undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

2,3 sur 5 étoiles3
2,3 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
2
Format: Poche|Modifier
Prix:10,40 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 17 novembre 2007
Un livre-monde merveilleux. Il y a des livres qu'on découvre et qu'on dévore. Il y a ceux aussi qu'on garde avec soi pour pouvoir s'y replonger à tout moment. Univers Univers est de ceux-là. Un chef-d'oeuvre absolu de mon panthéon littéraire.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Il semble que le fait de se voir décerner le « Prix Décembre » soit décidément conditionné par l’engagement de l’auteur à délivrer une littérature d’avant-garde. Et comme toute activité d’avant-garde, cela ne signifie pas pour autant nécessairement la garantie d’un récit excitant ou gardant, à tout le moins, l’attention du lecteur plus ou moins victime de novations pas toujours heureuses.

En tous cas, je ne peux pas dire avoir été une « fashion victim » de cet « Univers, Univers » de Mr Jauffret. Bien au contraire. J’avoue même m’en être heureusement débarrassé largement avant une fin qui aurait tout aussi bien pu intervenir quelques centaines de pages plus tôt.

L’approche proposée était pourtant intéressante. Une femme entre deux âges se trouve dans l’obligation de faire cuire un gigot dans son four peu de temps avant de recevoir un couple de vagues amis plus ou moins barbants. Comme elle est franchement dépressive, Régis Jauffret saisit ce prétexte futile pour donner libre cours à une variation intelligente sur les multiples vies que ladite épouse et ménagère fait défiler, ou que l’auteur décide de faire décider, dans la tête de son personnage. Or, comme l’auteur a une imagination débridée, le récit coule un peu comme de l’écriture automatique, une idée en chassant une autre, un détail appelant une nouvelle interprétation.

De ce fait, le personnage change de nom souvent plusieurs fois par ligne, toujours plusieurs fois par page, épouse des hommes imaginaires ou fantasmés, meurt de mille et une façons pour toujours ressusciter plus dépressive encore qu’elle ne l’était quelques lignes auparavant. C’est brillant, au début du moins.

Bien sûr, Jauffret nous avait prévenu dès le départ que ce livre n’avait d’autres vocations que « d’exister à la place de rien, l’espace d’un instant perdu au milieu de l’éternité ».

Le problème cependant est qu’à force de tourner en rond, la force de l’effet se dilue au point d’en devenir insipide. Il est louable de vouloir surprendre son lecteur, condamnable que de s’acharner à le perdre. Au bout du compte, ne subsiste que le rien, le quasi-néant de la littérature.

Publié aux Editions Verticales – 2003 – Prix Décembre 2003 - 609 pages

Retrouvez mes notes de lecture sur thierrycollet-cetalir.blogspot.com
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 février 2009
L'histoire commence bien, cette femme qui "aime prendre des bains de foule sur les trottoirs ensoleillés" doit aimer la vie,et la photo de couverture est si entrainante...alors on fait fi des avertissements de l'auteur et on essaie de plonger dans le roman qu'on ne finit que par discipline. Car, hélas, cette femme tombée en pamoison devant son gigot non seulement déteste sa vie, elle est incapable d'imaginer une vie meilleure, toutes les autres qu'elle s'invente sombrent invariablement dans l'horreur, le sadomasochisme, le manque d'amour, le sexe sordide, la folie; les adolescents sont haineux, les adultes égoistes et affreux,les vieillards clochardisés, les relations familiales et sociales froides ou sordides. En 515 pages, aucune autre façon de vivre ne lui vient à l'esprit. ¿Banale, cette femme? J'espère bien que non, je préfère croire que les français -tous les personnages le sont cent pour cent- ont pour la plupart des vies bien plus normales.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,40 €