Commentaires en ligne


8 évaluations
5 étoiles:
 (7)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


34 internautes sur 36 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'indispensable critique du libéralisme
La transformation dont il est question ici est la réaction politique et économique des États européens entre les deux guerres à l'échec de l'économie de marché mise en place au XIXème siècle par la haute finance internationale. La civilisation du XIXème reposait sur quatre institutions :...
Publié le 3 septembre 2009 par Jean-paul Lacharme

versus
Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Police d'écriture trop petite, Dommage
Comme d'habitude , rien à dire sur la livraison (reçu avant la date prévue). Par contre un peu déçue, écriture très petite à lire avec une loupe.
Publié il y a 29 jours par PEDRINI Laurence


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

34 internautes sur 36 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'indispensable critique du libéralisme, 3 septembre 2009
Par 
Jean-paul Lacharme (Marseille, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Grande transformation: Aux origines politiques et économiques de notre temps (Poche)
La transformation dont il est question ici est la réaction politique et économique des États européens entre les deux guerres à l'échec de l'économie de marché mise en place au XIXème siècle par la haute finance internationale. La civilisation du XIXème reposait sur quatre institutions : l'équilibre politique des puissances, l'étalon-or, le marché autorégulateur et l'État libéral. Ceci s'est effondré.
En fait, l'intérêt majeur de l'ouvrage n'est pas là, il réside principalement dans l'analyse fine et argumentée de l'instauration de l'économie de marché, tout d'abord en Angleterre dès le XVIIIème siècle, puis dans l'ensemble des États européens. Polanyi démontre que le marché autorégulateur est une utopie absolue et dévastatrice qui, passant à l'état de révolution radicale, a accru miraculeusement les instruments de production au prix de la dislocation intégrale de la société. Pour ce faire, il s'est appuyé sur la marchandisation du travail, de la terre et de la monnaie, mettant en péril grave la nature et l'homme en tant que tel. Les erreurs théoriques fondamentales des fondateurs de l'économie libérales (depuis Adam Smith) sont passées en revue. Ce livre contient sans doute l'une meilleure critique de l'idéologie libérale contemporaine.
L'erreur de l'auteur est d'avoir pensé en 1944 (année de parution) que le libéralisme pur était mort et que les politiques en avaient tous tiré les enseignements. Comme on le voit actuellement, il n'en est rien : le projet libéral et le marché global unique ont tout envahi jusqu'à des espaces qu'on aurait jugé protégés par nature : la planète est en danger, l'homme réduit à une misérable monade consumériste ou un stock de pièces détachées pour trafiquants d'organes. Polanyi n'avait pas vu le pire. En ces temps de crise, la lecture de ce livre est indispensable pour comprendre ce qui se passe.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


33 internautes sur 36 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un livre actuel, 29 janvier 2006
Par 
Jules Alexandre Théophraste de Corvée de Ch.... (Aix-en-Provence, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Polanyi démonte un mythe: celui du marché autorégulateur qui serait censé être la base du système économique. Il rappelle ce que tout historien économique - une discipline tombée en désuétude, et pour cause - sait: que le capitalisme s'est développé dans des économies fortement réglementée par l'Etat, qu'Adam Smith n'a jamais été un partisan du laisser-faire et que le paletot qu'on lui a fait enfiler après au sujet de la "main invisible" n'est qu'une fable infondée, et que tout cela est une histoire inventée ex-post dans la tradition positiviste et utilitariste et JB Say, Ricardo, Malthus et Comte. Il est beaucoup plus commode de tenter d'expliquer le marché comme régi par une "loi de la nature" et donc autorégulé que de comprendre la complexité du développement économique confontée à l'innovation technologique.
La lecture de Polanyi (1944) est d'une actualité brûlante à l'heure ou toutes les élites, de droite comme, surtout, de gauche, communient dans la mythologie de l'économie néoclassique qui est une nouvelle version du marché autorégulateur.
Il montre que l'économie politique ce n'est pas la politique de l'économie mais penser le développement économique à partir d'une objectif politique.
Une nuance de taille!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


16 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 indispensable pour comprendre les sociétés modernes, 29 mai 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Grande transformation: Aux origines politiques et économiques de notre temps (Poche)
L'un des livres les plus brillants que je connaisse. Une grande fresque du capitalisme mais aussi une analyse passionnante des rapports entre les structures économiques et le corps social (théorie du désencastrement). Marx ne suffit pas pour comprendre le capitalisme moderne, il faut aussi lire Polanyi et les confronter ensuite. Ecrit en 1944, ce livre est encore d'actualité et aide à comprendre ce qui se trame depuis la révolution conservatrice des années 80. Un livre à ne pas emprunter ni à prêter: il faut toujours l'avoir sous la main!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


