Commentaires en ligne


5 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 triste Estonie, 9 avril 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Arithmétique des dieux (Broché)
C'est un livre trop difficile à résumer car très dense et très lourd malgré son volume réduit. Il baigne dans une atmosphère triste et grise parmi les rues vides et défoncées de Tallinn, ses immeubles soviétiques et ses paysages désolés. Le récit couvre l'histoire d'une famille ordinaire soutenue par une grand-mère énergique, depuis la période où l'Estonie a été martyrisée par les russes et les nazis jusqu'à nos jours, où sa petite-fille tente difficilement de se reconstruire en France.
Ce livre est très bien écrit, dans un style à la fois dense et fluide, qui fait ressentir profondément cette impression de temps arrêté et de chape de grisaille, que l'on retrouve aussi dans la description que J.P. Kauffmann a fait de ce pays dans "Courlande". Mais ici, le drame de cette famille et ses secrets sur trois générationss rend le récit plus poignant et bien vivant.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 « Arithmétique des dieux » de Katrina Kalda : être née quelque part ..., 17 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Arithmétique des dieux (Broché)
« L'exil est une espèce de longue insomnie. » Victor Hugo

Racines. C’est sur ce terme que germe l’envie d’évoquer ce roman de Katrina Kalda. Racines s’enfonçant au plus profond des sols généalogiques et émotionnels pour que l’été fleurisse sur la Taïga. Roman de l’Estonie, saisissant témoignage de ce que fut la vie pour les Etats Baltes avant la chute du mur tandis qu’une dictature faisait avaler sa pitance d’humiliation dans l’indifférence générale.

Ce livre est aussi l’histoire de Kadri Raud, née dans ce pays mal orienté sur la mappemonde, lieu de passage de toutes les guerres. Kadri Raud, fille de Kersti Niit et de Juhan Raud, petite fille d’Eda Sepp et d’Ilmar Raud. Tout autour une famille : des vivants et des fantômes au cœur d’un foyer étroit où les émanations de chou, les rancœurs et les rires trop rares se mêlent à un quotidien aussi sépulcral que le béton de l’architecture. Kadri Raud, narratrice de l’histoire, la grande et celle de l’intime s’unissant en tragiques épousailles. Les hommes forts de cette dynastie seront les femmes. Celle qui tient le coup : la grand-mère autoritaire et solide, adoubée par le parti pour que cesse un peu la grande faucheuse. Celles qui s’exileront à Paris : la mère et la fille avec pour seul bagage une valise attendrissante de robes démodées et de rêves de piano. Celle qui écrira la germination : la petite fille. Ecriture délivrance pour éloigner les obsessions de la propreté et la pauvreté d’une littérature universitaire.

Ceints par l’utérus protecteur : les hommes, ceux de la guerre, ceux qui n’en sont jamais revenus, le communisme ça ne plaisante pas. Enfin en arrière-plan, le père, musicien lunaire dans une famille de chimistes…
Pour ponctuer cette saga d’autres révélations, quelques lettres découvertes fortuitement. Les lettres de Lisbeth, amie de la grand-mère. Lisbeth la musicienne incarcérée en Sibérie pour avoir foulé le mauvais trottoir …

Avec ce second roman empreint de neige et de nostalgie, Katrina Kalda, se réapproprie avec une subtilité peu commune le genre de la saga familiale. Pas de feuilleton de l’été en prévision avec ce récit aussi fragile qu’une forêt boréale perdue sur les trottoirs de Paris. Oui, « L’arithmétique des dieux » est aussi un grand récit de l’exil, celui parfois nécessaire des corps et celui plus improbable des âmes. L’âme demeure une terre, une terre composée d’une langue, d’une musique. Et c’est bien cette sensation qui se dévoile au fil des pages, au fil d’une écriture aussi lucide que poétique.

Katrina Kalda est Estonienne, quelque chose d’elle repose toujours sur ce sol Balte que nulle botte ne pourra souiller. C’est donc fermement ancrée à ses racines que cette jeune romancière talentueuse s’invente un autre pays : celui de la langue française.
Un roman sous aucune surveillance, simplement celle des mots. Et quels mots.

Astrid Manfredi, le 12/02/2014
Une chronique à découvrir également sur mon blog "Laisse parler les filles"
[...]
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Arithmétique des dieux de K. Kalda, 21 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Arithmétique des dieux (Broché)
Livre d'occasion mais en parfait état - impression janvier 2013 - / - 212 pages -
Éditeur Gallimard
Venant de le recevoir : conseille la consultation des avis de lecteurs pour se faire une idée de l'ouvrage.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Une Estonienne à Paris, 1 mai 2014
Par 
loboblanco (Bordeaux) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Arithmétique des dieux (Broché)
Ce roman écrit à la première personne peut sembler autobiographique. Ce n'est finalement pas d'une grande importance. Le hasard a voulu que je lise ce roman immédiatement après "Paraiso travel" de Jorge Franco qui centre le sien sur la vie d'un immigré clandestin Colombien dans New York. Katrina Kalda au delà de la vie de l'héroïne Estonienne immigrée à Paris dépeint une famille Estonienne de 1940 à nos jours. Le récit s'intercale entre correspondance (années 1940) et narration (année 2010) avec beaucoup de retours en arrière. Si la noirceur de "Paraiso Travel" est toujours teintée d'espoir et même d'un certain optimiste, "Arithmétique des dieux" demeure sombre du début à la fin y compris en Estonie pendant la période où le soleil ne se couche pas qui voit le suicide d'une personnalité marquante du roman. Très belle écriture dans une langue classique que seuls ceux dont ce n'est pas la langue maternelle savent traiter (?).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Très beau livre!, 2 juin 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Arithmétique des dieux (Broché)
Beaucoup aimé ce livre avec ce lourd secret de famille!
Deux voix s'entrecroisent, s’entremêlent, se font écho: celle d'une jeune femme de notre époque, mal dans sa peau, ballotée entre deux pays, à travers son journal intime et celle d'une femme, déportée dans un camp de concentration en Sibérie, à travers ses lettres écrites à une amie restée en Estonie. Leur point commun: leur pays d'origine l'Estonie. Écriture précise, juste mais aussi riche en émotion, poésie et touches d'humour. De beaux personnages de femmes!
Du coup, cela m'a donné envie de lire "un Roman Estonien", le premier livre de cette jeune auteure que j'aimerais bien rnecontrer!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Arithmétique des dieux
Arithmétique des dieux de Katrina Kalda (Broché - 7 février 2013)
EUR 16,90
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit