Commentaires en ligne 


23 évaluations
5 étoiles:
 (8)
4 étoiles:
 (7)
3 étoiles:
 (5)
2 étoiles:
 (3)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


14 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'étranger
« Ça sentait le vilain, les filles s'étripent pour des riens, un chiffon, un mec, une babiole, un mot. »
« La mort me semblait à cette heure la chose la plus banale du monde, j'allais vers elle d'un pas traînant, l'âme un peu nauséeuse, comme on va au boulot par mauvais temps, retrouver sa machine glacée et ses collègues taciturnes...
Publié le 27 août 2011 par sholby

versus
6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 un ecrivain doué mais......
Mon impression à la lecture de ce livre reste celle que j'avais retirée des autres romans de cet écrivain, notamment son premier roman " Le serment des barbares" Le serment des barbares - Prix du Premier Roman 1999 :Un talent indéniable pour raconter, pour décrire, pour faire palper une atmosphère, une écriture...
Publié le 15 juin 2012 par daniele Achach


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

14 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'étranger, 27 août 2011
Par 
sholby (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rue Darwin (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
« Ça sentait le vilain, les filles s'étripent pour des riens, un chiffon, un mec, une babiole, un mot. »
« La mort me semblait à cette heure la chose la plus banale du monde, j'allais vers elle d'un pas traînant, l'âme un peu nauséeuse, comme on va au boulot par mauvais temps, retrouver sa machine glacée et ses collègues taciturnes. »

Il est beaucoup plus difficile de parler d'un bon livre que d'un mauvais, et quand il s'agit comme ici d'un quasi-miracle, on marche sur des oeufs, on hésite, on redoute de le trahir, on sait bien qu'on sera incapable de lui rendre l'hommage qu'il mérite.

Le style est éblouissant et insaisissable, vif comme une anguille, capable de mordre et de cajoler dans la même phrase ; elles peuvent être brèves et descriptives ou, si cela sert le dessein de l'auteur, s'étirer sur des lignes et des lignes vibrionnantes, acérées, d'une prosodie et d'une clarté parfaites. Cette alternance amène une lecture d'une grande fluidité, où l'ennui ne pointe jamais, et où les effets de manche, pour ainsi dire, ne masquent pas le visage de l'accusé.
Pour la forme, Boualem Sansal semble avoir opté pour une sorte de logique floue, usant d'une fantomatique collusion entre le Présent et l'Histoire (comme celle de la fantasmée reine de Madagascar, Ravalona III), multipliant sans avertissement, dans une promiscuité foutraque et jouissive, les allers-retours temporels, et sautant apparemment du coq à l'âne sans souci de compatibilité génétique, mais construisant l'air de rien, et avec une suprême intelligence, à coups de petites touches éparses et de reformulations, le fil de cette histoire.