13 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une réédition qui tombe à point nommé, 3 mai 2009
Par 
Jules Alexandre Théophraste de Corvée de Ch.... (Aix-en-Provence, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Grande transformation: Aux origines politiques et économiques de notre temps (Poche)
Polanyi démonte un mythe: celui du marché autorégulateur qui serait censé être la base du système économique. Il rappelle ce que tout historien économique - une discipline tombée en désuétude, et pour cause - sait: que le capitalisme s'est développé dans des économies fortement réglementée par l'Etat, qu'Adam Smith n'a jamais été un partisan du laisser-faire et que le paletot qu'on lui a fait enfiler après au sujet de la "main invisible" n'est qu'une fable infondée, et que tout cela est une histoire inventée ex-post dans la tradition positiviste et utilitariste et JB Say, Ricardo, Malthus et Comte. Il est beaucoup plus commode de tenter d'expliquer le marché comme régi par une "loi de la nature" et donc autorégulé que de comprendre la complexité du développement économique confontée à l'innovation technologique.
La lecture de Polanyi (1944) est d'une actualité brûlante à l'heure ou toutes les élites, de droite comme, surtout, de gauche, communient dans la mythologie de l'économie néoclassique qui est une nouvelle version du marché autorégulateur.
Il montre que l'économie politique ce n'est pas la politique de l'économie mais penser le développement économique à partir d'une objectif politique.
Une nuance de taille!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


23 internautes sur 29 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un des plus importants du siècle, 1 avril 2003
Le debut de Polanyi est aussi son chef d'oeuvre, même s'il est resté actif comme écrivain pour bien plus longtemps. Malheureusement, sa philosophie s'est mal intergré dans le contexte de la Guerre froide. Les idées de Polanyi sont pourtant trés sophistiqués et se discutent vivement dans les universités de Canada (par exemple par Robert Cox) et des pays scanidinaves, entre autres. Ce livre a plusieurs de dimensions, mais l'idée qui me plait le plus, c'est la mise en cause de la philosophie liberale qui pense que l'homme et la nature peut être traités comme d'autres commodités. Ce n'est pourtant pas vrai: un homme ne peut pas se mourir quand son travail n'est plus demandé; la nature ne peut pas être exploité n'importe comment. Mais Polanyi n'est pas communiste: pour lui, les marchés existent dans chaque societé. Par contre, ils ne sont autonomes. Ils marchent par des regulations. Des formes de regulation peuvent être "bonnes", morales, ainsi que fascistes. Le livre est aujourd'hui très actuel, comme il nous faut choisir quelle sorte d'Europe nous voulons voir dans l'avenir.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Brillante dénonciation du mythe libéral du marché autorégulé., 9 octobre 2009
Par 
Latour07 (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Grande transformation: Aux origines politiques et économiques de notre temps (Poche)
Karl Polanyi démonte avec une vigueur exceptionnelle le mythe du marché autorégulateur que nos ânes européistes braient à longueur de traités "européens" et appliquent machinalement à la tête de la BCE. Le libéralisme, dans sa version ultra, a existé, de manière terrible socialement, dans l'Angleterre du XIX° siècle. C'est vers ce modèle que les européistes libéraux veulent tendre, de toutes leurs forces. Ah que la lecture de Polanyi est libératrice de ces fadaises !

Principe actif : "Accepter le fait qu'une quasi-indigence de la masse des citoyens est le prix à payer pour atteindre l'état le plus élevé de prospérité" (Townsend).

Trois dogmes inséparables : "Le travail doit trouver son prix sur le marché; la création de monnaie doit être soumise à un mécanisme d'autorégulation; les denrées doivent être libres de circuler de pays en pays sans obstacle ni préférence ; en bref le marché du travail, l'étalon-or et le libre échange."

Karl Polanyi, hongrois, d'origine juive (éloigné), proche du christianisme, expose avec clarté, obstination scientifique, humaniste, la pertinence de son intuition :

"Ce que nous croyons être les trois faits constitutifs de la conscience de l'homme occidental : la connaissance de la mort, la connaissance de la liberté, la connaissance de la société. La première, selon la légende juive, a été révélée dans l'histoire de l'Ancien Testament. La deuxième a été révélée par la découverte de l'unicité de la personne dans les enseignements de Jésus-Christ tels que les rapporte le Nouveau Testament. La troisième révélation nous est venue par le fait que nous vivons dans une société industrielle.(...) C'est ce qui constitue la conscience de l'homme moderne."

La thèse de Karl Polanyi démontre que les formules libérales telles que "la paix mondiale grâce au commerce mondial" ne sont pas suffisantes (Pascal Lamy serait inspiré de lire cet ouvrage).

En annexe à ce très bel ouvrage scientifique, j'ai grandement apprécié la préface à l'édition américaine (1944) de R.M. MacIver, dont le passage, certifiant que pour Karl Polanyi, "le dernier mot, c'est la société" :

"Il y a toujours un moment où nous devons faire confiance à nos valeurs dans l'action, de telle sorte que les forces pressantes du monde actuel puissent se déployer dans de nouvelles directions, vers de nouveaux buts."
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Un dépassement de Marx, 30 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Grande transformation: Aux origines politiques et économiques de notre temps (Poche)
Il s'agit d'un livre qui offre une explication éclairante, actualisée, on la partage ou non, sur la structure du pouvoir et la répartition des richesses dans nos sociétés.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Police d'écriture trop petite, Dommage, 26 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Grande transformation: Aux origines politiques et économiques de notre temps (Poche)
Comme d'habitude , rien à dire sur la livraison (reçu avant la date prévue). Par contre un peu déçue, écriture très petite à lire avec une loupe.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

La Grande transformation: Aux origines politiques et économiques de notre temps
EUR 12,90
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit