undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles160
4,1 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:3,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 18 février 2010
Les éditions Bibliolycée sont ordinairement très recommandables pour l'usage scolaire de la lecture, de l'oral et de l'écrit du baccalauréat de français. Cet ouvrage ne fait pas exception, mais il faut préciser qu'il est fondé sur la seule édition des Fleurs du Mal de 1857, celle du fameux procès : autrement dit, on ne trouvera pas les poèmes écrits entre 1857 et 1861, date de la seconde édition. Ce manque est de conséquence, puisque parmi ces poèmes figurent ceux que Baudelaire a écrits parmi les plus célèbres. Il vaut mieux recourir à une édition synthétique, qui montre le texte de 1857, celui de 1861, et les Pièces condamnées par la justice : presque toutes les éditions du commerce le font, à part celle-ci.

Mai 2014 : une nouvelle édition vient de paraître dans la même collection, où les manques signalés plus haut sont réparés. On a ajouté les poèmes de 1861, dont certains, comme "L'albatros" ou "Le voyage", sont d'une grande importance.
22 commentaires|157 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 mars 2015
Outre le fait qu'il n'y a pas de table de matière et qu'on ne puisse pas naviguer entre les poèmes facilement, il y a des erreurs insupportables :
les quatre Spleen se retrouvent à la suite, sans espace, comme un seul poème, changeant en cela la compréhension de ce qu'on lit!
dès le 1er vers du 1er Spleen il est écrit "vie" au lieu de "ville", .....puis "vers" au lieu de "verse" rendant incompréhensible la phrase.
ailleurs il est écrit "ombre" du poète quand il semble qu'on devrai lire "âme" du poète.
Comment peut-on lire un homme dont la plume est exemplaire quand on ne peut faire confiance à ce qu'on lit ?!

Comment puis-je trouver une édition des Fleurs du mal format Kindle digne d'être lue ?
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 juin 2015
J'ai acheté ce livre pour le lycée, et le bac de français, et je ne l'ai pas remarqué quand je l'ai acheté mais regardez très attentivement la couverture du livre... Vous ne lirez pas Charles Baudelaire mais Charles BaudeLEraire... Une faute au nom de l'auteur, c'est juste impardonnable, à croire que l'éditeur est aveugle!!! Pareil à l'intérieur du recueil, les formes des poèmes ne sont pas respectées, pas d'espaces entre les strophes, les sonnets ne sont plus des sonnets, etc.... De plus, j'espère que vous avez de bons yeux parce que c'est écrit touuuuut petit à l'intérieur... De grandes pages blanches pour un tout petit texte...

JE VOUS DECONSEILLE FORTEMENT CETTE EDITION !!!!
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 août 2015
Un abrégé des "Fleurs du Mal" : il manque des poèmes essentiels et la structure de l'oeuvre est détruite.
Quant à l'assemblage des pages dans cette collection, il est parfois totalement désordonné : on saute de la page 29 à la 192 pour revenir à la 32...
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 janvier 2011
Un dossier très riche pour cette édition qui s'adresse en particulier à des lycéens. Cependant, une surprise de taille : PAS DE SOMMAIRE AVEC LES TITRES DES POEMES MAIS UNE LISTE DES POEMES CLASSES DANS L'ORDRE ALPHABETIQUE! Pas vraiment pratique....
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 février 2014
Le papier est si fin qu'il laisse passer l'encre de l'autre côté. Lorsqu'on lit une page, les caractères de la page suivante sont parfaitement visibles, on peut les lire à l'envers. Cela gêne notablement la lecture. Les espaces laissés vierges entre les titres et les textes sont défigurés par ces lignes noirâtres, les vers sont prolongés d'une traînée de signes à rebours jusqu'au bout de la page.
Objet d'une grande laideur pour un texte qui méritait mieux. "Tu m'as donné ta boue et j'en ai fait de l'or". Là,c'est le contraire.
Dans ces conditions, impossible d'apprécier la pertinence du dossier qui accompagne le texte.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Les Fleurs du Mal/Charles Baudelaire (1821-1867)
Il existe un certain nombre de livres que l’on conserve toujours à portée et qui sont notre chevet, qui font partie de notre vie et que l’on ouvre soit au hasard des jours soit en cherchant le poème qui sait nous émouvoir à ce moment précis. C’est le cas des « Fleurs du Mal ».
Le recueil des Fleurs du Mal fut publié en 1857 et comporte 129 poèmes.
Baudelaire qualifiait ce recueil qui révèle toute sa pensée, son cœur, sa religion et sa haine, d’atroce !
Le poète se livre dans ses vers sans détour et sans honte, se confesse en toute sincérité, nous confie ses espérances, ses défaillances et à terme sa déchéance. Il voit une certaine beauté dans le Mal d’où le titre du recueil.
Qui n’a appris « L’Albatros » (Souvent pour s’amuser les hommes d’équipage…), ou les « Harmonies du Soir » (Voici venir les temps…), ou le « Chant d’Automne » (Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres…) et « Recueillement » (Sois sage ô ma Douleur et tiens-toi plus tranquille…).
Mais je choisirai pour illustrer mon propos un extrait des « Femmes damnées ».
Étendue à ses pieds, calme et pleine de joie,
Delphine la couvait avec des yeux ardents,
Comme un animal fort qui surveille une proie,
Après l’avoir d’abord marquée avec les dents.

Elle cherchait dans l’œil de sa pâle victime
Le cantique muet que chante le plaisir,
Et cette gratitude infinie et sublime
Qui sort de la paupière ainsi qu’un long soupir.

Tourne vers moi tes yeux pleins d’azur et d’étoiles !
Pour un de ces regards charmants, baume divin,
Des plaisirs obscurs je lèverai les voiles
Et je t’endormirai dans un rêve sans fin. »
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J'ai voulu prendre mon temps pour découvrir ce recueil.
Je connaissais de nom, ce poète, ce magicien des mots que l'on nomme Charles Baudelaire.
Je me souviens également qu'à l'école on devait étudier, apprendre et en faire des dissertations sur cet auteur et malheureusement je n'en garde pas de très bons souvenirs ; mais nous sommes amenés à grandir, à évoluer et surtout à prendre en maturité. Justement c'est cette maturité qui m'a donnée envie d'ouvrir ce livre aujourd'hui et d'en être bluffée au plus haut point.
Oui, Charles Baudelaire m'a littéralement transportée avec ses mots, son vocabulaire, son phrasé. C'est vraiment un magicien de l'écriture.
Tout le livre est excellent. Il y a eu des passages intenses ou moins mais on se doit de les noter quelque part, tellement que ça touche, si fort que l'on se dit : Oh mince ! Il est vraiment fort.

C'est un recueil qui parle d'amour, de passion, de tristesse.......la vie tout simplement. Et c'est ça qui donne envie d'en découvrir plus.
Un recueil qui parle pour nous.
Alors, on prend son petit crayon de papier et on note pour les ressortir un jour et pourquoi pas jouer le malin plus tard avec nos amis.^^
Prendre son temps, lire sur son canapé et le reprendre un autre jour pour continuer dans son lit... Relire des passages et sourire, parce que ce magicien a réussi à me faire découvrir et à aimer la poésie.
Les fleurs du mal est un recueil qui faut absolument lire au moins une fois dans vie. Pour moi, c'est fait
Je suis contente d'avoir ouvert ce livre
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 juin 2004
Magnifique, superbe, sublime, aucun mot n'est suffisant pour decrire la beauté de la poésie de Baudelaire qui lui à trouver les mots qu'il fallait.
Son recueil en plus de cela est parfaitement organisé, on y trace la quete d'un homme qui cherche à sortir du spleen (l'ennui, la souffrance). C'est ainsi que se decoupe le livre, il essaye d'abord de trouver un idéal, mais il est toujours éphemère, volatile. Il essaye donc la débauche, puis se revolte mais finalement la seule issue est la Mort.
En plus de nous offir les plus beaux vers qui existent (je l'affirme!) et un recueil remarquablement travaille, Baudelaire révolutionne la poésie!
Ainsi le sujet ne compte plus, un sujet laid ou moralement bas devient beau par le langage et le pouvoir du poète. On retrouve cette alchimie dans le titre, Les Fleurs du Mal ou extraire la beauté du mal. C'est notament visible dans le poème La Charogne, qu'un consommateur un peu plus haut dénigre, je lui demanderais : pourquoi? Ce poème est tout simplement majestueux, faire une oeuvre aussi belle sur un sujet aussi horrible, c'est prodigieux et tout à fait inédit à l'époque.
Révolution aussi, dans le sens ou Baudelaire reprend la sensibilité de la de la poésie romantique, mais lui donne ce qui lui manque, une perfection formelle.
Révolution enfin par un nouveau systeme d'écriture, les correspondances. C'est par les figures d'analogie que Baudelaire écrit (tout à fait visible dans le poème La Chevelure), un objet, une chose eveille une sensation qui en rapelle une autre, puis une autre... magnifique!
Baudelaire c'est le debut de la poésie moderne, Hugo l'avait deviné, Verlaine, Rimbaud et Apollinaire sont ces heritiers.
En parlant d'Hugo, detail amusant: Les Contemplations (surement son meilleur recueil) se finit (enfin presque :) ) par cette phrase "Tout est plein d'âmes." ce qui annonce tout à fait la révolution baudelairienne. L'année suivant la publication de ce dernier arrivait Les Fleurs du Mal...
33 commentaires|29 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 décembre 2010
Baudelaire, semblable en cela à certains artistes tels Verlaine, Kandinsky, Scriabine, possède une mémoire où domine le mélange des sens. Cette synesthésie naturelle à l'auteur, et qui s'accompagne en général d'une mémoire quasi totale, apparaît en particulier dans Correspondances 'Les parfums, les couleurs et les sons se mélangent, En une ténébreuse et profonde unité'... 'Il est des parfums frais comme des chairs d'enfants, vert comme les prairie, doux comme les hautbois'. Cela aide à comprendre les curieuses vibrations qui s'enchevêtrent au fil des poèmes, suscitant une curiosité étonnée, en un mot un sentiment poétique. Ce bercement du ressenti s'étend au delà de l'immédiateté puisqu'aussi bien ses vers résonnent bien après leur lecture, mais encore les sensations retournent vers le passé comme dans Vie Antérieure. Une façon de dire que l'univers ne se limite pas à nos perceptions, mais peut s'amplifier de celles des autres.

On cherchera de préférence une édition qui incorpore les poèmes condamnés lors du procès de 1857, à savoir : Les Bijoux, Le Léthé, À celle qui est trop gaie, Lesbos, Femmes damnées et Les Métamorphoses du vampire. Vu les différentes péripéties d'éditions successives et de compléments tels que Les Épaves, sachant que Baudelaire rajoutera plus tard trente deux poèmes à son édition originale, on choisira de préférences des œuvres complètes.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus