undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

3,4 sur 5 étoiles38
3,4 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:3,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Balzac revisite le mythe de Faust. Un jeune homme désespéré de ne pouvoir réussir socialement à Paris, inverse de Rastignac, songe à se suicider. Il rencontre un vieil antiquaire qui lui propose cette peau étrange et la réalisation de tous ses désirs. Entre la mort immédiate et celle future, chaque voeu rétrécissant la peau, de manière irrémédiable jusqu'à la mort, le héros tente la vie. Etre prisonnier de ses désirs, se mourir à la vie par le refus d'émettre le moindre voeu, se mourir socialement alors que l'on est parvenu, aimer mais ne pouvoir l'acter : l'homme aux désirs comblés ne vit plus qu'esclave de celui qu'il pourrait émettre. Une vie sans désir est pire qu'une vie de bagne : c'est une vie sans espoir. Jeu de paradoxes.

La collection "Larousse" offre un bel ouvrage didactique. Le texte est intelligemment annoté. Chaque chapitre s'ouvre par une réflexion, assistance à la compréhension du texte, du style littéraire. Je regrette simplement qu'il ne s'agisse pas de l'oeuvre intégrale.
11 commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 mars 2001
Ce conte nous plonge dans le monde de Raphael, un jeune homme en proie au desespoir a qui un etrange antiquaire va offrir un talisman: une peau de chagrin. Cette peau realise tous les desirs, mais la realisation de chacun d'eux raccourcit d'autant la vie de son possesseur. Le desir consumme la vie... Ici, c'est toute une recherche philosophique que Balzac nous fait ressentir derriere la symbolique de la Peau de Chagrin.
Je pense que ce livre est le meilleur que j'ai lu de Balzac. Cependant, ce n'est pas un livre qu'il faut aborder comme un roman et avaler de la meme maniere. C'est un livre qui fait avant tout reflechir. Alors avis a ceux qui cherchent une lecture legere, ce livre n'est pas pour eux. Pour les autres, je pense que ce livre vous passionnera.
0Commentaire|27 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 septembre 2004
Sans doute un classique de Balzac dont tout le monde connaît au moins l'existence sans peut être l'avoir lu. L'idée qui conduit le livre est forte originale car le désir de possession et la vie sont deux grands sujets de préoccupation des hommes. Ce livre porte donc sur un dilemme entre les deux, puisqu'en exauçant ses désirs, Raphaël diminue la durée de sa vie ... Alors, si au départ le jeune homme désire sans compter, plus « la peau de chagrin » diminue plus des remords lui viennent et plus il s'interdit de désirer pour enfin s'enfermer sur lui-même et couper les ponts avec la vie pour ne plus avoir a désirer ... En succombant à ses moindres envies Raphaël a donc fermé la porte du bonheur car a trop posséder on ne joui plus de rien ...
Dommage que l'histoire traîne en longueur sur des détails parfois peu passionnant. Cependant c'est un livre qu'il faut lire pour connaître l'univers balzacien (bien que ce ne soit pas le meilleur du Balzac ... voir le lys dans la vallée)
0Commentaire|15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Raphaël de Valentin, après avoir perdu son dernier sou au jeu, décide de se suicider. Il entre alors chez un vieil antiquaire, et y trouve une « peau de chagrin » ayant le pouvoir d’exaucer les souhaits de son possesseur : « Si tu me possèdes, tu posséderas tout, mais ta vie m'appartiendra ». Mais le vieillard prévient le jeune homme : « Le cercle de vos jours, figuré par cette Peau, se resserrera suivant la force et le nombre de vos souhaits, depuis le plus léger jusqu'au plus exorbitant ».
Raphaël, las de sa vie de pauvre, de sa pauvre vie, accepte le marché du diable, alors qu’à côté de lui, Dieu lui offre l’Amour, grâce à Pauline qui lui correspond parfaitement dans le vital.
Un abandon de la volonté du vital au profit, coûteux, de la volonté du mental, du caprice, de l’ambition. Alors que plus l’on désire dans le mental, plus l’on s’établit et réside dans le mental… Raphaël qui travaillait pourtant à un Traité de la volonté…
Arrive alors Foedora qui ne l’aime pas, le snob, et le maintien de dans la vacuité et la frustration du mental.
Mais la peau, lui coûtant si cher en termes de durée de vie, le contraint aussi à refuser ses désirs les plus modestes (quand à table, on lui dit : Voulez-vous des asperges ? Il doit répondre : non !). Valentin va devoir alors abandonner les caprices du mental pour préserver le vital.
Son existence devient quantifiable : la vie du mental est limitée, jamais portée à l’éternel ; il faut choisir la vie du cœur, la vie de Dieu, l’Amour, pour qu’il en soit autrement.
Raphaël ne peut plus qu’espérer une augmentation quantitative de son existence mais ne peut que rester dans la vie du mental.
Il n’y a pas dès lors de différence de nature, seulement de degrés, entre le suicide maintenant et la belle mort plus tard.
Raphaël va alors, paradoxalement, mais logiquement, désirer secrètement plus de vital et devoir se frustrer de ses souhaits, de ses caprices, des désirs du mental.
En définitive, le seul souhait qui ne lui aura rien coûté, c’est l’amour de Pauline car il lui était déjà offert !
Un vrai Balzac : une histoire-thème forte, des descriptions vives, pertinentes (la description du cabinet de curiosité est en fait une description de l’âme de Valentin, riche de la connaissance du monde, mais sans unité, sans paix et, en définitive, vénale), une approche psychologique indémodable, un style daté mais fort.
Une histoire et sa finale plus complexes qu'il n'y parait… Incontournable.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 août 2013
J'attends impatiemment une adaptation réussie au cinéma de ce chef d'oeuvre aux thèmes éternels et d'une richesse sans équivoque. J'ai adoré ce livre qui reste un référence incontournable et ne me lasse pas de l'offrir!
22 commentaires|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 septembre 2015
Ni sur amazon, ni sur le livre, il est précisé que ce n’est pas le texte intégral ! C'est extrêmement malhonnête !!! Et décevant de la part de Amazon.
Dommage car le vocabulaire expliqué est un vrai plus.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 août 2014
Déçu ! Ce n'est pas l'œuvre intégrale et c est nullement précisé dans le descriptif de la présente édition ! Résultat un achat pour rien...
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Bien sur ce livre est moins célèbre que "Le père Goriot" ou encore "Le lys dans la vallée", mais je crois que son aspect fantastique lui donne un attrait tout à fait particulier. Oscar Wilde d'ailleurs s'en est inspiré pour écrire "Le portrait de Dorian Gray" autre roman incontournable.
L'histoire est simple, un homme au bord du suicide découvre chez un antiquaire une peau de chagrin. Ce talisman va exaucer tous ses souhaits mais à chaque fois qu'il en émet un, la peau se rétrécit et sa vie se raccourcit.
Ce livre pose depuis Faust l'éternelle question du désir de l'homme d'obtenir tout ce qu'il veut (pouvoir, argent, sexe ...).
Même si ce roman n'est pas le plus illustre de son auteur, il est tout simplement magnifique.
A découvrir ou à redécouvrir.
33 commentaires|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 janvier 2016
Tout au long de la Comédie Humaine, Balzac nous présente des situations de vie et des personnages, mêlant analyse psychologique et intrigues fortes. "La peau de chagrin" est un roman étonnant dans cette longue série. Bien que dépeignant la société du XIXème siècle, il est à part dans l’œuvre titanesque de Balzac. Premier grand succès de Balzac, ce roman reste parfaitement d'actualité par les thèmes universels et actuels qui y sont abordés : le Désir, le Temps, le sens de la vie et l'insouciance de la jeunesse.