Ce peut être celle d'un musulman plus ému par le petit rabbin de quartier que par les sombres imams modernes contre qui il ne mâche guère ses mots (« [...] mon ulcère saigne à la première lettre, il évoque en moi des plans terrifiants, genre extinction des races et des espèces [...] ») ou encore, surtout, celle d'un homme à cheval entre deux mondes, deux vérités, d'un homme écartelé entre son enfance bordélique (au sens strict) et empreinte de secrets et de manigances, et un présent blafard envahi par la maladie et la mort (celles de sa mère aussi bien que celles de la rue Darwin, du quartier Belcourt, et plus largement de la société algéroise).
Ce n'est, en l'occurrence, pas un constat spécialement triste, mais c'est l'histoire d'un étranger, comme celui de Camus, à son propre pays, à ses deux familles, et plus simplement à la vie.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Filiation algérienne, 27 octobre 2012
Par 
Louis Meistermann "Amazonite aigüe" (France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rue Darwin (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Un très beau roman, de ceux que l'on a envie de partager autour de soi.
C'est une très belle histoire pour raconter l'histoire d'une vie. Une filiation si particulière avec en toile de fonds l'Algérie et son histoire tourmentée racontée à hauteur d'homme.
Une écriture si belle qu'elle touche à l'universel à travers une histoire si singulière.
Bref, un livre que l'on ne lâche qu'à la dernière page terminée.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 un ecrivain doué mais......, 15 juin 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rue Darwin (Broché)
Mon impression à la lecture de ce livre reste celle que j'avais retirée des autres romans de cet écrivain, notamment son premier roman " Le serment des barbares" Le serment des barbares - Prix du Premier Roman 1999 :Un talent indéniable pour raconter, pour décrire, pour faire palper une atmosphère, une écriture aisée et brillante qui révèle une longue fréquentation de Proust et de Celine , mais aussi des faiblesses dans la construction d'une intrigue romanesque ,même dans cette oeuvre portée par un schéma autofictionnel qui facilitait les choses
Encore une fois avec ce livre Boualem Sansal se montre moins bon romancier que reporter de talent ,un reporter qui nous livre un riche livre d'images sur l'Algérie d'hier et aussi sur celle d'aujourd'hui, étouffée sous la coupe de celui qu'il appelle Abdelaziz Premier
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 rendez-vous rue Darwin, 20 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rue Darwin (Broché)
L'auteur revient sur les lieux de son enfance...
Belle écriture fluide et poétique mais aussi récit de comptes pas encore soldés entre l'Algérie et la France.
Je recommande cet ouvrage qui aide à comprendre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Retour au pays, 30 septembre 2011
Par 
Araud Thierry "thierry66" - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rue Darwin (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Avec ce sixième roman en forme d'hommage au pays de son enfance, l'Algérie, Boualem Sansal brosse le portrait d'une famille et d'un pays en prise à la fureur humaine et
nous livre, des années 50 à nos jours, le roman d'un pays et l'histoire d'une vie.
Suite à la mort de sa mère, Yazid revient sur les lieux de son enfance, dans le quartier où il a grandi. Il raconte l'Algérie des années 50, quand il vivait dans une rue cosmopolite auprès de sa grand-mère Djéda, et en face de la maison close qu'elle gérait.
Nostalgique et tendre lorsqu'il évoque la famille et les liens qui unissent ses membres ou férocement drôle à l'encontre du pouvoir, Yazid nous entraine dans les méandres de sa mémoire. Et c'est avec plaisir que le lecteur flâne tout du long de la rue Darwin.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Une bonne lecture, sans être un chef d'oeuvre, 9 septembre 2011
Par 
Mle Helene Grimonpont "petite_princesse" (France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rue Darwin (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
A l'occasion de la mort de sa mère, un homme revient sur les traces de son enfance atypique, et se révèle à lui tout un pan de son parcours qu'il avait inconsciemment occulté. Le récit, quelque peu tiré par les cheveux, nous replonge dans l'histoire récente de l'Algérie. Le langage est plutôt châtié et le vocabulaire riche (en ce qui me concerne, j'ai notamment appris ce qu'était un phalanstère...). J'ai été facilement embarquée dans l'histoire, mais sans être touchée. Si je n'étais pas mécontente de ma lecture, ce n'est pas non plus un livre que j'aurai envie de relire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Souvenirs d'enfance difficiles, 23 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rue Darwin (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Paris. Sur le lit de mort de sa mère Yazid entend, ou croit entendre, la mourante le prier dans un souffle de se rendre rue Darwin à Alger. Cette rue du quartier Belcourt où grandit Albert Camus quelques années auparavant, recèle pour l'auteur des mystères que sa mère l'envoit découvrir. Il s'exécute, il sait que : "Un autre appel s'était déclenché dans ma tête... Un rendez-vous fixé de très longue date".

S'ensuit l'histoire de l'enfance de Yazid, sa mère, une tenancière de bordel et d'autres. Le tout est fouillis, l'auteur sautant du coq à l'âne, mélangeant les époques, les lieux, les personnages. Globalement, j'ai trouvé ce roman prolixe et ennuyeux. On dirait que l'auteur a écrit ce roman "au kilomètre" sans un soupçon de plan, sans fil directeur, sans jamais revenir en arrière, peut-être avait-il fait cela toute sa vie ?

Il en ressort parfois quelques réflexions intéressantes comme "Il est plus sain de vivre avec ceux qui ne vous connaissent pas qu'avec ceux qui ne vous reconnaissent plus" ou bien "... la force des liens (familiaux) est inversement proportionnelle au carré de l'éloignement..." ou encore "Il était venu le temps d'avoir peur de la vie et d'en appeler à la mort. Quand son temps est passé, vivre est une douleur extrême".

Malgré cela, je n'ai pas été très enthousiasmé par ce récit confus et qui, au final, ne m'a pas appris grand-chose. La deuxième partie, de loin la plus courte, est en cela la plus explicite.

