undrgrnd Cliquez ici Toys Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles1
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Relié|Modifier
Prix:15,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Vous ne rêvez pas de connaître les "primitifs de la photographie"? Le mot "calotype" ne vous dit pas grand-chose, et les différences avec le daguerréotype ne sont pas évidentes pour vous? Les noms Gustave Le Gray ou Henri Le Secq ne suscitent rien? Rassurez-vous, c'était mon cas jusqu'à il y a quelques jours, en tout cas jusqu'à ce que je me rende à l'exposition se tenant à la BNF et décide d'acquérir, sur le coup de l'enthousiasme, le catalogue co-édité avec Gallimard.

L'exposition comme le catalogue, tous deux également passionnants, se proposent donc d'étudier les débuts d'une technique et la quinzaine d'années où elle a été utilisée en France (voir la présentation de l'éditeur). Dans les années 1830, Daguerre met au point sa technique, et William Henry Fox Talbot met au point la sienne en Angleterre. Le brevet vient après celui de Daguerre, et si la technique de Talbot a l'immense mérite de proposer un négatif papier - aux tirages reproductibles, à l'inverse de la plaque du daguerréotype - elle a d'autres inconvénients, comme celui de proposer une définition un peu moins nette. Alors que le daguerréotype a les faveurs des savants, politiques et amateurs en France, et devient assez largement populaire dans les années 1840, le calotype ne prend que peu auprès du grand public, le brevet étant quelque peu prohibitif. Mais ses amateurs sauront améliorer la technique et lui donner des lettres de noblesse pendant une quinzaine d'années.

Le grand mérite de l'exposition et du catalogue est de donner toutes les clés contextuelles (y compris techniques et économiques, donc) pour comprendre comment une forme d'art peut naître et se développer. Ici, entre la volonté de documenter le monde et la tentation picturale, on assiste aux essais d'artistes plus ou moins explorateurs, plus ou moins dilettantes, mais dont le goût est toujours très sûr. Les calotypes présentés ne sont pas tous d'immortels chefs-d'oeuvre, et leur sujet pourra parfois sembler bien convenu à nos yeux hélas parfois un peu blasés (paysages, bâtiments, natures mortes, scènes de rue et à la campagne, modèles nus, etc), mais leur histoire est le plus souvent intéressante, et leur beauté saisissante.

Car la définition et la luminosité de ces calotypes, une fois passés les premiers essais, est souvent proprement stupéfiante. Disons tout de suite que, si les reproductions du catalogue sont assez belles, elles ne les restituent pas idéalement. C'est là le seul défaut de cet ouvrage, qui fera qu'il ne satisfera pas pleinement ceux qui ont vu les tirages de l'exposition. L'autre défaut étant son prix trop élevé. Cela mis à part, la mise en page est fort réussie, et les textes sont tous aussi précis que stimulants.

Une exposition passionnante, et un catalogue savant - beau livre qui ne manquera pas d'intéresser tous ceux qui aiment cet art et veulent en savoir plus sur son histoire.
22 commentaires|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus