undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici ECFR_GNO_Flyout Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Relié|Modifier
Prix:56,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Point besoin de présenter « Le Singe Pèlerin », de Wou Tch'eng-En. C’est, avec le Roman des trois royaumes, Au bord de l’eau, Jin Ping Mei, et le Rêve dans le pavillon rouge, l’un des grands classiques de la littérature chinoise. Reste à choisir la meilleure traduction. Il n’y a sur le marché que 3 ou 4 versions postérieures à 1900. Celles de Fredéric Tristan, de Louis Avenol (1957) de George Deniker, elle-même traduite de la version anglaise d'Arthur Waley (1951) et celle de la "La Pléiade". Quand j’hésite entre plusieurs versions, ou quand je les ais toutes lues, c’est toujours sur celle de la Pléiade que je me rabats, malgré son prix, car c’est toujours la plus complète, compacte, la plus luxueuse, la plus érudite. Je me demande d’ailleurs pourquoi "La Pléiade » n’a toujours pas encore publié « Le roman des trois royaumes ». Sans doute parce qu’il n’y a pas de bonne traduction? Celle qui existe sur le marché, m’a-t-on dit, n’est pas terrible.
A conseiller donc, au lecteur qui est resté sur sa faim après avoir lu la version Waley/Deniker, ou celle de Frédéric Tristan, toutes deux raccourcies d’une bonne partie, le traducteur ne gardant que ce qu’il considère comme essentiel. Roman de cape et d’épée pour les uns, conte métaphysique pour les autres, le Singe Pèlerin est en Asie, connu de tout le monde, illettré ou cultivé. Justicier annonciateur des temps modernes, mystique révolté, révolutionnaire prométhéen, ce primate hors du commun ne trouve pas l’Ordre Etabli, trop confucéen et taoiste à son gout. Il part à l’assaut des cieux, défiant tous les dieux, saints ou démons du Cosmos chinois. Cultivant le paradoxe, il part en pèlerinage en Inde pour ramener les Ecritures Saintes afin d’apporter la sagesse au monde, tout en semant l’apocalypse sur son passage, car seul le malheur peut introduire la religion dans le cœur des hommes. Mao Tse Toung a rendu hommage à cette vision hégélienne de la Chine impériale en lui dédiant un poème.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 novembre 2013
Complet, intégral compliqué long passionnant, intéressant ! interminable mais inlassable. Mieux que la version de poche à conseiller aux sinisants car complexe de compréhension.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)