Commentaires en ligne 


19 évaluations
5 étoiles:
 (11)
4 étoiles:
 (7)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pour aller au delà de l'histoire bataille...
Olivier Wieviorka nous livre ici un ouvrage d'histoire qui va au-delà de l'histoire bataille traditionnelle et c'est tant mieux car tant a déjà été écrit sur ce sujet au cours des 50 dernières années.

Si les aspects militaires sont rigoureusement mis en valeur, on appréciera tout...
Publié le 30 juillet 2010 par bir-hacheim

versus
1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Erreur fatale
Publier un livre traitant du Débarquement en Normandie pour le 70e anniversaire et choisir en photo de couverture un cliché montrant des Marines à l'entraînement aux Etats-Unis me laisse pantois ... L'historien se doit de traiter les documents photographiques avec la même rigueur que les documents d'archives.
Publié il y a 4 mois par Geko35


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pour aller au delà de l'histoire bataille..., 30 juillet 2010
Par 
bir-hacheim "Le blog de bir-hacheim" (Tourcoing, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Olivier Wieviorka nous livre ici un ouvrage d'histoire qui va au-delà de l'histoire bataille traditionnelle et c'est tant mieux car tant a déjà été écrit sur ce sujet au cours des 50 dernières années.

Si les aspects militaires sont rigoureusement mis en valeur, on appréciera tout particulièrement un œil nouveau et assez complet sur les points suivants : la genèse du plan d'invasion, les rapports entre les différents alliés et leur évolution au fur et à mesure des événements, la dimension logistique et les difficultés rencontrées, la dimension psychologique tant au niveau des combattants que des populations libérées. L'ouvrage se termine avec la prise de Paris et le rôle joué par la France Libre et la Résistance.

On peut juste reprocher à l'auteur quelques lacunes quant à l'équipement militaire (placer le 12,7mm dans l'artillerie ou donner des vertus de camouflage au dispositif d'arrachage des haies installé sur les blindés US !) et le fait qu'il soit tombé dans un penchant actuel visant à attribuer aux troupes US des exactions vis-à-vis des civils qui, quoiqu'elles aient eu lieu, n'en sont pas moins restées fort marginales.

Les sources utilisées sont récentes et excellentes, le style est fluide. Bref un vent de fraicheur sur un sujet à priori (trop) bien connu.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


19 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une des analyses les plus intéressantes sur le Débarquement !, 16 mars 2007
Par 
Seb G (France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Le Débarquement est en apparence une victoire éclatante, mais le mythe tient-il vraiment à une analyse poussée ?

Voilà une étude (en français) objective, très documentée et basée sur de nombreuses archives peu exploitées qui répond à cette question en abordant l'opération Overlord dans son contexte militaire et d'analyser la stratégie anglo-américaine par rapport au rapport de force Est / Ouest qui résultera de la défaite de l'Allemagne.

Très loin de l'image d'Epinal, nous comprenons que le sort de la guerre est déjà en bonne partie jouée quand les Alliés débarquent en Normandie. Si la réussite de l'opération dépend en grande partie de l'affaiblissement allemand déjà réalisé dans les steppes de Russie, de nombreuses interrogations sur le calendrier allié naissent quand on constate que la moitié de l'Europe a été laissée aux mains de Staline.

Militairement, la Bataille de Normandie est une victoire incomplète qui n'a pas permis l'anéantissement des forces allemandes rendant ainsi possible le raidissement de la Wehrmacht sur les frontières du Reich.

C'est aussi une victoire laborieusement acquise. La faiblesse des troupes alliées est réelle (entrainement, moral, expérience du feu) et les erreurs stratégiques de Montgomery sont clairement démontrées malgré la réécriture de l'histoire après la guerre.

Du Débarquement et la Bataille de Normandie, il reste donc une opération minutieusement planifiée, une victoire opérationnelle (l'ennemi a été néanmoins défait) mais avec un tempo stratégique qui a laissé les mains libres à l'URSS pour s'approprier l'Est de l'Europe.

Comme souvent, quelques détails tactiques sont erronés (les numéros de divisions) et les cartes sont parfois inexactes (numéro et positionnement des unités).

A posséder dans toute bibliothèque d'amateur d'histoire contemporaine et plus particulièrement de la Seconde Guerre mondiale.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Passionnant, 7 avril 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Excellent, très bien documenté.
Une vue d'historien, donc moins romancée que "Le jour le plus long" ou "Le soldat Ryan", mais tout aussi passionnante.
On y apprend en particulier que le débarquement lui-même s'est "relativement" bien passé hormis la boucherie d'Omaha beach, mais que la bataille fut surtout rude dans les semaines qui suivirent.
Tout cela se lit très bien... presque comme un roman !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 tout simplement bravo, 20 août 2009
Par 
Jean-claude Hue (Toulon ,France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Il y a longtemps que je n'ai pris autant de plaisir à lire une étude historique. Cet ouvrage est un petit chef-d'oeuvre de pondération dans les propos et de travail d'archives sous-jacent. Chaque jugement est ajusté au millimètre et la lecture très agréable. Bravo à son auteur et merci du plaisir donné.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Au delà de l'histoire bataille..., 25 mars 2007
Par 
bir-hacheim "Le blog de bir-hacheim" (Tourcoing, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Olivier Wieviorka nous livre ici un ouvrage d'histoire qui va au-delà de l'histoire bataille traditionnelle et c'est tant mieux car tant a déjà été écrit sur ce sujet au cours des 50 dernières années.

Si les aspects militaires sont rigoureusement mis en valeur, on appréciera tout particulièrement un œil nouveau et assez complet sur les points suivants : la genèse du plan d'invasion, les rapports entre les différents alliés et leur évolution au fur et à mesure des événements, la dimension logistique et les difficultés rencontrées, la dimension psychologique tant au niveau des combattants que des populations libérées. L'ouvrage se termine avec la prise de Paris et le rôle joué par la France Libre et la Résistance.

On peut juste reprocher à l'auteur quelques lacunes quant à l'équipement militaire (placer le 12,7mm dans l'artillerie ou donner des vertus de camouflage au dispositif d'arrachage des haies installé sur les blindés US !) et le fait qu'il soit tombé dans un penchant actuel visant à attribuer aux troupes US des exactions vis-à-vis des civils qui, quoiqu'elles aient eu lieu, n'en sont pas moins restées fort marginales.

Les sources utilisées sont récentes et excellentes, le style est fluide. Bref un vent de fraicheur sur un sujet à priori (trop) bien connu.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Essai d'histoire totale du débarquement de Normandie, 21 janvier 2013
Par 
Stephane MANTOUX - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Olivier Wiewiorka est professeur d'histoire contemporaine à l'ENS de Cachan. Il dirige la revue Vingtième Siècle. C'est un spécialiste de la Seconde Guerre mondiale et de l'occupation en France. Les Editions Retrouvées republient son ouvrage consacré au débarquement en Normandie, initialement paru en 2007.

Dans son introduction, l'historien rappelle combien le débarquement en Normandie, événement considérable pour l'histoire, est aussi nimbé de mythes. Mythe de l'énorme supériorité matérielle alliée d'abord. De la lutte entre le "bien" et le "mal" ensuite. De l'idéalisme de Roosevelt face aux Soviétiques contre le cynisme de Churchill. Or pour Wieviorka, le débarquement oppose avant tout deux armées, plus que deux idéologies. L'historien se propose donc de repartir à la découverte de la violence, administrée ou subie, et de ne pas faire qu'une simple histoire militaire mais d'articuler tous les aspects dans son analyse -y compris politiques. De revenir sur le rôle de la Résistance française, sur les pertes, sur la place de la population civile, sur l'économie et la logistique. In fine, il s'agit aussi de s'interroger sur les buts de guerre des Alliés et sur leurs tiraillements internes. S'inscrivant dans une tradition anglo-saxonne, Wiewiorka cherche donc à présenter le débarquement tel qu'il a été conçu, planifié et exécuté, sans en cacher les failles ni les ratés. Sortir de l'histoire "magnifiée" du D-Day, en quelque sorte, et faire une "histoire totale" du débarquement.

