undrgrnd Cliquez ici Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles3
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Prix:135,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Je viens de recevoir pour mon anniversaire le coffret deux tomes des oeuvres romanesques de Virginia Woolf à la Pléiade. Quelqu’un a donc découvert mes secrets dialogues, de ma chambre à moi, avec les portraits cartes postales de Virginia, ou que je suis snob au point d’aimer mes auteurs préférés en Pléiade ? J’attends quelques heures encore pour refaire un peu de muscle dans le bras et désembuer mon cerveau puis je dépose les deux volumes sur un coussin moelleux. J’entame, comme en cachette, la lecture d’un des volumes. Je n’ai pas, vu les circonstances, l’esprit d’aventure, je commence bêtement par la préface de Gisèle Venet. J’ai de solides repères chez V. W, je ne peux pas me perdre. Ce qui est fulgurant dans cette introduction, c’est que l’auteur établit des résonances et des chemins de traverses dans tous les romans en suivant le thème de l’eau comme source bienfaitrice et effrayante. Cette cohérence mise en lumière est époustouflante et la pensée synthétique à saluer. En bonne élève, je poursuis avec la chronologie, certaine de ne pas faire de découverte tant j’ai lu de biographies et journaux sur l’auteur. Quelle erreur ! Cette chronologie, fruit mûr de lectures innombrables, offre une autre image de la vie de Virginia littérairement remise dans son contexte. C’est incroyable de tenir entre les mains une telle somme de recherches : fureter d’avant en arrière, des textes aux notes, crée autant de lectures renouvelées et augmentées. Je croyais connaître et soudain, une mise en perspective m’invite à nuancer une interprétation et surtout me permet de condenser des connaissances disparates. Une édition Pléiade provoque une lecture digressive : je glisse de notes, en préface et annexes, tout en revenant aux textes. Ces ajouts, résultats de longues heures de consultation d’archives et de documents, clignotent discrètement comme des veilleurs et des éveilleurs de sens. Ces éditions, certes luxueuses, ne mènent pas vers l’érudition malsaine, elles constituent plutôt une mine dans laquelle puiser selon ses envies et ses curiosités : une autre façon de lire, différente pour chacun selon qu’il abordera telle ou telle bouée de significations. J’avais choisi le bon remède, la bonne lecture en ces jours d’épuisement. D’ailleurs, V.W a écrit un texte idéal pour remonter le moral des malades. Il ne figure pas dans ce coffret car c’est un essai mais dans une récente édition Folio. Il trône par le plus grand des hasards au sommet d’une des piles de fortification. Il commence ainsi : « Quand on considère combien être malade est chose banale, quels bouleversements spirituels cela induit, quelles étonnantes contrées inconnues nous sont révélées dès que s’éteignent les feux de la pleine santé, quelles jachères, quels déserts de l’âme nous sont dévoilés à la moindre attaque de grippe, quels gouffres et quelles vertes pelouses constellées de fleurs vives dessine une légère fièvre, combien la maladie est capable de déraciner les vieux chênes les plus inflexibles, combien nous sombrons dans les abîmes de la mort et sentons les eaux du néant se refermer sur nous avant de nous réveiller entourés d’anges musiciens, quand après s’être fait arracher une dent, nous revenons à la surface dans le fauteuil du dentiste et prenons son « rincez-vous la bouche... » pour les mots d’une divinité (....), il peut sembler singulier que la maladie ne figure pas (...) parmi les principaux thèmes de la littérature. » Finalement, je replonge dans mon état maladif. Je regrette seulement de n’avoir pas sous la main la correspondance de V. W avec Lytton Strachey : dans mon souvenir, ces deux grands malades échangent avec un humour corrosif et contagieux sur leurs maux respectifs. Retrouver cet ouvrage serait l’unique raison de se lever et d’aller mieux !
Marcelline ROUX (CULTURE-CHRONIQUE)
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 avril 2012
Il me semblait avoir lu Virginia Woolf, il y a quelques années, sous toutes les coutures, et, alors que j'entame tout juste la lecture de ces volumes, je ne peux m'empêcher d'inaugurer la liste des commentaires à leur sujet, pour partager mon plaisir de la redécouvrir à travers ces nouvelles traductions. Le plaisir est bien là.
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 mai 2012
Un régal de relire les oeuvres romanesques de Virginia Woolf dans la Bibliothèque de la Pléiade... mais petit bémol ? Dans l'impression des mots à deux consonnes devant le "t", il y a un ^ ???? Dommage pour la collection de la Pléiade.
Merci à vous .
11 commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,30 €
5,90 €
30,00 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)