undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles5
4,0 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:22,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Une escouade d'engagés italiens quitte sa base de Belluno pour participer à une mission en Afghanistan,dont l'issue tragique bouleverse le destin de chacun.
Du médecin dépressif au matamore,du puceau à l'étalon,tous les poncifs y sont,et l'on a déjà lu une quarantaine de romans qui traitent du "corps humain" en tant qu'individu ou entité collective face à l'attente et au combat;rien ne manque à ce qui pourrait être un habile enchaînement de stéréotypes.Même les officiers sont conformes aux attentes,veules et incompétents.
Mais voilà:l"aggiornamento" de ce sujet bateau à la réalité italienne d'aujourd'hui et à la guerre moderne est particulièrement réussi:les soldats se connectent à internet,ils prennent des psychotropes,et les femmes sont bien présentes dans une armée où les clivages régionaux sont toujours vivaces.Et Giordano a un talent de conteur hors de pair,qui nous fait oublier le côté convenu de tout cela.
Giordano est l'un des auteurs les plus doués de la littératrure italienne:voyons-le à l'oeuvre désormais sur des sujets plus personnels.
11 commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
On dira ce qu'on voudra de Paolo Giordano, y compris du mal de son premier roman, La solitude des nombres premiers, mais le jeune auteur italien prouve avec éclat dans Le corps humain qu'il n'est pas l'homme d'un seul livre. Construit sur le principe : avant, pendant et après, l'ouvrage est très habile et maîtrisé, comme un bon thriller organique, fait de chair purulente et d'âme calcinée. Un roman de guerre, oui, celle d'Afghanistan, et surtout d'initiation, de passage à l'âge adulte. Car ce ne sont que des enfants qui, en premier lieu, tuent le temps dans ce désert inhospitalier et dont le principal ennemi semble être ... la dysenterie. Ambiance Désert des tartares, dans un ton toutefois bien différent, où l'on fait connaissance avec près d'une dizaine de personnages qui ont en commun d'avoir laissé au pays un quotidien morose et compliqué. Le ton change avec une opération qui tourne au désastre meurtrier. Giordano déploie alors un style cinématographique, spectaculaire, d'un réalisme cru (une fois encore, la traductrice, Nathalie Bauer, bien connue des amateurs de littérature italienne, fait des prodiges). La dernière partie, "l'après", est elle plus psychologique, décrivant sans emphase les blessures et les traumatismes intimes de ceux qui ont vécu "ça", soit une expérience impossible à partager. Cette trilogie du cauchemar, dense et tragique, est à mettre en parallèle avec Le jardin de l'aveugle de Nadeem Aslam. Deux visions de la guerre d'Afghanistan qui se complètent et se répondent. Avec le même sentiment d'horreur, en définitive, quant à la nature humaine.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 23 novembre 2014
Avec ce roman, Paolo GIORDANO nous fait vivre ce que peut être la vie des militaires occidentaux (Italiens en l'occurrence) dans une base opérationnelle avancée (FOB) au coeur d'un AFGHANISTAN miné par des Talibans insaisissables, imprévisibles, ayant l'avantage d'un terrain qu'ils connaissent parfaitement et usant de moyens de guerre modernes.

Cela pour situer le cadre, mais l'auteur se livre davantage à la description de ses personnages, à leur mal être, qu'à celle des actions défensives ou offensives au demeurant peu nombreuses, sinon une d'elles particulièrement néfaste sur le moral de ces hommes. Il insiste sur la vie de chaque soldat voir soldate, il y en une d'engagée parmi cet ensemble de garçons, l'autre a un rôle beaucoup plus ambigu. Il s'attarde sur ce qu'ils ont laissé dans leur pays d'origine et l'espoir mais non la certitude de regagner un jour leurs tranquilles pénates. Il appuie sur le quotidien qui est totalement différent de la vie à l'occidentale: les difficultés pour se laver avec l'eau rationnée, manger avec une nourriture souvent infecte, l'épisode de viande avariée est cruel pour cette escouade, enfin dormir dans des conditions peu propices au sommeil.

Puis l'auteur plonge dans leur passé, dans leurs rêves (faits de conquêtes féminines souvent, parce que ce sont des jeunes, mais aussi et parce que ce sont de grands adolescents à peine sevrés du cocon familial, les regrets d'être autant éloignés de leurs racines). Son style est agréable, la technicité de l'armée a été laissée de côté pour faire place à des dialogues parfois crus à peine marqués par les relations hiérarchiques. Au début on est un peu dérouté par cet ensemble de personnages qui composent l'histoire, mais passée la mise en place tout se tient pour le plus grand confort du lecteur.

Il faut aussi remercier la traductrice, parce que j'ai lu d'autres romans provenant d'auteurs Italiens pour lesquels j'avais trouvè une âpreté qui sonnait mal avec une langue latine
33 commentaires|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un ragoût de "Désert des Tartares, Mash, Pierre Dac". Le conflit de l'intrigue est celui d'Afghanistan vécu par des soldats Italiens. C'est dans les cent dernières pages qu'on passe brutalement de la comédie souvent amère à la tragédie prévisible sous tendant un mélange d'incompétence et d'animosités personnelles que finissent par générer les groupes fermés. C'est un bon livre, bien documenté. On y apprends presque plus que dans un reportage aussi objectif soit-il.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 avril 2016
Qu'ils aient fui une histoire familiale difficile ou laissé derrière eux une épouse et un enfant aimants, qu'ils soient durs à cuire ou timides, conquérants ou timorés, grands et forts ou trahis par leur corps, ils ont tous quitté l'Italie pour intégrer le peloton Charlie envoyé en mission de protection en Afghanistan. Là-bas, loin de chez eux, ils sont confrontés à une réalité bien différente de tout ce qu'ils avaient imaginé. Confinés dans leur caserne, dans la poussière et la chaleur du désert, ils s'ennuient. La nature est hostile, la population l'est tout autant, les ennemis sont partout mais restent invisibles. La tension monte, les corps se révoltent. Une opération en extérieur leur permet de secouer la torpeur mais, quand la mission tourne au cauchemar, le peloton Charlie compte ses morts et chacun tente, à sa façon, de se remettre du drame.

Paolo GIORDANO qu'on avait pu trouver un peu froid dans sa description des amours adolescentes de la solitude des nombres premiers, fait ici le plein d'émotion et de sensibilité pour nous faire aimer ses personnages. Ces soldats qui nous deviennent familiers au fil des pages : Cerdena, la grande gueule insupportable, Ietri le puceau, Torsu l'éternel malade, Zampieri la belle blonde, Egitto le médecin, et tous les autres qui font partie de cette division Charlie, harcelée par la dysenterie, par la chaleur du désert, par les attaques de Talibans. Avec eux, on explore les motivations de ces hommes qui s'engagent dans des conflits armés, pour fuir, vivre l'aventure ou servir un idéal. Mais c'est la guerre moderne qu'ils vont découvrir. On ne combat pas d'homme à homme, on saute sur une mine. On est censé protéger la population, celle-la même qui met des bombes dans les mains des femmes et des enfants, dans la laine des moutons, pour tuer ceux qui pensent apporter la paix. Face aux dangers, les hommes font corps, ce corps humain avec ses failles, ses cicatrices indélébiles mais aussi son courage, sa rage de vivre.
Une plongée dans une guerre lointaine, plus forte que n'importe quel reportage du JT, un grand livre qui émeut et fait réfléchir.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)