Le premier chapitre est consacré à la mise en route d'Overlord et aux relations tendues qui en découlent à l'intérieur du camp allié. L'historien revient ensuite sur la mobilisation économique, pas si exemplaire que ça ni au Royaume-Uni, ni aux Etats-Unis, de même que les armées respectives des deux Etats-bâties plus ou moins dans l'urgence de la guerre, sans véritable mobilisation "idéologique" contre le nazisme -en particulier chez les Américains. La conception du plan et la nomination des responsables de l'opération furent loin d'être une sinécure -le rôle d'Eisenhower étant particulièrement ambigu : simple superviseur de l'ensemble ou véritable commandant en chef ? L'exécution d'Overlord est fortement contrainte par question du nombre des bateaux de débarquement disponibles, tandis que la cohabitation entre Américains et Britanniques au Royaume-Uni n'est guère aisée et que les derniers entraînements montrent encore de sérieuses lacunes. Les Alliés mettent aussi en oeuvre une intense campagne de bombardement pour paralyser au mieux les déplacements allemands en France. Il faut aussi veiller à l'appui apporté par l'allié soviétique -dont les Anglo-Saxons ont plus besoin en 1944 alors que l'inverse était vrai deux ans plus tôt. D'ailleurs le Prêt-Bail ne porte véritablement ses fruits qu'à partir de 1943-1944, démontant quelques idées reçues sur une URSS incapable de remporter la guerre sans les Anglo-Américains. Enfin, l'intoxication des services de renseignement allemands fait son oeuvre, arrivant surtout à faire croire que le premier débarquement ne sera qu'une diversion face à un second plus massif dans le Pas-de-Calais, plutôt que de masquer complètement la cible qu'est la Normandie. Côté allemand, si l'économie de guerre est loin d'être à genoux, le différentiel ne cesse de se creuser avec les forces alliées et le commandement ne sait pas où doit avoir lieu le débarquement, ce qui conduit à une dispersion des forces déjà bien insuffisantes.

Au jour J, la préparation aérienne et navale ne se montre pas aussi efficace que prévu. Pour Wieviorka, le succès du débarquement n'est qu'en demi-teinte, Caen restant aux mains des Allemands et un front continu entre les plages n'étant établi que le 12 juin. Le manque d'allant des troupes britanniques se fait sentir tandis que les Américains se heurtent au bocage et que l'effort allié est entravé par les problèmes logistiques. Les Anglo-Américains ont donc gagné une bataille, mais pas la guerre, selon l'historien. L'impasse stratégique se confirme, Montgomery piétinant devant Caen, les Américains s'emparant de Cherbourg mais étant confrontés à des difficultés plus au sud, alors même que l'armée allemande conserve sa cohésion en dépit des nombreux problèmes qu'elle rencontre aussi. L'enlisement provoque une grave crise morale au sein de la troupe alliée, déjà frappée par un sérieux manque d'effectifs en première ligne. Les Anglo-Américains durent apprendre à mieux gérer les cas de "Battle Fatigue", psychonévroses et autres conséquences psychologiques du combat qui augmentèrent considérablement durant cette période, le phénomène étant déjà bien repéré depuis les campagnes d'Afrique du Nord et d'Italie. Le déblocage survient du côté américain avec l'opération Cobra, conduite non sans mal mais qui permet aux Alliés de retrouver la guerre de mouvement et de faire jouer leur supériorité matérielle. Cependant, l'affirmation du rôle des Américains provoque des tensions au sommet, d'autant plus que l'exploitation de la victoire en Normandie se double d'une crise logistique qui empêche en fait les chefs alliés de bâtir correctement leurs plans d'opérations. La double poussée anglo-américaine d'Einsenhower ne satisfait personne, pas plus Montgomery que Bradley ou Patton.

Parallèlement au débarquement en Normandie, suivi du débarquement en Provence en août, se posait la question de l'attitude de la population française et de la gouvernance politique. On sait que les Alliés tinrent le plus longtemps possible De Gaulle et son GPRF créé le juin 1944 en dehors de l'opération elle-même. De Gaulle joua même de la carte soviétique pour faire fléchir Roosevelt et Churchill. Les Alliés cédèrent finalement sur quelques points mais exigèrent d'intégrer une unité "blanchie" -2ème DB en l'occurrence- à leur ordre de bataille. En réalité, malgré les bombardements aériens et les destructions imposées par les combats, la population civile accueillit plutôt bien ses libérateurs -même si les troupes alliées commirent ensuite certaines exactions, pillages surtout, meurtres et viols dans une moindre mesure. Le GPRF s'impose facilement comme interlocuteur politique principal vis-à-vis de la population, forçant les Alliés à acter une situation de fait. La Résistance apporte un concours militaire non négligeable, supérieur d'ailleurs à celui attendu par Einsenhower. Mais son action entraîne aussi des représailles qui s'ajoutent aux crimes de guerre commis par les Allemands durant la campagne. De Gaulle, quant à lui, connaît l'apothéose avec la libération de Paris et le défilé du 26 août 1944, même s'il faudra encore attendre 6 mois pour que la France entière soit libérée.

