, dépouillé, au rythme musical, donnent de la cadence au récit. En fonction des événements , le vocabulaire s’adapte.
J’ai préféré les passages où les paragraphes donnent un tempo :
« Je te promets. Je le jure.
Tu n’as que moi, maman.
Je n’ai que toi, Slima.
Autre, je serai à jamais à toi. »
aux explications du passé et du présent (pas toujours linéaires d’ailleurs) qu’il m’a fallu agencer pour comprendre les tenants et les aboutissants.

Le fils et la mère ont un lien si fort que tous leurs choix sont faits en fonction de l’autre. Ils ne vivent que pour leur amour réciproque et pour la religion qui les unit.
Ce roman est une tragédie. Seules quelques éclaircies, comme les cheveux blonds de Marylin ou les roses du printemps apporteront une étincelle d’espérance, bien vite oubliée devant la cruauté des hommes.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 février 2013
Je ne connaissais pas l'écriture de Abdellah Taïa mais ce livre m'a beaucoup séduite. Scènes parfois violente, personnages attachants... Un bon roman de cette rentrée pour ma part!!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 mai 2013
Ce livre m'a vraiment touché. La sincérité et l'amour pour sa mère c'est touchantes. Je suis heureux d'êtres découvert cet écrivain.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 juillet 2013
Un récit surprenant et plein d'amour. Un roman captivant à lire absolument car il te fait voyager et ne te laisse pas indifférent.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 février 2013
Inconditionnel d'Abdellah Taïa, je ne peux que le recommander aux nouveaux lecteurs ... De son premier roman à celui-ci qui est son dernier "bébé" ... A consommer sans modération
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Slima est une prostituée marocaine qui se sert de son fils Jallal comme rabatteur pour faire venir ses clients à elle. Par l'intermédiaire d'un client qui deviendra son amant régulier ils découvrent Marylin qui va devenir plus que leur actrice fétiche. Son amant arrêté par la police du régime marocain Slima parvient à envoyer Jallal au Caire, qu'elle rejoindra après avoir été arrêtée et torturée par les policiers. Là ils vont rencontrer un belge converti à l'islam qui après le décès de Slima, va emmener Jallal en Belgique, où le jeune homme ne s'intègrera pas et va être attiré par l'Islam radical.

Il semble que pour se faire publier il suffit aux auteurs originaires du Mahgreb, d'écrire sur la prostitution, indépendamment de la qualité du style et de l'écriture ! Car c'est bien le cas ici où l'écriture est d'une pauvreté remarquable, les sujets abordés sont nombreux mais totalement survolés. Ce qui fait que ce livre n'apporte rien si ce n'est une plongée dans une vulgarité gratuite. En dehors d'être fans de cet auteur vous pouvez en ces temps de disette garder votre pécule pour un autre livre.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
ce roman m'a laissé un goût étrange, une impression mitigée et je ne sais pas vraiment si je l'ai bien compris -alors que je suis un inconditionnel de tous les livres précédents de cet auteur-. L'histoire d'une mère prostituée -Slima- qui utilise son fils enfant -Jallal- afin de racoler des soldats au hammam et qui profiteront de lui physiquement avant de venir se vider dans la mère... le dégoût que les bien-pensants pensent de la mère et du fils de l'impure... un soldat va devenir un fixe et le "père" du petit Jallal, mais il va partir après trois ans à la guerre afin d'aider à obtenir un morceau de désert -entre temps il aura fait découvrir et adorer Marilyn Monroe à Slima et à Jallal-... Jallal sera envoyé au Caire à 13ans alors que Slima sera arrêtée, torturée, humiliée, violée pendant trois ans à cause du soldat aimé qui aurait été un pilier d'un complot contre Hassan II... ils se retrouveront en Egypte, elle est brisée mais elle trouve un compagnon et un nouveau père pour Jallal, un Belge converti à l'Islam avec qui elle ferra le pèlerinage à la Mecque où elle trouvera la mort... Jallal partira dans la grisaille bruxelloise où il trouvera la lumière grâce à un autre converti qui l'entrainera au Maroc à Casablanca afin de faire un attentat nécessaire... tous les protagonistes de ce récit se retrouveront tous au ciel -avec la belle Marilyn- pour un dernier chapitre... J'aurais pu mettre en exergue cette citation-là -c'est Jallal qui parle- "J'étais perdu. J'ai trouvé la foi. L'amour. La mort. La vengeance. L'union ultime. L'explosion sublime." p154 car il nous parle beaucoup de foi, dans ce qu'elle a de plus beau et aussi de plus mortifère, même si Slima va trouver la sérénité dans le sein d'Allah, ainsi que son fils aussi, même si lui en perdition y trouve un sens à sa vie inutile.

"(...)C'était cela notre mission : donner à voir l'amour. Par la mort. Par un acte extrême. Donner à méditer un geste. Être contre cette plaie qui se répandait partout au Maroc. La banalité. L'étroitesse. L'enfermement. La soumission. L'enlisement dans le faux et l'ignorance. La destruction programmée des individus, de ceux et celles qui, comme ma mère Slima, osent un jour tenter la liberté, la résistance, une autre voie.(...)" p158

Il y a la condamnation d'un Maroc monolithique où seule la masse dicte ce qui est bon et mauvais Lui se présente comme une voix de la liberté, il ne doit pas être prophète en son pays...
22 commentaires|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 septembre 2013
L'histoire d'une prostituée,Slima, dont le maquereau, Jallal, serait le fils, parait aguichante.
On a envie de croquer l'ouvrage avec impatience. Or, lorsqu'on nous le sert, on en a vite des nausées. En effet, le style de monsieur Abdellah Taïa est pauvre. Les redondances sont sempiternelles. Les répétitions inutiles, infinies. La ponctuation prend de violents coups tout au long du livre. Les digressions - celle de l'arbre qui est tranché entre autres- sont longues, ennuyantes, et écartèlent le déroulement de l'histoire.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

5,70 €
5,90 €