undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles49
4,3 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:3,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

500 PREMIERS RÉVISEURSle 24 décembre 2013
Lorsque je suis arrivé au terme de cette pièce, je n'ai eu qu'une seule envie : la recommencer pour mieux l'apprécier. Si la langue utilisée par Racine est riche et mérite de s'y arrêter pour la savourer, la densité des personnages et leurs interactions n'est pas en reste. Phèdre est une personne très complexe, prise dans un réseau de contradictions qui ne peut se résoudre qu'avec la mort. Elle y est poussée déjà par un tempérament naturel pessimiste mais aussi par Oenone, qui n'est que son côté obscur. Face à Phèdre, Hyppolyte, franc comme l'or, cherchant l'amour mais surtout pas celui de sa belle-mère, formant avec Aricie un couple en devenir qui n'aurait que la gloire future en partage si le destin fatal ne se collait pas à leurs pas. Et Thésée, massif, hautain, reconnaissant trop tard ses erreurs, croyant asservir les dieux mais ne ramassant que la mort comme salaire.

Tous ces personnages sont traités avec une grande économie de moyens et de mots par Racine. Mis à part le monologue de Théramène dans lequel il fait récit de l'apparition du monstre, apparition surnaturelle et très baroque, la pièce est chargée d'une menace psychologique lourde pesant sur la tête des protagonistes, donnant un aspect très moderne. Phèdre est un soleil noir qui traîne son malheur de ne pas être aimée et qui en veut à tout son entourage. C'est tragique, c'est tout.

L'édition des classiques Larousse est toujours aussi impeccable : documentation fournie, bon dossier, très orienté étudiant mais cela ne fait pas de mal de lire les exercices proposées !
11 commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
50 PREMIERS REVISEURSle 9 juillet 2015
Attention, j'ai l'édition de 2002 suivante avec une couverture différente mais avec le même dossier rédigé par Anne Autiquet : http://www.amazon.fr/Phedre-de-Racine-Poche/dp/B00OPMZ74S/ref=sr_1_79?ie=UTF8&qid=1436454677&sr=8-79&keywords=ph%C3%A8dre+racine .
Elle est encore en vente.
Je précise aussi au vu des autres commentaires, que les vers sont bien numérotés sur mon édition.
Passons maintenant aux choses sérieuses

Résumé pour les gens pressés :
Phèdre est une des pièces emblématiques du répertoire classique, une sorte de perfection du style.
En 1677, c’est une nouvelle consécration pour Racine, après les succès de Britannicus, Bérénice et Iphigénie et un nouvel exemple de l’adaptation brillante d’un récit déjà traité par les auteurs grecs et latins, Euripide et Sénèque.

Phèdre a de nombreux atouts : la richesse des thèmes abordés, la maîtrise de la versification, le respect des règles d’airain de la tragédie classique et des passages magnifiques.

Cette édition Biblio s’adresse aux lycéens et aux enseignants. Elle est particulièrement complète avec, outre le texte intégral annoté (c’est important pour éviter les contre-sens), des notes (présentation de Racine : biographie, contexte, chronologie, aperçu du genre de l’œuvre et de sa place dans l’histoire littéraire), des questionnaires, des lectures croisées pour aller plus loin et des synthèses pour s’assurer de la bonne compréhension, une iconographie attractive.

Phèdre est un monument.
Mais pour y entrer, cela va nécessiter quelques efforts car :
- la langue classique est exigeante ;
- l'histoire de Thésée qui a conduit à la situation exposée par la pièce, est complexe. Sans connaissance de ce contexte, attaquer le 1er acte bille en tête peut s'avérer décourageant.
Mais rassurez vous, l'effort est récompensé.

Résumé pour les autres

Phèdre est en soi un monument, c’est indéniable.

Elle a traversé les siècles sans perdre de sa renommée, suscitant l’admiration de tous.
Marcel Proust la cite indirectement dans un passage de " Du côté de chez Swann " (celui où Bloch l’ami de l’auteur, rapporte une phrase méprisante selon laquelle le seul vers bien rythmé chez Racine serait : "La fille de Minos et de Pasiphaé " qui de plus, "aurait le mérite de ne rien signifier ˮ.
Tout comme certains considèrent " La Vue de Delft ˮ et son " petit pan de mur jaune ˮ comme " le plus beau tableau du monde " , la caution Proust pose son homme.

Mais de quoi s’agit-il donc ?

D’abord, pour bien entrer dans l’histoire, il faut revenir au mythe de Thésée.
Disons pour faire simple et selon la version la plus communément admise, que Thésée est une sorte d’aventurier qui a passé le plus clair de son temps à tuer divers monstres et à coucher à droite et à gauche. (chez racine, on parle d’ " inconstance ˮ...)
Son exploit le plus célèbre reste le trucidage du Minotaure rendu possible par l’appui astucieux de la belle Ariane qu’il récompensera en l’abandonnant lâchement sur son rocher de Naxos faisant le bonheur de Richard Strauss et celui de Phèdre, la propre sœur d’Ariane (elle aussi fille de Minos et de Pasiphaé) qu’il va épouser.

Rentré chez lui à Athènes, il doit, pour récupérer son trône, tuer ses opposants, les 50 Pallantides (les fils de Pallas). Pour se purifier de ce massacre, il décide de s’exiler momentanément à Trévèze, ville située en face d’Athènes, dans le Péloponnèse.

Thésée a emmené avec lui, son épouse Phèdre, Hippolyte (le fils qu’il a eu avec Antiopé, la reine des Amazones), et Aricie, la sœur des Pallatides anéantis, dont il se méfie. (" reste d’un sang fatal conjuré contre nous ˮ)

Thésée connaît bien Trézène puisque c’est là qu’il est né, des suites d’une partie à trois (non, non pas à Troie, c’est une autre histoire) entre Ethra (et un et deux Ethra !) la fille du roi de Trézène, Egée le roi d’Athènes et Poséidon.
Qui dira encore qu’à Trézène, il n’y a pas de plaisir ?

Au moment où débute la pièce, Hippolyte cherche pourtant à fuir la ville. Est-ce en raison de l’hostilité que lui manifeste Phèdre, sa belle-mère ?
De son côté, Phèdre déclare vouloir mettre fin à ses jours.
Bigre, il y a de l’eau dans le gaz !

La raison des deux attitudes est à chercher du côté de l’amour impossible, éternel ressort de la tragédie.

Hippolyte qu’on croit pourtant rebelle à l’amour, aime Aricie tandis que Phèdre, aime son beau-fils.
On retrouve les éléments indispensables : le destin, la volonté des dieux, la passion, les lois sociales et celles du sang.

En voulant s’aimer, Hippolyte et Arcicie, entraînent inéluctablement la vengeance du cœur délaissé et jaloux.

Phèdre aidée/trahie par sa nourrice, laissera croire à son mari, que son fils est coupable de pensées incestueuses.
Le drame devient inexorable quand Thésée demande à Poséidon* de châtier Hippolyte. Définitivement.

Phèdre est d’une perfection rare dans son déroulement : les confidences aux proches, les aveux réciproques et l’affrontement.
Les moments de bravoure ne manquent pas, les rôles sont forts, les sentiments ambivalents amènent des rebondissements inattendus. La déclaration d’abord voilée de Phèdre ou le récit de la mort d’Hippolyte sont parmi les plus beaux moments de la littérature.

Thésée qui a passé sa vie à combattre les monstres, ne voient pas ceux qui l’entourent.
Hippolyte est devenu un monstre pour Phèdre (" je le vois comme un monstre effroyable à mes yeux ˮ) et pour Thésée. (" Monstre qu’a trop longtemps épargné le tonnerre ˮ)
Phèdre est tout aussi monstrueuse aux yeux d’Hippolyte (" ...d’un sang, Seigneur, vous le savez trop bien, De toutes ces horreurs plus rempli que le mien ˮ). Et enfin, Phèdre maudit sa servante Oenone. (" Va-t’en monstre exécrable...")