En conclusion, Olivier Wieviorka rappelle qu'en dépit de leurs divergences, les Alliés sont parvenus à planifier et à exécuter Overlord, ce qui n'est pas rien. Le débarquement fut plus réussi que ne le prévoyaient les planificateurs. En revanche, l'impasse suivant le succès du D-Day n'est débloquée que par la percée américaine -les Britanniques montrent cependant leurs qualités dans la poursuite après la bataille de Normandie-, tandis que la Résistance joue un rôle non négligeable sur les arrières allemands. Aucun facteur à lui seul ne fut décisif : le brio des Alliés consista justement à orchestrer une supériorité due à l'accumulation de moyens. La réussite du débarquement masque d'ailleurs certaines faiblesses antérieures au 6 juin, comme le choix d'une guerre "matérielle" et l'échec d'une certaine propagande à destination des soldats alliés. L'industrie alliée ne tourne pas à plein régime et les conscrits manquent parfois de motivation, n'ayant pas forcément compris les enjeux de la guerre contre le nazisme. La campagne de Normandie marque à la fois un retour à des formes archaïques de la guerre -le combat de fantassin, au corps-à-corps- et, en même temps, est le témoin de l'introduction de progrès considérables : pénicilline, évacuations sanitaires par l'aviation, d'où le nombre moindre d'amputations, traitements psychiatriques... et des hommes qui sont moins envoyés à l'abattoir que durant la Grande Guerre, certains leçons ayant été retenues. Evénement essentiel de la Seconde Guerre mondiale, le débarquement en Normandie précipite la défaite du IIIème Reich, mais celle-ci se joue avant tout face à l'URSS. Il délivre l'Europe de l'Ouest mais n'empêche pas la soviétisation de l'Europe de l'Est. Il délivre la population française tout en infligeant des souffrances terribles. En d'autres termes, l'historien le remet à sa place d'événement humain avant tout.

Le livre, à mon sens, convainc avant tout par sa dimension d"histoire totale" autour de l'histoire militaire à proprement parler : en ce sens, le pari posé dans l'introduction est tenu. Les chapitres diplomatiques, économiques ou politiques sont particulièrement réussis. Ce qui montre en outre que certains historiens universitaires français sont parfaitement capables de faire de l'histoire militaire dans sa nouvelle définition. On pardonnera alors, peut-être plus facilement, les quelques erreurs factuelles qui se sont glissées dans l'histoire militaire à proprement parler et qui se repèrent aisément à la lecture. Un seul vrai reproche, toutefois : si Olivier Wieviorka s'intéresse beaucoup au camp allié, le camp allemand, lui, n'est véritablement traité que dans un seul chapitre, ou seulement en contrepoint. Cela manque un peu dans la dimension "histoire totale" et on pourrait rebaptiser le livre "Histoire du débarquement en Normandie, vue du côté allié". A contrario, l'historien apporte des idées intéressantes -comme celle selon laquelle les Américains n'ont jamais eu l'intention d'imposer l'AMGOT en France. A noter que la mention par l'historien de scalps effectués par les soldats canadiens d'origine indienne sur les Allemands a été contredite par un historien canadien spécialiste du sujet. Si les cartes -pas toujours bien reproduites dans cette édition-sont nombreuses, on déplore en revanche l'absence de photos ou autres documents iconographiques insérés dans le texte.

En français, le livre se pose cependant en référence sur un sujet rebattu, mais pas forcément dans cette perspective : Olivier Wieviorka a su faire passer les problématiques les plus récentes, sans tomber dans l'hagiographie ou le révisionnisme historique. C'est sans doute le principal mérite de l'ouvrage.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un ouvrage très pointu., 24 juillet 2010
Par 
FandeMusic (France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)   
Ce livre se veut très intéressant et surtout très pointu sur deux points en particulier: tout d'abord, sur les préparatifs de l'Opération Overlord dans tous ses détails: l'aspect logistique et tactique avec les besoins humains et matériels (tout simplement titanesques!!), le choix du lieu pour le débarquement, la composition des corps d'armées et le choix des gradés, la prise en compte des facteurs géographiques, météorologiques... bref, toute la complexité de la mise en oeuvre d'une opération telle qu'Overlord est abordée avec beaucoup de précisions et d'explications qui sont importantes pour bien comprendre à quel point la planification pouvait être délicate. Et ensuite sur les relations bien souvent complexes entre les forces alliées anglaises, américaines, soviétiques et...... françaises! Et oui car s'il est un sujet qui est facilement omis dans certains ouvrages, c'est la difficulté qu'a eu le Général de Gaulle à se faire entendre par les libérateurs de la France. On voit très bien à travers ce livre que celui-ci tenait particulièrement à contribuer à l'élaboration et la participation du projet allié mais qu'il a souvent été mis de côté. De même, Olivier Wieviorka raconte de manière très précise comment Charles de Gaulle a réussi petit à petit, grâce à sa ténacité, à arriver au pouvoir.
J'ai, pour ma part, été réellement intéressé par les deux thèmes que j'ai cité ci-dessus car ceux-ci ont rarement été abordés avec autant de clarté et de transparence dans les ouvrages que j'ai pu lire auparavant. Bien évidemment l'auteur raconte aussi le débarquement et la bataille de Normandie mais de manière un peu moins détaillée, ce qui n'est pas gênant car ces derniers ont déjà été évoqués à mainte reprise (dans le très bon livre d'Anthony Beevor "D-Day et la Bataille de Normandie" par exemple). Ce livre m'a paru un peu ardu à lire au premier abord mais je l'ai finalement dévoré en peu de temps car il est passionnant.
Un indispensable!!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 légérement décu, 14 septembre 2009
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Légèrement déçu car on sent un parti pris pour dire ce qui n'était pas parfait lors du débarquement. L'auteur annonce d'ailleurs dés les premières pages qu'il va casser le mythe. Cet état d'esprit oblige parfois l'auteur a nous présenter les choses d'un point de vue négatif (ex: les problèmes de ravitaillement) pour finir par nous dire que ça n'a pas eu trop d'impact car de l'autre coté c'était pire. Globalement très instructif que ce soit la partie "préparation" ou "réalisation" jusqu'à la libération de Paris. Difficile parfois lorsqu'il annonce des chiffres (pertes, % de réussite) de savoir réellement ce qu'ils représentent lorsqu'on est pas spécialiste, difficile surtout de les comparer avec d'autres batailles par exemple. Malgré ces quelques critiques l'ouvrage est à lire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'Histoire du débarquement avec un grand H, 2 avril 2009
Loin des films hollywoodiens de la période, Olivier Wieviorka nous propose de suivre l'élaboration, la mise en oeuvre et les conséquences du débarquement en Normandie du 6 Juin 1944.

Tous les aspects y passent : les soldats, les aspects stratégique, politique, géopolitique, ... et même météorologique. Une analyse complète sur l'événement du XXème siècle sans parti pris ni a priori. De plus, l'écriture est aisée. Bref plus qu'un excellent livre d'histoire, une thèse.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Complet et passionnant, 14 août 2011
Olivier Wieviorka est historien, spécialiste de la seconde guerre mondiale et de la résistance.

Cet excellent livre nous détaille l'histoire de la plus grande opération militaire jamais réalisée dans les airs, sur terre et sur mer. Son immense mérite est de nous en offrir une vue exhaustive autour de trois temps :
1. la décision politique,
2. la préparation du débarquement,
3. l'exécution du débarquement jusqu'à la libération de Paris.

L'auteur prend du recul et nous offre une excellente analyse des événements, depuis la décision stratégique du débarquement et de son lieu jusqu'aux combats sans se perdre dans les détail des batailles. Il nous sensibilise au défi logistique représenté par une telle opération et aux incidences prévues, mal prévues et imprévues auxquelles l'état-major du général Eisenhower a dû faire face (approvisionnement des troupes, difficulté de franchir le bocage normand, prise de Caen, psychonévroses des soldats). L'auteur a toujours de le souci d'expliquer les raisons des décisions prises par les différents protagonistes en les confrontant à un fond documentaire très riche. De nombreuses opérations se sont également greffées au débarquement - Fortitude (déception de l'ennemi sur le lieu du débarquement), Transportation Plan (attaque des lignes de communication), Oil Plan (offensive contre installations pétrolières allemandes), Anvil-Dragoon (débarquement en Provence) - et sont expliquées dans cet ouvrage en fonction de leur apport à Overlord.

Enfin, il apporte une excellente synthèse sur le rôle du général de Gaulle (rôle politique) et de la Résistance (rôle tactique) au cours de la libération de la France.

Ce livre passionnant et très bien documenté retrace avec rigueur une page décisive de notre histoire. Il se dévore.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Histoire du débarquement en Normandie : Des origines à la libération de Paris 1941-1944
EUR 39,00
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit