undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire cliquez_ici Achetez Kindle Paperwhite Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles11
4,1 sur 5 étoiles
Format: PocheModifier
Prix:15,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 16 janvier 2010
Je rejoins complètement l'avis de Golgolox, le livre est peu connu et encore beaucoup moins lu. Sartre doit paraître beaucoup moins puriste aux penseurs qu'un Kant ou un Descartes.

Mais il s'avère que Sartre nous mène tout le long de l'ouvrage dans un discours limpide, organisé, et surtout passionnant.

Liberté, morale, passion, mauvaise foi, les thèmes sont multiples et amènent tous une réflexion originale, l'auteur s'appuie sur des sources tant philosophiques (Kant) que littéraires (Stendhal).

En résumé, un bouquin philosophique malheureusement méconnu, mais d'une étendue presque infinie, chaque passage peut être relu à différents moments de la vie, et le lecteur ayant évolué entre temps percevra alors différemment la pensée de l'auteur, elle se réfléchira différemment en lui.
Il faut simplement se décourager face à l'apparente difficulté des premières pages, lisez la conclusion pour vous convaincre que ce livre est lisible, et ainsi vous profiterez d'une lecture plus qu'enrichissante, essentielle.
0Commentaire17 sur 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 août 2012
L'ouvrage "l'être et le néant de J.P.Sartre est un ouvrage à "digérer" doucement, car il est compliqué, en effet l'auteur nous propose une théorie portant sur la mise à jour, à partir de l'en soi (l'être est ce qu'il est et n'est pas ce qu'il n'est pas ) et du pour soi (l'être a à être ce qu'il n'est pas et n'est pas ce qu'il est)d'où une définition de l'être cause de soi par la synthèse de ces 2 notions. De par la négation ou négatité surgit un néant qui donne un champ des possibles aboutissant à la liberté. L'homme est totalement libre et responsable de lui même, le seul obstacle est le pour autrui. D'autres notions que le néant, la liberté et le pour autrui sont abordées, comme le corps,y compris la sexualité (amour, haine, masochisme, sadisme) ou encore la conscience et la proposition de psychanalyse existentielle. J.P. Sartre se sert d'exemples de son quotidien (stylo, encrier, table) mais fait aussi référence à des auteurs de la littérature (Faulkner, Proust, Gide) ainsi qu'il examine des pensées philosophiques (Hegel, Bergson, Heidegger) pour nous éclairer et on trouve la citation connue de Sartre, un des chefs de file de l'existentialisme français: "l'existence précéde l'essence". On peut aussi lire "l'existentialisme est un humanisne" pour compléter l'approche de cet auteur.
0Commentaire13 sur 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Pendant que la France philosophique, dernière au monde à en faire autant, continue à croupir gentiment dans les fumées du post-heideggerianisme structuralo-pénible et à se régaler de leur opacité, une des œuvres capitales de son XXe siècle y demeure aussi peu que mal lue. « L'être et le néant » est souvent regardé de haut par les penseurs institutionnels, comme s'il ne s'agissait que d'un pastiche mal abouti de philosophes plus racés. La vérité est tout autre : la plupart des mêmes penseurs ne connaissent tout simplement pas l'ontologie sartrienne, sinon par ouï-dire ou souvenirs lointains. Et pourtant... « L'être et le néant », passé l'assimilation de quelques termes et concepts (notamment celui, à la fois difficile et très simple, de la conscience comme néant), se révèle bientôt d'une clarté emballante et, surtout, d'une richesse et d'une fécondité stupéfiantes. Le livre, comme un train lancé puissamment sur des rails solides, se dévore plutôt qu'il ne se lit -- et on conseillera au lecteur rebuté par la difficulté apparente des premières pages de tenir bon, tant la récompense sur la durée s'avère grande. Parvenu à la fin, on ne peut que rester frappé par l'ampleur du trajet philosophique que décrit l'ouvrage, sa grande tenue et sa profonde rationalité. Au fond, pas étonnant que beaucoup de nos penseurs appointés négligent ce grand livre, probablement le plus profond que nous ait donné le siècle dernier : il est trop limpide à leur goût, trop « français » dans sa démarche, et, en même temps, trop saisissant, trop exigeant dans la morale de la liberté à laquelle il aboutit, surtout dans une époque où la première des priorités est de déresponsabiliser les individus autant que possible. « L'être et le néant » est tout simplement un chef-d'œuvre, une grande lecture philosophique et morale, dont il serait dommage de se priver tant pour son intelligence que pour la joie qu'elle procure.
33 commentaires39 sur 43 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 janvier 2009
C'est un livre exaspérant, original et fondateur. Exaspérant par les excès de technicité et la prolifération parfois tératologique d'un jargon exceptionnellement rébarbatif... et pourtant, Sartre a le génie d'inventer des exemples aussi simples que pertinents. Original, même si cette originalité n'est pas absolue: Sartre reprend à Descartes la volonté de radicalité et à Heidegger les préoccupations ontologiques, mais dans ce cadre il formule une thèse proprement inouïe: exister, c'est ne pas être, ne plus être, vouloir être, s'éprouver comme "souci". Ce n'est pas 'lêtre, c'est le néant qui se trouve au principe de la conscience et de l'action, constitutif de l'existence humaine, qu'il soit assumé (liberté) ou nié (mauvaise foi). Fondateur, car on est bien ici en présence du socle de l'existentialisme, et plus généralement d'une problématique véritablement moderne de l'homme et de l'action. Il sera dès lors beaucoup pardonné à Jean-Paul Sartre, car s'il est contraint d'utiliser un tel jargon, c'est aussi parce que son sujet porte en ui la question des limites du langage.
0Commentaire22 sur 25 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 décembre 2002
Quoi d'autre ajouter comme commentaire à cette oeuvre ! Au cours des dernières décennies, théoriciens des idées, philosophes et critiques littéraires l'ont examiné à maintes reprises, parfois avec des a priori, parfois avec des remarques percutantes, mais toujours avec ce flegme qui pas indifférent. Si vous aimez la philosophie et les questions d'ordre existentielles, vous apprécierez sans doute Sartre.
Philosophe, avant tout, Sartre est aussi romancier, essayiste et auteur dramatique. C'est avec "L'Être et le Néant" (1943) qu'il jette les fondements d'un Existentialisme athée qui engendre une morale de l'engagement et de la responsabilité, ébauchée dans L'Existentialisme est un humanisme (1946), ainsi qu'une philosophie de l'histoire, qui apparaît comme une tentative de conciliation de l'existentialisme sartrien et du marxisme ...
En fait, "l'Être et le Néant" qui est une réflexion sur les rapports entre la conscience et la liberté. Sartre élabora ses thèses à travers un dialogue et une réélaboration des pensées de Hegel, Husserl et Heidegger.
Pour Sartre, dans son surgissement premier, la conscience a à la fois conscience d'être et conscience qu'elle n'est pas ce dont elle a conscience. Cette étape est celle du cogito préréflexif. Sartre appelle l'en-soi ce qui est et que la conscience appréhende comme différent d'elle-même. L'en-soi est pure coïncidence avec lui-même.
Ce qui caractérise, en revanche, la conscience, c'est l'être-pour-soi, à savoir la distance par rapport à soi-même. L'être propre de la réalité humaine, qui se présente sur le mode de l'attente, de l'angoisse et du regret, est remise en cause de son être en tant que réalité, c'est-à-dire négation de l'en-soi.
0Commentaire55 sur 69 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 février 2016
Souvent trop facilement décrié par ceux qui ne l'ont pas lu, Sartre est bien devenu un classique. Fait partie de ma bibliothèque idéale.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 septembre 2005
l'être et le néant ,une critique de perceptions sur heidegeerd, et hegel , en remontant vers descartes et spinoza et j'en passe, jai particulierement affectionné la 2 et 3ième partie. c'est une lecture lourde et complexe, mais pas impossible , avec acharnement et un point de vue différent de la premiere perceptions d'autrui, c'est un livre absolument formidable. entièrement complet. pour ceux ayant un faible pour l'existentialisme. ou simplement par curiosité intellectuel. , ce qu'i ma engagé vers ce livre, non pas par but professionel. mais par adimrations pour sartre , je n'ai maleureusement pas lu touts ses livres (juste 12), mais l'être et le néant étant mon coup de coeur.
un écrivains formidable.
non franchement la bravo!
0Commentaire13 sur 26 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 décembre 2012
D'abord un livre n'est pas un produit,c'est une oeuvre.Il n'y a plus de philosophe en France depuis Sartre,et refuser le Nobel,il fallait oser!
0Commentaire2 sur 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 juillet 2009
J'aurais bien une opinion sur ce livre si j'y comprenais quelque chose mais, comme tout ce qui a été produit au XXe siècle sous le nom de "philosophie", je n'y entends que pouic. Serai-je le seul à dire que le roi est tout nu? Il faut de l'aplomb pour parler de "l'être en-soi' et de "l'être pour-soi" sans même tenter de définir ces termes.
Une remarque cependant. L'auteur se réfère beaucoup à des philosophes allemands: Hegel, Heidegger, Husserl. Il serait intéressant de savoir ce qui, dans ce livre, est paraphrase et compilation, et ce qui est apport personnel. Mais je ne les ai pas lus.
33 commentaires9 sur 23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEEle 24 juillet 2012
L'existentialisme ne peut pas être un humanisme, l'Etre et le Neant se confondent car Sartre n'existe pas.

Cette fiction, à la Emile Ajar, a été montée de toutes pièces par Simone de Beauvoir. Atteinte d'une maladie rarissime-l'hypnopénie ou syndrome morpheo narcolopticoantagoniste- en rapport avec une architecture du sommeil très caractéristique (un sommeil lent profond très dense, une seule période de sommeil paradoxal), Simone de Beauvoir ne dormait en durée que trois heures-par nuit mais bénéficiait en temps de récupération de l'équivalent d'une nuit de huit heures.

Vingt et une heures par jour...De quoi doubler la tâche..Beauvoir le jour, Sartre la nuit ou inversement et un endormissement très précis : 2 heures-5 heures du matin.
En golemisant un produit typique de l'Ecole Philosophique Parisienne, assez médiocre dans ses titres et travaux, elle donnait une ampleur de très grande envergure à son oeuvre, offrait à un compagnon apprécié l'occasion de se frotter aux ors de la Grande Pensée et s'amusait des attitudes surprenantes d'amis ou d'ennemis...
44 commentaires3 sur 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,10 €
7,10 €
7,10 €