undrgrnd Cliquez ici Baby ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

2,9 sur 5 étoiles7
2,9 sur 5 étoiles
Format: BrochéModifier
Prix:24,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1000 PREMIERS RÉVISEURSle 17 décembre 2014
Croisant l’expérience du terrain et l’étude historique, Antoine de Baecque, historien, critique et enseignant se lance dans le paysage alpin en suivant les balises du GR5, du Léman à Nice. Son « histoire marchée » compile articles et ouvrages, œuvrant à mettre en lumière les pionniers oubliés de la randonnée en France à l’exemple de Jean Loiseau (1896-1982), à l’initiative de la création des GR et de la FFRP ou Raoul Blanchard (1877-1965), géographe et alpiniste, créateur d’un institut et d’une revue de géographie alpine. La problématique posée de la stratification historique de la GTA (Grande traversée des Alpes), l’auteur pose en préambule son départ depuis Paris, ses doutes et ses tergiversations, listant le contenu de son sac à dos de 17 kilos puis arrive le lundi 7 septembre 2009 et le début du raid pédestre, de Saint-Gingolph à La Chapelle-d’Abondance, la première étape d’un périple de six cent cinquante kilomètres sur vingt-cinq jours de marche, passant par une trentaine de cols et un dénivelé positif cumulé de trente mille mètres. Toutefois, la vraie difficulté tient à l’opiniâtreté du marcheur lancé chaque jour et par tous les temps sur le GR 5 avec son manège intransigeant de montées et de descentes, toujours recommencées. Dédaignant la randonnée qu’il assimile au tourisme, l’auteur marche en prenant son temps, dans la solitude et la sauvagerie des paysages. Passeur de cols et non de sommets, Antoine de Baecque a conscience que si la marche est populaire, l’alpinisme est élitiste. Les nombreux Anglais qui pratiquent traditionnellement le GR 5 adoptent parfois un comportement ethnocentriste, dressant une typologie des paysages traversés et des « indigènes » croisés. Faire « l’épreuve du chemin » coûte mais la « sauvagerie » retrouvée en soi n’a pas de prix.
0Commentaire3 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 septembre 2014
Rien ne nous est épargné : les crises de jalousie perverse et empreinte de violence de l'auteur vis à vis de la femme qui porte son enfant pendant qu'il nous distille ddans le meme temps ses fantasmes sur d'autres femmes (il a le droit lui, pas son épouse !!!) et ses masturbations nocturnes, mais aussi son incapacité à gérer la solitude (il devrait rester chez lui au lieu de faire le GTA) tout en étant incapable de nouer un réel contact avec les autres pour sortir de cette solitude, et enfin les commentaires désobligeant sur les autres randonneurs.
Pour le reste, le récit est fade, hormis la partie historique
Livre à eviter, de l'argent perdu
0Commentaire5 sur 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 août 2014
Ayant lu un certain nombre de livres sur la marche ( chemin faisant , en remontant la Marne , marcher une philosophie, Eloge des chemins et de la lenteur etc ) j’ai été au bout de quelques pages seulement très décue par le livre de Antoine de Baeque.
J’ai par ex. sursauté en lisant certaines remarques:… le petit roquet, un patou blanc… comment un roquet , par définition un petit chien hargneux peut – il être assimilé à un patou , chien de grande taille, fortement charpenté (wikipedia) . A. de Baeq ayant commencé son périple un 9 septembre peut difficilement avoir rencontré des coureurs s’entraînant pour l’ultra trail du Mont Blanc ( celui-ci ayant lieu fin août – début septembre ). A l’heure du numérique pourquoi emmener des appareils photos jetables , nous sommes en Europe , pourquoi un passeport ? Après avoir rappelé les recommandations aux randonneurs (celles du XIXème siècle ressemblent finalement aux actuelles. de Baeque trouve moyen de partir avec un sac de 17 kilos…
Je ne reviendrai pas sur ses crises de jalousie ou ses fantasmes sexuels qui ne m‘ont pas intéressée, mais je n’ai guère apprécié ses commentaires plutôt méprisants et à mon avis déplacés sur les autres randonneurs , “ronfleurs et grincheux“ , en randonnée on rencontre plein de gens différents , il faut de tout pour faire un monde, de la tolérance avant tout.
L’ouvrage m’est apparu plus comme une accumulation d’extraits de biographies diverses – certes intéressantes- d’ouvrages historiques, de brochures touristiques , d’article encyclopédiques.....
J’ai eu la désagréable impression que A. de Baeque avait fait le GR5 pour la performance, pour se faire remarquer à l’instar de ceux qui font le St jacques ou qui montent au Mont Blanc et non pas parce qu’il aime marcher, être dans la nature.
0Commentaire6 sur 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 août 2014
le livre a été livré rapidement et en excellent état

je suis en train de le lire et il correspond à mon attente: une super randonnée racontée par un écrivain doublé d'un historien sur ce parcours mythique et avec un poil d'humour en prime...Bref, je me régale!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 mai 2014
Excellent récit de la traversée des Alpes qui a su parfaitement mêler "l'histoire marchée" et l'évolution de la randonnée et le
quotidien d'un randonneur solitaire. A conseiller à tous les grands randonneurs itinérants.
11 commentaire7 sur 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 juin 2015
Etonnant que cet homme - semble-t-il historien du cinéma - se prenne pour un randonneur alors manifestement la nature ne l'intéresse guère, ou alors seulement dans les livres.
On apprend pas mal de choses sur l'histoire de la randonnée en France, mais on ne sent pas d'amour pour la chose et c'est vraiment dommage.
0Commentaire0 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 mai 2014
De grâce, continuez à vous préoccuper d'histoire si cela vous chante, mais laissez les grands randonneurs se préoccuper de randonnée. Car comment un "randonneur" traînant 17 kilos (sans même un tente, ni même un matelas, ni même un réchaud !!!) peut-il se prétendre crédible à parler de randonnée ??? (mon sac pèse entre 8 et 9 AVEC tente, matelas et réchaud !).

Êtes-vous réellement "habitué depuis l’enfance aux randonnées" comme vous le médiatisez partout en ce moment ? C'est tellement surréaliste… Grand randonneur : passez votre chemin, vous n'apprendrez rien. C’est un peu comme si moi je prétendais vous parler de conquête spatiale...

Par ailleurs, sachez qu'atteindre la Méditerranée depuis le Lac Léman ne constitue en aucun cas une "traversée des Alpes", mais tout au plus d'un seul tiers de la véritable traversée, qui elle nécessite au minimum 3 mois, depuis l'Autriche donc. Mais ceux qui la réalisent (ils sont nombreux mais n'éprouvent pas le besoin d'en faire tout un foin...) ne trainent pas 17 kilos sur leurs dos. 10-7 kilos ???!!!
22 commentaires16 sur 28 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

28,00 €