Raphaël, jeune homme ambitieux, se trouve dépourvu de tout espoir dans la société bourgeoise du XIXème siècle. D'humeur morbide, cherchant à se donner la mort, il erre dans les rues de Paris, le soir. Il entre dans un magasin sombre. Là, il fait la rencontre d'un vieil homme qui, parmi toutes les antiquités de son échoppe, le conduit face à la Peau de Chagrin.

Sur cette peau, il y est inscrit dans une langue orientale que Raphaël a étudiée :

"Si tu me possèdes, tu posséderas Tout, mais ta vie m'appartiendra, Dieu l'a voulu ainsi. Désire, et tes désirs seront accomplis. Mais règle tes souhaits sur ta vie. Elle est là. A chaque vouloir je décroîtrai comme tes jours. Me veux-tu? Prends. Dieu t'exaucera. Soit!"

Il se saisit immédiatement de la peau de chagrin. Et l'histoire continue...

Avec beaucoup de recul, Balzac nous mène à travers ce roman dans une réflexion particulière sur notre propre destinée et sur notre envie d'assouvir nos désirs comme condition de notre bonheur. Au XXIème siècle, dans un monde où l'individualisme et la société de consommation nous poussent à l'accumulation de richesses matérielles et à satisfaire nos désirs les plus fous immédiatement, ce petit roman nous conseille la prudence et nous enseigne la valeur de la vie et de ses petits bonheurs.

Faire d'un roman fantastique un roman psychologique et philosophique, c'est le tour de force réussi de ce livre passionnant. J'espère que vous prendrez autant de plaisir que j'ai eu à le lire (et à le relire) !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 janvier 2007
Au début, on pense que chaque voeu sera exaucé, en contrepartie notre vie s'amenuise. On souhaite sans compter et puis on se rend compte que la peau de chagrin est plus petite. Là, on commence à avoir peur; peur de mourir. On en arrive à ne plus rien vouloir souhaiter. Mais, où débute le souhait? Ce n'est pas comme avec le génie de la lampe à qui il faut dire: "je veux!" pour être exaucé. Ici, il suffit d'avoir envie et, quand on s'y surprend on meurt un petit peu plus.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

5,40 €
4,00 €