undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles14
4,1 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:9,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 18 avril 2010
Voilà Borges dans sa plénitude, et une œuvre pleinement Borges. Interrogation centrale sur la question de l'infini, abordée sous plusieurs aspects : l'éternité (« à Rome, je conversai avec des philosophes qui opinèrent qu'allonger la vie des hommes est allonger leur agonie et multiplier le nombre de leurs morts. »), le labyrinthe, l'identité et l'impossible nouveauté (« Je constate que je vieillis ; un signe qui ne trompe pas est le fait que les nouveautés ne m'intéressent pas ni ne me surprennent, peut-être parce que je me rends compte qu'il n'y a rien d'essentiellement nouveau en elles et qu'elles ne sont tout au plus que de timides variantes. »).

En plus de s'être concentré sur une question à la fois puissante et parfaitement adaptée au rêve, Borges a réussi (avait-il essayé avant ?) à rendre ses nouvelles entièrement autonomes, auto-suffisantes, bref réellement achevées.

Quelques moments extraordinairement évocateurs où ressort l'intégrité sud-américaine, par exemple l'histoire de T.I. Cruz, qui comprend qui il est quand il se trouve à la tête d'une troupe chargée d'arrêter un brigand : « Toute destinée, pour longue et accomplie qu'elle soit, comprend en réalité *un seul moment* : celui où l'homme sait à jamais qui il est. [...] Pour ce qui est de Tadeo Isidoro Cruz, qui ne savait pas lire, cette connaissance ne lui fut pas révélée dans un livre ; il se vit lui-même dans une mêlée et dans un homme. »
0Commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 septembre 2002
Lire Borges s'avère être une expérience absolument unique. Son savoir et sa culture, souvent qualifiés d'encyclopédiques, donnent l'impression que la lecture de dix pages contient la matière de cent chez un autre, sans pour autant tomber dans l'énumération absconse et fastidieuse. Son sens de la litote et de la métaphore se distille en un style puissamment évocateur. Ce maître de la forme courte possède l'art incomparable de faire naître en nous, lecteurs, un sentiment de vertige et d'indescriptible en à peine une phrase. Sa fascination ininterrompue pour les jeux labyrinthiques du temps, de l'espace et de l'infini, son ingéniosité à mêler détails autobiographiques et fiction pure, participent à l'élaboration d'une identité littéraire les plus marquantes du vingtième siècle.
Ainsi en est-il de la description de la cité des Immortels dans la nouvelle initiale "L'Immortel": en quelques images incroyablement fortes et suggestives, Borges fait naître en nous la SENSATION -telle que seuls les rêves les plus fous peuvent le faire- d'un tel édifice. Ainsi en est-il de "L'Autre Mort" où le réel dérape par touches indicibles vers l'idée d'une cyclicité du temps rédemptrice. Ainsi en est-il du "Zahir", où l'évocation d'une obsession aboutit à un anéantissement personnel. Ainsi en est-il de "L'Aleph", fiction dans laquelle l'auteur procède naturellement, pour ainsi dire, rien moins qu'à la concentration de l'Univers tout entier en une abstraction tangible.
Les nouvelles composant ce recueil, oscillant entre conte fantastique, fiction historique et fable philosophique, ne laissent finalement jamais de divertir par leur richesse et d'étonner par leur diversité. Un plaisir et une jouissance purs.
0Commentaire|51 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis que j’avais lu pour la première fois l’Aleph. Maintenant que je le relis encore, il a toujours conservé ce souffle mystérieux qui vous entraine vers des rivages inconnus. La nouvelle qui m’avait le plus marqué reste sans conteste « Le nom de Dieu », qui n’est pas sans rappeler une nouvelle de Arthur C Clarke, « The nine billion names of God ». On se dit que, comme ce prêtre, Tzinacan, qui a déchiffré ce mot magique au terme de son calvaire, on s’abstiendrait bien de le prononcer, même si cela vous donne le pouvoir de devenir le maitre du monde. Car finalement on s’aperçoit que le savoir ultime vous fait comprendre que les ambitions humaines les plus folles ne sont que trivialités négligeables dans le dessein de l’univers, et que ce n’est pas tant la destination qui compte, mais le cheminement.
11 commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce recueil de nouvelles par Jorge Luis Borges est un condensé de culture : réflexions philosophiques, goût du paradoxe, nombreuses nouvelles aux ambiances orientales, etc.

C'est un ouvrage qu'il faut avoir, si l'on apprécie les nouvelles, dans ce genre Borges est original.
Néanmoins, à trop faire de références, certaines nouvelles sont un peu lourdes dans leur style, c'est-à-dire que le coté encyclopédiste de Borges gênent parfois l'écriture en y perdant de la clarté (cela dépend des nouvelles car elles ne se valent pas toutes).

La plus magnifique reste pour moi "La quête d'Averroès" qui est d'une finesse intellectuelle, lorsque l'on imagine Averroès traduisant "La poétique" d'Aristote, alors que les concepts de tragédie et de comédie n'existent pas dans l'Islam du XIIe siècle.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 octobre 2013
Borges sait communiquer au lecteur avec justesse son univers. Les phrases simples et les mots justes font mouche. A lire et a relire avec délectation.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 mai 2013
Il est difficile de trouver un écrivain plus universel et plus profond que Jorge Luis Borges. L'Aleph est pleine de bonheur; ne le manquez pas.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Bien que le cadre géographique et historique change d'une nouvelle à l'autre, les destins évoqués par Borgès sont marqués par les thèmes récurrents de l'auteur : labyrinthes, retours cycliques, réalités subjectives et rêves, étrangetés temporelles, ésotérisme, holistique, glissements et convergences d'identités.
Cela donne à ces 16 nouvelles fantastiques une unités dans leur diversité.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 juillet 2014
Des textes mythiques, comme "l'immortel", ou Emma Zunz, avec comme souvent chez l'auteur des textes moins prenants. C'est le côté humain de Borgès. On ne peut qu'aimer ce côté inégal, qui fait un peu trembler le mythe.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 juin 2013
Impeccable ! Livraison rapide et emballage parfait, je recommande ces gens ils ne vous décevrons pas. Merci encore et à bientôt peut-être, j'ai adoré le bouquin !

Bien à vous
Mathieu
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 décembre 2009
Pas question de remettre en cause ici les talents hors pairs de nouvelliste et de conteur de BORGES mais bien d'émettre un léger bémol quant à cette concision des textes. Si effectivement certaines nouvelles transportent aisément en peu de phrases, il faut reconnaître qu'elles sont finalement assez frustrantes. De plus, à trop vouloir abréger et rechercher un effet final réussi, celui-ci devient prévisible et tombe quelquefois à plat. Enfin même pour les histoires les plus abouties, il faudra aimer extrapoler à partir de ce que livre l'auteur. L'Aleph, malgré une écriture admirable et maîtrisée apparaît comme un recueil assez inégal, alternant entre le génie et l'ennui : une ode aux textes courts mais que l'on voudrait plus longs tant le maestro force par instants sa maestria.
11 commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,50 €
6,50 €