undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici nav_TPL0516 cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
1
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Prix:140,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Enfin une édition exhaustive, en français Et dans la prestigieuse collection de la Pléiade de cet écrivain mythique mort à 43ans ; je l'attendais et je ne fus pas déçu ; nous avons droit à de nouvelles traductions et à la restitution de ses recueils de nouvelles tels que l'avait voulu Fitzgerald -Garçonne et Philosophes, contes de l'âge du jazz, Tous les jeunes gens sont tristes, Quand sonne la Diane -qui commence par la vie de Basil de ses 14ans à ses 16ans en plusieurs nouvelles puis celle de Josephine de ses 16ans à ses 18-, Autres histoires de Basil et Josephine et les histoires de Pat Hobby (amusante série de saynète de Pat scénariste "has been" à Hollywood en 1939)- il y a beaucoup de légèreté et de fraîcheur dans ses nouvelles, de jeux, de drôleries, des retournements de situations étonnantes et de réalisme, il nous décrit principalement une certaine société américaine blanche et riche, l'opposition d'un Sud plus aristocratique et languissant à un Nord plus matérialiste et grossier, on suit l'évolution du siècle -ainsi que dans ses romans- qui avance avec sa vie -il est mort en 1940- (à l'exception de ses Fantaisies comme Le diamant gros comme le Ritz ou l'étrange histoire de Benjamin Button) un monde de débutantes et de gosses de riche, de femmes libérées du carcan victorien et de garçons égotistes et romantiques... Basil est un double littéraire de Fitzgerald, attachant, littéraire, arrogant, mal-aimé puis adoré, parlant trop et Josephine pourrait être sa Zelda une fille du Sud émancipée, amoureuse de l'amour et un brin écervelée ; nous avons aussi droit évidemment à tous ses romans publiés de "Loin du Paradis", "Beaux et Damnés", "Gatsby le Magnifique", "Tendre et la Nuit" plus son roman inachevé sur le monde du cinéma "Stahr (Le dernier Nabab), des héros fascinants et charmeurs de Amory Blaine à Anthony en passant par Gatsby et par Dick, des enfances paradisiaques... une fascination lucide pour ce monde insouciant des très riches, il nous les décrit comme des égoïstes amoraux, ne pensant car leur propre confort mais touchants car vulnérables -le couple de Anthony et Gloria de "Beaux et Damnés" qui se détruisent dans l'attente de plus en plus désespérées des millions du grand-père de Anthony -devenu un pilier de moral sur le tard- ou dans "Gatby" le riche héréditaire Tom prônant la race blanche puant de paternalisme et d'arrogance protège sa Daisy d'une insouciance crasse qui échappe à toutes responsabilités alors que le fascinant Gatsby nouveau riche, touchant, blessé mais ayant accumulé sa fortune par des pratiques frauduleuses ou encore dans "Tendre est la nuit" Dick sera détruit par l'immense fortune de sa femme Nicole qu'il aura épousé, certes par amour, mais aussi pour veiller sur sa fragilité mentale, devenant malgré lui le médecin/psychiatre -qu'il est- de son épouse si belle et si fragile doublé d'un gigolo malgré lui -même si il a toujours voulu être riche- et cela l'anéantira...- il y a des flots d'alcool et encore de l'alcool, une Europe terrain d'amusements pour ses riches avant et après la première guerre mondiale, il y a surtout une modernité qui le rend immortel avec des thèmes qui n'ont guère changés -l'amour, la passion, la jalousie, la vanité, le couple, la dépression, la difficulté de vieillir, le travail aussi -plus rare mais présent-, l'hypocrisie, l'égoïsme...- Et le second volume se termine sur des "Récits" qui rassemblent des articles et des essais -à tendance autobiographique- de 1924 à 1939 où nous lirons "La Fêlure" publié en 1936 où il nous décrit un homme fini qui sombre dans une dépression abyssale. Un plaisir de chaque page -plus de 3200pages-, un auteur qui nous parle toujours.

"Toutefois, quatre heures après avoir quitté ce pays pour de plus chaudes contrées avec Béatrice, son appendice éclata, sans doute car il avait pris trop de repas au lit, et après une série de télégrammes frénétiquement expédiés en Europe et en Amérique, à la plus grande surprise des autres passagers, le paquebot fit lentement demi-tour et reprit le chemin de New York pour déposer Amory sur la jetée. Vous conviendrez que si ce n'était pas vraiment la vie, c'était tout de même une splendide existence." de "Loin du paradis.

"Il y avait beaucoup d'insouciance dans tout de désordre. C'étaient tous deux - Tom et Daisy - des insouciants, ils cassaient les choses et les êtres, puis allaient se mettre à l'abri de leur argent, ou de leur prodigieuse insouciance, ou de ce qui les liait l'un à l'autre, et ils laissaient à d'autres de nettoyer les saletés qu'ils avaient faites..." de "Gatsby le Magnifique".
22 commentaires| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,10 €
2,80 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)