Pourtant, en dépit des toutes ses qualités, cette pièce contient des passages qui m’empêchent de la préférer à d'autres :

- Le caractère de Phèdre.
Certes, Phèdre est le jouet des dieux : " Un dieu cruel a perdu ta famille ˮ**
Certes, dans une tragédie, on doit accepter la démesure et l’exacerbation des sens. Que Phèdre s’abîme dans une passion violente, et brûle de se venger, est admissible. (surtout qu’elle découvre qu’Hippolyte qu’elle croyait détaché sentimentalement : " il a pour tout le sexe une haine fatale ˮ, " il oppose à l’amour un cœur inaccessible ˮ, n’est pas si insensible que ça...)

En revanche, on peut trouver peu glorieux qu’elle fuit un moment, ses responsabilités. Car Phèdre se montre mesquine en renvoyant avec une violence incroyable sa fidèle nourrice qui n’a fait que la servir et n’a intrigué qu’avec son accord tacite. ("  Puisse le juste ciel dignement te payer ! Et puisse ton supplice à jamais effrayer... ˮ)
Surtout qu'il s’agit bien d’un choix de Racine, de privilégier le rang social de Phèdre en rendant Oenone responsable de la dramatique calomnie alors qu’Euripide et Sénèque attribuaient ce forfait à sa maîtresse.
Chez Euripide (dans " Hippolyte ˮ), Phèdre laissait derrière elle, des tablettes accusatrices  : " Pour Phèdre, craignant de se voir trahie , elle a écrit ces lettres calomnieuses qui ont perdu ton fils, et auxquelles tu as ajouté foi. ˮ ***
Chez Sénèque, elle calomnie de vive voix : " C'est l'homme que vous en soupçonneriez le moins. " 

- Le caractère de Thésée.
Thésée est trop obtus pour être vraiment crédible, refusant de voir les nombreux signes qui lui indiqueraient la vérité. Il maudit son fils sans une ombre de réflexion.

- la pudibonderie d’Aricie.
Alors que l’on évoque l’adultère, l’inceste, les meurtres, les accouplements avec taureau...Aricie amoureuse, refuse de suivre Hippolyte avant d’être mariée (" Me puis-je avec honneur dérober avec vous ? ˮ).
Chochotte !

*Racine parle de Neptune, Vénus, Jupiter, càd les équivalents latins
** la famille de Phèdre était mal embarquée. Aphrodite cherche à se venger d’Hélios qui a cafté auprès de son époux Héphaïstos la relation adultérine qu’elle entretient avec Arès. Elle maudit donc sa descendance, c'est-à-dire Pasiphaé la mère et ses filles Ariane et Phèdre.
Du côté paternel, ce n’est pas mieux puisque Poséidon a maudit Minos, qui ne lui avait pas sacrifié le taureau blanc. Du coup, si on peut dire, le dieu de la mer, fit monter Pasiphaé par le dit-taureau. (oui, la mythologie grecque ne recule devant rien)
*** Euripide est quand même à l’origine d’une des répliques les plus ridiculement décalées du théâtre. Imaginez un fils qui va voir son père et qui découvre sa belle mère morte à côté : ˮMais que vois-je ? ton épouse sans vie ? Voilà qui est bien surprenant : je viens de la quitter vivante, il y a peu de temps." 
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 août 2011
Phedre de Racine est un chef d'oeuvre eternel. Tout le monde le sait probablement, au moins par oui dire. Je trouve qu'il est bon de le lire pour s'en rendre compte par soi meme, et le relire lentement, pour bien apprecier, bien sur la beaute des vers, mais aussi la profondeur des pulsions et sentiments des personnages tragiques, et enfin l'articulation limpide et rapide de l'action. On l'etudie souvent a l'ecole, contraint et force (enfin c'etait mon cas), et heureusement, malgre l'impression que l'on a sur le moment, il en reste toujours quelque chose, qu'on est tres content de redecouvrir (beaucoup) plus tard, et meme d'approfondir. Bref lisez Phedre, lisez Racine !
Mais ce n'est pas tout, cette edition est tres bien faite. L'auteur, probablement une prof, presente pour accompagner la lecture et la rendre plus riche, toutes les explications dont, je pense, on peut avoir besoin, qu'on soit un lyceen/etudiant, ou un amateur qui relit par plaisir: Une presentation des personnages antiques, la genese de l'oeuvre, sa place dans la vie de l'auteur, le contexte historique, litteraire et religieux de cette epoque (celle de Racine, pas de Phedre :-), l'architecture de la piece, son style, et une comparaison avec d'autres oeuvres proches par le theme, le tout de maniere claire, synthetique, et accessible, loin de tout jargon pedant et/ou intellectualisant. Quelques conseils terminent ce livre en orientant vers d'autres lectures pour approfondir, ou elargir, ou des mises en scene. Apres tout Phedre n'est pas seulement un texte, c'est une piece concue pour etre jouee sur la scene d'un theatre moderne (contrairement au theatre antique, duquel il est beaucoup plus difficile d'imaginer une representation tant le lieu, le jeu scenique, et le contexte social/politique etait different).
Le prix de ce livre est inferieur a 3EUR. Quand on fait une pause pour y penser... C'est une chance folle !...
11 commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 janvier 2013
très bonne collection en larousse, beaucoup d'explications de textes et autres renseignements sur l'auteur etc... acheté pour mes enfants en classe de seconde
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 février 2011
Bonjour à tous,

J'ai donc recu cet article qui était vraiment bien (la préface de Racine y figurait ce qui n'est pas le cas de toutes les éditions) par contre il manque le numéro des vers !!!!
Et pour ceux qui analysent les oeuvres en classe (comme moi) le numéro des vers est primordial !
Donc c'est vrai j'ai été surprise et du coup je suis obligée de tous les écrire à la main --'
22 commentaires|20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
PHEDRE est sans doute la pièce qui condense l'essence même de la tragédie classique. Racine a fait de son personnage l'archétype de la victime d'un sort contraire voulu par des instances qui lui échappent. On appréciera les vers d'une perfection d'orfèvre et la mécanique implacable que le dramaturge a construit autour de ses personnages.
Archibald PLOOM (CULTURE-CHRONIQUE)
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 juin 2014
J'ai acheté ce livre pour le lycée, je n'avais jamais lu auparavant d'oeuvres de Racine, seulement des pièces de Molière. J'ai été assez surprise, j'avoue, en ouvrant le livre de constater que tout était en vers... Je devais le lire en une semaine (j'y suis arrivée!), et au début j'ai galéré... On est obligé de se reporter aux astérisques en fin de page toutes les 30 secondes tellement on comprend pas tout... Mais au bout d'un moment on s'habitue à la forme du texte et ça va mieux!

J'ai surtout commenté la pièce jusqu'ici, mais l'édition Larousse est bien : il y a la préface de Racine, des dossiers (que je n'ai pas lus...), et surtout un résumé de chaque acte en prose à la fin d'un acte (alelouia!!!), mais il n'y a pas le numéro des vers, embêtant...
Bref, je vous conseille ce livre et cette édition!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Passées les premières scènes où l'accumulation de références mythologiques pourrait décourager le lecteur, la trame se noue, enserrant les personnages, tous victimes et en partie responsables. Des personnages forts, passionnés, soumis à des émotions (désirs amoureux, jalouisie, honte, colère) en conflits avec les devoirs de respect familial, de pouvoir et d'honneur.
Les vers fluides de Racine donnent du corps aux émotions.
A relire une fois fini pour vraiment apprécier.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 janvier 2014
Je suis content de cet article. Les explications des mots difficiles sont claires, à la fin de presque chaque scène, des questions de compréhension nous permettent de bien cerner le texte. De plus, tous les vers sont numérotés, ce qui est pratique, surtout dans le cas d'un lecture en classe (ce qui est mon cas ;) ). Enfin, cette édition contient la préface de Racine.

Bonne lecture à toutes et à tous
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 mars 2014
Le texte n'est pas très long, il y a de l'action et l'histoire se lit facilement. Même si le langage utilisé est par moment ancien, il n'y a aucune problème de compréhension de l'oeuvre. Une des oeuvres classiques les plus faciles à lire et à aimer, de mon point de vue.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

2,50 €
2,95 €
2,95 €
2,00 €