A lire si vous n'avez rien d'autres sous la main dans l'immédiat, mais vous ne perdrez pas grand-chose si vous ne lisez pas ou si vous vous interrompez au milieu.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 De la vraie littérature, 27 septembre 2011
Par 
Patrick Gdt "Patrick Gdt." (Paris France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rue Darwin (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Ce roman très autobiographique entraîne le lecteur dans l'enfance assez surréaliste du jeune Yazid en Algérie, plus précisément dans le quartier Belcourt, celui de Camus, dans une petite rue, la rue Darwin, où l'enfant avait trouvé un refuge familial protecteur durant son enfance bahutée. Ce livre est l'histoire de cinquante ans d'Algérie, d'un pays agricole, riche, aux traces encore bien vives de l'ottoman, jusqu'à nos jours et aux ravages désastreux de l'après décolonisation, immédiatement consécutifs à ceux de la guerre des années soixante puis des guerres civiles qui ont touché ce pays depuis lors.
Le fil d'Ariane de cette évocation est le destin complexe de ce jeune Yazid, échouant à Paris pour les raisons de santé affaiblissant sa mère, puis revenant chercher rue Darwin, la clé de toute son histoire.
Le livre vaut bien sûr par cette intrigue quasi autobiographique, mais à mon sens il vaut surtout par le style superbe de l'auteur. De la façon la plus positive qui soit certaines des phrases du livre sont réellement proustiennes, c'est un vrai compliment de ma part, tant elles sont ciselées, pesées, articulées, et construites dans une vision de la littérature faisant tout particulièrement honneur à la langue française. Ailleurs les mots sont rares, recherchés, ici et là une phrase courte que l'on note tant son poids sémantique est fort.
Enfin pour tous ceux qui croient connaître nos frères du nord de l'Afrique, abandonnez l'espace de ces pages tous vos préjugés, tout le passé sédimenté de l'histoire entre la France et l'Algérie, et vous découvrirez combien il y a d'humanité, la plus profonde, dans cet ouvrage, dans les personnages si réels qui y sont évoqués.
Je ne peux achever ces lignes sans saluer le courage de l'auteur n'hésitant pas à afficher clairement ses opinions politiques et religieuses.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 A la recherche de qui il est..., 12 septembre 2011
Par 
Jean for Joel "J.V Omri" (Suisse) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rue Darwin (Broché)
ce roman est un véritable puzzle que nous parviendrons à restituer en même temps que le héros qu'aux toutes dernières pages du livre ; le narrateur Yazid accompagne sa mère à Paris, où elle va vivre ses derniers jours à l'hôpital entourée de ses nombreux enfants éparpillés aux quatre coins du monde et qu'elle n'a plus revu depuis leur départ d'Algérie, seul Yazid est resté à ses côtés ; Yazid entend sur le lit mortuaire de sa mère -ou croit entendre- "Retourne à la rue Darwin" ; il y retournera avec le corps de sa mère, mais est-ce vraiment sa génitrice ? ses frères et soeurs le sont-ils vraiment ? C'est ce qu'il va tenter de comprendre en nous emmenant dans ses souvenirs, d'abord ceux où il fut le prince héritier entant que petit-fils d'une des femmes les plus riches d'Algérie -véritable parrain d'un clan puissant qui doit les bases de son immense fortune à des maisons closes à profusion- entouré de nombreux autres enfants tombés d'on ne sait où dans des sortes de palazzos labyrinthiques jusqu'à ses 9ans, puis il fut enlevé par une femme soit-disant pour rejoindre sa vraie mère (celle qu'il emmène mourir à Paris) à Alger dans le quartier de Belcourt à la rue Darwin où il vivra la partie la plus chaude de la sale guerre dont la bataille d'Alger qui le conduira à l'Indépendance "La guerre est finalement une sacrée machine à écourter l'enfance. En quelques mois d'une animosité qui a abasourdi l'humanité nous fûmes métamorphosés, brûlés au cinquième degré, nous avons perdu nos ailes et nos petits ergots turgescents, nous étions dorénavant de vieux routiers de la guerre, blets et tristes, cabossés et couturés de partout. (...)" p111 Et "C'était aussi la première fois que j'acceptais ma condition d'homme issu de deux mondes antinomiques, de deux histoires inachevées..." p210. C'est avec une très belle écriture, fouillée, au vocabulaire choisi, qu'il nous restitue avec beaucoup de vie cette enfance tout d'abord paradisiaque non loin de la fascinante patriarche, puis dans les ignominies d'une guerre qui surgit de partout ; on suit pas à pas le héros perdu qui finira par comprendre enfin tous les non-dits et le pourquoi du silence autour de sa petite personne. Je fus d'abord dérouté par tant de pistes mais l'arborescence devient parfaitement cohérente à la fin. J'ai bien aimé.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 éblouissant, 11 septembre 2011
Par 
Yann Cozilis "Yann Cozilis" (Antony, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rue Darwin (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Rue Darwin fait partie de ces livres qui changent votre vision de la vie. C'est un roman fort et merveilleusement bien écrit. L'histoire de Yazid et de ses deux familles est à la fois une expérience individuelle et est un exemple de ce qui a pu être la vie au cours des cinquante dernières années, pour de nombreuses personnes.
Ce livre est à la fois fort et agréable à lire grâce à son style et sa virtuosité narrative.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rue Darwin
Rue Darwin de Boualem Sansal (Broché - 25 août 2011)
EUR 17,75
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit